Archives par mot-clé : Burkina Faso

L’enseignement supérieur au Burkina Faso : pour que rien ne soit plus comme avant !

Par Matthieu FAU-NOUGARET[1]
Maître de Conférences HDR en Droit Public
Université de Bordeaux/Les Afriques dans le monde

 

Dans son discours du 28 novembre à l’Université de Ouagadougou, le Président français Emmanuel Macron a évoqué l’épineuse question de l’éducation, au moment où un rapport parlementaire burkinabè pointe les défaillances du système d’enseignement. Les universités publiques francophones en Afrique subsaharienne sont dans leur majorité des paquebots à la dérive : massification estudiantine, déficit chronique d’encadrement, budget insuffisant, quasi inexistence de ressources financières propres, manque de documentation papier et numérique, etc… L’Université de Ouagadougou (et plus largement l’enseignement supérieur burkinabè) n’y fait malheureusement pas exception.

L’Afrique subsaharienne, selon les projections démographiques du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, sera peuplée de plus de 2 milliards de personnes en 2050 dont près de 55% aura moins de 30 ans. L’Afrique subsaharienne francophone, selon les mêmes projections, devrait être peuplée de 725 millions d’habitants dont près de 60% aura moins de 30 ans. Tous ces jeunes n’iront peut-être pas à l’université, mais « gouverner c’est prévoir ».

Comment en est-on arrivé à ce point de dysfonctionnement de l’enseignement supérieur?

Etat des lieux

Les responsabilités sont partagées entre les trois principaux acteurs de cette pièce concernant l’enseignement supérieur.

La « Communauté internationale »

Les plans d’ajustements structurels et structurels renforcés développés par le Fonds monétaire international ont incité les Etats à réduire de manière drastique l’investissement dans l’éducation de manière générale, et dans l’enseignement supérieur en particulier. Les Etats devaient réduire leur budget « éducation », considéré comme secteur non productif, s’ils souhaitaient pouvoir bénéficier d’aides économiques de la part des grands bailleurs de fonds multinationaux. A la suite du recul de l’Etat dans ses propres politiques éducatives, un nouveau paradigme a émergé à la suite des « Objectifs du millénaire pour le développement » (OMD) que l’on peut simplifier par  « l’éducation pour tous ». L’OMD 2 vise plus spécifiquement l’école primaire mais très rapidement les partenaires techniques et financiers l’ont étendu à l’école secondaire et l’enseignement professionnel (il en est de même dans les Objectifs de développement durable, ODD). Mais rien sur l’enseignement supérieur…

Or les Universités se retrouvent complètement débordées par un afflux, en croissance régulière, d’étudiants pour lesquels l’enseignement supérieur est un droit. Dans le cas burkinabè, nous sommes ainsi passés de 9 000 bacheliers au début des années 2000 à près de 28 000 bacheliers en 2016.

Les investissements dans l’enseignement supérieur ne sont pas pour autant nuls (coopérations bi ou multilatérales). Mais ils sont ponctuels, peu concertés, non coordonnés et répondent avant tout aux paradigmes du donateur et non aux besoins réels du récipiendaire.

Les Etats

Nombreux sont les Etats d’Afrique francophone à avoir faillit en matière d’enseignement supérieur. Depuis très longtemps, l’investissement dans le système universitaire est très en deçà de ce qui serait nécessaire.  Sur de nombreux campus, les constructions parcellaires ou les rénovations répondent essentiellement à un souci d’apaisement devant une crise universitaire naissante ou existante.

Pendant très longtemps, les recrutements dans la fonction publique universitaire ont été insuffisants. Actuellement, de nombreuses universités sont confrontées aux défis d’une double courbe ascendante : celle des départs à la retraite des enseignants chercheurs (notamment les enseignants de rang A) et celle de la hausse exponentielle du nombre d’étudiants.

Enfin, devant les risques connus et vécus de révoltes estudiantines, les Etats ont aussi failli à prendre des décisions politiques courageuses (et donc risquées) concernant des œuvres sociales estudiantines, plus particulièrement le système de bourses. Conçu pour un nombre d’étudiants réduit, il ne peut plus faire face à la hausse croissante de  leurs effectifs. Il doit être réformé, plus particulièrement dans le sens d’une plus grande transparence dans l’octroi des bourses.

La Communauté universitaire

La communauté universitaire a aussi sa part de responsabilité. Les enseignants, tout d’abord, car nombreux sont ceux qui n’ont pas joué le rôle que leurs aînés avaient joué : encadrer la future relève universitaire. Jaloux de leur statut confortable, en partie du à la rareté, nombre d’enseignants n’ont pas encadré de thèse de doctorat ou de manière insuffisante. De plus, un certain nombre d’enseignants – chercheurs sont devenus des « intermittents » ou « vacataires » de l’université. Ce phénomène est connu mais pas assez dénoncé et sanctionné par réflexe corporatiste. Les enseignants – chercheurs tirent de leur statut de nombreux avantages, notamment honorifiques mais aussi pécuniaires (revenus annexes parfois plus lucratifs que leur salaire).

Les syndicats étudiants ont leur part de responsabilité aussi. Plus politisés (et donc plus susceptibles d’être instrumentalisés par certains partis politiques) que représentants des intérêts des étudiants, ils peuvent prendre des positions schizophréniques en adoptant une posture de refus de principe (grève des examens, blocage des campus ou des cités universitaires, etc.) avant même que le dialogue ne débute (LMD, bourses, etc.).

Les personnels administratifs et de soutien sont le dernier maillon de cette chaîne de responsabilité, car souvent ils ont intégré l’administration universitaire, sous une forme contractuelle, grâce à une cooptation « parentale », ce qui n’est pas forcément un gage d’implication dans la fonction et de compétence.

Devant cette situation d’explosion programmée (et retardée grâce à des mesures conjoncturelles), que faire ?

Perspectives

Les autorités burkinabè ont plusieurs fois analysé avec beaucoup de clairvoyance les dysfonctionnements de leur système universitaire et élaboré des plans de sortie de crise (Travaux du Comité Ad Hoc de Réflexion – CAR – en 2012, Etats généraux de l’Enseignement supérieur en 2013), sans pour autant passer à l’action….

La Communauté internationale

Il faut que celle-ci arrête de faire preuve d’hypocrisie. Tout le monde sait que les universités publiques en Afrique subsaharienne francophone sont des « bombes à retardement », facteurs de déstabilisation des Etats. Pourtant, rares sont les bailleurs de fonds intervenant dans ce domaine. Tant que ces interventions resteront épisodiques et souvent, malheureusement, non concertées, rien ne changera.

Tant qu’il n’y aura pas au niveau national de cadre de concertation sur l’enseignement supérieur, rien n’évoluera de manière positive structurellement. Tant que les bailleurs de fonds n’auront pas une approche holistique de l’enseignement (du primaire à l’universitaire), ils pourront s’enorgueillir d’avoir fait avancer favorablement les statistiques de la scolarisation dans les deux premiers niveaux de l’éducation, tout en se cachant le drame qui se prépare à l’Université.

La facilitation de l’octroi de visas promise par le Président Macron est une bonne chose, mais elle ne touche pas la majorité des étudiants qui n’ont pas les moyens financiers de poursuivre des études ailleurs que dans leur pays.

Les Etats

Il convient d’être lucide sur les limites financières de ces Etats, car nombreux sont les Etats d’Afrique francophones qui sont confrontés à des urgences économiques quotidiennes. Cela étant, certaines réformes peu onéreuses mais politiquement risquées devraient être entreprises.

Ainsi, les Etats, au premier rang desquels le Burkina Faso, devraient revoir le modèle économique de l’enseignement supérieur. Concernant l’épineuse question des frais de scolarité, il y a un constat simple : l’enseignement supérieur a un coût. Or, lorsque les frais de scolarité sont de 15 000 FCFA par an (soit environ 23 euros) comme c’est le cas au Burkina Faso, il est difficile d’envisager quelque investissement que ce soit. Les parents sont prêts à payer des frais de scolarité plus élevés pour le primaire ou le secondaire, pourquoi ne le font-t-ils pas pour le supérieur ?

Mais cette hausse n’est pas en soi satisfaisante si elle ne s’accompagne pas d’une hausse des services offerts aux étudiants : locaux suffisants, équipements informatiques, documentation. Les syndicats étudiants, plutôt que de se réfugier dans une posture, devraient peut-être en faire un préalable.

Les Etats doivent aussi revoir leur schéma de gouvernance de l’enseignement supérieur  et ce sur deux points au moins : la multiplication des établissements publics et l’offre privée d’enseignement supérieur. Pour faire face à la massification estudiantine et l’engorgement corrélatif des universités traditionnelles, le Burkina Faso, comme d’autres Etats, a opté pour la solution de la création d’universités publiques en province. Cette solution de prime abord satisfaisante montre, en pratique, de nombreuses limites. En effet, l’ouverture de ces nouveaux établissements ne s’est pas accompagnée d’une hausse significative du recrutement d’enseignants. Ainsi, les nouvelles formations offertes sont souvent sous perfusion d’enseignants venant de l’Université historique, ce qui créé de nombreux déséquilibres.

Depuis plus de vingt ans se sont développés de manière assez anarchique, dans un premier temps, puis plus structurée dans un second temps, les établissements d’enseignement supérieur privés (Universités, Écoles ou Instituts). Or, force est de constate que la majorité de ces établissements, à l’exception de quelques-uns sérieux, sont créés de manière opportuniste afin d’enrichir leurs promoteurs (notamment pour les formations paramédicales) et qu’ils ne délivrent pas toujours des diplômes reconnus par l’Etat. Les établissements privés doivent être une offre complémentaire et non parasitaire des établissements publics.

La Communauté universitaire

Même si l’on entend et comprend, les plaintes concernant le manque de moyens financiers des universités, tout n’est pas question d’argent. La démarche qualité, dans laquelle s’inscrivent de nombreuses universités actuellement (et qui correspond à une attente des bailleurs), nécessite, une nouvelle fois, plus une volonté politique que des moyens financiers. Elle nécessite une remise en ordre au sein des universités. Celle-ci passe par l’édition d’un certain nombre de documents dont l’objectif est de renforcer la transparence à la fois en interne et en externe. Il est indispensable que toutes les universités disposent d’un catalogue de leur offre de formation. Il est aussi primordial, dans cette démarche qualité, que les autorités universitaires adoptent un guide des procédures administratives et financières afin d’attirer des investissements externes. Continuer la lecture de L’enseignement supérieur au Burkina Faso : pour que rien ne soit plus comme avant !

Assassinat de Thomas Sankara : enfin la vérité ?

File 20171212 9416 11n5xsz.jpg?ixlib=rb 1.1
Thomas Sankara, un tribun qui a marqué l’histoire du Burkina Faso.
Muigwithania/Wikimedia, CC BY-NC

René Otayek, Sciences Po Bordeaux

Cet article est publié simultanément sur The Conversation.

La passe d’armes sur la climatisation défectueuse entre Emmanuel Macron et les étudiants burkinabè réunis, le 28 novembre, dans un amphithéâtre de l’Université de Ouagadougou pour écouter son discours à la « jeunesse africaine », et la polémique relative à la familiarité à tout le moins déplacée avec laquelle il s’est alors adressé au président Kaboré ont quelque peu éclipsé les autres aspects de la tournée africaine du chef de l’État français.

Non pas que celle-ci ait réellement renouvelé ce genre très prisé des présidents français, nonobstant l’affirmation pour la énième fois de la fin de la « Françafrique », mais parce qu’elle a donné lieu à une annonce attendue depuis longtemps par tous ceux qui s’intéressent à l’histoire politique du Burkina Faso au cours des trente-cinq dernières années : la déclassification prochaine de tous les documents français concernant l’assassinat, le 15 octobre 1987, de Thomas Sankara, le président du Conseil national de la révolution (CNR) qui a dirigé durant quatre ans le « Pays des hommes intègres ».

Le mythe vivace de Sankara

Trente ans après, la disparition brutale de l’homme qui incarnait la révolution burkinabè demeure un sujet extrêmement sensible au Burkina mais également sur tout le continent africain, et même en France. Non seulement parce que les circonstances exactes de sa mort et de celle de la douzaine de collaborateurs qui se trouvaient à ses côtés au Conseil de l’Entente, ce jour-là, restent mystérieuses, mais aussi parce que l’identité et les responsabilités des exécutants du massacre et de ses commanditaires n’ont jamais été entièrement éclaircies.

L’annonce de Macron est incontestablement bienvenue. La déclassification des documents en question était attendue de longue date, aussi bien par les historiens de l’Afrique et des relations franco-africaines, que par les Burkinabè, notamment les jeunes générations, pour qui Thomas Sankara reste un mythe vivant.

Elle était peut-être même inévitable car comment le Président français pouvait-il se rendre au Burkina en visite officielle et prétendre s’adresser à la « jeunesse africaine » en faisant l’impasse sur cette épineuse question ? Ce d’autant que beaucoup d’Africains, jeunes et moins jeunes, et d’observateurs voient la main de la France et singulièrement celle de Jacques Foccart, à l’époque « Monsieur Afrique » de Jacques Chirac, premier ministre de la première cohabitation au moment des faits, derrière le complot ayant eu raison de Sankara. Son projet révolutionnaire dérangeait non seulement la France mais bon nombre de pays voisins du Burkina, à commencer par la Côte d’Ivoire de Félix Houphouët-Boigny.

Un enjeu de mémoire crucial

Nul doute donc que la levée du secret défense auquel se heurtait la justice burkinabè depuis la chute de Blaise Compaoré, en octobre 2014, satisfasse celles et ceux qui patientent depuis trente ans que soit connue la vérité et que justice soit enfin rendue. Si, comme le répètent à l’envi les officiels français et ceux qui ont eu à travailler avec Jacques Foccart dans l’ombre, la France n’a rien à voir avec l’assassinat de Sankara, pourquoi a-t-elle opposé une fin de non- recevoir à la commission rogatoire lancée par le juge burkinabè en octobre 2016 ?

Pour les admirateurs de Sankara en Afrique, et ils sont nombreux, il s’agit là d’un crucial enjeu de mémoire. « Tom », comme on l’appelait parfois familièrement, continue de fasciner une jeunesse africaine en mal de héros. Son aura n’a fait que se renforcer avec le temps alors même que le récit de son élimination sanglante – il s’est présenté de lui-même à ses meurtriers en pensant que son sacrifice épargnerait ses compagnons assiégés avec lui – revêt des allures de chemin de croix christique.

Il y a dans les circonstances mêmes de cette mort voulue une dimension rédemptrice qui continue d’entretenir puissamment les imaginaires. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter quelques-unes des chansons que lui ont consacré des chanteurs aussi connus que les Ivoiriens Tiken Jah Fakoly et Alpha Blondy, le Sénégalais Didier Awadi ou encore le Burkinabè Smokey, cofondateur du Balai citoyen, l’un des mouvements de la société civile dont la mobilisation, en octobre 2014, a contraint Blaise Compaoré à « dégager » avant d’être exfiltré vers la Côte-d’Ivoire par les forces françaises stationnées au Burkina dans le cadre de l’opération Barkhane.

Le parfait négatif des dirigeants corrompus

La figure de Sankara nourrit donc incontestablement un culte relevant sans doute d’un romantisme révolutionnaire qu’on pourrait penser dépassé mais dont il faut bien voir qu’il fait sens pour une certaine jeunesse africaine qui aspire au changement. Le Président de l’ex-CNR est, pour elle, le symbole du Juste assassiné par son meilleur ami et successeur, Blaise Compaoré, mais aussi le parfait négatif de leurs chefs d’État qu’ils jugent corrompus et soumis aux intérêts étrangers.

On peut, toutefois, se demander si ce culte n’est pas plus vivace à l’extérieur qu’au Burkina même. Certes, il y existe, associé à une culture de la contestation sociale et politique qu’Emmanuel Macron a pu vérifier à l’occasion des manifestations, ponctuées d’un jet de grenade sur un véhicule militaires français, qui l’ont accueilli à son arrivée à Ouagadougou, avant de se confronter, non un certain succès, à la pugnacité des étudiants ouagalais.

Mais tous les Burkinabè, notamment parmi celles et ceux qui ont connu la révolution, n’ont pas oublié que, si le régime instauré par Sankara et ses compagnons a engagé et réussi un certain nombre de réformes salutaires en matière de santé, d’éducation, d’accès à l’eau, de lutte contre la corruption, il s’est aussi enfermé dans une logique autoritaire qui a détourné de lui une bonne partie de ses appuis sociaux initiaux.

Il y a donc incontestablement une part d’ombre dans le mythe Sankara, qui explique en partie l’incapacité des partis et mouvements politiques burkinabè se revendiquant de son héritage à convertir en influence politique ce capital symbolique. Leurs résultats plus que modestes aux différentes élections depuis des années confirment amplement le constat. Le souvenir de Sankara peine à mobiliser électoralement, d’autant que ses héritiers manquent cruellement de relais dans un certain nombre de réseaux sociaux (chefferie traditionnelle), économiques (milieux d’affaires) et religieux (Église catholique, mouvements protestants d’obédience pentecôtiste ou évangélique) très agissants.

Devoir de vérité

Blaise Compaore, l’ancien Président du Burkina Faso soupçonné d’avoir assassiné Thomas Sankara.
Agência Brasil/Wikimedia, CC BY-SA

 

Il n’en demeure pas moins qu’un devoir de vérité s’impose concernant l’assassinat de Thomas Sankara. Des présomptions de responsabilité existent. On a souvent évoqué, outre le rôle que la France aurait joué, celui du principal bénéficiaire du coup d’État d’octobre 1987, l’ami fidèle et le compagnon de route Blaise Compaoré, et les liens étroits qu’il entretenait avec Félix Houphouët-Boigny suite à son mariage avec une proche de celui-ci. Il y a aussi les ramifications régionales du complot, qui restent obscures : la Libye de Kadhafi y a-t-elle trempé ? Quid de l’ancien dirigeant du Liberia Charles Taylor ?

The ConversationLa levée du secret défense permettra-t-elle de répondre à toutes ces questions ? On est en droit d’en douter car, on le sait, dans ce genre de dossier, il y a rarement des traces écrites. L’affaire Thomas Sankara n’est peut-être pas près de connaître son épilogue.

René Otayek, Directeur de recherches (CNRS), Les Afriques dans le monde, Sciences Po Bordeaux

Difficiles lendemains d’élections au Burkina Faso

Il n’y aura donc pas eu d’état de grâce pour Roch Marc Christian Kaboré, le nouveau président du Burkina Faso. A peine élu, et confortablement, à la magistrature suprême le 29 novembre dernier, le voilà brutalement confronté à la pire des situations qu’il pouvait sans doute imaginer, l’extension de la violence djihadiste au cœur même de son pays. Les attaques terroristes qui ont ensanglanté Ouagadougou le 15 janvier, entraînant la mort de trente personnes (Burkinabè, Européens, Canadiens), l’ont sans doute surpris, comme elles ont surpris tous les observateurs, même si plusieurs signes avant-coureurs pouvaient les laisser présager, en particulier les attaques dont les forces de l’ordre burkinabè ont été l’objet à plusieurs reprises ces dernières semaines, à la frontière avec le Mali ou quelques kilomètres à l’intérieur du territoire national. Ces dernières – armée, police et gendarmerie – étaient d’autant moins préparées à affronter cette violence terroriste qu’elles sortent à peine d’une longue période d’incertitude politique marquée par le soulèvement populaire d’octobre 2014 qui a eu raison du régime de Blaise Compaoré, une transition délicate présidée par Michel Kafando et, surtout, la tentative avortée de coup d’Etat menée par l’ancien bras droit de Compaoré et commandant du redouté RSP (Régiment de Sécurité présidentielle), le général Gilbert Diendéré. Rien d’étonnant dès lors à ce que le Président élu ait mis la question sécuritaire au centre de ses préoccupations, s’octroyant le ministère de la Défense et des Anciens combattants dans le premier gouvernement de son mandat, dirigé par Paul Kaba Thieba, pour bien montrer qu’il ne laissait à personne d’autre le soin de gérer ce dossier. La stabilité de son pouvoir en dépend en grande partie, sans parler des autres défis qui l’attendent.

Nouveau venu dans la politique ou vieux cheval de retour ?

S’il est une chose qu’on ne peut reprocher à Roch Kaboré, c’est bien la régularité des élections, présidentielle et législatives, qui l’ont porté à la présidence du Faso et ont donné à son parti, le MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), une majorité relative (55 sièges sur 127) à l’Assemblée nationale mais néanmoins suffisante pour gouverner avec l’apport de petits partis alliés. De l’avis général, ces élections ont été « exemplaires », dégageant une opposition crédible dotée de 33 sièges pour l’UPC (Union pour le progrès et le changement) de Zéphirin Diabré, le principal challenger de Kaboré, qui a recueilli 29,62% des suffrages exprimés au scrutin présidentiel, un score plus qu’honorable mais qui n’a pas empêché Roch Kaboré d’être élu dès le premier tour avec 53,46% des voix1. A noter que le CDP (Congrès pour la démocratie et la progrès), l’ancien parti de Blaise Compaoré, qui écrasait tous ses rivaux dans les précédentes assemblées, a été réduit à la portion congrue, se contentant de 18 élus, et qu’il a été empêché, par décision du Conseil constitutionnel, de présenter un candidat à l’élection présidentielle. Cet épilogue signe-t-il pour autant la fin du « système Compaoré » ?

Si, d’évidence, un retour de l’ancien chef de l’Etat est désormais exclu, il faudra bien plus que des élections, même « exemplaires », pour solder son héritage autoritaire, et redonner à Roch Kaboré la virginité politique derrière laquelle il court depuis qu’il a rompu avec le CDP, en janvier 2014. Il entendait protester ainsi contre la décision de Compaoré de modifier la Constitution pour solliciter un nouveau mandat présidentiel, entraînant dans son sillage deux anciens piliers du régime déchu, Salif Diallo et Simon Compaoré, ainsi que plusieurs dizaines de cadres du parti. Continuer la lecture de Difficiles lendemains d’élections au Burkina Faso

  1. Le taux de participation à l’élection présidentielle, assez significatif, a été de 59,87% selon le Conseil constitutionnel du Burkina Faso. Le nombre d’inscrits s’élevait à un peu plus de 5,5 millions d’électeurs pour 3 122 463 de suffrages exprimés (Décision n° 2015-28/CC/EPF portant proclamation des résultats définitifs de l’élection du Président du Faso du 29 novembre 2015). Le nombre d’inscrits eût été bien plus élevé si les Burkinabè installés en Côte-d’Ivoire, un peu plus de 1,8 millions d’individus âgés de plus de 18 ans selon les résultats du dernier recensement (RGPH 2014), ajoutés à ceux de Guinée et du Ghana, avaient pu voter, ce qui n’a pas été le cas (source : Christian Bouquet, enseignant chercheur à LAM, que je remercie pour ces précisions). []

De la compaorose à la diendérite, la ruecratie contre le putschisme au Burkina Faso

Cette fois, le recasernement du Régiment de sécurité présidentielle burkinabè sera effectif. Le coup d’Etat que le RSP a perpétré le 16 septembre, prenant en otage le président de la transition et ses ministres, s’est finalement retourné contre lui puisque, sans plus de tergiversation aucune, le gouvernement de transition a décidé de sa dissolution le 25 septembre suivant, soit moins de deux semaines après ce coup de force avorté1.

Le Conseil national pour la démocratie (CND)2, nom que le pouvoir putschiste s’était donné, n’aura donc duré qu’une semaine tout au plus. Il a été obligé de céder face, notamment, à la réaction de la rue burkinabè, aussi bien dans la capitale, Ouagadougou, que dans les autres villes du pays. Ce succès de la mobilisation populaire comme mode de contestation de l’autoritarisme vient actualiser en fait une longue tradition politique burkinabè qui s’amorce dès 1966 avec le soulèvement qui renverse le régime de Maurice Yaméogo, même si la mobilisation de septembre dernier en diffère à de nombreux égards (contexte politique, modes d’action, rôle des acteurs issus de la société civile comme le Balai citoyen, etc.). Cette mobilisation a marqué tout à la fois le rejet du coup d’Etat qui interrompait de fait le processus transitionnel et renvoyait aux calendes grecques les élections prévues pour ce mois d’octobre, mais également celui du projet d’accord issu de la médiation ouest africaine initiée par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Celui-ci, rappelons-le, prévoyait d’accorder l’amnistie aux putschistes et de sursoir à la dissolution du RSP qui aurait été soumise à la discrétion du gouvernement issu des prochaines élections. Ce compromis, qui revenait à absoudre les putschistes de leur forfait politique, a donc été jugé inacceptable par les opposants au coup d’Etat, contraignant la CEDEAO à revoir sa copie.

Comme souvent dans les situations insurrectionnelles, la mobilisation populaire s’est accompagnée d’une inventivité lexicale d’où ressortent quelques néologismes témoignant d’une appropriation contextuelle extraordinaire de la langue de Molière. De la « compaorose » pour désigner la gangrène sociétale du régime Compaoré par la corruption active, en passant par la « diendérisation » pour nommer l’usage de la terreur aux fins de conservation du pouvoir par le général Diendéré, le chef des putschistes, ou l’ » achillage » pour signifier la tentative de fuite hors du pays et d’évitement de la justice des membres de l’ancien parti majoritaire à l’image du son premier vice-président Achille Tapsoba, jusqu’à la  » ruecratie« , terme référant à l’idée de démocratie imposée par le peuple et pour le peuple qui n’hésite point à opposer la « politique de la rue » à celle des prétoriens, la dérision politique a été une autre manière de dire le rejet du coup d’Etat. Et les chefs d’Etat sénégalais et béninois, Macky Sall et Yayi Boni, qui, mandatés par la CEDEAO, étaient à l’origine de l’accord boiteux, n’ont pas échappé non plus au lynchage lexical, leurs noms inspirant l’invention de deux verbes inédits : « mackysalliser » et « yayiboniser » ! Continuer la lecture de De la compaorose à la diendérite, la ruecratie contre le putschisme au Burkina Faso

  1. F. T Nikiema, « Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 25 septembre 2015 », publié le 26 septembre 2015, [consulté le 07 octobre 2015], www.lefaso.net/spip.php?article67.077. []
  2. Conseil national pour la démocratie « Proclamation du Conseil national pour la démocratie », publié le 17 septembre 2015, [consulté le 18 septembre 2015], www.sidwaya.bf/m-8026-burkina. []