Archives par mot-clé : Islam

The FIS Ex-militants in Algeria : from combat to re-integration

Although recent commentaries suggest that the doctrinal seeds of extremist Islam were planted in Egypt through the writings of Hassan Al-Banna and Sayyid Qutb1, Algeria, in fact, is the first Arab country that had experienced this brand of extremism. During the seventies, Houari Boumediene, the second president of Algeria, contained the Islamic movements through social and economic development strategy that based on boosting the agricultural sector, heavy industrialization, and expanding opportunities for education2. He succeeded in maintaining a single-party state, and relative security, by shifting the government focus from political to the economic development. Even though there was growing dissent, regarding his economic and education policy decisions, these cleavages did not prevent him and his friends from becoming the driving force of policy-making.3

 Nevertheless, with the serious economic decline following the fall in oil prices in the 1980’s, efforts at promoting development failed and the debt increased. Under Boumediene’s successor, Chadli Bendjedid, the government proved unable to implement efficient strategies to stop the debt spiral and failed to control the process of economic readjustment. Wages were frozen, prices soared, food commodity’s speculation raised, and soon, basic foodstuffs such sugar and milk were becoming increasingly rare. As a result, the rentier peace and the authoritarian modernization model that was established since the independence, had been challenged by the political opposition, both liberal-secular and Islamic, that began to reclaim the political participation. In such dire circumstances, the government had no choice other than to amend the constitution and accept a multiparty system.

The state-society rupture : toward the radicalization of social grievance:

Unfortunately, although both opposition movements were opposed to the autocracy, they stood as rivals in their efforts to mobilize support. They made no attempt to coordinate their efforts. While the liberal militant party failed to obtain large social support, The Islamic Front of Salvation (“FIS”) under the leadership of Ali Belhaj and Abbas Almadani4 scored a major electoral victory. The Islamic movement deliberately exploited the traditional-conservative nature of the social periphery, and the economic deterioration, to successfully gain unconditional support from both rural and urban segments of the country. The accumulated support was not limited to the poor population, rather the Islamic movement attracted people from wide array of socio-economic backgrounds. Nevertheless, the wage earners selling only their labor, constituted a considerable portion of that support. Despite Boumediene’s efforts to transform those wage earners into an important social actor in the society, they could not adopt the class conscious needed to offset the military hegemony, nor could they develop a collective sense of solidarity. Thus, a large part of them preferred to engage with the FIS. However, it is important to acknowledge the remarkable efforts of the trade union leaders in their attempts to face the FIS as well as the oppressive policies of military during the war5.

  The FIS protests burst onto the scene in 1990, cementing Islamic presence and its political manifestations. In cities and countryside alike, the Algerian people participated vigorously in protests. The images and videos of Algiers during this time are shocking and express the profound social unrest that the country was living. Thousands of people crowded in large squares, listening to speeches of Ali Belhaj and his followers, and screamed in unison “Allah Akbar”. The Mosques became the centers of social and political mobilization. Consequently, the state ideology was challenged and the legitimacy of dominant elite was eroded. Continuer la lecture de The FIS Ex-militants in Algeria : from combat to re-integration

  1. Both of Egyptian origins, Hassan Al-Banna and Sayyid Qutb’s books and texts played a dominant role in the formulation, organization, and diffusion of fundamentalist Islam. The first is the founder of the Muslim Brotherhood; the second is the most influential thinker and philosopher identified with radical Islam. The best work on the Muslim Brotherhood is Richard Mitchell, The Society of Muslim Brothers (London 1969); for an outstanding compilation of the writings of Sayyid Qutb, see Albert J. Bergesen editor, The Sayyid Qutb Reader: Selected writings on politics, religion and society (Routledge 2008). After studying in the US, Qutb returned to Egypt where he joined hands with President Nasser in his fight against British colonial rule, only to become a victim of Nasser’s purges of the Muslim Brothers (Ikhwan). Al-Banna was assassinated in 1949. []
  2. John Ruedy, Modern Algeria: the origins and development of a nation (USA: Indiana university Press, 1992), 216-220.  []
  3. Interview with Ahmed Talib Al-Ibrahimi, (ex-minister at Boumedien’s government), presented by Ahmed Mansour, part 06 and 07, Aljazeera, available in; https://www.youtube.com/watch?v=7BYyZD2Ru3o. []
  4. Abbas Almadani was a professor of psychology at the university of Algiers, and Ali Belhadj was a professor of Arabic. []
  5. Unfortunately, some trade union leaders and technocrats who refused the new system and the FIS, were the victims of violence and exclusion from both sides. I had many interviews with trade union leaders which were dependent to Alhadjar factory in Annaba before the privatization process. They struggled hard to protect the factory’s production from the military, especially during civil war. Interview with Yakoubi Mahmoud, (one of the pioneer leaders of trade union in Alhadjar, Annaba) 10-12-2008 []

République islamique en Gambie : toujours Jammeh…

Jean-Claude MARUT

Chercheur associé à LAM

Le 12 décembre 2015, Yahya Jammeh décrétait la Gambie République islamique, la deuxième du continent après celle de Mauritanie (1991). Bien que concernant le pays le plus petit et l’un des moins peuplés du continent (deux millions d’habitants), la nouvelle n’est pas passée inaperçue : en pleine poussée islamiste en Afrique de l’Ouest, le pire était à craindre de la part d’un chef d’Etat aussi imprévisible qu’autoritaire. La Charia n’a cependant pas été instaurée à Banjul1, l’obligation faite aux femmes fonctionnaires de porter le voile a rapidement été abandonnée, l’alcool est toujours en vente libre, on entend de la musique dans les rues, et les touristes européens continuent à bronzer sur les plages. « Nous serons une république islamique qui respecte les droits de tous les citoyens et des étrangers » a promis Jammeh, qui s’est montré rassurant envers une minorité chrétienne estimée à 8% de la population. En d’autres termes, la mesure n’a rien changé et, jusqu’à preuve du contraire,  elle n’apparaît que comme un affichage.

L’affichage islamique n’est pas nouveau chez Jammeh. Il y a longtemps, en effet, que le fougueux lieutenant putschiste de 1994, qui passait pour un admirateur de feu Thomas Sankara, a entrepris de changer son image (en même temps que son régime). Légitimé par les urnes après avoir quitté l’armée, il s’est efforcé de donner l’image d’un pieux musulman, arborant grand boubou2, chapelet et Coran. L’accumulation de titres qu’il s’est peu à peu attribués n’a fait que conforter cette image : « Son Excellence Cheikh Professeur Alhadji Docteur Yahya Jammeh Abdul-Aziz Jemus Junkung Babili Mansa ». De cet inventaire à la Prévert, qui pourrait le faire entrer dans le Livre Guinness des records, émerge l’image d’un sage associant la piété au savoir et aux pouvoirs (notamment celui de guérir le sida et le cancer par des plantes…) reçus de Dieu.

Mais si Jammeh assure que son pouvoir lui vient de Dieu, cela ne lui confère officiellement aucun droit particulier : le chef de l’Etat gambien n’est pas un guide religieux. Lorsqu’il a imposé en 2015 une date unique de célébration de la Korité, qui marque la fin du ramadan, c’était moins pour des motifs religieux que pour affirmer son autorité : mettre fin à la cacophonie entre des confréries soufies dont le poids économique et politique est bien moindre qu’au Sénégal voisin. Et s’il s’est référé à l’islam pour combattre la mode de la dépigmentation ou pour interdire l’excision, il semble que c’est avant tout pour des raisons sanitaires. Quant à la Constitution du pays, bien que laïque, elle accorde déjà une place au droit musulman (comme au droit coutumier). Mais, jusqu’à présent, c’est uniquement pour des questions relevant du statut personnel (mariage, divorce, succession…). La seule question qui se pose est de savoir si cette place sera étendue, et jusqu’où, par un projet de loi qui doit être déposé devant l’Assemblée nationale « pour commencer le processus d’application » de la République islamique3 : Pour justifier une telle évolution, il a invoqué « la nécessité de préserver l’identité et la foi islamique du pays ». Mais qui menace cette identité et cette foi, dans un pays qui compte autour de 90 % de musulmans ? En fait, ce qui semble menacé, c’est plutôt le régime lui-même, confronté à une crise sans précédent du modèle sur lequel il a vécu jusque-là. Continuer la lecture de République islamique en Gambie : toujours Jammeh…

  1. Son instauration en Mauritanie n’empêche nullement ce pays de collaborer avec les Occidentaux dans la lutte contre le terrorisme. Des militaires gambiens ont d’ailleurs bénéficié d’un entraînement dans des camps de l’armée mauritanienne. []
  2. Selon une source bien informée, l’ample boubou du président cacherait en fait un gilet pare-balles, ce qui montrerait que sa foi a des limites… []
  3. « Pour nous musulmans, nous serons gouvernés par la loi éclairée par la Charia, basée sur le Coran », vient de déclarer Jammeh. Source APA, 1/4/2016 (« Le président gambien accuse l’Occident de créer des groupes terroristes »). []

Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

Boubacar Haïdara

Chercheur associé à LAM

La situation d’Etat d’urgence qui a prévalu au Mali après l’attentat du 20 novembre 2015 du Radisson Blue a justifié le choix du gouvernement malien d’interdire tout rassemblement public, en l’occurrence la célébration du Maouloud1 de décembre 2015. En réalité, il s’agissait d’une prolongation de 10 jours décidée lors du Conseil des ministres du 21 décembre 2015, qui visait à prévenir tout risque sécuritaire, dans une période faste en manifestations publiques : 23 décembre et 30 décembre (cérémonies de naissance et d’Al-‘aqiqa2 du  Prophète) ; 25 décembre et 31 décembre (Noël et Saint Sylvestre). Chérif Ousmane Madani Haïdara, célèbre prêcheur et leader d’Ançar Dine, l’association islamique qui compte le plus grand nombre de membres au Mali, et ses disciples ont vu dans cet acte une démarche délibérée du pouvoir  en vue de « saboter » cet événement religieux, extrêmement important pour les sympathisants du « Guide » de ce mouvement.

Le Maouloud est en effet l’un des événements, sinon le principal événement qui mobilise un très grand nombre de Maliens. Chérif Ousmane Madani Haïdara est le prêcheur qui a fait de l’anniversaire du prophète Muhammad un rendez-vous annuel majeur, un événement pourtant considéré par la communauté wahhabite comme une innovation dans l’islam ; elle ne s’associe d’ailleurs guère à sa célébration. La cérémonie du Maouloud avait lieu auparavant dans le stade Modibo Keïta de Bamako, de 25 000 places. Depuis quelques années, l’affluence des fidèles du ‘’Guide’’ Haïdara est telle qu’il se déroule désormais dans le stade du 26 mars, d’une capacité de 60 000 places. Celui-ci peine d’ailleurs à accueillir la totalité des fidèles. Un grand nombre d’entre eux est contraint de rester aux abords du stade, où sont installées des enceintes permettant de suivre l’intervention du ‘’Guide’’ de l’extérieur.

Nonobstant les efforts de sensibilisation et de dissuasion des autorités, la célébration du Maouloud, dans un stade du 26 mars saturé ne fut pas déprogrammée et s’est tenue à la date préalablement indiquée. L’attitude des autorités étatiques a été interprétée comme étant antimusulmane, et Chérif Ousmane Madani Haïdara s’est empressé de mettre en garde le pouvoir contre les intimidations et menaces qui auraient été formulées à son endroit. Il expliqua aux dirigeants maliens qu’aucune menace ne saurait constituer un frein à l’islam. Devant une foule surexcitée, dans un stade du 26 mars comble, il rejeta les recommandations des autorités maliennes, en les qualifiant d’intimidations, et enjoignit ses très nombreux soutiens de les dénoncer. L’occasion était belle pour le « Guide » d’Ançar Dine de charger les autorités, accusées de prévarication. Paradoxalement, comme pour banaliser l’événement, et faisant fi de son ampleur, les mesures de sécurité adéquates semblent n’avoir pas été mises en place par les pouvoirs publics. Ce fut ainsi l’occasion pour Haïdara de rappeler les incidents3  de février 2011, dont la responsabilité avait été imputée à l’Etat. Les différends autour de l’événement ont semblé affaiblir le président Kéita, et renforcé davantage l’engouement autour du Maouloud 2015. La participation a été décrite comme l’une des plus importantes avec 75 000 participants. Tout comme au Sénégal où « les religieux font et défont les rois »4, désormais, au Mali, un homme politique qui ambitionne d’accéder à la magistrature suprême doit au préalable s’assurer du soutien des leaders religieux. Continuer la lecture de Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

  1. Le Maouloud est la fête qui commémore la naissance du Prophète de l’islam []
  2. La cérémonie d’Al-‘aqiqa (célébrée au septième jour de la naissance) consiste à raser la tête de l’enfant, les cheveux du nouveau-né étant considérés comme impurs, donner en aumône l’équivalent du poids des cheveux en poudre d’or ou la valeur en argent (monnaie), faire des prières appropriées pour le nouveau-né, rendre public le prénom qu’on lui a choisi et, enfin, faire un sacrifice, un mouton si le nouveau-né est une fille, deux si c’est un garçon. Celui-ci peut également être circoncis au septième jour de sa naissance ou ultérieurement []
  3. A la fin du prêche tenu par le ‘’Guide’’ Haïdara,  en février 2011, trente-six personnes avaient trouvé la mort, et soixante-quatre autres blessées dans une bousculade. Ces incidents sont survenus malgré une sécurité assurée par l’Etat. Chérif Ousmane Madani Haïdara, en réaction au drame, a expliqué que les huit années qui ont précédé, la question de la sécurité avaient été prise en charge par son mouvement, qui faisait appel à des membres de la police nationale (moyennant rétribution), sans qu’il ne se produise aucun incident. Il a ainsi pointé du doigt les membres de la sécurité nationale, en expliquant qu’il est plus difficile de maîtriser 50 jeunes dans une boîte de nuit que des milliers de fidèles sur un lieu de prêche. Ces derniers, selon lui, « sont strictement attentifs à notre écoute, ils agissent conformément à nos recommandations, et ne sauraient donc être la source d’aucun débordement ». []
  4. Wane B., 2010, L’islam au Sénégal, le poids des confréries ou l’émiettement de l’autorité spirituelle, Thèse de doctorat de l’université  de Paris-Est, (Sociologie/Anthropologie), 579 p. []