Archives par mot-clé : Côte d’Ivoire

Quand le cours du cacao provoque des mutineries en Côte-d’Ivoire

C. BOUQUET
Les Afriques dans le monde
23 juin 2017

La mondialisation ne cesse d’étonner. On savait que les fluctuations du cours du riz au Chicago Board of Trade pouvaient se répercuter en moins de 24 heures sur les marchés d’Antananarivo. Mais on n’avait pas encore imaginé que l’effondrement du cours du cacao pourrait avoir un rapport avec la colère des soldats ivoiriens, alors même que les planteurs se résignent à leur sort.

Il est vrai que la Côte-d’Ivoire est bien placée pour illustrer cet apparent paradoxe : c’est, d’une part, le premier producteur mondial de cacao et, d’autre part, c’est un État qui n’a jamais été porté sur la chose militaire. On se souvient que le président Félix Houphouët-Boigny, au moment des indépendances en 1960, avait préféré déléguer la défense de son pays à l’armée française plutôt que prendre le risque de nourrir chez ses compatriotes en treillis l’ambition de le renverser.

Cinquante ans après, le camp de Port-Bouët abrite encore plus de 1000 militaires français, censés servir de base arrière à l’opération anti-terroriste Barkhane, tandis que l’armée ivoirienne compte environ 22 000 hommes dont le comportement récurrent semble donner raison aux inquiétudes du « Vieux », puisqu’ils passent beaucoup plus de temps à se rebeller qu’à effectuer, sinon des opérations militaires orthodoxes, du moins des manœuvres d’entrainement de routine.

Il convient aussi de rappeler que cette armée n’a guère de passé fondateur. La maigre troupe tolérée par Houphouët-Boigny s’était embourgeoisée depuis la fin des années 1970 en échappant aux mesures d’austérité exigées par le FMI. Ainsi, les militaires avaient fait partie des « décrochés » de la grille indiciaire de la fonction publique, c’est-à-dire qu’ils continuaient à toucher des salaires confortables pendant que les « raccrochés » voyaient leurs revenus fondre au rythme des mesures d’austérité des PAS (programmes d’ajustement structurel).

Puis les soldats, comme les autres, ont été confrontés à la corruption des élites, et c’est pour protester contre des primes non payées à ceux qui avaient servi en 1998 comme casques bleus en Centrafrique (la MINURCA) qu’ils étaient sortis dans les rues en décembre 1999. Ils ont ainsi découvert l’ivresse du racket et des pillages, puis celle du pouvoir puisque le général Robert Gueï profita de la situation pour renverser le président élu Henri Konan Bédié.

La débandade – au sens militaire du terme – s’accentua en 2002 lorsque certains choisirent de soutenir Guillaume Soro, ex-leader du syndicat étudiant, dans sa révolte du nord qui provoqua une partition du pays pendant près de cinq ans. Lors de l’Accord politique de Ouagadougou (2007) qui réunifia la Côte-d’Ivoire, il fut admis qu’un certain nombre de ces soldats perdus, ainsi qu’un nombre plus grand encore de civils armés pendant la rébellion (soit 8 400 hommes au total) seraient intégrés à l’armée régulière. Mais l’application de cette disposition n’ayant jamais été claire, les intéressés finirent par se signaler lors d’une première « mutinerie » en novembre 2014.

Ceux qui avaient effectivement été intégrés dans l’armée « régulière » réclamaient le paiement de leurs arriérés de salaires pour la période 2009-2011. La promesse de règlement n’ayant pas été tenue, de nouvelles mutineries éclatèrent en janvier 2017, aggravées par des exigences supplémentaires : aux 5 millions de Fcfa (7 600 €) dus au titre de la régularisation, les ex-combattants ajoutaient 7 millions de Fcfa (10 600 €) qu’ils justifiaient par d’autres promesses aussi peu étayées que surréalistes (une villa et une prime dite Ecomog correspondant à des opérations imaginaires).

Et, pendant ce temps-là, plusieurs facteurs se combinaient dans l’ombre de l’économie de marché pour faire dégringoler les cours du cacao : d’abord une surproduction ivoirienne (1,9 million de tonnes, contre 1,5 lors de la précédente campagne) mal compensée par une faible augmentation de la demande, puis une réorientation des spéculateurs qui abandonnèrent certaines matières premières agricoles pour aller faire du profit ailleurs. S’ajoutèrent quelques rumeurs sur le vieillissement des vergers ivoiriens, ou sur la menace du swallen shoot (maladie des cacaoyers), et la tonne de cacao passa de 2 600 livres sterling en juillet 2016 à 1 400 livres en janvier 2017, au moment où les ex-combattants recommençaient à s’énerver.

De telle sorte que l’État ivoirien, privé de l’essentiel de ses recettes budgétaires, n’était plus en mesure de remplir ses promesses et dut proposer un échelonnement des versements : 5 millions en janvier 2017 et 7 millions en mai 2017.

Hélas, comme dans toute fuite en avant, le temps que l’État croyait avoir gagné joua contre lui. Ces millions distribués aiguisèrent en effet les appétits, notamment ceux des ex-combattants qui n’avaient pas été intégrés dans l’armée mais qui avaient été insérés dans le programme DDR (Démobilisation, Désarmement, Réinsertion), c’est-à-dire plus de 60 000 individus. Et, de leur côté, les fonctionnaires rappelaient qu’il subsistait dans leur secteur un stock d’arriérés qu’il serait judicieux de ne pas oublier. Continuer la lecture de Quand le cours du cacao provoque des mutineries en Côte-d’Ivoire

L’élection présidentielle du 25 octobre 2015 en Côte d’Ivoire. Sous basse tension.

Christian BOUQUET

Géographe. LAM


Après les violences qui avaient suivi la dernière élection présidentielle de novembre 2010 en Côte d’Ivoire, faisant officiellement 3000 morts et probablement beaucoup plus en cinq mois de guerre civile, on attendait avec inquiétude le rendez-vous de 2015.

Présent sur place pendant toute la campagne électorale (9-23 octobre) et observateur attentif le jour du vote (25 octobre), j’ai pu recueillir les quelques notes qui suivent et lister les éléments qui mériteront une analyse plus approfondie1.

Cocody ADO

Cette photo était inimaginable pendant la campagne électorale de 2010 : planté au matin du 9 octobre en plein campus universitaire de Cocody, un gigantesque panneau électoral appelait à voter pour Alassane Dramane Ouattara (ADO). Ainsi l’ancien fief de la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire, autrefois bras armé de Laurent Gbagbo) semblait aujourd’hui anesthésié au point que personne n’a même songé à vandaliser l’affiche. Personne ne s’est davantage posé la question de savoir si un campus universitaire pouvait légalement accueillir la propagande électorale nationale.

En fait, les Ivoiriens avaient sans doute encore quelques sujets de mécontentement ou de frustration, mais ils avaient encore davantage envie que tout se passe calmement. Dans la capitale économique, les activités laborieuses et festives n’avaient pas diminué à l’approche du scrutin et, à l’intérieur du pays, la situation sécuritaire était si peu inquiétante que le départ du 22ème Tour cycliste de la Côte d’Ivoire avait été donné début octobre à Dabakala, pour une première étape qui devait conduire la soixantaine de coureurs venus d’Afrique et d’Europe à Katiola. Il n’y a pas si longtemps, la piste empruntée était l’axe préféré des coupeurs de route.

Et le climat des affaires ? Contrairement aux tendances enregistrées habituellement à la veille d’une élection importante, rien ne semblait avoir été mis en sommeil en attendant les résultats, et les investisseurs étrangers continuaient à remplir les avions qui desservent Abidjan, notamment l’énorme A380 qui se pose trois fois par semaine dans la capitale économique ivoirienne.

Mois de tous les dangers, octobre 2015 allait-il accoucher d’une souris ? Continuer la lecture de L’élection présidentielle du 25 octobre 2015 en Côte d’Ivoire. Sous basse tension.

  1. Pour une analyse de la préparation de ces élections, cf. http://lamenparle.hypotheses.org/20 []

Procès de Simone Gbagbo et réconciliation nationale : encore des malentendus en Côte d’Ivoire (et ailleurs)

Pancarte C Bouquet
Pancarte C Bouquet

En condamnant l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire à vingt ans de prison le 9 mars 2015, le tribunal d’Assises d’Abidjan a rendu un verdict paradoxal. En effet, si la peine n’a pas semblé trop lourde aux familles des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, elle est apparue démesurée aux yeux des pro-Gbagbo. Elle était surtout disproportionnée par rapport à la réquisition de l’avocat général (qui avait réclamé dix ans) et plus encore par rapport au procès, au cours duquel les charges et les témoignages étaient si minces que de nombreux observateurs entrevoyaient une relaxe générale.

En fait, ce procès a reposé sur plusieurs malentendus. D’abord – et l’opinion publique l’a compris très tard –, il ne portait que sur les accusations d’atteinte à la sécurité de l’Etat, et non pas sur les crimes de sang, crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou génocide. Ces chefs d’inculpation demeuraient apparemment du ressort de la Cour pénale internationale, sauf si la justice ivoirienne pouvait démontrer qu’elle était en capacité d’en juger elle-même. Or, à l’évidence, la justice ivoirienne a plutôt montré dans ce premier procès son manque de professionnalisme. Le tribunal avait déjà reporté de deux mois les audiences faute de bien maîtriser le processus de désignation des jurés. Puis la partie civile, uniquement représentée par l’avocat du gouvernement, n’a pas été en mesure de produire des preuves tangibles et encore moins des témoins fiables, laissant ainsi accréditer l’idée que tous les prévenus étaient quasiment innocents. De son côté, la défense a joué sur du velours en « rappelant » que le chef de l’Etat de l’époque était, selon la Cour constitutionnelle, Laurent Gbagbo et non pas Alassane Ouattara. Continuer la lecture de Procès de Simone Gbagbo et réconciliation nationale : encore des malentendus en Côte d’Ivoire (et ailleurs)

Côte d’Ivoire : Nombreuses incertitudes avant la présidentielle d’octobre 2015

Comme si de rien n’était, la date de la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire a été fixée exactement cinq ans après la précédente (25 octobre et 22 novembre 2015). On se souvient que la contestation des résultats de 2010 avait déclenché une violente crise post-électorale, conduisant l’actuel président de la République Alassane Ouattara à prêter serment deux fois : le 4 décembre 2010 après la certification des résultats par l’ONU, puis le 7 mai 2011 après la reddition du vaincu Laurent Gbagbo (11 avril 2011).

 Depuis cet épisode, la Côte d’Ivoire donne l’impression d’avoir retrouvé la sérénité nécessaire pour affronter de nouveau ce scrutin majeur. C’est ainsi que les élections intermédiaires se sont déroulées aux dates normales (décembre 2011 pour les législatives1, avril 2013 pour les municipales et les régionales2) et sans difficultés particulières si ce n’est qu’elles ont été boycottées par le FPI (Front populaire ivoirien, parti de l’ancien président Gbagbo), arc-bouté sur le refus des résultats de 2010.

 Sérénité nécessaire, mais peut-être pas suffisante. En effet, plusieurs pierres d’achoppement subsistent et sont de nature soit à compromettre le processus pré-électoral, soit à en allonger la durée. Continuer la lecture de Côte d’Ivoire : Nombreuses incertitudes avant la présidentielle d’octobre 2015

  1. http://echogeo.revues.org/13017 []
  2. http://echogeo.revues.org/13697 []