Les élections éthiopiennes de 2015 : Dernière chance pour une transition pacifique ?

Le 24 mai 2015, les Ethiopien.ne.s se rendront aux urnes à l’occasion des cinquièmes élections générales depuis l’instauration du régime fédéral en 1995. Il s’agit d’élire au suffrage universel direct les 547 représentants des woreda qui siégeront à la Chambre des Représentants du Peuple (Chambre basse), la plus haute autorité législative du régime (Constitution 1995). Ces élections représentent le moment fort de la vie électorale éthiopienne. La majorité parlementaire détermine en effet l’appartenance politique du Premier ministre qui est aussi la plus haute autorité exécutive du pays. Depuis 1995 et jusqu’à sa mort en 2012, Meles Zenawi occupait cette fonction centrale. Depuis sa disparition, l’hégémonique Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (qu’il présidait également) a confirmé son dauphin Hailé Mariam Dessalegn à la tête du régime. Mai 2015 est donc inédite puisque, pour la première fois, l’élection aura lieu sans l’architecte du régime.

Sur une population totale avoisinant officiellement les 90 millions, le gouvernement attend 33 millions d’inscriptions d’ici le 19 février. C’est deux millions de plus qu’en 2010, date des dernières élections générales qui avaient laissé un goût amer aux partis d’opposition qui n’avaient décroché qu’un seul siège à la Chambre basse (un second siège étant occupé par un candidat indépendant). Girma Seifu, représentant l’Union for Democracy and Justice (UDJ), est ainsi l’unique opposant parmi les 547 députés actuels. Voyons comment se présente, schématiquement, la scène politique éthiopienne à la veille des élections de 2015.

De la démocratie révolutionnaire au democratic developmental state

Depuis son arrivée au pouvoir en 1991, l’EPRDF n’a jamais caché ses ambitions hégémoniques. Défendant alors un projet résolument et officiellement « démocratique révolutionnaire », la stratégie était on ne peut plus claire : mettre au pas l’ensemble de la société par tous les moyens (incitations, rétributions, propagande, école, voire coercition si nécessaire) pour reconstruire le pays et se maintenir au pouvoir.

Depuis la fin des années 1990, quelques événements majeurs ont façonné la vie politique, parmi lesquels le conflit entre l’Ethiopie et l’Erythrée en 1998-2000, la crise interne à l’EPRDF en 2001, ou encore les élections générales de 2005. Ces événements ont eu de profondes répercussions sur la vie politique et les pratiques du pouvoir. Notons par exemple le renforcement de Meles Zenawi à la tête du régime et l’adoption d’une politique économique conduite par un democratic developmental state. Ce dernier doit permettre au pays d’atteindre le statut de pays à revenu intermédiaire via l’économie de marché (fortement contrôlée par le gouvernement) et en s’insérant dans l’économie mondiale. Le democratic developemental state se glisse ainsi dans les vêtements confectionnés par la démocratie révolutionnaire depuis 1991 et se meut dans son maillage politique redoutable.

Ce contexte politico-économique se double du traumatisme électoral des élections générales de 2005. Après sa victoire écrasante contre l’Erythrée en 2000 et la reprise de l’activité économique, l’EPRDF ne s’attendait pas au succès des deux grandes coalitions d’opposition aux élections de 2005 (Kinidjit et Hibrät)1. Malgré ce succès, une partie des opposants appela la population à descendre dans la rue, ce qui se solda par des milliers d’arrestations et plus d’une centaine de personnes abattues dans les principales villes du pays. Afin d’éviter qu’une telle situation se reproduise en 2010, une loi sur la presse fut votée ainsi qu’une autre sur les organisations non gouvernementales, et surtout une troisième visant à combattre le terrorisme. Le résultat de cette politique associée à des intimidations et des emprisonnements (on pense à Bertukan Mideksa)  fut stalinien puisque l’EPRDF s’assura la quasi-totalité des sièges à la Chambre basse. De quoi garantir le contrôle de l’ambitieux programme politico-économique.

« Les opposants n’aiment pas la nuit2 »

Le traumatisme de 2005 se manifeste de différentes façons chez les opposant.e.s. Il s’agit pour certain.e.s de faire revivre Kinidjit (l’ « union » en amharique). C’est du moins la stratégie adoptée il y a un an par deux des plus importants partis éthiopiens, à savoir l’All-Ethiopia Unity Party (AEUP) et l’UDJ, comprenant tout deux d’anciens militants de Kinidjit. Au début de l’année 2014, l’UDJ a en effet quitté de facto une autre coalition, Medrek, afin de s’allier avec ses anciens compagnons de l’AEUP (les deux groupes partagent un nationalisme pan-éthiopien fort). Il s’agit sans aucun doute ici d’un des événements ayant marqué la vie politique de 2014, leur projet visant non pas une coalition, mais une véritable fusion (en juin 2014, un « pre-merging agreement » est signé). Ce projet de fusion n’eut cependant pas la faveur de l’ensemble des militant.e.s des deux partis. Les tensions internes s’accentuèrent, trouvèrent des échos dans la presse, et le linge sale fut lavé en public. Les irrégularités dénoncées par les militant.e.s justifièrent finalement le refus du National Electoral Board de valider la fusion entre les deux partis. La crise conduisit à l’automne 2014 à de véritables putsch internes aux deux partis, dont les leaderships furent en grande partie renouvelés. La nouvelle génération a pris les rennes, mais il est désormais trop tard pour rêver d’une renaissance de Kinidjit.

En quittant la coalition Medrek (« forum », en amharique), l’UDJ quittait sans doute l’une des initiatives les plus remarquables depuis l’instauration du multipartisme en 1991. Formée aujourd’hui de 4 partis, Medrek est la seule coalition à avoir survécu au-delà d’une échéance électorale – ici les élections générales de 2010. C’est dans ce but que Medrek a d’ailleurs changé son statut de coalition (limité à la période électorale) pour devenir un Front pérenne à l’été 2012. Medrek dispose sans doute d’un moindre support de la part de la diaspora éthiopienne, mais cela lui confère également plus d’autonomie. Ses dirigeants sont néanmoins pessimistes quant à une éventuelle ouverture politique à venir, le boycott demeurant dans tous les partis une option sérieusement envisagée (entretiens de l’auteur,  novembre 2014).

La troisième évolution notable est bien sûr l’émergence d’un groupe de jeunes militant.e.s revendiquant une nouvelle façon de faire de la politique et se déclarant prêts au sacrifice : le Semayawi Party (Parti « bleu »). Ce parti émane d’une branche dissidente de l’UDJ notamment opposée à l’alliance formée entre l’UDJ et Medrek à la veille des élections de 2010. En janvier 2012, le Semayawi Parti voit finalement le jour. Fermement opposés au fédéralisme ethnique, se définissant libéral et de centre-droit, ses leaders cherchent davantage à se démarquer des anciennes générations plutôt que de faire renaître Kinidjit. En effet, si le Semayawi Parti a encore une fois innové à l’automne 2014 en initiant une Alliance de neuf partis (dont l’UDJ, l’AEUP, et Medrek), on imagine difficilement qu’il puisse entrer en coalition avec un autre parti. Leur indépendance et leur jeunesse sont en effet au fondement de leur discours de légitimation3.

Vers une montée des tensions ?

Le gouvernement a franchi une étape inquiétante depuis l’été 2014 en accélérant le rythme des arrestations de journalistes et de responsables politiques, accusés de terrorisme ou d’incitation à la révolte. Les séjours en prisons sont récurrents pour les opposant.e.s. C’est le cas d’Habtamu Haylew, porte-parole de l’UDJ, enfermé depuis juillet 2014 et accusé de liens avec le groupe armé Ginbot 7. Les modes d’intimidation sont très divers. Merera Gudina, l’un des leaders de Medrek et professeur à l’Université d’Addis-Abeba, n’aurait pas touché sa solde depuis plus de six mois. Face aux mises en garde répétées du gouvernement et aux menaces mises à exécution, les opposant.e.s attendent un signe d’ouverture qui ne vient pas.

Les tensions sont bien présentes : manifestations de musulmans depuis 2011, manifestations inédites organisées par les partis d’opposition depuis 2013, heurts et nombreux morts dans les manifestations récentes autour de l’extension d’Addis-Abeba, mécontentements grandissant quant à la vie chère et au creusement des inégalités… Des mécontentements certes difficiles à évaluer. Mais une chose est certaine, l’EPRDF doit au plus vite tout mettre en œuvre pour que s’organisent des débats équitables et une véritable liberté d’expression. Le temps presse.

Jean-Nicolas Bach

Docteur en Science politique,

Chercheur associé à LAM

Bilbao, le 8 janvier 2015

  1. Sur les élections de 2005, voir ABBINK Jon, « Discomfiture of democracy ? The 2005 Election Crisis in Ethiopia and its Aftermath », African Affairs, vol. 105, n° 419, 2006, p. 173-199. []
  2. Phrase prononcée par un responsable de l’AEUP lors de la dernière Assemblée générale du parti tenue en novembre 2014. Il appelait ainsi ses compagnons à se presser de voter pour rentrer chez eux en sécurité. []
  3. Pour une présentation plus détaillée et récente de ces groupes partisans, voir BACH Jean-Nicolas, L’Ethiopie en route vers les élections de 2015, Observatoire des enjeux politiques et sécuritaires dans la Corne de l’Afrique, Note 2, février 2014, p. 21-33. []

Jean-Nicolas Bach

Docteur en Science Politique

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.