Archives par mot-clé : Togo

Les révoltes sérotinales au Togo souffleront-elles Faure ?

Comi Toulabor, LAM/Sciences Po Bordeaux

Les Togolais viennent d’ajouter une nouvelle date, le 19 août 2017, à la liste de soulèvements populaires contre la famille Gnassingbé installée, de père en fils, au pouvoir depuis 1967. Le Togo est le seul pays de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), dont Faure Gnassingbé est devenu président en exercice en juin dernier, à ne pas connaître d’alternance au sommet de l’Etat, laissant sourdre une monarchisation depuis que ce dernier a pris, dans le sang [1], les rennes du pouvoir en 2005. Le 19 août ressemble à ce moment où le désespéré produit un ultime effort pour s’arracher de la mort. 19 août donc : rampe de lancement de mouvements contestataires contre une « démocrature » [2], épaissie dans son sommeil de « stabilité » semi-séculaire. Si le bras de fer continue, on peut toutefois interroger le sens et les enjeux de ces protestations en cours, qui ne sont pas les premières que le Togo a connues depuis les années 1990 [3].

Des manifestations sérotinales pas comme les autres

Alors que le thermomètre est calé sur la torpeur de fin de saison sèche, les contestations de la mi-août 2017 ont subitement porté la température politique à un degré jamais atteint auparavant. Des premières mobilisations du 5 octobre 1990, devenues héroïques et légendaires dans la mémoire collective [4], contre Gnassingbé père, à celles en cours sous nos yeux contre son fils Faure, le fond des revendications est resté invarié. Ainsi, le « Faure must go » scandé et sa variante vociférée « Baby Gnass doit dégager » [5] que mobilise la rue sont des réactualisations plus radicales du quasi-trentenaire « Pas de démocratie sans le départ d’Eyadéma » des années 1990. Ce « dégagisme » [6]  d’un type nouveau intervient dans un contexte de neutralisation réussie d’une opposition vieillissante, archi-bavardeuse et portée sur l’auto-dévoration. Souvent mystifiée par le pouvoir, elle n’a jamais su comment imposer « des réformes constitutionnelles et institutionnelles » actées dans des accords auxquels Faure souscrit pour mieux ne pas les appliquer [7]. Comme notamment l’APG (Accord politique global) du 20 août 2006 (vieux de plus 11ans donc !), l’énième qui n’a pas pu, à l’instar des précédents sous son père, résorber la longue crise politique née de la restauration autoritaire et de la « dynastisation » du pouvoir. Par ailleurs, et plus globalement, l’Etat, devenu la négation de lui-même, a engendré de nombreux et divers frustrations et mécontentements contenus, accentuant l’absence de perspectives chez une jeunesse abondante, lassée du « plus petit nombre (qui) accapare les ressources » [8] au détriment du plus grand nombre. C’est dans ce contexte de « la fin des temps » qu’est apparu Tikpi Salifou Atchadam, nouvelle figure de l’opposition et justement considéré comme l’« Emmanuel Macron du Togo » [9]  quand ce n’est pas le « ‘messie’ des Togolais » [10].

Tikpi Atchadam : parole et action agissantes ici et maintenant !

Ayant le même âge que le pouvoir Gnassingbé, Tikpi Salifou Atchadam est né en 1967 dans le nord du pays, à Kparatao, village situé près de Sokodé, chef-lieu de la région Centrale et distant de quelque 350 km de la capitale. Dans leur conception ethno-régionaliste du longiligne territoire, les Gnassingbé considèrent que la partie septentrionale est et doit rester leur fief, et le Sud une région forcément hostile [11]. Cette « idéologie » a profondément structuré la vie politique et ses affects, et bien ancré un habitus qui rend inconcevable de voir une personne issue du fief se dresser contre le pouvoir. Le « messie », que le « plus petit nombre (de prédateurs) » n’a pas vu venir, mais dont le Togolais lambda désespéré espérait l’avènement, brise la machiavélienne devise « Divide ut regnes » et désenclave le pays. Ce qui a permis des mobilisations massives par leur ampleur, quasi hebdomadaires et synchronisées sur l’ensemble du pays ainsi que dans la diaspora dispersée en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis, grâce aux réseaux sociaux, comme le laissent voir des vidéos diffusées sur YouTube, Facebook et WhatsApp notamment.

Bon tribun, enraciné dans sa société Tem (appelée aussi Kotokoli) à dominance musulmane sur laquelle il soutint son mémoire de maîtrise à l’Université de Lomé en 2006 [12], Tikpi Salifou Atchadam sait galvaniser les foules en essaimant ses interventions de formules percutantes, de proverbes délicieux et de métaphores lumineuses qui font sens auprès de son auditoire, subjugué. Ancien responsable étudiant et fonctionnaire, l’alors dirigeant de l’aile Jeunesse claqua la porte de son parti, le Parti démocratique pour le renouveau, quand son président Zarifou Ayeva décida de rallier le nouveau gouvernement de Faure Gnassingbé issu de l’APG.

Il crée en 2014 son propre parti, le PNP (Parti national panafricain) qui n’est pas sans rappeler la consonance du TNT (Trinitrotoluène), avec pour logotype un cheval blanc cabré sur fond rouge. Il entreprend un travail de fond, rarissime chez les anciens partis, qui consiste en l’éveil politique de ses militants (estimés à un millier et demi environ) par des sessions de formation politique, des causeries et des débats sur différents sujets afin qu’ils comprennent les enjeux et se mettent debout selon lui. S’il avait tenu plusieurs meetings avant, c’est surtout son méga-meeting du 2 juillet 2017 au stade d’Agoé, dans la banlieue de Lomé, qui l’aura révélé au grand public [13]. Avec une offre politique radicale, simple et claire, il attire et fédère des foules du nord au sud du pays où la pesanteur ethno-régionaliste entretenue bridait tout mode d’action politique de portée nationale. Inlassablement, il répète avec conviction, comme dans cette interview datant du 2 juin 2017, que : « Nous ne parlons plus de réformes, mais nous exigeons le retour à la constitution de 1992 et le vote de la diaspora ou bien le départ de la minorité au pouvoir. Voilà notre position et elle est claire» [14]. En réussissant l’incroyable pari de mettre tout le Togo dans la rue le 19 août, il oblige la plupart des leaders de partis d’opposition ancestraux, incrustés pendant des décennies dans le paysage politique, à s’aligner sur lui et à clarifier les termes du débat perdu dans la confusion où le pouvoir a toujours imposé son agenda.

Quand le tiphon Tikpi syphonne tout sur son passage

Depuis le 19 août, les mobilisations de protestation, devenues pratiquement hebdomadaires, ne faiblissent pas. Elles bousculent les lignes politiques. Ainsi Tikpi Atchadam « syphonne dans le réservoir du pouvoir des électeurs originaires du nord, musulmans comme lui, lassés des promesses non tenues d’un pouvoir familial demi-centenaire. Il donne un coup de vieux à l’opposition historique, celle des « sudistes » de Jean-Pierre Fabre et consorts, et attire certains de ses partisans » [15]. Il restructure le paysage politique entre les « dégagistes » et les « dialoguistes », ceux-ci poussant à négocier avec le pouvoir toujours arc-bouté sur ses positions. Mais sous pression de la rue, début septembre 2017, Faure bricole à la hâte un avant-projet de loi qu’il compte soumettre au référendum : une diversion de plus pour éviter le retour à la constitution de 1992 que son père avait modifiée en 2002 afin de s’offrir un troisième mandat et préparer la succession dynastique, insidieusement inscrite dans l’esprit du texte [16]. Continuer la lecture de Les révoltes sérotinales au Togo souffleront-elles Faure ?