Le sur-diagnostic du paludisme, une réalité africaine, une responsabilité globale

Les conclusions de l’article «En Afrique, le paludisme recule mais les fièvres de toutes origines tuent plus», paru dans Le Monde Afrique du 24 février 20171 sont évidentes pour qui étudie les systèmes de santé en Afrique. L’article affirme que le paludisme commence à être enrayé en Afrique grâce aux efforts déployées depuis de nombreuses années par les différents acteurs internationaux, mais que cela s’accompagne d’une hausse de la mortalité due à d’autres maladies fébriles. Continuer la lecture de « Le sur-diagnostic du paludisme, une réalité africaine, une responsabilité globale »

  1. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/02/24/en-afrique-le-paludisme-recule-mais-les-fievres-de-toutes-origines-tuent-plus_5085156_3212.html?xtmc=ghalia&xtcr=2 []

Winston Smith aux frontières. Surveillance, contrôle et migrations au Sud de l’Europe.

Salim Chena, chercheur associé à LAM. « Maroc: plus de 850 migrants entrent dans l’enclave espagnole de Ceuta ». Depuis, une quinzaine de jours, la presse rapporte la multiplication des tentatives collectives de passages de migrants subsahariens irréguliers sur le sol européen. Continuer la lecture de « Winston Smith aux frontières. Surveillance, contrôle et migrations au Sud de l’Europe. »

Écrire, sensibiliser, diffuser, vendre… mais quoi ? Autour d’Africanistan

Africanistan : Serge Michailof, Africanistan. L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? Paris, Fayard, 2015.

Vincent Bonnecase

Imaginons cette image : un camion de marchandises, avec sur les marchandises des voyageurs dont le visage est recouvert par des foulards, roule à travers le désert. De nombreux bidons remplis d’eau pendent de part et d’autre. Pour qui connaît un peu cette partie du monde, cette image évoque immédiatement les migrations à travers le Sahara1. Continuer la lecture de « Écrire, sensibiliser, diffuser, vendre… mais quoi ? Autour d’Africanistan »

  1. Il se trouve que j’’ai fait le voyage dans un camion de ce type (avec un toit en plus), d’Agadez au Niger à Al Gatrum en Libye, puis d’Al Gatrum à Agadez, en 2001. []

Les manuscrits de Tombouctou : pour en finir avec l’oralité ?

cliché CB 14/12/2016
cliché CB 14/12/2016

Grâce à l’édition 2016 du Festival international du film d’Histoire de Pessac (Gironde, France), le grand public a pu littéralement toucher du doigt une réalité demeurée jusque-là plutôt virtuelle : l’Afrique a stocké depuis une dizaine de siècles des centaines de milliers de textes écrits, mais la plupart étaient restés cachés, et très peu d’entre eux ont été réellement exploités. Continuer la lecture de « Les manuscrits de Tombouctou : pour en finir avec l’oralité ? »

Gambie : le roi est nu !

« Je préviens cette vermine maléfique qui s’appelle l’opposition : si vous voulez déstabiliser ce pays, je vous enterrerai neuf pieds sous terre. »
Yahya Jammeh, mai 2016

« Allah m’a élu ; seul Allah peut me retirer le pouvoir. »
Yahya Jammeh, novembre 2016

Tenus avant l’élection présidentielle du 1er décembre dernier, ces propos de Yahya Jammeh éclairent d’une lumière crue la nature de son régime. Mais ils n’ont rien de surprenant : au pouvoir depuis 22 ans, on se doutait bien que le dictateur gambien entendait y rester par tous les moyens. La surprise est ailleurs : voir un dictateur battu dans les urnes, et, plus encore, de le voir reconnaître sa défaite, allant jusqu’à féliciter son vainqueur, Adama Barrow, un quasi-inconnu présenté par la coalition des partis d’opposition ! Continuer la lecture de « Gambie : le roi est nu ! »

Afrique du Sud : les élections locales 2016, une victoire au goût de défaite

Une « victoire écrasante » : non, ce n’est pas le titre d’un article traitant des élections locales sud-africaines tenues le 3 août 2016, mais d’un papier concernant les élections législatives russes organisées quelques jours plus tard, le 18 septembre. Le parti Russie unie y obtint 54,18 % des voix. Continuer la lecture de « Afrique du Sud : les élections locales 2016, une victoire au goût de défaite »

À l’angle de la 5th Avenue et de la 42th Street

5th-avenue-42th-street

En découvrant cette scène à l’angle de la 5th Avenue et de la 42th Street, alors que l’été indien donnait à Manhattan des couleurs accueillantes, j’ai été saisi par une sorte de  contrariété. Pourtant, cette image de travailleurs noirs cirant les chaussures de cadres blancs est familière à ceux qui fréquentent les grandes capitales africaines. Mais quelques éléments supplémentaires donnaient à l’instantané une dimension nouvelle. Continuer la lecture de « À l’angle de la 5th Avenue et de la 42th Street »

Gabon, présidentielle 2016

Notice explicative

Sur  627 805 électeurs inscrits, 373 310 se sont rendus aux urnes, soit une participation de 59,46 %, lors du vote du 27 août 2016 (l’élection présidentielle ne comporte qu’un seul tour).

Les résultats officiels communiqués par la CENAP (Commission électorale nationale autonome et permanente), validés par la Cour constitutionnelle, ont désigné Ali BONGO comme vainqueur avec 49,80 % des suffrages. Son challenger Jean PING aurait obtenu 48,23 % des voix. Continuer la lecture de « Gabon, présidentielle 2016 »

Chronique d’un coup de force à Zanzibar. Résistance non violente et répression post-électorale

Maïlys Chauvin, Docteure en géographie, chercheure associée à LAM.1 Après Washington, New-York et Toronto, le candidat aux élections présidentielles à Zanzibar Seif Shariff Hamad (Civic United Front, CUF) est cette semaine à Londres dans le cadre d’une campagne d’information sur la crise démocratique qui frappe Zanzibar après l’annulation du scrutin insulaire le 28 octobre 20152 Continuer la lecture de « Chronique d’un coup de force à Zanzibar. Résistance non violente et répression post-électorale »

  1. Contact the author for an english version of the paper. []
  2. Voir M. CHAUVIN The nullification of the elections in Zanzibar :  A coup against the victory of the opposition and Maridhiano process. Contacter l’auteur pour un rapport détaillé de l’ensemble du processus électoral et sa future publication dans une revue britannique de sciences sociales. []

Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?

Les débats sur l’avenir du franc CFA1 ne sont pas nouveaux. Mais ces dernières années on observe un regain, souvent passionné, de ces débats autour de questions relatives à la rupture avec la France, et à la création d’une monnaie alternative. Continuer la lecture de « Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ? »

  1. Successivement « franc des colonies françaises d’Afrique », « franc de la communauté française d’Afrique », puis « franc de la communauté financière d’Afrique », le franc CFA est le nom de deux monnaies communes à plusieurs anciennes colonies françaises d’Afrique, réparties en deux zones : la zone franc d’Afrique centrale (CEMAC), et la zone franc d’Afrique de l’Ouest (UEMOA). []

“Mozambique is suffering a military expression of a political problem”

An interview with historian Michel Cahen for the Rosa Luxemburg Foundation Southern Africa / Fredson Guilengue

Lamenparle remercie la Fondation Rosa Luxembourg pour l’avoir autorisé à publier cet entretien, disponible dans sa version originale ici http://www.rosalux.co.za/wp-content/uploads/2016/05/2016-Mozambique-Military-Expression-Political-Problem-IP-01_2016.pdf


Mozambique is currently facing one of the most challenging tests of its capacity to resolve the country’s political, economic and social challenges.

Politically, a ceasefire agreement signed between the Government of Frente de Libertação de Moçambique (FRELIMO) and the main opposition party, the Resistência Nacional de Moçambique (RENAMO) on 24 August 2014 was short-lived. It only served to clear the way for the country’s general elections on 15 October 2014, at which time the highly contested results by RENAMO brought about another round of military conflict. Continuer la lecture de « “Mozambique is suffering a military expression of a political problem” »

The FIS Ex-militants in Algeria : from combat to re-integration

Although recent commentaries suggest that the doctrinal seeds of extremist Islam were planted in Egypt through the writings of Hassan Al-Banna and Sayyid Qutb1, Algeria, in fact, is the first Arab country that had experienced this brand of extremism. During the seventies, Houari Boumediene, the second president of Algeria, contained the Islamic movements through social and economic development strategy that based on boosting the agricultural sector, heavy industrialization, and expanding opportunities for education2. He succeeded in maintaining a single-party state, and relative security, by shifting the government focus from political to the economic development. Even though there was growing dissent, regarding his economic and education policy decisions, these cleavages did not prevent him and his friends from becoming the driving force of policy-making.3

 Nevertheless, with the serious economic decline following the fall in oil prices in the 1980’s, efforts at promoting development failed and the debt increased. Under Boumediene’s successor, Chadli Bendjedid, the government proved unable to implement efficient strategies to stop the debt spiral and failed to control the process of economic readjustment. Wages were frozen, prices soared, food commodity’s speculation raised, and soon, basic foodstuffs such sugar and milk were becoming increasingly rare. As a result, the rentier peace and the authoritarian modernization model that was established since the independence, had been challenged by the political opposition, both liberal-secular and Islamic, that began to reclaim the political participation. In such dire circumstances, the government had no choice other than to amend the constitution and accept a multiparty system.

The state-society rupture : toward the radicalization of social grievance:

Unfortunately, although both opposition movements were opposed to the autocracy, they stood as rivals in their efforts to mobilize support. They made no attempt to coordinate their efforts. While the liberal militant party failed to obtain large social support, The Islamic Front of Salvation (“FIS”) under the leadership of Ali Belhaj and Abbas Almadani4 scored a major electoral victory. The Islamic movement deliberately exploited the traditional-conservative nature of the social periphery, and the economic deterioration, to successfully gain unconditional support from both rural and urban segments of the country. The accumulated support was not limited to the poor population, rather the Islamic movement attracted people from wide array of socio-economic backgrounds. Nevertheless, the wage earners selling only their labor, constituted a considerable portion of that support. Despite Boumediene’s efforts to transform those wage earners into an important social actor in the society, they could not adopt the class conscious needed to offset the military hegemony, nor could they develop a collective sense of solidarity. Thus, a large part of them preferred to engage with the FIS. However, it is important to acknowledge the remarkable efforts of the trade union leaders in their attempts to face the FIS as well as the oppressive policies of military during the war5.

  The FIS protests burst onto the scene in 1990, cementing Islamic presence and its political manifestations. In cities and countryside alike, the Algerian people participated vigorously in protests. The images and videos of Algiers during this time are shocking and express the profound social unrest that the country was living. Thousands of people crowded in large squares, listening to speeches of Ali Belhaj and his followers, and screamed in unison “Allah Akbar”. The Mosques became the centers of social and political mobilization. Consequently, the state ideology was challenged and the legitimacy of dominant elite was eroded. Continuer la lecture de « The FIS Ex-militants in Algeria : from combat to re-integration »

  1. Both of Egyptian origins, Hassan Al-Banna and Sayyid Qutb’s books and texts played a dominant role in the formulation, organization, and diffusion of fundamentalist Islam. The first is the founder of the Muslim Brotherhood; the second is the most influential thinker and philosopher identified with radical Islam. The best work on the Muslim Brotherhood is Richard Mitchell, The Society of Muslim Brothers (London 1969); for an outstanding compilation of the writings of Sayyid Qutb, see Albert J. Bergesen editor, The Sayyid Qutb Reader: Selected writings on politics, religion and society (Routledge 2008). After studying in the US, Qutb returned to Egypt where he joined hands with President Nasser in his fight against British colonial rule, only to become a victim of Nasser’s purges of the Muslim Brothers (Ikhwan). Al-Banna was assassinated in 1949. []
  2. John Ruedy, Modern Algeria: the origins and development of a nation (USA: Indiana university Press, 1992), 216-220.  []
  3. Interview with Ahmed Talib Al-Ibrahimi, (ex-minister at Boumedien’s government), presented by Ahmed Mansour, part 06 and 07, Aljazeera, available in; https://www.youtube.com/watch?v=7BYyZD2Ru3o. []
  4. Abbas Almadani was a professor of psychology at the university of Algiers, and Ali Belhadj was a professor of Arabic. []
  5. Unfortunately, some trade union leaders and technocrats who refused the new system and the FIS, were the victims of violence and exclusion from both sides. I had many interviews with trade union leaders which were dependent to Alhadjar factory in Annaba before the privatization process. They struggled hard to protect the factory’s production from the military, especially during civil war. Interview with Yakoubi Mahmoud, (one of the pioneer leaders of trade union in Alhadjar, Annaba) 10-12-2008 []

La décision 005/DCC/EL/PR/16 du 4 avril 2016 de la Cour Constitutionnelle du Congo : un poisson d’avril constitutionnel

Matthieu FAU-NOUGARET

Maître de Conférences HDR en droit public à l’Université de Bordeaux / Laboratoire les Afriques dans le monde

            La Cour constitutionnelle congolaise, par sa décision du 4 avril 20161, rejoint la longue liste des Cours constitutionnelles ayant brillé par leur inféodation au pouvoir exécutif. On pourrait en sourire si les conséquences étaient anodines. Mais c’est loin d’être le cas. Bien rédigée de prime abord, cette décision de confirmation des résultats de l’élection présidentielle du 20 mars 2016 en République du Congo non seulement proclame les résultats définitifs de ladite élection mais clôt la période de recours contentieux. Elle est insusceptible de recours, conformément à l’article 181 de la nouvelle Constitution.

            L’élection du 20 mars dernier s’est tenue dans un climat particulier, puisqu’elle faisait suite au référendum d’octobre 2015 où le peuple congolais avait adopté la nouvelle constitution (Constitution du 6 novembre 2015). Cette dernière permet au Président en exercice, Denis Sassou N’Guesso (DSN), de pouvoir briguer un nouveau mandat, ce que lui interdisait l’ancienne constitution2. Dès la veille de l’élection et pendant trois jours, toutes les communications téléphoniques, internet, etc. ont été coupées au Congo Brazzaville pour des « raisons de sécurité ».

            Le 24 mars le ministre de l’Intérieur congolais a proclamé les résultats provisoires de l’élection, donnant DSN vainqueur dès le premier tour, avec un peu plus de 60% des suffrages exprimés3. Le candidat arrivé deuxième, Parfait Guy Brice Koléla, a introduit un recours le 30 mars devant la Cour constitutionnelle. Il contestait un certain nombre de faits susceptibles de remettre en cause lesdits résultats provisoires. Nous ne nous attarderons pas sur le fond puisque, de toutes les manières, la Cour s’est arrêtée sur la forme.

            En effet, dans la décision objet du présent commentaire, la Cour constitutionnelle rejette le recours de M. Koléla en le déclarant irrecevable. Il existe deux motifs d’irrecevabilité : le recours a été déposé hors délai ; le recours n’était pas accompagné du paiement du droit de timbre et d’enregistrement. Si le second motif peut prêter à sourire tellement il frise le ridicule au regard des enjeux du recours, le premier mérite que l’on s’y arrête. La Cour est dans son droit de dire le droit. Le droit comporte un certain nombre de procédures qui doivent être respectées. Cependant, elles doivent être respectées par tout le monde, y compris la Cour elle-même.

Dura lex sed lex !

            Quand débute le délai de recours devant la Cour constitutionnelle ? Telle est la question primordiale. Selon l’article 72 alinéa premier de la Constitution du 6 novembre 2015, le délai de contestation de l’élection du président de la République est de cinq jours suivant la proclamation des résultats provisoires de l’élection. Selon les principes généraux du droit et selon la loi organique n°1-2003 du 17 janvier 2003 portant organisation et fonctionnement de la Cour constitutionnelle, les résultats provisoires ayant été proclamés par le ministre de l’Intérieur le 24 mars, la Cour constitutionnelle fait courir le délai de recours à partir du 25 mars 2016.

            Ainsi, les règles applicables au délai font que le recours devait être déposé entre le 25 et le 29 mars. Le fait que le 27 ait été un dimanche et le 28 un jour férié (lundi de Pâques) n’influe pas sur le décompte des jours (délai franc), contrairement à certains commentaires de l’opposition4. C’est pourquoi, la Cour peut conclure, au terme d’une démonstration un peu laborieuse et surtout très répétitive, que « Considérant qu’il y a lieu de dire que le requérant, qui n’a pas déposé sa requête dans le délai constitutionnel de cinq jours, comme explicité ci-haut, encourt forclusion ». M. Koléla voit donc sa requête rejetée pour irrecevabilité. Continuer la lecture de « La décision 005/DCC/EL/PR/16 du 4 avril 2016 de la Cour Constitutionnelle du Congo : un poisson d’avril constitutionnel »

  1. Disponible à l’adresse : http://cour-constitutionnelle.cg/admincc/decisions/DCC_N_05_EL_PR_16.pdf []
  2.   L’ancienne constitution interdisait la possibilité d’être élu pour plus de deux mandats successifs, et fixait une limite d’âge de 70 ans pour être éligible, ce qui, de jure, empêchait DSN de se représenter. []
  3.   Le désormais célèbre « coup KO », expression déjà utilisée au Burkina Faso pour l’élection présidentielle du 29 novembre 2015. []
  4. Voir en ce sens la conférence de presse du candidat Koléla du 6 avril 2016 où deux hypothèses concernant les délais sont évoquées, qui ne nous semblent toutefois pas pertinentes. []

Le « mot de trop » de Ban Ki-Moon : le retour de la question du Sahara occidental sur la scène internationale.

Alice Corbet, Les Afriques dans le monde

6 mars 2016. Ban Ki-Moon, le Secrétaire général des Nations Unies, revient d’une visite dans les camps de réfugiés sahraouis. C’est son premier passage dans la zone. Il s’est même rendu à Bihr Lahlou, une localité de la « zone libérée » (selon la terminologie indépendantiste) par le Front Polisario. A Alger, lors d’une élocution sur la situation des réfugiés, à travers une petite phrase et par l’usage d’un seul mot, il va raviver les discussions autour du conflit du Sahara occidental. Touché par les conditions de vie des réfugiés, il y déclara : « J’ai été très attristé de voir autant de réfugiés et particulièrement des jeunes qui y sont nés. Les enfants qui sont nés au début de cette occupation ont désormais 40 ou 41 ans. Soit quarante ans d’une vie difficile. Je voulais vraiment leur apporter l’espoir que ce n’est pas la fin du monde pour eux  ».

Au-delà de la visite en elle-même, qui révoltait déjà le makhzen  (nom donné aux institutions régaliennes marocaines), le Maroc réagit vivement au terme « occupation ». Il serait « inapproprié politiquement » et « une insulte pour le gouvernement et le peuple marocains », selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères publié le 8 mars. Par la voix de son agence de presse, Rabat dénonça « avec une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés » de Ban Ki-Moon. Le 13 mars, une manifestation importante fut organisée à Rabat : elle réunissait, selon le dénombrement très certainement surestimé de l’Agence marocaine de presse, 3 millions de personnes. 84 membres marocains du personnel de la Minurso (la Mission des Nations Unies pour l´organisation d´un référendum au Sahara occidental) quittèrent leur poste 17 mars, et le royaume annonça le retrait de sa contribution de 3 millions de dollars à la mission de maintien de la paix. Enfin, le Maroc menaça de réduire sa participation aux opérations de paix de l’ONU, alors même que des centaines de ses « hommes en uniforme » participent à ces dernières à travers le monde, ayant parfois un rôle majeur comme au Congo ou en Côte d’Ivoire.

On ne reviendra pas ici sur l’origine du conflit du Sahara occidental et les évolutions auxquelles il a donné lieu1. On peut cependant rappeler que, installés depuis 40 ans, les camps de réfugiés sahraouis se situent à l’extrême Sud-Ouest de l’Algérie. Ils sont issus de la rivalité opposant le Maroc au Front Polisario au sujet du territoire de l’ancien Sahara espagnol. Le Maroc revendique ce territoire, l’ancrant dans l’imaginaire du Grand Maroc, qui considère que le royaume s’étend jusqu’au fleuve Sénégal. De fait, après la décolonisation espagnole et la Marche Verte de 1975 lors de laquelle des milliers de marocains vinrent s’installer dans ce qui fut appelé « Les Provinces du Sud », le royaume marocain a administré le territoire. Le Front Polisario conteste ce point de vue et considère que les Sahraouis devraient habiter un pays indépendant. Dans cette optique, une république a été décrétée en 1975, la République arabe sahraouie démocratique (RASD), actuellement sans territoire et en exercice dans les camps de réfugiés. Séparant les deux parties, un mur de 2700 km de long, dit « Mur de défense » ou « Mur de sable », a été construit par les Marocains en 1980, ce qui aboutit notamment à un cessez le feu en 1991, et à la mise en place de la Minurso par l’ONU, en tant que mission d’observation et de maintien de la paix.

Pendant ce temps, de nombreuses tractations diplomatiques furent mises en œuvre, l’ONU proposant d’abord la tenue d’un referendum d’autodétermination, avant que le Maroc lui soumette un plan d’autonomie pour la région. Toutes ces solutions furent rejetées, pour diverses raisons liées au corps d’électeurs potentiels ou aux modalités d’indépendance du territoire. Au niveau des alliances stratégiques, l’Algérie soutient la RASD, tout comme certaines nations « amies » et l’Union africaine (ce qui explique que le Maroc n’en est pas membre). A l’inverse, de nombreux pays confortent le Maroc, dont la France qui s’oppose à toute résolution de l’ONU sur le cas sahraoui en usant de son droit de véto. Retenons surtout que les deux parties campent sur leurs positions depuis quarante ans, avec maints jeux d’influence de part et d’autre, par le biais des campagnes de propagande, mais aussi d’intimidations (rejet de la communauté si quelqu’un se positionne « chez l’ennemi ») ou d’incitations (distribution d’un poste professionnel avantageux si une prise de position est affirmée publiquement). Continuer la lecture de « Le « mot de trop » de Ban Ki-Moon : le retour de la question du Sahara occidental sur la scène internationale. »

  1. On renverra donc à quelques articles ou ouvrages portant sur la question, tels que :  Caratini Sophie, 2003, La République des sables. Anthropologie d’une révolution, Paris : L’Harmattan ; Mohsen-Finan Khadija, Sahara Marocain : Les Enjeux d’un conflit régional, Paris : CNRS éditions,‎ 1997 ; Gaudio Attilio , Les Populations du Sahara Marocain : Histoire, Vie et Culture, Paris : Karthala,‎ 1993 ; Hodges Tony , Sahara Marocain : Origines et Enjeux d’une guerre du désert, Paris : L’Harmattan,‎ 1987. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search