Archives par mot-clé : patrimoine

Les manuscrits de Tombouctou : pour en finir avec l’oralité ?

cliché CB 14/12/2016
cliché CB 14/12/2016

Grâce à l’édition 2016 du Festival international du film d’Histoire de Pessac (Gironde, France), le grand public a pu littéralement toucher du doigt une réalité demeurée jusque-là plutôt virtuelle : l’Afrique a stocké depuis une dizaine de siècles des centaines de milliers de textes écrits, mais la plupart étaient restés cachés, et très peu d’entre eux ont été réellement exploités. L’idée selon laquelle l’Afrique subsaharienne est un continent de tradition orale avait donc pu prospérer, et elle a failli définitivement s’installer lorsque des groupes islamistes armés ont commencé à détruire, à Tombouctou notamment, tout ce qui pouvait ressembler à une trace historique écrite des peuples vivant dans les zones occupées.

Il aura donc fallu ce « sauvetage » pour que le regard commence à se décentrer. Certes, il fallait aussi qu’il soit médiatisé – voire dramatisé – pour que l’attention soit attirée vers ce fait divers sensationnel plutôt que vers un autre. Mais force est bien d’admettre que les actions entreprises par Abdelkader Haïdara sortaient de l’ordinaire et méritaient qu’on souligne le courage physique et la détermination dont le « sauveur des manuscrits de Tombouctou » avait fait preuve pendant les quelques mois terribles des années 2012 et 2013.

Jusque-là, des dizaines de milliers de manuscrits dormaient dans des maisons familiales ou dans le centre Ahmed Baba de Tombouctou. À vrai dire, ceux qui étaient stockés chez l’habitant étaient réellement cachés, parfois même « murés » derrière des fausses cloisons, parce que dans la mémoire collective on n’avait pas oublié que les Marocains d’abord, aux 17ème et 18ème siècles, et les Français ensuite, pendant la conquête et la colonisation, avaient la fâcheuse habitude de dérober ces pièces historiques et d’en masquer l’existence.

http://danslerush.ijba.u-bordeaux-montaigne.fr/on-prepare-le-retour-a-tombouctou/

Ainsi qu’il l’a raconté au public du FIFH de Pessac le 15 novembre dernier, Abdelkader Haïdara était lui-même dépositaire, depuis plusieurs générations, d’une bibliothèque familiale regroupée dans la Mamma Haïdara. Mais la prise de contrôle par des groupes islamistes armés de toute la région nord du Mali (l’Azawad des Touareg) et le début de destruction des signes « païens » de l’islam, à Tombouctou notamment, l’a incité à entreprendre une vaste opération d’exfiltration des manuscrits stockés dans la ville. Pour ce faire, il a noué des contacts étroits avec les autres familles, acheté des centaines de cantines métalliques, loué des véhicules tout-terrain et, pendant des mois, trompé la vigilance de la police islamique qui bloquait les issues de Tombouctou en masquant les précieux colis sous des grappes de réfugiés autorisés à quitter les lieux.

Au total, 377 491 manuscrits ont été transférés de Tombouctou à Bamako entre 2012 et 2013. On estime à environ 20 000 le nombre de ceux qui ont été perdus, notamment quand ils ont été découverts par les occupants et immédiatement brûlés. Toutefois, certains témoignages laissent supposer que seules les couvertures ont été calcinées devant les caméras, et que les feuillets intérieurs ont été conservés pour être revendus sur les marchés parallèles

J’ai retrouvé Abdelkader Haïdara à Bamako début décembre, et j’ai pu visiter la grande bâtisse du quartier Baco Djicoroni qui abrite son ONG (SAVAMA-DCI, Sauvegarde et Valorisation des Manuscrits pour la Défense de la Culture Islamique). Le bâtiment est protégé par sa discrétion et par des portes métalliques solides. À l’intérieur, c’est une ruche : 112 personnes y sont employées pour nettoyer les feuillets, les numéroter, les répertorier, les numériser, les ranger dans des boîtes protectrices fabriquées sur place et sur mesure, et les stocker sur des étagères dans des salles à l’hygrométrie contrôlée. Le local étant trop petit malgré ses deux étages, une partie des boîtes sont rangées dans d’autres maisons, tout aussi sécurisées et maintenues à température et hygrométrie constantes.

cliché CB 14/12/2016
cliché CB 14/12/2016

La sauvegarde de tous ces documents est assurée par douze postes de numérisation, d’une capacité totale d’environ 500 pages par jour, qui transfèrent leurs données sur plusieurs disques durs externes, mettant ainsi définitivement à l’abri tous ces textes dont le monde entier – et pas seulement celui des historiens – attend avec impatience qu’ils soient exploités et livrent des informations négligées pendant des siècles. Continuer la lecture de Les manuscrits de Tombouctou : pour en finir avec l’oralité ?