Archives par mot-clé : coopération militaire

Le G5 Sahel, « un machin » mort-né ?

Par Boubacar Haidara, Chercheur associé à LAM

 

Dans les lignes qui suivent, on essaye de fournir des éléments de réponse à la principale interrogation à l’origine de cette note : en sus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA)[1], et de la force française Barkhane[2], respectivement fortes de 15 209 (13 289 soldats et 1 920 policiers) et 4000 membres, la création d’une structure militaire supplémentaire, dans la situation qui prévaut actuellement dans le Sahel, était-elle nécessaire ?

Le G5 Sahel regroupe cinq pays de la bande sahélo-saharienne : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Créé en février 2014, en vue d’être déployé à la fin 2017, à l’initiative des chefs d’État de la région, le G5 Sahel est défini comme étant un cadre institutionnel de suivi de la coopération régionale, destiné à coordonner les politiques de développement et de sécurité de ses membres. A cet égard, on se demande d’emblée pourquoi, malgré son désir ardent d’y participer[3], le Sénégal a été maintenu hors du G5 Sahel (alors que plusieurs centaines de soldats sénégalais sont déployés au sein de la MINUSMA), et pourquoi l’Algérie, puissance militaire très impliquée dans le dialogue entre les protagonistes maliens, n’y a pas été invitée.

Le parrainage par la France de l’initiative du G5 Sahel aurait constitué un obstacle à l’adhésion de l’Algérie, eu égard à la défiance réciproque qui oppose les deux pays. L’exclusion de l’Algérie, qui viserait également à contrer son influence militaire dans la bande sahélo-saharienne, aurait dès le départ été planifiée par la France[4]. Il s’agit là d’un scénario qu’aucune sphère du pouvoir algérien n’aurait envisagé : la création d’une organisation dédiée à la paix et à la sécurité dans la région sans la participation de l’Algérie, la puissance militaire régionale[5].

Cette force du G5 Sahel, à terme constituée de 5 250 hommes, sera chargée de lutter contre le terrorisme et les organisations criminelles. Il lui est fixé pour objectif de contribuer à la restauration de l’autorité de l’Etat malien et au retour des personnes déplacées et réfugiées. Elle devra aussi faciliter, dans la limite de ses capacités, les opérations humanitaires et l’acheminement de l’aide aux populations, tout en soutenant la mise en œuvre des actions en faveur du développement dans l’espace du G5 Sahel. Le calendrier prévoit dans un premier temps le déploiement de sept bataillons de 750 hommes (soit 5 250 militaires). Chacun des pays aura en charge son propre territoire, mais trois zones frontalières prioritaires ont été définies pour les opérations conjointes : un fuseau ouest, à la frontière Mauritanie-Mali, un fuseau centre, aux frontières du Mali, du Niger et du Burkina, et un fuseau est, à la frontière entre le Niger et le Tchad.

Doit-on s’attendre à une efficacité du G5 Sahel ?

Avec la mise en place du G5 Sahel, la principale interrogation qui est immédiatement apparue, et qui a captivé les opinions publiques, est la question de son financement. La question essentielle, de notre point de vue, aurait dû porter sur son éventuelle efficacité et sur les résultats pertinents d’une organisation militaire supplémentaire dans la situation malienne actuelle. En tout état de cause, la grande difficulté à laquelle sont confrontés les dirigeants des pays du G5 Sahel autour du financement nécessaire à son opérationnalisation laisserait entrevoir la disparition prématurée de cette organisation. Alors que  son opérationnalisation est prévue pour la fin octobre 2017, le G5 Sahel ne dispose toujours pas des fonds nécessaires. A ce jour, seul un quart des 423 millions d’euros nécessaires à son financement a été mobilisé, soit une contribution de dix millions d’euros par pays membre, et cinquante millions d’euros promis par l’Union européenne, qui n’ont d’ailleurs pas encore été versés. On pourrait donc dire que l’organisation tourne à vide pour l’instant. La question de son financement s’avère davantage problématique dans la mesure où le président français, Emmanuel Macron (« parrain » du G5 Sahel), conditionne l’obtention de fonds potentiels à la réalisation de résultats probants : « Pour garantir un soutien dans la durée, ce sera à vous et à vos armées de convaincre que le G5 peut être efficace, dans le respect des conventions humanitaires. Les résultats doivent être au rendez-vous pour convaincre nos partenaires ».

Le G5 Sahel peut-il réussir là où la MINUSMA et Barkhane ont « échoué » ?

Les sommes évoquées dans l’opérationnalisation du G5 Sahel sont, à titre de comparaison, dérisoires  face au budget[6] de la MINUSMA qui, lui, équivaut au milliard de dollars. Face au manque d’enthousiasme de leurs partenaires occidentaux et potentiels donateurs, les Etats membres du G5 Sahel ont alors formulé le souhait de bénéficier au moins d’une part du milliard de dollars annuel mis à la disposition de la MINUSMA. Pourtant, quand on s’attache à faire le bilan des quatre années d’engagement de la MINUSMA dans le nord du Mali, les résultats perçus paraissent très minimes nonobstant les moyens considérables mis à sa disposition.

Le propos de l’ambassadeur d’Allemagne au Mali, Dietrich Becker, selon lequel « le retrait de la MINUSMA signifierait la fin du Mali »[7] est pour le moins discutable. Toutefois, les avis des populations directement concernées ont tendance à donner l’impression qu’elles ne tirent aucune satisfaction de la présence de la force onusienne au Mali. Leur avis est certainement, et à juste titre, basé sur le fait que le septentrion malien n’est pas aujourd’hui plus sécurisé, ni stable qu’au moment du déploiement de la MINUSMA. Les victimes civiles et militaires du terrorisme sont en constante croissance, et la zone d’action des groupes armés s’est considérablement élargie. L’opinion majoritaire dans la société malienne, particulièrement dans les régions septentrionales du pays, consiste à dire que la MINUSMA, avec tous les moyens dont elle dispose, est inefficace. En réponse à cette remarque constante d’inefficacité, les représentants de la force onusienne s’efforcent d’expliquer que la MINUSMA n’est pas chargée d’une mission d’interposition mais de protection des civils et de facilitation du dialogue entre les parties en conflit (l’Etat malien et les divers groupes armés). C’est justement la concrétisation de ce rôle qui apparait difficilement perceptible auprès des populations. Le cessez-le-feu entre les forces armées maliennes et les groupes sécessionnistes armés touarègues est régulièrement entaché par des affrontements ;  les attentats terroristes à l’encontre des civils et militaires (y compris les membres de la MINUSMA)[8] vont bon train ; et les conflits interethniques entre divers groupes armés d’autodéfense, faisant de nombreuses victimes civiles, sont réguliers.

Quant à la force française Barkhane, elle est supposée laisser place aux forces militaires des pays du G5 Sahel, même si on peut douter que ce soit le cas dans un avenir proche. Quels que soient les rendements futurs du G5 Sahel, on peut d’ores et déjà raisonnablement supposer que l’efficacité et les résultats escomptés seront beaucoup moindres comparativement à ceux obtenus par Barkhane, tant la préparation des hommes, les moyens financiers, techniques, logistiques varient considérablement d’une force (Barkhane) à l’autre (G5 Sahel). Lorsqu’on s’attache à faire également un bref bilan de Barkhane, au bout de près de quatre années d’opérations, on reste sur sa faim. Dans le document « Dossier de presse, Opération Barkhane »[9] (mai 2017) du ministère français de la Défense, on peut apprendre que  seulement  250 terroristes supposés ont été arrêtés ou tués et 17 tonnes d’armes saisies ou détruites. Par ailleurs, dix-neuf militaires français ont été tués. Face à ce résultat relativement modeste, ce qui est ici mis en cause n’est pas l’efficacité des soldats français, mais la difficulté à résoudre militairement le problème du terrorisme sahélien en général et malien en particulier. Ce qui nous pousse à dire que le G5 Sahel est un « machin » inutile et, de toute façon, mort-né.

Les soldats français de plus en plus indésirables dans le nord du Mali

Incontestablement l’opération Serval, qui a précédé Barkhane dans le nord du Mali, fut une réponse extrêmement efficace face à une situation d’urgence qui menaçait l’existence même du Mali. Cette intervention d’urgence avait d’abord été perçue positivement par la grande majorité des Maliens. Mais aujourd’hui, la force française Barkhane, cible régulière de manifestations hostiles[10], apparaît progressivement indésirable dans certaines contrées du Nord-Mali, principalement à Kidal. Des individus considérés comme terroristes, qui sont recherchés et appréhendés par les militaires français, sont des fils et frères qui, le plus souvent, ont tout le soutien de la communauté locale. Un constat qui laisse apparaître une profonde porosité sociale et économique entre populations et membres de groupes armés djihadistes ou sécessionnistes.

On voit donc bien que le règlement de la crise malienne ne saurait être abordé sous le seul angle militaire et sécuritaire, d’autant que les violences sont aussi très souvent alimentées par des conflits locaux et la mauvaise gouvernance. Tout règlement devrait donc obligatoirement impliquer une stratégie multidimensionnelle englobant surtout le développement, l’éducation, la création d’emplois à l’attention des jeunes en particulier et la justice. Sur ce dernier point, on constate aussi que « depuis 2013, 40 auteurs de crimes djihadistes, parmi lesquels le chef du tribunal islamique de Tombouctou Ag Alfousseyni Houka Houka, l’ordonnateur des amputations et lapidations au nom du groupe islamiste Ansar Dine, ont été libérés dans le cadre de mesures de dialogue politique, en prélude aux pourparlers des accords d’Alger. Sa libération est intervenue en même temps que celle de l’otage français Serge Lazarevitch »[11]. Continuer la lecture de Le G5 Sahel, « un machin » mort-né ?