Archives par mot-clé : xénophobie

Afrique du Sud, mars-avril 2015 : les statues meurent (et les immigrés aussi)

Ce texte a été rédigé à la suite d’un séjour de six semaines à Stellenbosch et dans le Western Cape. Il est basé sur un dépouillement de la presse disponible dans la région du Cap, complété de la consultation de quelques sites internet. Je tiens à remercier le Stellenbosch Institute of Advanced Studies qui a financé ce séjour (en soutien d’un autre projet de recherche).

            Le 9 mars 2015, Chumani Maxwele, étudiant en quatrième année de sciences politiques à l’Université du Cap (UCT) jeta des excréments humains sur la statue de John Cecil Rhodes qui trônait au cœur du campus. Son geste déclencha une large mobilisation estudiantine pour exiger l’enlèvement de ce monument. Des membres du Rhodes Must Fall Student Movement, soutenus par certains enseignants, occupèrent le bâtiment administratif, exercèrent toutes sortes de pression sur la direction de l’université; finalement, le 27 mars, le sénat de UCT se prononça en faveur du déplacement de la statue et celle-ci fut emportée hors du campus.Van Riebeeck-Heerengracht street Une statue contestéeStatue (contestée) de Jan Van Riebeeck, envoyé en 1652 pour établir au Cap une station de ravitaillement au profit des navires de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, située au début de Heerengracht Street, dans le centre du Cap.

Figure emblématique de l’impérialisme britannique, John Cecil Rhodes, Premier ministre de la colonie du Cap de 1890 à 1896, joua un rôle décisif dans la constitution de l’Afrique du Sud du 20ème siècle. Mais, incarnant l’affairisme, la violence coloniale, le racisme, son souvenir symbolise un passé avec lequel les étudiants entendent rompre radicalement. Sur sa statue, érigée parce qu’il « donna » le domaine sur lequel fut construite l’université du Cap, se focalisèrent subitement un mécontentement diffus, une insatisfaction rentrée depuis plusieurs années suscités par la lenteur des mesures de « transformation » prises à UCT. Mais, au-delà, le mouvement pour faire tomber Rhodes condensa spectaculairement les tensions qui trament aujourd’hui la société sud-africaine : permanence et aiguisement des inégalités, incapacité du gouvernement à combattre le chômage, poussées xénophobes récurrentes et autoritarisme croissant du président Jacob Zuma couplé à une dégradation de l’image du Congrès national africain (ANC). Les protestations des étudiants de UCT firent d’ailleurs tache d’huile et plusieurs statues de personnages du passé furent vandalisées ailleurs : celle de George V à l’université du KwaZulu-Natal, de Paul Kruger à Pretoria, de Louis Botha au Cap, le mémorial aux combattants britanniques de la guerre anglo-boer à Uitenhage, jusqu’au monument dédié aux chevaux tombés pendant ce conflit à Port Elizabeth et à une statue de Gandhi, considéré comme un raciste par ceux qui à Johannesburg la peignirent en blanc1. Des groupes militants se formèrent dans d’autres universités, notamment à Stellenbosch où furent mis en cause le faible nombre d’étudiants noirs2 (38 % du total) et l’utilisation persistante de l’afrikaans dans l’enseignement, même dans le cadre de classes bilingues avec traduction simultanée3. Continuer la lecture de Afrique du Sud, mars-avril 2015 : les statues meurent (et les immigrés aussi)

  1. Sur l’ensemble de ces événements, voir : http://en.wikipedia.org/wiki/Rhodes_Must_Fall; consulté le 18/05/2015. []
  2. Au sens sud-africain agrégeant Africains, coloureds et Indiens. []
  3. Week End Argus 2/05/2015, p. 10. []