Archives par mot-clé : Ras_Bath

Les nouvelles dynamiques de la société civile au Mali. Ras Bath, faiseur de rois ?

Boubacar Haïdara, chercheur associé à LAM

« Cartes sur table », le programme hebdomadaire que Ras Bath présente le mardi, de 21 heures à minuit, sur la radio « Renouveau Fm », diffusée en bamanankan[1], est l’un des plus écoutés au Mali. Parmi les abonnés à l’émission, on trouve de nombreux jeunes Maliens désœuvrés, en manque de tout (d’éducation, d’emplois, d’avenir), qui s’abreuvent de ses discours et voient en lui le « Guide »[2] de leur révolution, celle qu’ils préparent au Mali.

Ras Bath, de son vrai nom Mohamed Youssouf Bathily, qui se présente lui-même comme « le fruit d’une faillite du politique et de la société civile »[3], reproche à la jeunesse malienne sa grande passiveté et le fait de s’être résignée à se laisser faire. Le rôle qu’il s’est attribué, à travers son programme radiophonique, n’est pas uniquement à but d’information, mais consiste surtout à provoquer chez son auditoire une prise de conscience, d’où le slogan « choquer pour éduquer » qu’il a fait sien. Il s’attèle à éveiller les consciences à travers la dénonciation d’actes de corruption et d’abus de pouvoir.

Ras Bath rompt totalement avec cette tradition essentielle et fortement ancrée dans la société malienne, qui impose aux plus jeunes le respect des anciens, qu’il n’hésite pas à qualifier de voleurs, corrompus, incompétents[4] … Sa conception de la bonne gouvernance va au-delà de la lutte, pourtant prioritaire pour lui, contre la corruption et l’enrichissement illicite. « Elle touche au développement socio-économique, à la responsabilité régalienne de l’État à assurer un cadre de vie décent et à l’accès aux services sociaux de base »[5]. Seul problème, s’il critique beaucoup les actions des gouvernants, il formule très peu (ou pas) de propositions ou solutions alternatives aux faits qu’il dénonce, chose qui lui est souvent reprochée. Toutefois, ses diatribes gagnent d’autant plus en crédibilité et impartialité que son père, Mohamed Aly Bathily[6], fut ministre dans les différents gouvernements d’Ibrahim Boubacar Kéita (connu par ses initiales IBK), le président de la république en exercice.

Chacune de ses émissions donne lieu à des révélations fracassantes, qu’il justifie toujours par des preuves, de telle sorte que son auditoire s’est aujourd’hui étendu à toutes les couches de la société. La gravité des faits qu’il dénonce – qui ne donnent lieu ni à démenti de la part des personnes accusées, ni à poursuite judiciaire à son encontre – conforte sa notoriété et instaure une certitude au sein de la société : celle qu’il dit la vérité et qu’il dispose certainement de personnes ressources – autrement dit d’informateurs, un peu partout au sein des structures administratives – qui trouveraient peut-être un intérêt à la fragilisation du pouvoir.

Ses préoccupations consistant à vouloir conscientiser la jeunesse malienne semblent apparemment avoir en partie porté leurs fruits. Fort de son important pouvoir de mobilisation, Ras Bath apparait indiscutablement comme le principal artisan de l’abandon par le gouvernement du projet controversé de réforme constitutionnelle. C’est la jeunesse malienne qui, sous l’impulsion de la plateforme[7] « An tè A Bana ! Touche pas à ma constitution », est parvenue à bout de ce projet en 2017.

Les tentatives de musellement de Ras Bath

Le 16 août 2016, Ras Bath est mis aux arrêts pour cause de « déclarations qui offensent la pudeur »[8]. Pendant que les agents venus l’appréhender le conduisaient au Camp I de Bamako, il eut le temps de publier un message sur son compte Facebook : « Au moment où je publie ces notes, je devrais être en route pour la radio, mais malheureusement, je suis en route pour le camp I… Des militaires sont venus… Votre émission « Cartes sur table » n’aura pas lieu ce soir ou n’aura plus jamais lieu ».

Son arrestation a été perçue comme une tentative de musellement. Son message posté sur le réseau social fut suffisant pour déclencher une émeute à Bamako, sur la rive gauche du fleuve Niger, précisément dans le quartier de Sébénicoro où se trouve la résidence du président IBK. Le jour de sa comparution, le tribunal de la commune IV du district de Bamako a été pris d’assaut par une foule immense exigeant sa libération immédiate. Les manifestants commirent de multiples dégradations aux abords des lieux et allèrent jusqu’à incendier le tribunal. Un manifestant fut tué et une dizaine d’autres furent blessés. Le lendemain, soit deux jours après son arrestation, les autorités se voyaient contraintes de le libérer. Sa popularité n’a dès lors cessé de croitre, ainsi qu’en témoignent les importants mouvements de foule qui se forment à chacun de ses déplacements, comme s’il s’agissait d’un président.

Suite à une de ses émissions polémiques, en 2017, une décision de justice du tribunal de la commune IV avait condamné l’activiste à un an d’emprisonnement ferme et 100 000 FCFA (152 euros) d’amende pour « incitation à la désobéissance des troupes en temps de guerre ». Ras Bath avait alors dénoncé les mauvaises conditions matérielles dans lesquelles les militaires maliens se trouvaient au front ; il faisait aussi état du « détournement de leurs primes » par la hiérarchie. Pourtant, compte tenu de la mobilisation de ses partisans contre la peine prononcée, et des grandes manifestations organisées à cet effet, le tribunal préféra renoncer à l’incarcération de Ras Bath. Ces démêlés avec la justice ont, à n’en pas douter, largement contribué à hisser Ras Bath au rang d’icône de la société civile malienne.

« Tout sauf IBK »

Celui-ci se présente aujourd’hui comme l’épine dans le pied d’IBK, dans la perspective de sa réélection, à la présidentielle de juillet 2018. L’opposition l’a bien compris et use de tous les stratagèmes pour s’assurer du soutien du « Guide de la révolution » malienne. En témoignent sa présence et sa prise de parole lors de l’investiture du chef de file de l’opposition malienne et candidat de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), Soumaïla Cissé, dans un stade du 26 mars plein à craquer. L’annonce de la présence de Ras Bath à cette investiture a clairement contribué à la réussite de l’évènement, en termes d’affluence.

Mohamed Youssouf Bathily et le mouvement qu’il préside, le Comité de défense de la République (CDR), comptent bien soutenir un candidat en juillet 2018. Si le choix pour ce dernier ne s’est pas encore clairement exprimé, ils sont néanmoins explicitement engagés dans une démarche du « Tout sauf IBK ». Selon eux, son bilan montre qu’il a échoué à tous égards. C’est donc précisément en cette période pré-électorale que Ras Bath entre sérieusement en jeu, et de plain-pied dans l’arène politique ; et le procédé qui est le sien en rappelle un autre, identique, observé pendant l’élection présidentielle de 2013 remportée par IBK.

L’attitude de Ras Bath et du CDR sur la scène politique, une impression de déjà-vu

On se rappelle que pendant la présidentielle de 2013, le mouvement islamique « Sabati 2012 » avait œuvré à la mobilisation des masses musulmanes en faveur de son candidat. Ce mouvement, dont le président Moussa Boubacar Bah est membre du bureau exécutif du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), est une émanation de l’Union des jeunes musulmans du Mali (UJMMA), affiliée au HCIM, dont le siège est situé dans les locaux de ce dernier.

Une liste de revendications, constituant « les conditions à remplir pour obtenir le soutien des musulmans maliens », avait été remise aux vingt-sept candidats à la présidentielle de 2013. Ceux-ci avaient tous bien compris, dans le contexte qui prévalait, qu’il leur serait difficile d’accéder à la magistrature suprême sans l’aide de personnages charismatiques, écoutés et influents, parmi lesquels on compte les élites musulmanes. Plusieurs d’entre eux ont été reçus au siège de « Sabati 2012 » et ont accepté de se soumettre à un ‘’grand oral’’. Le procédé était le suivant : quand un candidat était reçu, le président de « Sabati 2012 » prenait en premier lieu la parole afin d’expliquer à l’hôte les raisons de la création du mouvement et ses aspirations. Le candidat, à son tour, était invité à exposer les raisons de sa candidature et à détailler son programme. En dernier lieu, la parole était accordée à l’auditoire, qui pouvait interpeller directement le candidat. Au terme des interpellations des candidats, « Sabati 2012 » appela les musulmans maliens à voter en faveur d’Ibrahim Boubacar Kéita, et alla jusqu’à faire campagne pour lui dans les mosquées.

A la manière de « Sabati 2012 », en 2013, le CDR a tenu le week-end du 24 mars 2018 son congrès au « Carrefour des Jeunes » à Bamako, afin de décider des directives à suivre pour l’échéance électorale de juillet 2018. La plupart des leaders[9] de l’opposition, parmi lesquels le principal opposant à IBK, Soumaïla Cissé, étaient présents. À l’issue de cette rencontre, le CDR a décidé de ne pas formuler de candidature, mais de soutenir le candidat qui adhérera aux valeurs et répondra aux critères définis par le mouvement. « Le choix sera fait en fonction du degré de la vision partagée entre le CDR et le candidat ». Tous sont désormais avertis : Ras Bath et le CDR ne placent plus leur « espoir sur le président de la République mais en la capacité du peuple à surveiller le président ».

Le CDR participe désormais de ces organisations de la société civile pleinement investies dans le champ politique, avec pour ambition d’impliquer les citoyens dans les choix et l’application des orientations politiques. Il s’est fixé pour objectif d’exercer le pouvoir sans le prendre et, à cet effet, affirme travailler à une plateforme de propositions qu’il désigne sous le terme de « Manifeste pour le renforcement de la démocratie au Mali ». Il s’agit d’une liste de propositions qui sera portée à l’attention des seuls candidats aspirant à l’alternance. Parmi ceux-ci, le CDR, sûr de son pouvoir de mobilisation, annonce qu’il en sélectionnera un qu’il soutiendra et fera élire à la magistrature suprême. Continuer la lecture de Les nouvelles dynamiques de la société civile au Mali. Ras Bath, faiseur de rois ?