Archives par mot-clé : Bénin

Bénin : Lionel Zinsou dans les crocs du piège sans fin de la présidentielle du 28 février 2016

On peut se demander si le franco-béninois Lionel Zinsou, plus connu à Paris qu’à Cotonou, nommé le 19 juin 2015 Premier ministre (PM) du gouvernement du Bénin, n’est pas entré dans une zone de fortes turbulences. Dans le pays de son père qui est pour lui «plus touristique que familier »1, puisqu’il le connaît à peine, il pensait se mouvoir dans un écosystème politique tranquille comme un long fleuve, capable de gagner haut la main la présidentielle initialement fixée au 28 février et reportée au 6 mars pour laquelle il a été désigné comme le candidat de la coalition au pouvoir, les FCBE (Forces Cauris pour un Bénin émergent). Brillant normalien de 60 ans, banquier de son état, nègre2 et protégé de Laurent Fabius, ayant fait toute sa carrière en France, son deal avec le très contesté et controversé président sortant Boni Yayi au lourd passif (mal-gouvernance économique, incompétence, fossoiement de la démocratie et des libertés, multiples scandales érigés en modalités d’action gouvernementale) a surpris plus d’un, et son crash le 26 décembre 2015 n’a pas laissé les Béninois indifférents à sa « stratégie de communication ».

Lionel Zinsou : un Éyadéma au petit pied?

C’est le moment où les chrétiens soignaient leur gueule de bois post-fête de la Nativité que Lionel Zinsou choisit pour mater la mort le 26 décembre dans le crash de son hélicoptère à Djougou, dans le nord-ouest du Bénin, après un déjeuner avec le président togolais Faure Gnassingbé, successeur de son père. Sept passagers sortirent indemnes, excepté deux d’entre eux victimes de quelques légères commotions. Près de quarante ans plus tôt, le 24 janvier 1974, dans le même périmètre géographique, le DC-3 d’Éyadéma Gnassingbé, alors tout-puissant président du Togo, se crasha à Sarakawa (nord-est du Togo), localité située à une heure à peine de route de Djougou. Celui-ci surexploita en termes magico-religieux et mythificateurs, avec une habileté machiavélique rare, cet accident d’avion au point qu’il en fit la pierre angulaire de son pouvoir, alors fondé sur un État de foi plutôt que sur un État de droit3. En dépit de leur distance temporelle, ces deux événements se lisent néanmoins dans un miroir réfléchissant des proximités très congruentes. Deux pays limitrophes : le Bénin et le Togo ; deux localités voisines : Djougou et Sarakawa ; Lionel Zinsou et Faure Gnassingbé, respectivement neveu et fils d’anciens présidents ; deux aéronefs : l’hélicoptère et l’avion ; etc. Le crash de l’hélicoptère donnera-t-il une densité légitimante à la candidature contestée de Zinsou en établissant une filiation symbolique avec la figure de l’ancien président togolais Éyadéma Gnassingbé ? Cette lecture-là, ni Zinsou lui-même, ni les Béninois ni les états-majors des partis politiques ne la font, bien sûr. Dans ce pays comme ailleurs où pratiques religieuses et pratiques politiques sont d’une grande porosité, il n’est pas impossible que l’inconscient collectif, défiant les dogmes catholiques, imagine un Lionel Zinsou en frère jumeau de Jésus en train de naître avec un jour de retard dans un hameau au nord du pays vaudou, alors que l’annonce du crash ne suscita qu’ironie et moqueries générales sous la plume par exemple de Roger Gbégnonvi4, ou sous celle anticipatrice de Martin Mateto5.

Au pays des veaux-doux (vaudous), il y a aussi des bœufs-durs (des crocodiles), Monsieur Zinsou !

Ce furent des coups de feu nourris qui accueillirent la candidature de Zinsou. Ont été vite dénoncées la manœuvre et la stratégie de Paris pour l’imposer6 et surtout celles de Boni Yayi qui l’a positionné comme son dauphin. Hermann Boko et Serge Michel montrent comment cette candidature déchaîna des passions au sein de l’opposition, dans la presse locale (La Nouvelle Tribune), les réseaux sociaux7 et la diaspora béninoise dont certains membres l’ont interpellé par des lettres ouvertes, comme celle du 20 décembre 2015 de Patient Gandaho8, un Béninois résidant en France. Son père René Zinsou, docteur en médecine, et son oncle Emile Derlin Zinsou, ancien président du Bénin, dissuadèrent en vain « l’homme qui n’écoute que son devoir ». Son père (un peu de plus de 90 ans) roule maintenant pour lui et il l’amène avec lui de meeting en meeting comme son interprète en fon. La plupart des réactions ont insisté sur l’identité du candidat perçu comme « un étranger »,    « un venu de France » ou comme « un homme seul » et voient en lui un « néophyte » de la politique ou un « ouvrier de la 25ème heure » à qui l’on prédit « un échec cuisant » quand on ne moque pas « ses boubous en bazins bien brodés et taillés sur mesure ». On souligne son exceptionnalité comme étant « le seul Français à la tête d’un pays d’Afrique » chargé de mission de pérennisation de la Françafrique. On lui fait observer qu’il a intérêt à suivre l’exemple de Barack Obama, né de père kényan et de mère américaine, qui n’a jamais songé briguer la présidence du pays de son père et qu’il rendrait un grand service au Bénin en devenant président en France. Continuer la lecture de Bénin : Lionel Zinsou dans les crocs du piège sans fin de la présidentielle du 28 février 2016

  1. Roger Gbégnonvi, « Lionel Zinsou ou Jésus des jours mauvais », http://www.24haubenin.info/?Lionel-Zinsou-ou-Jesus-des-jours> consulté le 30 mars 2016. []
  2. Il écrivait les discours de Laurent Fabius, PM puis ministre dont il était un très proche collaborateur. []
  3. Lire Comi Toulabor, Le Togo sous Eyadéma, Paris, Karthala, 1986. []
  4. Roger Gbégnonvi, art. cit. []
  5. Martin Mateso, « Bénin-Présidentielle : Lionel Zinsou, «le messie surdoué» ou «l’imposteur»? c’est selon… » <http://geopolis.francetvinfo.fr/benin-lionel-zinsou-le-messie-surdoue-ou-l-imposteur-c-est-selon-89451> publié le 22 décembre 2015, consulté le 30 mars 2016 []
  6. Cf. La Lettre du continent du 19 juin 2015 []
  7. Cf. Le Monde Afrique du 30 novembre 2015 []
  8. Patient Gandaho, « Monsieur le Premier Ministre sans polémique, j’ai quelques questions à vous poser », <http://www.sen360.fr/actualite/lettre-ouverte-a-lionel-zinsou-par-patient-gandaho-390050.html>, consulté le 30 mars 2016. []

Le caméléon est définitivement descendu de l’arbre. Où en est le Bénin à l’heure de la disparition de Mathieu Kérékou ?

La disparition le 14 octobre 2015 de Mathieu Kérékou, à l’âge de 82 ans, clôt une longue page de l’histoire politique du Bénin, déjà partiellement refermée avec son départ du pouvoir en avril 2006. Cette page, c’est celle « d’une période longue et douloureuse où le Bénin a raté un des tournants de son envol » relève l’écrivain Florent Couao-Zotti le soir même de l’annonce du décès de l’ancien président1.

M. Kérékou aura dirigé le Bénin pendant plus de 28 ans, d’abord à la tête d’un régime issu d’un coup d’Etat militaire (octobre 1972- février 1990) puis, après être demeuré en fonction lors de la transition politique (mars 1990-mars 1991) qui suivit la conférence nationale de février 1990, comme président élu et réélu durant une décennie (1996-2006)2.

Rappelons que M. Kérékou, après avoir été celui qui fit le choix du marxisme-léninisme en 1974 et du parti unique en 1975 (il imputa par la suite la responsabilité de ce choix et l’autoritarisme qui suivit à ses conseillers et à ceux qu’il qualifiait d’« intellectuels tarés »), devint, au milieu des années 1990, après s’être converti à la démocratie et au christianisme, celui qui introduisit l’évangélisme au cœur du pouvoir, participant à une évangélisation de et par l’Etat qui marqua symboliquement sa présidence3.

Au terme d’une décennie de pouvoir qui, si elle assura au moins la stabilité du pays, n’améliora pas sa gouvernance, et après avoir même laissé ses soutiens envisager de modifier la constitution ou même de reporter l’élection présidentielle, le « caméléon » s’était retiré sans tambour ni trompette de la vie publique en avril 2006. Ce qualificatif animalier qui lui collait à la peau ne renvoie nullement à sa versatilité ou à son adaptabilité aux changements de régime et d’idéologie, mais semble correspondre à l’un de ses noms en langue locale et fut popularisé dès sa première accession au pouvoir pour mettre en avant des qualités d’endurance, de persévérance et de solidité, renvoyant aussi à un imaginaire local où la figure de cet animal joue un rôle important. Homme entouré de mystères et de secrets – dont tous ne sont pas glorieux -, personnage énigmatique, il observait depuis son départ du pouvoir un silence quasi-total, ne jouant ni au vieux sage que l’on vient consulter, ni au doyen investi dans des activités de médiation ou des actions humanitaires, comme certains de ses pairs. Continuer la lecture de Le caméléon est définitivement descendu de l’arbre. Où en est le Bénin à l’heure de la disparition de Mathieu Kérékou ?

  1. Florent Couao-Zotti, « Kérékou, l’énigmatique kaméléon », article paru sur le site du quotidien La Nouvelle Tribune : www.lanouvelletribune.info/reflexions/chronique/25942-kerekou-l-enigmatique-kameleon []
  2. Deux biographies de M. Kérékou, à tendance malheureusement hagiographique, ont été publiées. Celle de l’historien Felix Iroko est la plus complète : Félix Iroko, Le président Mathieu Kérékou, un homme hors du commun, Cotonou, Les Nouvelles éditions du Bénin, 2001. []
  3. Camilla Strandsbjerg, Religion et transformations politiques au Bénin. Les spectres du pouvoir, Paris, Karthala, 2015. []