Archives par mot-clé : Sahel

Le G5 Sahel, « un machin » mort-né ?

Par Boubacar Haidara, Chercheur associé à LAM

 

Dans les lignes qui suivent, on essaye de fournir des éléments de réponse à la principale interrogation à l’origine de cette note : en sus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA)[1], et de la force française Barkhane[2], respectivement fortes de 15 209 (13 289 soldats et 1 920 policiers) et 4000 membres, la création d’une structure militaire supplémentaire, dans la situation qui prévaut actuellement dans le Sahel, était-elle nécessaire ?

Le G5 Sahel regroupe cinq pays de la bande sahélo-saharienne : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Créé en février 2014, en vue d’être déployé à la fin 2017, à l’initiative des chefs d’État de la région, le G5 Sahel est défini comme étant un cadre institutionnel de suivi de la coopération régionale, destiné à coordonner les politiques de développement et de sécurité de ses membres. A cet égard, on se demande d’emblée pourquoi, malgré son désir ardent d’y participer[3], le Sénégal a été maintenu hors du G5 Sahel (alors que plusieurs centaines de soldats sénégalais sont déployés au sein de la MINUSMA), et pourquoi l’Algérie, puissance militaire très impliquée dans le dialogue entre les protagonistes maliens, n’y a pas été invitée.

Le parrainage par la France de l’initiative du G5 Sahel aurait constitué un obstacle à l’adhésion de l’Algérie, eu égard à la défiance réciproque qui oppose les deux pays. L’exclusion de l’Algérie, qui viserait également à contrer son influence militaire dans la bande sahélo-saharienne, aurait dès le départ été planifiée par la France[4]. Il s’agit là d’un scénario qu’aucune sphère du pouvoir algérien n’aurait envisagé : la création d’une organisation dédiée à la paix et à la sécurité dans la région sans la participation de l’Algérie, la puissance militaire régionale[5].

Cette force du G5 Sahel, à terme constituée de 5 250 hommes, sera chargée de lutter contre le terrorisme et les organisations criminelles. Il lui est fixé pour objectif de contribuer à la restauration de l’autorité de l’Etat malien et au retour des personnes déplacées et réfugiées. Elle devra aussi faciliter, dans la limite de ses capacités, les opérations humanitaires et l’acheminement de l’aide aux populations, tout en soutenant la mise en œuvre des actions en faveur du développement dans l’espace du G5 Sahel. Le calendrier prévoit dans un premier temps le déploiement de sept bataillons de 750 hommes (soit 5 250 militaires). Chacun des pays aura en charge son propre territoire, mais trois zones frontalières prioritaires ont été définies pour les opérations conjointes : un fuseau ouest, à la frontière Mauritanie-Mali, un fuseau centre, aux frontières du Mali, du Niger et du Burkina, et un fuseau est, à la frontière entre le Niger et le Tchad.

Doit-on s’attendre à une efficacité du G5 Sahel ?

Avec la mise en place du G5 Sahel, la principale interrogation qui est immédiatement apparue, et qui a captivé les opinions publiques, est la question de son financement. La question essentielle, de notre point de vue, aurait dû porter sur son éventuelle efficacité et sur les résultats pertinents d’une organisation militaire supplémentaire dans la situation malienne actuelle. En tout état de cause, la grande difficulté à laquelle sont confrontés les dirigeants des pays du G5 Sahel autour du financement nécessaire à son opérationnalisation laisserait entrevoir la disparition prématurée de cette organisation. Alors que  son opérationnalisation est prévue pour la fin octobre 2017, le G5 Sahel ne dispose toujours pas des fonds nécessaires. A ce jour, seul un quart des 423 millions d’euros nécessaires à son financement a été mobilisé, soit une contribution de dix millions d’euros par pays membre, et cinquante millions d’euros promis par l’Union européenne, qui n’ont d’ailleurs pas encore été versés. On pourrait donc dire que l’organisation tourne à vide pour l’instant. La question de son financement s’avère davantage problématique dans la mesure où le président français, Emmanuel Macron (« parrain » du G5 Sahel), conditionne l’obtention de fonds potentiels à la réalisation de résultats probants : « Pour garantir un soutien dans la durée, ce sera à vous et à vos armées de convaincre que le G5 peut être efficace, dans le respect des conventions humanitaires. Les résultats doivent être au rendez-vous pour convaincre nos partenaires ».

Le G5 Sahel peut-il réussir là où la MINUSMA et Barkhane ont « échoué » ?

Les sommes évoquées dans l’opérationnalisation du G5 Sahel sont, à titre de comparaison, dérisoires  face au budget[6] de la MINUSMA qui, lui, équivaut au milliard de dollars. Face au manque d’enthousiasme de leurs partenaires occidentaux et potentiels donateurs, les Etats membres du G5 Sahel ont alors formulé le souhait de bénéficier au moins d’une part du milliard de dollars annuel mis à la disposition de la MINUSMA. Pourtant, quand on s’attache à faire le bilan des quatre années d’engagement de la MINUSMA dans le nord du Mali, les résultats perçus paraissent très minimes nonobstant les moyens considérables mis à sa disposition.

Le propos de l’ambassadeur d’Allemagne au Mali, Dietrich Becker, selon lequel « le retrait de la MINUSMA signifierait la fin du Mali »[7] est pour le moins discutable. Toutefois, les avis des populations directement concernées ont tendance à donner l’impression qu’elles ne tirent aucune satisfaction de la présence de la force onusienne au Mali. Leur avis est certainement, et à juste titre, basé sur le fait que le septentrion malien n’est pas aujourd’hui plus sécurisé, ni stable qu’au moment du déploiement de la MINUSMA. Les victimes civiles et militaires du terrorisme sont en constante croissance, et la zone d’action des groupes armés s’est considérablement élargie. L’opinion majoritaire dans la société malienne, particulièrement dans les régions septentrionales du pays, consiste à dire que la MINUSMA, avec tous les moyens dont elle dispose, est inefficace. En réponse à cette remarque constante d’inefficacité, les représentants de la force onusienne s’efforcent d’expliquer que la MINUSMA n’est pas chargée d’une mission d’interposition mais de protection des civils et de facilitation du dialogue entre les parties en conflit (l’Etat malien et les divers groupes armés). C’est justement la concrétisation de ce rôle qui apparait difficilement perceptible auprès des populations. Le cessez-le-feu entre les forces armées maliennes et les groupes sécessionnistes armés touarègues est régulièrement entaché par des affrontements ;  les attentats terroristes à l’encontre des civils et militaires (y compris les membres de la MINUSMA)[8] vont bon train ; et les conflits interethniques entre divers groupes armés d’autodéfense, faisant de nombreuses victimes civiles, sont réguliers.

Quant à la force française Barkhane, elle est supposée laisser place aux forces militaires des pays du G5 Sahel, même si on peut douter que ce soit le cas dans un avenir proche. Quels que soient les rendements futurs du G5 Sahel, on peut d’ores et déjà raisonnablement supposer que l’efficacité et les résultats escomptés seront beaucoup moindres comparativement à ceux obtenus par Barkhane, tant la préparation des hommes, les moyens financiers, techniques, logistiques varient considérablement d’une force (Barkhane) à l’autre (G5 Sahel). Lorsqu’on s’attache à faire également un bref bilan de Barkhane, au bout de près de quatre années d’opérations, on reste sur sa faim. Dans le document « Dossier de presse, Opération Barkhane »[9] (mai 2017) du ministère français de la Défense, on peut apprendre que  seulement  250 terroristes supposés ont été arrêtés ou tués et 17 tonnes d’armes saisies ou détruites. Par ailleurs, dix-neuf militaires français ont été tués. Face à ce résultat relativement modeste, ce qui est ici mis en cause n’est pas l’efficacité des soldats français, mais la difficulté à résoudre militairement le problème du terrorisme sahélien en général et malien en particulier. Ce qui nous pousse à dire que le G5 Sahel est un « machin » inutile et, de toute façon, mort-né.

Les soldats français de plus en plus indésirables dans le nord du Mali

Incontestablement l’opération Serval, qui a précédé Barkhane dans le nord du Mali, fut une réponse extrêmement efficace face à une situation d’urgence qui menaçait l’existence même du Mali. Cette intervention d’urgence avait d’abord été perçue positivement par la grande majorité des Maliens. Mais aujourd’hui, la force française Barkhane, cible régulière de manifestations hostiles[10], apparaît progressivement indésirable dans certaines contrées du Nord-Mali, principalement à Kidal. Des individus considérés comme terroristes, qui sont recherchés et appréhendés par les militaires français, sont des fils et frères qui, le plus souvent, ont tout le soutien de la communauté locale. Un constat qui laisse apparaître une profonde porosité sociale et économique entre populations et membres de groupes armés djihadistes ou sécessionnistes.

On voit donc bien que le règlement de la crise malienne ne saurait être abordé sous le seul angle militaire et sécuritaire, d’autant que les violences sont aussi très souvent alimentées par des conflits locaux et la mauvaise gouvernance. Tout règlement devrait donc obligatoirement impliquer une stratégie multidimensionnelle englobant surtout le développement, l’éducation, la création d’emplois à l’attention des jeunes en particulier et la justice. Sur ce dernier point, on constate aussi que « depuis 2013, 40 auteurs de crimes djihadistes, parmi lesquels le chef du tribunal islamique de Tombouctou Ag Alfousseyni Houka Houka, l’ordonnateur des amputations et lapidations au nom du groupe islamiste Ansar Dine, ont été libérés dans le cadre de mesures de dialogue politique, en prélude aux pourparlers des accords d’Alger. Sa libération est intervenue en même temps que celle de l’otage français Serge Lazarevitch »[11]. Continuer la lecture de Le G5 Sahel, « un machin » mort-né ?

Que fait l’armée française au Sahel ?

Article paru sur Orient XXI. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction.

Par Mathieu Rigouste1

C’est en janvier 2013 que la France a décidé d’intervenir militairement au Mali. Près de cinq ans plus tard, l’instabilité s’est accrue dans tout le Sahel, et les groupes radicaux étendent leur influence. Si Paris renforce son pré carré et ses intérêts économiques, les peuples de la région paient le prix d’une guerre sans fin.

Un réseau de bases françaises quadrille actuellement la bande sahélo-saharienne, dans la continuité historique du « pré carré » français. Les interventions militaires occidentales en Irak en 2003 et en Libye en 2011 ont contribué au développement et au renforcement des groupes armés présents dans le Sahel. Constitués sur la misère et la discrimination politique, ethnique et sociale, ces groupes émergent en réaction à la corruption, à l’autoritarisme et à la violence des États sahéliens appuyés et soutenus par la France et les pays occidentaux2.

C’est dans ce contexte que les troupes françaises sont envoyées au Mali en janvier 2013. L’opération Serval déploie 4 000 soldats en 48 heures avec pour objectif affiché de contrer ceux de ces groupes armés qui avaient pris le contrôle de la moitié nord du pays. La démonstration de force vaut label d’efficacité sur la scène internationale et une base est établie à Tessalit.

Sans mandat des Nations unies

L’opération Barkhane vient alors remplacer Serval. Déclenchée le 1er août 2014 sans mandat des Nations unies et jamais validée par le Parlement, elle reste centrée sur le Mali en reconduisant les dispositifs mis en œuvre précédemment. Mais Barkhane étend aussi officiellement son quadrillage à la Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso et au Tchad, en débordant officieusement au sud de la Libye et dans le nord du Nigeria. L’opération est légitimée publiquement par un accord de coopération de défense signé en juillet 2014, ratifié par l’État malien.

Un groupement tactique interarmes (GTIA) déploie 1000 soldats depuis Gao tandis que la base principale du commandement des opérations spéciales (COS) — l’autorité opérationnelle qui rassemble l’ensemble des forces spéciales françaises sous les ordres du chef de l’État — est installée à Ouagadougou, au Burkina Faso. Au Niger, hub militaire international, une base pour les drones et les avions de chasse est implantée à Niamey et une base opérationnelle avancée des forces spéciales l’est à Madama. Au Tchad, le dispositif Épervier (1986-2014) est reconduit, l’état-major et son socle aérien sont déployés à N’Djamena et la base de Faya-Largeau est employée pour surveiller la Libye.

La bande sahélo-saharienne dans son ensemble est ainsi soumise à la surveillance et aux interventions, émaillées de bombardements aériens, de l’armée française d’une part, mais aussi à la répression menée par les armées africaines contre les populations locales d’autre part. Des habitants dénoncent en effet des brutalités, des arrestations arbitraires et des disparitions lors de détentions secrètes de la part des troupes africaines appuyées par les forces françaises. Les soldats maliens sont notamment accusés d’extorsions et de tortures lors d’interrogatoires, rapporte l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH) en mai 2017.

Le commandement militaire des États-Unis en charge du continent africain, Africom, créé en 2007-2008 pour y développer leur présence, s’est également impliqué contre le « terrorisme » au Sahel et appuie l’initiative française, en particulier avec des moyens aériens de reconnaissance. Le 23 avril 2017, le général James Mattis, secrétaire à la défense, encourage publiquement la France à poursuivre ses opérations militaires au Sahel. Bien que concurrents en matière d’influence et d’intérêts économiques en Afrique, États-Unis et France se rejoignent pour maintenir un écosystème qui leur est favorable.

Contrôler les ressources et générer de nouveaux marchés

La concurrence chinoise menace les intérêts énergétiques et commerciaux occidentaux en Afrique depuis le début des années 2000. Le Sahel abrite de grandes réserves pétrolières ainsi que des gisements d’uranium et d’or, mais aussi de gaz, de coltan, de cuivre, de grenats, de manganèse et de lithium, de minerais magnétiques et de « terres rares » (17 éléments chimiques indispensables dans de nombreuses nouvelles technologies comme les LED ou les éoliennes). Le chercheur Mahdi Taje de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire à Paris l’assume : « La réalité géographique de cette zone permettrait à certains États, s’ils se positionnent économiquement et militairement, de mieux contrôler les richesses des États du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest. »

Les gisements d’uranium au Niger — et en particulier la mine d’Arlit — constituent l’un des facteurs principaux de l’engagement français au Sahel : Areva, géant mondial du nucléaire détenu en grande partie par l’État français, y profite d’un quasi-monopole sur l’extraction. Le général Vincent Desportes, devenu professeur associé à Sciences Po Paris, déclarait en juillet 2013 que « si la France ne s’était pas engagée le 11 janvier (au Mali), les risques les plus grands auraient existé […] pour les ressources tout à fait importantes en uranium qui se trouvent au Niger »3. Un rapport du Sénat de 2013, La présence de la France dans une Afrique convoitée appelait déjà à « assurer un accès sécurisé aux ressources énergétiques et minières. »

Le Sahel est ciblé parallèlement comme un tissu de marchés à développer. Il s’agit d’abord d’optimiser « le taux de retour » sur investissements, comme l’expliquait le ministère des affaires étrangères français aux Échos le 13 mars 2014. Quarante mille entreprises françaises dont quatorze multinationales sont présentes en Afrique4. Ces sociétés sont notamment favorisées par le placement de cadres auprès des pays sahéliens sous couvert d’« assistance technique ». Aux côtés des géants Total, Vinci, Lafarge et Areva se pressent depuis le milieu des années 2010 Orange, Accor Hotels, Veolia, Carrefour qui visent l’émergence de classes moyennes et l’urbanisation accélérée de la zone. En janvier 2017, le rapport annuel du Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN) invitait ses adhérents à cibler les villes africaines comme « nouveaux pôles de dynamisme et d’innovation ». Et notamment les marchés « de sécurité et de défense » qui occupent une place privilégiée.

Un levier pour l’exportation d’armement

Les opérations militaires au Sahel servent parallèlement de laboratoire et de vitrine pour les matériels et méthodes de l’armée française5. Serval puis Barkhane ont été l’occasion de tester et de promouvoir les avions de chasse de Dassault et les missiles de la société aéronautique MBDA. Les exportations récentes de Rafale n’auraient sans doute pu avoir lieu sans les démonstrations en Libye puis durant Serval au Mali, affirme Raphaël Granvaud6. Les lance-roquettes unitaires (LRU) ont été utilisés pour la première fois en mars 2016. Avec parfois peu de succès, des véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) et des hélicoptères Caracal, Tigre et Caïman ont pu être expérimentés. Le drone du génie Drogen développé par Infotron pour la détection d’engins explosifs a pu être testé en situation et l’avion de transport militaire A400M a passé ses évaluations à Madama en août 2016. Continuer la lecture de Que fait l’armée française au Sahel ?

  1. Chercheur indépendant en sciences sociales. Auteur notamment de L’ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine (La Découverte, 2009​). Projet en cours autour du 11 décembre 1960 en Algérie : « Un seul héros le peuple ». []
  2. A.T. Moussa Tchangari, Sahel : aux origines de la crise sécuritaire. Conflits armés, crise de la démocratie et convoitises extérieures, alternativeniger.net, août 2017 []
  3. Survie, Françafrique, la famille recomposée, Syllepse, 2014  ; p. 108 []
  4. «  Les entreprises françaises défiées dans leur pré carré  », Le Monde diplomatique, avril 2017 []
  5. Claude Serfati, Le militaire. Une histoire française, Éditions Amsterdam, 2017 []
  6. Que fait l’armée française en Afrique  ? Agone, 2009  ; interrogé en août 2014 []

ÉCRIRE, SENSIBILISER, DIFFUSER, VENDRE… MAIS QUOI ? Autour d’Africanistan

Africanistan : Serge Michailof, Africanistan. L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? Paris, Fayard, 2015.

Vincent Bonnecase

Imaginons cette image : un camion de marchandises, avec sur les marchandises des voyageurs dont le visage est recouvert par des foulards, roule à travers le désert. De nombreux bidons remplis d’eau pendent de part et d’autre. Pour qui connaît un peu cette partie du monde, cette image évoque immédiatement les migrations à travers le Sahara1. Juste au-dessus du camion, une question : « L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? ». Vu de loin, cela pourrait ressembler à l’affiche d’un parti politique (en fait serait-il maintenant plus juste, dans le cas français, de mettre « partis » au pluriel) désireux d’alerter une fois de plus l’opinion des menaces conjuguées que constituent « la crise migratoire » et « la crise des banlieues », en partant du présupposé que celle-ci est alimentée par celle-là. Mais c’est la couverture d’un livre écrit par un chercheur enseignant à Sciences po et récemment invité à le présenter à LAM (Les Afriques dans le monde), le centre d’études africaines de Sciences Po Bordeaux. Un livre dont le titre, Africanistan, associé à ce qui précède, peut suggérer que le type de violence auquel a été confronté l’Afghanistan des Talibans est amené à se propager depuis l’Afrique jusqu’aux banlieues françaises par l’intermédiaire de camions bondés de migrants qui traversent le Sahara.

Pareille couverture suscite une simple réaction de malaise, pour ne pas dire plus, avant même que le livre ne soit ouvert : celui-ci, par son simple aspect extérieur, paraît de prime abord auréoler d’une caution intellectuelle les pires clichés qui peuvent être actuellement véhiculés sur les banlieues et les migrations en France. Supposer que les migrants qui traversent le Ténéré visent la France est démenti par tous les ouvrages qui ont sérieusement étudié les migrations transsahariennes (certes avant 2010), lesquels montrent qu’une petite partie des migrants transsahariens poursuivent leur trajet en Europe, au cours d’un projet qui se construit sur la route bien plus qu’il n’est défini au départ2. Supposer que les tensions politiques, sociales et économiques qui affectent actuellement des banlieues françaises sont directement produites par les migrations fait aussi l’objet de dénonciations régulières de la part de chercheurs, entre autres, engagés dans le débat public3. Supposer que l’on (« on » c’est-à-dire, souvent, les Européens) est confronté à une « crise migratoire » sans précédent, alimentée par la guerre et par la pauvreté que connaissent des pays d’Afrique ou du Proche-Orient, est tout autant mis en question par des chercheurs qui rappellent notamment que l’Europe ne constitue la destination que d’une petite minorité des migrants et des déplacés à travers le monde4. Loin de moi l’idée d’affirmer que ces différentes suppositions sont celles de l’auteur d’Africanistan, qui précise bien à la fin de l’ouvrage qu’il ne « souscrit en rien aux thèses populistes d’un parti et d’une famille bien connus » (p. 331). Mais elles n’en sont pas moins suggérées par l’étonnante association de la couverture et du sous-titre que j’imagine visibles dans un certain nombre de librairies, tout comme par le titre des interventions médiatiques destinées à faire la promotion de l’ouvrage.

Cette couverture suscite d’autant plus malaise et étonnement que, lorsqu’on ouvre l’ouvrage, on y trouve des idées dans le sens desquelles on peut, d’après moi, abonder. Le projet essentiel consiste à déconstruire l’évidence d’une « émergence de l’Afrique », sur laquelle titre régulièrement la presse occidentale comme un contre-point à cette autre évidence, par ailleurs toujours véhiculée, d’une Afrique qui n’a de cesse de mal partir5 : l’auteur vise à mettre à mal un « excessif afro-optimisme » qui n’est que le double en miroir de « l’excessif afro-pessimisme » (p. 21). L’idée selon laquelle la forte croissance que connaît actuellement l’Afrique ne va pas de pair avec une amélioration des conditions de vie dans l’ensemble des pays africains et, encore moins, à l’échelle de chaque pays, avec une amélioration des conditions de vie de l’ensemble de ses populations est difficilement contestable : on pourrait même la conforter en s’appuyant sur des travaux qui, analysant les conditions historiques de production  des statistiques macro-économiques, invitent à analyser la croissance (ou la récession) sous le prisme d’un gouvernement par les chiffres6. L’idée selon laquelle la question démographique représente un enjeu important en Afrique subsaharienne est tout aussi difficile à contester, même si elle peut être affinée par d’autres travaux qui invitent à l’appréhender sous le prisme des perceptions locales7. Continuer la lecture de ÉCRIRE, SENSIBILISER, DIFFUSER, VENDRE… MAIS QUOI ? Autour d’Africanistan

  1. Il se trouve que j’’ai fait le voyage dans un camion de ce type (avec un toit en plus), d’Agadez au Niger à Al Gatrum en Libye, puis d’Al Gatrum à Agadez, en 2001. []
  2. Julien Brachet, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Paris, Éditions du Croquant, 2009. []
  3. Véronique Le Goaziou et Laurent Mucchielli (dir.), Quand les banlieues brûlent : retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, 2007. []
  4. Cris Beauchemin et Mathieu Ichou, Décentrer le regardAu-delà de la crise des migrants, Paris, Karthala, 2016. []
  5. Cette question a fait l’objet d’un colloque récent coordonné par Didier Péclard et Anne Mayor, « L’Afrique émergente », Global Studies Institute de l’Université de Genève, 22 et 23 septembre 2016. []
  6. Vincent Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique. De la « réussite » économique du colonialisme tardif à la « faillite » des Etats africains (v.1930-v. 1980) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62, 2015, p. 33-63. []
  7. Barbara Cooper, « De quoi la crise démographique au Sahel est-elle le nom ? », Politique africaine, n°130, 2013, p. 69-88. []

La régionalisation paradoxale du Maghreb et du Sahel

            Une nouvelle région est-elle née ? Une ancienne région a-t-elle été ressuscitée ? La manière dont étaient envisagées, jusque-là, les aires du Maghreb et du Sahel1 a fortement évolué ces dix dernières années. Les circulations d’idées, de biens et de personnes traversant ces deux régions les ont finalement réunies après que l’économie politique et symbolique coloniale les ait longtemps séparées, voire opposées.

            Les circulations dans l’aire maghrébo-sahélienne oscillent entre légal et illégal, formel et informel, centres et périphéries. Trop souvent traitées sur le plan normatif du droit, elles mettent surtout en mouvement les groupes sociaux et les économies qu’elles relient, influençant au passage les dynamiques internes des États comme leurs relations extérieures. Le trafic de biens illicites n’est pas la contrebande, et les mouvements transfrontaliers n’échappent pas entièrement aux États ; la régionalisation des échanges entre Maghreb et Sahel se déroule, au contraire, à partir des opportunités créées par les frontières et l’absence de régionalisme renvoie aux stratégies de concentration des groupes dominant les appareils d’Etat (Bach, 2003). Continuer la lecture de La régionalisation paradoxale du Maghreb et du Sahel

  1. Il sera question, ici, du Sahel car les circulations  évoquées excèdent l’espace saharien stricto-sensu. []