Archives par mot-clé : conflits

Que fait l’armée française au Sahel ?

Article paru sur Orient XXI. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction.

Par Mathieu Rigouste1

C’est en janvier 2013 que la France a décidé d’intervenir militairement au Mali. Près de cinq ans plus tard, l’instabilité s’est accrue dans tout le Sahel, et les groupes radicaux étendent leur influence. Si Paris renforce son pré carré et ses intérêts économiques, les peuples de la région paient le prix d’une guerre sans fin.

Un réseau de bases françaises quadrille actuellement la bande sahélo-saharienne, dans la continuité historique du « pré carré » français. Les interventions militaires occidentales en Irak en 2003 et en Libye en 2011 ont contribué au développement et au renforcement des groupes armés présents dans le Sahel. Constitués sur la misère et la discrimination politique, ethnique et sociale, ces groupes émergent en réaction à la corruption, à l’autoritarisme et à la violence des États sahéliens appuyés et soutenus par la France et les pays occidentaux2.

C’est dans ce contexte que les troupes françaises sont envoyées au Mali en janvier 2013. L’opération Serval déploie 4 000 soldats en 48 heures avec pour objectif affiché de contrer ceux de ces groupes armés qui avaient pris le contrôle de la moitié nord du pays. La démonstration de force vaut label d’efficacité sur la scène internationale et une base est établie à Tessalit.

Sans mandat des Nations unies

L’opération Barkhane vient alors remplacer Serval. Déclenchée le 1er août 2014 sans mandat des Nations unies et jamais validée par le Parlement, elle reste centrée sur le Mali en reconduisant les dispositifs mis en œuvre précédemment. Mais Barkhane étend aussi officiellement son quadrillage à la Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso et au Tchad, en débordant officieusement au sud de la Libye et dans le nord du Nigeria. L’opération est légitimée publiquement par un accord de coopération de défense signé en juillet 2014, ratifié par l’État malien.

Un groupement tactique interarmes (GTIA) déploie 1000 soldats depuis Gao tandis que la base principale du commandement des opérations spéciales (COS) — l’autorité opérationnelle qui rassemble l’ensemble des forces spéciales françaises sous les ordres du chef de l’État — est installée à Ouagadougou, au Burkina Faso. Au Niger, hub militaire international, une base pour les drones et les avions de chasse est implantée à Niamey et une base opérationnelle avancée des forces spéciales l’est à Madama. Au Tchad, le dispositif Épervier (1986-2014) est reconduit, l’état-major et son socle aérien sont déployés à N’Djamena et la base de Faya-Largeau est employée pour surveiller la Libye.

La bande sahélo-saharienne dans son ensemble est ainsi soumise à la surveillance et aux interventions, émaillées de bombardements aériens, de l’armée française d’une part, mais aussi à la répression menée par les armées africaines contre les populations locales d’autre part. Des habitants dénoncent en effet des brutalités, des arrestations arbitraires et des disparitions lors de détentions secrètes de la part des troupes africaines appuyées par les forces françaises. Les soldats maliens sont notamment accusés d’extorsions et de tortures lors d’interrogatoires, rapporte l’Association malienne des droits de l’homme (AMDH) en mai 2017.

Le commandement militaire des États-Unis en charge du continent africain, Africom, créé en 2007-2008 pour y développer leur présence, s’est également impliqué contre le « terrorisme » au Sahel et appuie l’initiative française, en particulier avec des moyens aériens de reconnaissance. Le 23 avril 2017, le général James Mattis, secrétaire à la défense, encourage publiquement la France à poursuivre ses opérations militaires au Sahel. Bien que concurrents en matière d’influence et d’intérêts économiques en Afrique, États-Unis et France se rejoignent pour maintenir un écosystème qui leur est favorable.

Contrôler les ressources et générer de nouveaux marchés

La concurrence chinoise menace les intérêts énergétiques et commerciaux occidentaux en Afrique depuis le début des années 2000. Le Sahel abrite de grandes réserves pétrolières ainsi que des gisements d’uranium et d’or, mais aussi de gaz, de coltan, de cuivre, de grenats, de manganèse et de lithium, de minerais magnétiques et de « terres rares » (17 éléments chimiques indispensables dans de nombreuses nouvelles technologies comme les LED ou les éoliennes). Le chercheur Mahdi Taje de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire à Paris l’assume : « La réalité géographique de cette zone permettrait à certains États, s’ils se positionnent économiquement et militairement, de mieux contrôler les richesses des États du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest. »

Les gisements d’uranium au Niger — et en particulier la mine d’Arlit — constituent l’un des facteurs principaux de l’engagement français au Sahel : Areva, géant mondial du nucléaire détenu en grande partie par l’État français, y profite d’un quasi-monopole sur l’extraction. Le général Vincent Desportes, devenu professeur associé à Sciences Po Paris, déclarait en juillet 2013 que « si la France ne s’était pas engagée le 11 janvier (au Mali), les risques les plus grands auraient existé […] pour les ressources tout à fait importantes en uranium qui se trouvent au Niger »3. Un rapport du Sénat de 2013, La présence de la France dans une Afrique convoitée appelait déjà à « assurer un accès sécurisé aux ressources énergétiques et minières. »

Le Sahel est ciblé parallèlement comme un tissu de marchés à développer. Il s’agit d’abord d’optimiser « le taux de retour » sur investissements, comme l’expliquait le ministère des affaires étrangères français aux Échos le 13 mars 2014. Quarante mille entreprises françaises dont quatorze multinationales sont présentes en Afrique4. Ces sociétés sont notamment favorisées par le placement de cadres auprès des pays sahéliens sous couvert d’« assistance technique ». Aux côtés des géants Total, Vinci, Lafarge et Areva se pressent depuis le milieu des années 2010 Orange, Accor Hotels, Veolia, Carrefour qui visent l’émergence de classes moyennes et l’urbanisation accélérée de la zone. En janvier 2017, le rapport annuel du Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN) invitait ses adhérents à cibler les villes africaines comme « nouveaux pôles de dynamisme et d’innovation ». Et notamment les marchés « de sécurité et de défense » qui occupent une place privilégiée.

Un levier pour l’exportation d’armement

Les opérations militaires au Sahel servent parallèlement de laboratoire et de vitrine pour les matériels et méthodes de l’armée française5. Serval puis Barkhane ont été l’occasion de tester et de promouvoir les avions de chasse de Dassault et les missiles de la société aéronautique MBDA. Les exportations récentes de Rafale n’auraient sans doute pu avoir lieu sans les démonstrations en Libye puis durant Serval au Mali, affirme Raphaël Granvaud6. Les lance-roquettes unitaires (LRU) ont été utilisés pour la première fois en mars 2016. Avec parfois peu de succès, des véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) et des hélicoptères Caracal, Tigre et Caïman ont pu être expérimentés. Le drone du génie Drogen développé par Infotron pour la détection d’engins explosifs a pu être testé en situation et l’avion de transport militaire A400M a passé ses évaluations à Madama en août 2016. Continuer la lecture de Que fait l’armée française au Sahel ?

  1. Chercheur indépendant en sciences sociales. Auteur notamment de L’ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine (La Découverte, 2009​). Projet en cours autour du 11 décembre 1960 en Algérie : « Un seul héros le peuple ». []
  2. A.T. Moussa Tchangari, Sahel : aux origines de la crise sécuritaire. Conflits armés, crise de la démocratie et convoitises extérieures, alternativeniger.net, août 2017 []
  3. Survie, Françafrique, la famille recomposée, Syllepse, 2014  ; p. 108 []
  4. «  Les entreprises françaises défiées dans leur pré carré  », Le Monde diplomatique, avril 2017 []
  5. Claude Serfati, Le militaire. Une histoire française, Éditions Amsterdam, 2017 []
  6. Que fait l’armée française en Afrique  ? Agone, 2009  ; interrogé en août 2014 []

Conflits armés aux relents de guerre civile dans le centre du Mali

Boubacar Haidara

Alors que les efforts de pacification du Mali s’enlisent dans le septentrion du pays, un nouveau foyer de tensions semble s’être durablement formé dans le centre, donnant régulièrement lieu à des affrontements armés, particulièrement mortels, entre les communautés peule et bambara. Le processus de sortie de crise et de stabilisation du Mali, entamé depuis plusieurs mois entre l’Etat et les groupes armés à l’issue de la crise de 2012, n’a visiblement eu que de très faibles effets jusqu’à présent. Ce qu’on remarque, en revanche, c’est la multiplication des groupes armés aujourd’hui plus nombreux qu’avant la signature des accords de paix, en 2015. En outre, le Mali n’a jamais perdu autant de soldats (victimes d’attaques terroristes) que sous la présidence d’Ibrahim Boubacar Kéita, alors même que son accession au pouvoir, en 2013, avait été vue comme l’amorce de la sécurisation et de la stabilisation du Mali.

Le centre du Mali, un nouveau foyer de tensions

Depuis janvier 2015, 52 attaques (visant militaires et populations civiles, et faisant plusieurs morts) ont à ce jour été perpétrées dans le centre du Mali, par divers groupes armés1. La confusion sécuritaire au nord du pays, qui a abouti à la diffusion des menaces armées dans les régions centre et sud, apparait davantage préoccupante, dans la mesure où elle tend à revêtir des formes de « guerre civile », à savoir un conflit armé opposant diverses ethnies d’une même région. Le constat est qu’aujourd’hui le terrorisme djihadiste s’est durablement implanté dans des régions jusque-là épargnées, avec des communautés entières suspectées, à tort ou à raison, d’en être les bras armés, rendant parfois les rapports interethniques très conflictuels et meurtriers.

Entre le 1er et le 5 mai 2016, dans les localités de Koriguiri et Maleimana (région de Mopti, au centre du pays),  des affrontements intercommunautaires avaient opposé des membres des communautés peules (qui revendiquaient des pâturages) et bambara (qui défendaient des terres supposées être les leurs), faisant une soixantaine de morts parmi les Peuls. Ce conflit, comme d’autres de même nature intervenus précédemment, ont suscité au sein de la communauté peule un sentiment de frustration et d’injustice. Ce sentiment d’injustice, dont les Peuls s’estiment être victimes de la part des Bambaras, a été accentué par l’idée que ces derniers jouiraient du soutien manifeste des autorités administratives et militaires de la région. C’est dans ce contexte de fortes tensions interethniques qu’on assista, le 18 juin 2016, à la création d’une milice d’autodéfense peule dénommée l’Alliance pour la sauvegarde de l’identité peule et la restauration de la justice (ASIPRJ), rejoignant ainsi la liste (déjà très longue) des milices ethniques d’autodéfense qui opèrent un peu partout au Mali. L’ASIPRJ, dès sa création, se fixait pour objectif clair de « rendre justice aux paisibles populations peules du delta central du Mali »2 qui, depuis le début de la crise malienne de 2012, subiraient régulièrement, selon les propos de son leader Sidi Békaye Cissé, « des tortures et des exactions génocidaires » de la part de l’armée malienne.

Les Peuls, les nouveaux djihadistes maliens ?

Le 19 juillet 2016, un attentat contre la base militaire de Nampala faisait 17 morts et 38 blessés parmi les militaires maliens. Une attaque doublement revendiquée par la brigade Macina du groupe djihadiste Ansar Dine3 (Ansar Dine katiba sud) et par Sidi Bakaye Cissé, au nom de l’ASIPRJ. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, les deux groupes armés liés aux attentats de Nampala ne sont pas aussi distincts qu’ils ont pu paraitre au moment des faits. On se rappelle qu’avant son affiliation à la « maison-mère » Ansar Dine, l’actuel Ansar Dine katiba sud, qui opère dans le Macina, se dénommait Front de libération du Macina, et que son chef était le prédicateur peul Amadou Kouffa. Le mouvement se présentait alors comme une milice communautaire, à l’instar de l’ASIPRJ, et poursuivait le même objectif que ce dernier, à savoir la défense des populations peules contre les exactions des militaires maliens et d’autres milices ethniques.

Le Front de libération du Macina, ce groupe armé composé d’anciens membres du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et de quelques éléments d’Ansar Dine, a été lancé en janvier 2015. Sa création aurait pour objectif d’aboutir au rétablissement de l’empire peul du Macina4, cet État théocratique de la fin du XIXe siècle. Depuis sa formation, ses membres ont mené des attaques contre plusieurs localités au centre du Mali : Tenenkou, Dioura, Boulkessi, Gathi-Lemou, Dogofry… « On leur prête aussi une participation à l’attaque de l’hôtel Byblos à Sévaré, qui a fait 4 victimes dans les rangs du personnel onusien »5, le 8 août 2015. La plus emblématique de leur attaque reste cependant celle menée contre la base militaire de Nampala.

La transformation du Front de libération du Macina, une milice communautaire à l’origine, en mouvement djihadiste, combinée à l’apparition de l’ASIPRJ, et leur association dans l’attentat de Nampala, pourraient répondre aux objectifs d’Ansar Dine : d’une part, s’étendre dans le centre du Mali, d’autre part, réorganiser le djihadisme malien en s’appuyant sur les communautés locales à travers une répartition des « zones d’influence : Kidal aux Touaregs, Tombouctou aux Arabes et la région de Mopti-Sévaré aux Peuls »6. Ansar Dine semble y être aisément parvenu dans le centre du Mali, à travers l’instrumentalisation de frustrations communautaires peules. La conséquence en est qu’à l’instar des Touaregs qui ont souvent été, dans leur globalité, assimilés à des rebelles, les Peuls, notamment ceux du Macina, sont eux aussi, le plus souvent sans aucune distinction, suspectés de complicité avec les djihadistes. Fermement convaincus de cette idée, les militaires maliens opérant dans les localités concernées se seraient alors rendus coupables de nombreuses exactions : arrestations arbitraires, vols de bétails, exécutions sommaires… Après la reconquête du Nord-Mali avec l’aide de l’armée française, les soldats maliens « avides de revanche ont exprimé toutes leurs frustrations cédant à plusieurs amalgames, dans la première région réoccupée : le Macina (Centre). Ce qui a alimenté le ressentiment des Peuls à l’égard de tout ce qui représente l’Etat »7.

L’organisation des Peuls en divers mouvements armés est sans doute en partie liée à ce constat. Si certains parmi eux se sont très certainement affiliés au mouvement djihadiste de la Katiba sud d’Ansar Dine pour des raisons idéologiques, d’autres semblent avoir aussi été guidés par leur désir ardent de vengeance à l’encontre des Bambaras et des militaires maliens, faisant ainsi de leur combat « un hybride entre djihad et révolte sociale »8. Amadou Kouffa et les autres islamistes de la région invitent les Peuls à une forme de révolution sociale vis-à-vis de l’Etat et des structures communautaires traditionnelles « quasi féodales »9. Ils parlent ainsi « de libération, d’émancipation et d’épanouissement, cela attire les plus démunis, les pasteurs transhumants et certains marabouts ».10

Le 11 février 2017, un affrontement sanglant a opposé des membres des communautés bambara et peul de Ké-Macina. Le bilan officiel a fait état de vingt morts et dix-huit blessés (il semblerait que les autorités maliennes aient largement minimisé le nombre de victime). A l’origine du conflit, l’attaque d’un commerce tenu par un Bambara par des éléments identifiés comme étant peuls, et fidèles du prédicateur Amadou Kouffa. Ils s’en seraient pris au commerçant qu’ils suspectaient d’être un informateur de l’armée malienne. C’est en représailles de cet incident que des Dozos (chasseurs traditionnels Bambaras) auraient pris pour cible la communauté peule de la commune, n’épargnant ni femmes ni enfants. Continuer la lecture de Conflits armés aux relents de guerre civile dans le centre du Mali

  1. Source : rapport du Centre pour le dialogue humanitaire de l’Institut du Macina, mars 2017, 60 p. []
  2. Propos du leader de l’ASIPRJ, Sidi Bakaye Cissé, évoqués dans L’indicateur du Renouveau  du 20 juillet 2016. []
  3. Ansar Dine « Les défenseurs de la foi » est un groupe armé salafiste djihadistes opérant dans le nord du Mali, qui fut  fondé au début de l’année 2012 ; il est dirigé par Iyad Ag Ghaly. []
  4. En 1818, Sékou Amadou Barry, un modeste marabout peul guidé par sa foi, met en déroute à Nankouma une coalition de Bambara et d’Ardos (chefs traditionnels peuls). Il prend alors le nom de Cheikou Amadou et, par une série de guerres saintes, parvient à soustraire l’ensemble de la région à l’influence du royaume bambara de Ségou. Il en convertit la population et met en place le royaume théocratique de la Dina (royaume du Macina), qui s’étendit de Ségou à Tombouctou avant d’être finalement détruit par le conquérant toucouleur El Hadj Oumar Tall en 1862. []
  5. Airault, P. « Au Mali, en territoire peul, la naissance d’un futur Boko Haram », L’opinion, 30 août 2015, [En ligne]. http://www.lopinion.fr/edition/international/mali-en-territoire-peul-naissance-d-futur-boko-haram-56453 []
  6. Airault, P. Ibid. []
  7. Sangaré, B. « Le centre du Mali : épicentre du djihadisme ? », Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité, 20 mai 2016, [En ligne]. http://www.grip.org/sites/grip.org/files/NOTES_ANALYSE/2016/NA_2016-05-20_FR_B-SANGARE.pdf []
  8. Sangaré, B. Ibid. []
  9. En guise d’illustration de ce propos, lorsque les bergers peuls traversent une terre avec leur bétail, ils doivent payer une redevance au proprietaire. Kouffa les enjoint à ne rien payer car, selon lui, la terre appartient à tout le monde. []
  10. B. Sangaré, propos évoqués dans Le Monde Afrique du 27 janvier 2017, [disponible sur internet] : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/01/27/apres-le-nord-le-centre-du-mali-menace-a-son-tour-de-s-enflammer_5069975_3212.html []

Le « mot de trop » de Ban Ki-Moon : le retour de la question du Sahara occidental sur la scène internationale.

Alice Corbet, Les Afriques dans le monde

6 mars 2016. Ban Ki-Moon, le Secrétaire général des Nations Unies, revient d’une visite dans les camps de réfugiés sahraouis. C’est son premier passage dans la zone. Il s’est même rendu à Bihr Lahlou, une localité de la « zone libérée » (selon la terminologie indépendantiste) par le Front Polisario. A Alger, lors d’une élocution sur la situation des réfugiés, à travers une petite phrase et par l’usage d’un seul mot, il va raviver les discussions autour du conflit du Sahara occidental. Touché par les conditions de vie des réfugiés, il y déclara : « J’ai été très attristé de voir autant de réfugiés et particulièrement des jeunes qui y sont nés. Les enfants qui sont nés au début de cette occupation ont désormais 40 ou 41 ans. Soit quarante ans d’une vie difficile. Je voulais vraiment leur apporter l’espoir que ce n’est pas la fin du monde pour eux  ».

Au-delà de la visite en elle-même, qui révoltait déjà le makhzen  (nom donné aux institutions régaliennes marocaines), le Maroc réagit vivement au terme « occupation ». Il serait « inapproprié politiquement » et « une insulte pour le gouvernement et le peuple marocains », selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères publié le 8 mars. Par la voix de son agence de presse, Rabat dénonça « avec une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés » de Ban Ki-Moon. Le 13 mars, une manifestation importante fut organisée à Rabat : elle réunissait, selon le dénombrement très certainement surestimé de l’Agence marocaine de presse, 3 millions de personnes. 84 membres marocains du personnel de la Minurso (la Mission des Nations Unies pour l´organisation d´un référendum au Sahara occidental) quittèrent leur poste 17 mars, et le royaume annonça le retrait de sa contribution de 3 millions de dollars à la mission de maintien de la paix. Enfin, le Maroc menaça de réduire sa participation aux opérations de paix de l’ONU, alors même que des centaines de ses « hommes en uniforme » participent à ces dernières à travers le monde, ayant parfois un rôle majeur comme au Congo ou en Côte d’Ivoire.

On ne reviendra pas ici sur l’origine du conflit du Sahara occidental et les évolutions auxquelles il a donné lieu1. On peut cependant rappeler que, installés depuis 40 ans, les camps de réfugiés sahraouis se situent à l’extrême Sud-Ouest de l’Algérie. Ils sont issus de la rivalité opposant le Maroc au Front Polisario au sujet du territoire de l’ancien Sahara espagnol. Le Maroc revendique ce territoire, l’ancrant dans l’imaginaire du Grand Maroc, qui considère que le royaume s’étend jusqu’au fleuve Sénégal. De fait, après la décolonisation espagnole et la Marche Verte de 1975 lors de laquelle des milliers de marocains vinrent s’installer dans ce qui fut appelé « Les Provinces du Sud », le royaume marocain a administré le territoire. Le Front Polisario conteste ce point de vue et considère que les Sahraouis devraient habiter un pays indépendant. Dans cette optique, une république a été décrétée en 1975, la République arabe sahraouie démocratique (RASD), actuellement sans territoire et en exercice dans les camps de réfugiés. Séparant les deux parties, un mur de 2700 km de long, dit « Mur de défense » ou « Mur de sable », a été construit par les Marocains en 1980, ce qui aboutit notamment à un cessez le feu en 1991, et à la mise en place de la Minurso par l’ONU, en tant que mission d’observation et de maintien de la paix.

Pendant ce temps, de nombreuses tractations diplomatiques furent mises en œuvre, l’ONU proposant d’abord la tenue d’un referendum d’autodétermination, avant que le Maroc lui soumette un plan d’autonomie pour la région. Toutes ces solutions furent rejetées, pour diverses raisons liées au corps d’électeurs potentiels ou aux modalités d’indépendance du territoire. Au niveau des alliances stratégiques, l’Algérie soutient la RASD, tout comme certaines nations « amies » et l’Union africaine (ce qui explique que le Maroc n’en est pas membre). A l’inverse, de nombreux pays confortent le Maroc, dont la France qui s’oppose à toute résolution de l’ONU sur le cas sahraoui en usant de son droit de véto. Retenons surtout que les deux parties campent sur leurs positions depuis quarante ans, avec maints jeux d’influence de part et d’autre, par le biais des campagnes de propagande, mais aussi d’intimidations (rejet de la communauté si quelqu’un se positionne « chez l’ennemi ») ou d’incitations (distribution d’un poste professionnel avantageux si une prise de position est affirmée publiquement). Continuer la lecture de Le « mot de trop » de Ban Ki-Moon : le retour de la question du Sahara occidental sur la scène internationale.

  1. On renverra donc à quelques articles ou ouvrages portant sur la question, tels que :  Caratini Sophie, 2003, La République des sables. Anthropologie d’une révolution, Paris : L’Harmattan ; Mohsen-Finan Khadija, Sahara Marocain : Les Enjeux d’un conflit régional, Paris : CNRS éditions,‎ 1997 ; Gaudio Attilio , Les Populations du Sahara Marocain : Histoire, Vie et Culture, Paris : Karthala,‎ 1993 ; Hodges Tony , Sahara Marocain : Origines et Enjeux d’une guerre du désert, Paris : L’Harmattan,‎ 1987. []