La fin des faux-semblants : Vers une rafle électorale « calme, pacifique, et crédible » pour le gouvernement éthiopien

élections Ethiopie JNBDimanche 24 mai, les Ethiopiens se sont rendus aux urnes à l’occasion de la cinquième élection générale depuis l’instauration de la République fédérale démocratique d’Ethiopie en 1995. Il s’agissait d’élire les représentants des 9 Conseils régionaux, des deux villes-régions (Addis-Abeba et Diré Dawa) et les 547 députés de la Chambre des Représentants du Peuple, Chambre basse du régime bicaméral. Dans la journée, l’atmosphère de la capitale était calme et les habitants qui étaient sortis semblaient sereins. Certains heurts ont eu lieu dans la circonscription de Bonga, suite auxquels les élections ont été reportées. De même, la tenue du scrutin s’est vue repoussée dans certaines Universités et circonscriptions en raison d’un manque de bulletins de vote.

Près de soixante partis se disputaient les sièges des Conseils régionaux et de la Chambre basse, pour un total respectif de 3 993 et 1 826 candidats – 27,9 % de ces 5 819 candidats étaient des femmes. Du côté des votants, les campagnes gouvernementales incitants vivement les électeurs potentiels à s’inscrire sur les listes électorales, notamment par du porte-à-porte et d’actives campagnes sur la télévision nationale, semblent avoir porté leurs fruits puisque la quasi-totalité d’entre eux s’était inscrit. En effet, 36,8 millions d’électeurs devaient se rendre aux urnes dans plus de 45 000 bureaux de vote répartis dans le pays (pour une population d’environ 90 millions d’habitants).

L’Union africaine : seul observateur extérieur

L’Union européenne avait dépêché des Missions d’Observation électorale lors des précédentes échéances, en 2005 et en 2010. Les rapports critiques de ces missions à l’égard des autorités éthiopiennes et du National Electoral Board of Ethiopia (NEBE, autorité en charge de l’organisation des élections) avaient engendré de vives réactions du gouvernement éthiopien. L’ancien premier ministre Meles Zenawi (1995-2012) n’avait pas hésité à prendre la plume et à envoyer une longue lettre de réponse peu diplomatique à la mission d’Observation de 2005 et à sa responsable Ana Gomes. En 2010, bien qu’invitée à la dernière minute par le gouvernement éthiopien, l’UE avait tout de même dépêché en urgence une mission d’Observation dont le rapport final fut également critique à l’égard du processus, en particulier le resserrement de l’espace politique durant les mois, voire les années précédant le vote. En 2015 néanmoins, l’UE ne viendra pas. Selon le premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn (2012-), cette absence s’expliquerait par des restrictions financières de l’UE1, mais pour les cercles diplomatiques européens et Ana Gomes, il n’y a aucun doute : « Nous avons décidé que nous ne devions pas y aller (…) car nous savons que cette élection sera une farce », a récemment déclaré Ana Gomes. Toujours selon l’ancienne responsable de la mission d’Observation de 2005, les dires du gouvernement quant à l’absence de financements de l’UE seraient « totalement infondés ».2 L’Union africaine sera par conséquent la seule organisation extérieure à dépêcher 59 observateurs qui contrôleront 356 des… 45 000 bureaux de vote.

Le gouvernement éthiopien menace les opposants affaiblis

L’absence de volonté de l’UE de dépêcher une mission d’observation découle avant tout de la fermeture continue de l’espace politique éthiopien ces dernières années. La campagne électorale a en effet été marquée par des intimidations répétées, la fermeture de nombreux journaux, la fuite croissante de journalistes vers l’étranger, voire la multiplication des emprisonnements de journalistes, bloggeurs et militants d’opposition – dont les charges officielles ne sont pas toujours connues.3 Jusqu’à la veille de l’élection, le premier ministre a maintenu cette ligne dure en réitérant les mises en garde contre tout débordement et rappelant au Parlement que les forces de sécurité étaient « prêtes et plus fortes que jamais ». Il avertit également les leaders des « parti belliqueux » qu’il ne manquerait pas de les poursuivre en justice. Une démonstration de force visible dans les rues de la capitale investies plusieurs jours avant le jour du scrutin par la police d’Addis-Abeba, la police fédérale et parfois des troupes d’élites des forces de défense. Des menaces de représailles qui se sont particulièrement concentrées sur le jeune Blue Party (Semayawi Parti), comme lors de l’interview du premier ministre accordée à AlJazeera deux jours avant la tenue du scrutin : « (…) From the very beginning, Blue Party is trying to achieve its goals not by the democratic process, and participating, but by complaining, and trying to instigate violence in this country».4

Du côté des opposants, l’échec de fusion de deux des principaux partis d’opposition (UDJ et AEUP) l’année dernière avait signé la fin du rêve visant à faire renaître Kinidjit pour une partie de l’opposition dite « libérale » (la fameuse coalition de 2005 qui remporta initialement un tiers des sièges à la Chambre basse, succès historique). Un échec suivi de déchirements internes au sein de ces deux partis que le NEBE ne manquera pas d’exploiter en accordant la présidence de chaque parti à leur faction minoritaire et décrédibilisée ! Cette situation articulée à la multiplication des signes de mécontentements populaires ces dernières années aurait pu profiter à deux partis d’opposition : le Front Medrek (attaché au ‘fédéralisme ethnique’ et seule « coalition » étant parvenu à se maintenir et à participer à deux élections) et le jeune et dynamique Blue Party (fondé en 2012, opposé à cette forme de régime). Ces deux partis politiques concentrent depuis plusieurs semaines l’attention des médias occidentaux, mais cela ne suffira pas.

Un résultat soviétique sans rougir

Dès le 26 mai, l’UA avait rendu public son pré-rapport lors d’une conférence de presse au Hilton d’Addis-Abeba. Le président de la Mission d’Observation, l’ancien président de Namibie, Hifikepunye Pohamba, a certes félicité l’Ethiopie pour le respect de la tenue régulière des échéances électorales depuis 1995 et a « reconnu les progrès démocratiques réalisés par l’Ethiopie, sur la voie de la démocratie multipartite ».5 Mais si les autorités éthiopiennes se sont empressées de relayer les aspects positifs du rapport, le langage diplomatique en filigrane ne trompe pas. Le rapport mentionne notamment les plaintes émanant des partis d’opposition sur leurs restrictions en amont de l’élection et sur les intimidations à l’égard de leurs observateurs le jour même du vote, leur accordant ainsi une certaine crédibilité. Parmi les critiques les plus virulentes, la mission d’observation souligne le dépassement du nombre légal d’électeur dans certains bureaux de vote (limité à 1 000 électeurs), sans préciser si cela découle d’erreurs dans l’établissement des listes ou, plus grave, d’éventuels « bourrages d’urnes ». Par ailleurs, dans plus de 21% des 356 bureaux de vote observés, les urnes n’auraient pas été ouvertes avant le début du vote afin de contrôler qu’elles étaient bien vides avant l’ouverture du bureau.

La mission d’observation a néanmoins conclu à une élection « calm, peaceful, and credible » qui aurait permis aux Ethiopiens d’exprimer leur choix via les urnes. Une expression encore une fois des plus diplomates. A la suite de la présentation du rapport, une journaliste s’empresse en effet de demander aux observateurs pourquoi ils n’ont pas plutôt repris les termes martelés par le gouvernement éthiopien depuis des mois et qualifié l’élection de « free, fair and transparent ». La réponse des représentants de l’UA est sans équivoque : « We don’t want to comment on words that we have not pronounced ».

Le lendemain, mercredi 27 mai, le NEBE annonce les premiers résultats provisoires : le parti au pouvoir aurait remporté rien de moins que la totalité des 442 sièges déjà comptabilisés pour la Chambre basse. Les résultats définitifs, qui comprendront les 105 sièges restant, seront diffusés au plus tard le 22 juin. Autrement dit, les opposants n’ont pour l’instant aucun siège au Parlement. Le Blue Party, lors d’une conférence de presse donnée vendredi 29 mai, a pour sa part déclaré qu’il n’acceptait pas ces résultats et continuait la lutte pacifique. Quant à Medrek, le leader de sa composante Oromo (Oromo Federal Congress) Merera Gudina, a dénoncé dès le 26 mai un « vol à main armée » organisé par le parti au pouvoir.

La paix supportera-t-elle un autre mandat ?

Le mode de scrutin ne laisse guère de chance aux petits partis, puisque selon le scrutin majoritaire à un tour, le parti qui réunit le plus de voix remporte le siège. Mais cela signifie aussi qu’au-delà de l’échec pour l’opposition, il sera néanmoins intéressant d’évaluer le nombre de voix destinées aux candidats d’opposition afin d’estimer le pourcentage sur lequel l’EPRDF fonde sa victoire et sa légitimité électorale. Il sera également essentiel pour la crédibilité du parti au pouvoir de mettre au clair dans les mois qui viennent les défauts soulignés par la mission de l’UA concernant le dépassement du nombre maximum de 1 000 électeurs par bureau de vote (loi électorale de 2007).

Les principaux partis d’opposition, dont Medrek, le Blue Party, ou encore Ethiopian Democratic Party, ont déjà annoncé leur rejet de ce résultat. Le parti au pouvoir semble lui-même embarrassé d’un tel succès et de l’absence désormais totale de représentant de l’opposition à la Chambre basse. Alors que les élections sont désormais passées et que l’attention internationale devrait se relâcher progressivement, les multiples observateurs étrangers, journalistes, diplomates ou autres, devront précisément veiller à rester attentifs. Car les menaces exprimées jusque-là par le pouvoir à l’égard des opposants impose au contraire une vigilance accrue. Nombreux sont les militants et les journalistes éthiopiens qui attendent leur jugement et il n’est pas exclu que le gouvernement souhaite porter un coup de grâce aux opposants affaiblis.

Il sera également intéressant dans les prochains mois de suivre les réalignements, s’il y a, au sein du Front au pouvoir. D’ici octobre et l’ouverture du Parlement, beaucoup de choses peuvent en effet advenir au sein du leadership dans la mesure où le siège de premier ministre serait brigué par certains membres du noyau dur du FDRPE, à savoir le Front Populaire de Libération du Tigray. Néanmoins, le scenario le plus probable demeure celui du renouvellement d’Hailemariam au siège de premier ministre et la poursuite du développement économique forcené et contrôlé par l’Etat.

Jean-Nicolas Bach, Chercheur Associé Les Afriques dans le Monde, Sciences Po Bordeaux.

Addis-Abeba. Le 5 juin 2015.

  1. Déclaration d’Hailemariam Desalegn au Parlement éthiopien le 22 mai 2015 : http://www.ethpress.gov.et/herald/index.php/news/national-news/item/716premierwarns-of-takinglegal-actions-against-bellicose-political-leaders, consulté le 23 mai. []
  2. Entretien sur Deutsche Welle : http://www.dw.de/ethiopie-un-score-à-la-soviétique-en-vue/a-18467068, Consulté le 23 mai 2015. []
  3. Voir False Hopes and Real Fears: The 2015 Ethiopian General Election, Observatoire des enjeux politiques et sécuritaires dans la Corne de l’Afrique, Les Afriques dans le Monde – Sciences Po Bordeaux, Note n° 8, Février 2015. []
  4. Voir :http://www.aljazeera.com/programmes/talktojazeera/2015/05/hailemariam-desalegn-democracy-election-150522074045193.html, 22 mai 2015, consulté le 22 mai 2015. []
  5. Le pré-rapport est disponible sur le site de l’UA : http://www.au.int/en/sites/default/files/AUEOM%20PRELIMINARY%20STATEMENT.pdf []

Une réflexion sur « La fin des faux-semblants : Vers une rafle électorale « calme, pacifique, et crédible » pour le gouvernement éthiopien »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *