Madagascar : quelle sortie de crise ?

Le 17 janvier 2009, Andry Rajoelina organise à Antananarivo le premier meeting de contestation dirigé contre la dérive autoritaire et affairiste du chef de l’État Marc Ravalomanana, réélu en 2006 dans des conditions avalisées par la communauté internationale. Le 24 janvier, il annonce aux manifestants la formation imminente d’un gouvernement dit de « transition ». La « révolution orange »1 investit la rue, essentiellement dans la capitale. Le 31 janvier, son leader se proclame chef de l’Exécutif devant une foule galvanisée. La « crise malgache » commence. Elle suscite plusieurs dizaines de médiations internationales menées par un rassemblement hétéroclite d’États et d’OIG aux objectifs divergents, constituant le GIC-M. Ce Groupe international de contact pour Madagascar devient le Groupe international de soutien pour Madagascar à partir de la fin officielle de la crise en décembre 2013. Lors de la première réunion à Antananarivo de ce conglomérat rebaptisé, le 9 juillet 2014, celui-ci comprend l’Union africaine (UA), la Troïka de l’Organe de coopération en matière de politique, de défense et de sécurité de la SADC2, les membres du Conseil de sécurité des Nations unies, la Commission de l’océan Indien, le Marché commun de l’Afrique orientale et australe, le Secrétariat des Nations unies, l’Organisation internationale de la Francophonie ainsi que l’Union européenne. L’UA joue le premier rôle dès 2009, à l’initiative d’une Afrique du Sud épaulée par le voisin mozambicain et inscrivant préférentiellement ses interventions dans le cadre de la SADC. Le gouvernement sud-africain est ainsi à l’origine de la Feuille de route de normalisation institutionnelle adoptée par toutes les factions – à l’exception de celle de l’ancien président Didier Ratsiraka – les 16-17 septembre 2011. La crise malgache fait ainsi fonction de levier pour diversifier une diplomatie d’influence articulée à cette Renaissance africaine dont l’Afrique du Sud entend assurer le leadership.

La parenthèse de la crise est officiellement refermée par les élections présidentielles et législatives du 20 décembre 2013. Hery Rajaonarimampianina est élu président de la République de Madagascar et les partenaires bilatéraux et multilatéraux reconnaissent le nouveau pouvoir. Madagascar réintègre l’AGOA.3 En vérité, rien n’est réglé. Continuer la lecture de « Madagascar : quelle sortie de crise ? »

  1. Andry Rajoelina se réfère aux aspirations démocratiques des manifestants ukrainiens de novembre-décembre 2004. L’omniprésence de la couleur orange dans ses meetings scénarise une logique esthétique d’extraversion en cohérence avec l’une des facettes référentielles de la jeunesse tananarivienne. []
  2. SADC : Southern African Development Community. []
  3. African Growth and Opportunity Act : la réintégration de Madagascar au bénéfice de l’AGOA (accès au marché américain sans droits de douane ni contingents) est officialisée par le United States Department of Commerce le 15 décembre 2014. []