Archives par mot-clé : Afrique australe

Fragment d’une théorie politique ? A propos d’un document interne aux anciens mouvements de libération au pouvoir en Afrique australe.

Vincent Foucher (chargé de recherche, CNRS-LAM-Sciences Po Bordeaux)

Piers Pigou (consultant principal, International Crisis Group)

En Afrique subsaharienne peut-être encore plus qu’ailleurs, on n’a guère accès à la pensée des régimes au pouvoir. C’est peut-être en partie ce que nous donne ce rapport interne d’un atelier qui a rassemblé en mai 2016 aux Victoria Falls (Zimbabwe), les secrétaires-généraux des partis issus de mouvements de libération actuellement au pouvoir en Afrique australe – Zimbabwe, donc, Angola, Mozambique, Namibie et Afrique du sud – mais aussi en Tanzanie. C’est, à notre connaissance, la première fois qu’un rapport de ce genre fuite (il a été diffusé sur le site du Mail & Guardian, un journal sud-africain) et ce cercle bien particulier n’a pas fait l’objet de travaux de recherche spécifiques, même si la presse a déjà rendu compte de plusieurs de ses réunions.

Cette structure a plusieurs années d’existence. En 2013, elle avait déjà tenu six réunions. Il s’agit là de la réactivation de liens forgés au début des années 1960, à un moment où une majorité de pays africains accédait à l’indépendance alors que l’Afrique australe restait pour sa part sous domination blanche. Le Tanganyika de Julius Nyerere est ici un cas à part : il n’était pas une colonie de peuplement et il a obtenu l’indépendance de façon pacifique en 1961 (il deviendra Tanzanie en 1964). Cependant, tout proche de la « ligne de front » d’Afrique australe, il était alors un nœud majeur dans le réseau de soutien aux luttes en cours plus au sud.

Mais l’unité affichée actuellement, qui se veut explicitement enracinée dans l’histoire longue de la libération, procède en partie d’un révisionnisme historique. Ainsi, l’African National Congress (ANC) sud-africain était à l’époque des luttes de libération beaucoup plus proche de la Zimbabwe African People’s Union (ZAPU) que de la Zimbabwe African National Union (ZANU) actuellement au pouvoir et qui a réprimé brutalement la ZAPU après l’indépendance tout en incorporant certains de ses segments pour devenir la ZANU Patriotic Front d’aujourd’hui (ZANU PF) – les relations entre la ZANU et l’ANC étaient d’ailleurs tendues dans les années 1980. Par ailleurs, le réseau s’était distendu au fur et à mesure des libérations. C’est récemment, au début des années 2010, que les partis au pouvoir dans ces six pays se sont retrouvés. Ce que ces pays ont indiscutablement en commun, c’est d’être restés depuis leur indépendance sous la direction du même parti (à considérer la fin de l’apartheid en 1994 comme l’indépendance de l’Afrique du Sud), un cas maintenant tout à fait exceptionnel en Afrique subsaharienne. On est donc là face à un club restreint de partis-Etats. De façon symptomatique, l’United National Independence Party (UNIP), parti unique en Zambie de l’indépendance en 1964 jusqu’à sa défaite électorale en 1991, ne participe pas à ce rassemblement : il a perdu son titre à être membre du club…

Le regime change, voilà l’ennemi

Sur la forme, on s’amusera de l’ironie (involontaire ?) que constituent les emprunts à la langue du développement (« atelier », « centres d’alerte précoce », la nécessité de « conserver de façon durable le soutien des bénéficiaires »…) que font ces partis-Etats rétifs à l’alternance politique. Sur le fond, sans surprise, le rapport exprime la position des apparatchiks et vétérans des partis en question face aux forces alentour : les ONG, l’Occident, l’opposition, les jeunes, le milieu des affaires. Il tente de penser les conditions du maintien au pouvoir face à ces forces, formulant un diagnostic, des critiques, mais aussi des autocritiques, avant d’énoncer des recommandations.

Ces forces auxquelles ils sont tous confrontés, les conférenciers des Victoria Falls font le choix confortable de les inscrire dans le cadre du regime change, défini clairement : « la pratique occidentale de plus en plus répandue qui consiste à renverser des autorités politiques légitimes en provoquant une instabilité interne et des conflits contre des gouvernements considérés comme gênants ou insuffisamment soumis aux intérêts occidentaux et à les remplacer par des régimes fantoches dociles qui peuvent servir ces intérêts » (p.3). Le moteur du regime change est bien identifié : l’Occident… c’est-à-dire d’abord les Etats-Unis, notamment à travers leur agence de développement, l’United States Agency for International Development (USAID), dont l’implication dans des actions de contre-insurrection est mentionnée comme symptomatique. Le Royaume-Uni est le seul autre pays occidental cité.

Selon le rapport, l’Occident met en œuvre le regime change au travers de « quasi-private pseudo foundations ». Sont mentionnées deux organisations nées sous la houlette des autorités de Washington, le National Endowment for Democracy et la Freedom House, ainsi que la Open Society Foundation, la fondation du milliardaire George Soros, mais aussi la Friedrich Ebert Stiftung, ce qui ne manque pas de piquant quand on sait qu’il s’agit là de la fondation du parti social-démocrate allemand, parti qui a été impliqué dans la lutte contre l’apartheid et a été durant des années un ferme soutien du Frente de Libertação de Moçambique au pouvoir au Mozambique.  Autour de ces fondations prolifèrent des ONG, qui s’impliquent surtout dans des programmes de gouvernance. La multiplication des ONG et leur glissement du développement vers la gouvernance sont donc notés, et analysés comme symptomatiques de l’existence d’une stratégie globale. Tout ceci n’est pas totalement faux, au sens où beaucoup de ces organisations travaillent effectivement au pluralisme et à la constitution d’une sphère publique. C’est de façon explicite le credo de la Open Society, et l’on sait que cette organisation a souvent soutenu, y compris, d’ailleurs, aux Etats-Unis, des mouvements parfois à forte charge politique, notamment dans la critique des pouvoirs en place.

Enfin, les partis d’opposition font partie de cette galaxie, dans chacun des pays en question – le Movement for Democratic Change au Zimbabwe, la União Nacional para a Independência Total de Angola et le Frente Nacional de Libertação de Angola en Angola, la Resistência Nacional de Moçambique au Mozambique, Chama cha Demokrasia na Maendeleo en Tanzanie et la Democratic Turnhalle Alliance en Namibie. En Afrique du sud, c’est non seulement la Democratic Alliance mais aussi les Economic Freedom Fighters, mouvement pourtant beaucoup plus virulent que l’ANC dans la dénonciation du capitalisme blanc, qui se voient rangés parmi ces forces-là. L’exemple zambien, avec la chute, en 1991, de l’UNIP face au Movement for Multi-party Democracy, est évoqué. Tous les partis d’opposition seraient donc d’abord et essentiellement des pions de l’Occident.

Toutes ces forces, qui opèreraient en coordination, abuseraient du contexte démocratique pour renverser les régimes en place. Elles organisent des contestations électorales abusives. Elles manipulent ou contrôlent les médias privés hostiles au pouvoir en place qui diffusent des « échecs allégués dans la défense de l’Etat de droit, de la liberté de la presse, des valeurs démocratiques et des autres libertés fondamentales » (p. 16). Elles font pression pour la mise en place de limites au nombre de mandats (le texte souligne que l’Allemagne, le Danemark et le Royaume-Uni n’ont pas de limites de ce genre, sans mentionner que le cœur supposément battant de l’Occident, les Etats-Unis, en a).

Au gré des circonstances, selon les conférenciers, le regime change peut se faire plus dur, passant notamment par des pressions économiques. Comme preuve de cette malveillance est donnée une citation attribuée à Chester Crocker, ancien secrétaire d’Etat adjoint aux Affaires africaines sous Reagan, lors de son audition en 2000 par une commission du Sénat américain : « Pour séparer le peuple zimbabwéen de la ZANU PF, nous allons devoir faire crier leur économie et j’espère que, sénateurs, vous avez l’estomac pour ce que vous devez faire ». A dire vrai, si Crocker est effectivement très critique dans son intervention face à l’évolution du régime zimbabwéen, la citation, qui circule sur internet, est introuvable dans la transcription de son audition (ceci bien sûr n’exclut pas que Crocker ait pu tenir des propos de cette nature). L’Occident ne recule pas devant l’option militaire et vise l’établissement de « bases militaires dans la région, pour pouvoir passer rapidement au hard power là où le soft power a échoué ».

Qu’est-ce qui motive l’action de l’Occident, ce quasi-personnage ultra-puissant et fort pratique dans le grand récit proposé par les partis au pouvoir en Afrique australe ? Une volonté de domination et une hostilité aux projets de « socialisation » de l’économie portés par les régimes de libération et qui menacent les intérêts du capitalisme occidental. Se déploie donc un marxisme frelaté, une réactualisation des lectures des années de Guerre froide, période de formation des partis en question (hormis l’ANC). Comme de juste, les participants à l’atelier sont tous désignés comme « Cde », des comrades. La référence à la Guerre froide est explicite puisque sont évoqués ensemble Henry Kissinger et Tony Blair, ainsi qu’une volonté occidentale supposée persistante de défendre la « suprématie blanche » en Namibie et en Afrique du Sud. Les interdépendances économiques complexes entre ces régimes, les pays occidentaux et les multinationales, occidentales ou non, sont ici superbement gommées par une rhétorique anti-impéraliste.

Mais le texte ne renvoie pas seulement à l’histoire de l’Afrique australe : il inscrit résolument le projet occidental supposé dans une dimension globale. Des références sont faites aux révolutions de velours qui ont affecté les Etats de l’ancienne Union soviétique, aux lectures du regime change par des sources chinoises et russes non identifiées ainsi qu’à Eva Golinger, une auteure américano-vénézuelienne pro-chaviste. Le veto de la Chine et de la Russie en juillet 2008 au Conseil de sécurité des Nations unies pour bloquer le projet de sanctions internationales contre le Zimbabwe est d’ailleurs salué. On voit bien que du temps a passé depuis les années 1990, les libéralisations politiques, les premières élections pluralistes – et la chute de l’UNIP. La Chine et la Russie montrent aujourd’hui le chemin d’une résistance au pluralisme démocratique, et leur résistance inspire et donne espoir.

Se lit dans le texte une méfiance profonde envers la démocratie pluraliste : le mot démocratie apparaît, le jeu démocratique ouvert est bien le cadre accepté formellement, mais toute défaite ne peut guère être que l’effet de manœuvres, d’abord et en dernière analyse, de tentatives occidentales de regime change. Au fond, si l’opposition est bien légale, elle n’est jamais légitime et sa victoire n’est jamais acceptable. Cette légitimité est fondée sur l’idée d’une mission historique face à laquelle l’opposition n’a pas de justification. Le rappel historique – dont la dimension sous-régionale, la lutte solidaire de pays-frères, est un élément constituant – joue ici un rôle décisif.

Critique et autocritique

Si ce sont bien les mauvaises intentions occidentales à leur égard qu’ils perçoivent comme la principale menace, les responsables politiques d’Afrique australe n’en évoquent pas moins un certain nombre d’autres facteurs, réfléchissant ainsi (à) certaines des fragilités qui affectent les régimes qu’ils défendent.

Parmi les fragilités internes évoquées figurent le chômage et la faiblesse des services et des infrastructures, dont il est précisé au passage qu’ils sont particulièrement problématiques face à l’électorat urbain – on sait combien l’électorat rural est souvent plus captif et plus mobilisable au travers d’un dispositif combinant pressions, présence et clientélisme pour lequel les partis au pouvoir ont des avantages comparatifs notables. Sur ces points comme sur d’autres discutés ci-après, le rapport évite soigneusement de souligner qu’ils peuvent justifier les critiques de l’opposition et en faire une vraie force, plus en tout cas qu’un simple pion de l’Occident.  Sont mentionnés aussi la faible connaissance des besoins de l’électorat, ainsi que le culte de la personnalité. Mais le thème principal est clairement celui de la jeunesse, et notamment de la jeunesse au sein même du parti au pouvoir. La critique se fait forte contre une « nouvelle génération de membres du parti en pleine ascension sociale » (p. 13), des « jeunes avec des dispositions élitistes et matérialistes, portés plus par leur appartenance à des familles prestigieuses et des connections politiques à haut niveau que par un esprit d’appartenance, de sacrifice, de résilience ou d’affinité idéologique avec le parti » (p. 15). Les ambitions de cette jeunesse rendraient les élections internes tendues et alimenteraient la diffusion de logiques clientèlaires au sein du parti, la promotion de personnes incompétentes et l’exclusion des vétérans des luttes de libération. Continuer la lecture de Fragment d’une théorie politique ? A propos d’un document interne aux anciens mouvements de libération au pouvoir en Afrique australe.