Archives par mot-clé : Afrique

Israël et l’Afrique : un (petit) pas en arrière sur le chemin du retour

Salim Chena, LAM/Sciences Po Bordeaux

Le report du premier Sommet Afrique-Israël, qui aurait dû se tenir entre les 23 et 27 octobre à Lomé (Togo), éclaire une dimension peu traitée des relations de l’Afrique avec le reste du monde, tant sur les plans historiques que dans l’extraversion des politiques extérieures des Etats africains contemporains. La décision a été prise par Faure Gnassingbé mais aucune partie ne souhaite véritablement en assumer la responsabilité. Le chef d’Etat togolais a effectué une visite privée en Israël au début du mois d’août, avant d’ajourner indéfiniment l’évènement le 12 septembre. De prime abord, cela peut apparaître comme un revers pour la politique africaine d’Israël, qui tente comme d’autres pays d’obtenir une part de la  « croissance africaine » ; mais l’annonce de cette décision est aussi une nouvelle manifestation des turbulences diplomatiques liées à la position d’Israël dans la communauté et le système international. Le retrait conjoint d’Israël et des Etats Unis de l’Unesco illustre tout autant les difficultés d’Israël dans les institutions multilatérales qui, pour l’Etat hébreu, l’obligent à affronter l’hostilité des Etats estimant qu’une résolution du conflit israélo-palestinien est un préalable à sa pleine intégration aux relations internationales. Israël est reconnu par tous les Etats africains, excepté au Maghreb et dans la bande saharo-sahélienne ; un représentant de l’Organisation de Libération de la Palestine a souligné le rôle de ces derniers dans l’annulation du Sommet.

Reflux arabe, succès israéliens

Néanmoins, la décision du président togolais doit se lire également à l’aune de la situation intérieure du régime. Les 6 et 7 septembre dernier ont eu lieu d’importantes manifestations de l’opposition ; les rassemblements se sont poursuivis jusqu’à la fin du mois et une dynamique contestatrice semble s’être engagée avec les marches des 4 et 5 octobre. La contestation est venue d’un projet de révision constitutionnelle qui permettrait au président de rester au pouvoir jusqu’en 2030 après cinq mandats successifs. Les autorités craignaient autant pour la sécurité de la délégation israélienne (si de nouvelles manifestations devaient avoir lieu) qu’elles appréhendaient la réaction d’autres Etats africains au sein de l’Union. D’une certaine manière, l’Afrique est prise entre le renouvellement et la diversification de ses relations extérieures en termes de coopération et d’investissement, et la position historique normatives de nombre de ses Etats et institutions – tirant son origine à l’apogée des politiques de non-alignement. Par l’intermédiaire des Etats maghrébo-sahéliens, reliant géographiquement et politiquement le continent aux Proche et Moyen Orients, et dans le cadre de l’internationalisme afro-asiatique, une partie du conflit israélo-palestinien – lui-même enjeu de la Guerre froide – a impliqué l’Afrique depuis le raid  des forces spéciales israéliennes sur l’aéroport d’Entebbe en 1978 au bombardement du quartier général de l’OLP de Yasser Arafat sur le sol tunisien en 1985.

Sous l’effet parallèle des mutations du conflit israélo-palestinien et de la mondialisation, les relations israélo-africaines s’étaient jusque-là plutôt dépolitisées : « L’achèvement de la « décennie arabe en Afrique subsaharienne » ne sonna pas le glas de la coopération arabo-africaine : il inaugura simplement une ère de pragmatisme politique et économique enjoignant aux pays africains de ménager et de cultiver leurs relations avec Israël tout en se rangeant, au besoin, dans le camp arabe, notamment à propos de la question palestinienne » estime Jean-Baptiste Onana (2006). Le chef de gouvernement israélien n’a pas non plus échappé à ses « tournées africaines » ces dernières années. Devant la Knesset, en juin 2016, M. Netanyahu a dévoilé une carte synthétisant le point de vue du gouvernement sur l’état des relations d’Israël avec le reste du monde. Parmi les pays présentés comme des succès de la politique étrangère du Premier ministre, dix étaient africains[1] : cela peut impliquer notamment la normalisation ou la reprise de relations diplomatiques (Guinée, Sénégal, Tanzanie, Soudan du Sud), des pas vers la reprise de relations diplomatiques (Tchad), la coopération sécuritaire et technologique (Kenya, Rwanda, Ethiopie, Côte d’Ivoire) ou le renvoi de réfugiés dans des pays tiers (Ouganda, Rwanda) ; au travers de sa relations privilégiée avec le Kenya et l’Ouganda, la sécurisation de la Corne de l’Afrique (menant à la mer Rouge) reste sa priorité sur le continent (Butime, 2014).

Les relations israélo-africaines se déploient également dans le domaine spirituel, et trouvent leurs racines dans la reconstruction des identités ethniques et religieuses selon des processus d’appropriation et d’identification culturelles. Du mythe de Noé aux évocations bibliques d’une présence juive oubliée en Afrique, cette dernière n’est pas étrangère à l’imaginaire religieux judéo-chrétien, tandis qu’ « en apportant l’Ancien Testament et en identifiant aux lointains Hébreux les populations qu’ils rencontraient, les missionnaires procurèrent aux Africains les points d’entrée d’une nouvelle histoire des origines. Les interprétations de la Bible fournirent la substance des nombreuses innovations qui conduisirent à l’évolution du monde religieux africain. » (Bruder, 2008, a). Parfois anciennes, des communautés religieuses revendiquent leur appartenance au judaïsme, construisant ainsi des « identités juives en Afrique » à partir de « la réactualisation du mythe de la tribu perdue et retrouvée qui fonde une ascendance et une histoire juive ; [de] la conversion au judaïsme fondée sur l’adoption de l’Ancien Testament ; [et de] l’appartenance à un groupe juif par la filiation physique et l’expérience de la souffrance et de la persécution » (Bruder, 2008b).

Résistible avancée israélienne

Le Sommet Afrique-Israël devait couronner, en l’institutionnalisant, la politique africaine de Benyamin Netanyahu, qui avait lancé, en février 2016, le slogan : « Israël est de retour en Afrique et l’Afrique revient en Israël ». L’annulation de l’événement reste cependant marginale pour un Premier ministre expérimenté mais en situation instable, pris entre les soupçons récurrents, la fragilité des coalitions parlementaires et la situation socio-économique précaire. L’Afrique reste périphérique dans l’univers stratégique israélien, dominé par la dépendance aux aides économique et militaire américaines et plus orienté vers le Golfe persique que la Méditerranée (suite à la normalisation des relations avec l’Egypte et la Turquie). La polarisation des positions internationales autour du conflit israélo-palestinien limite structurellement la politique extérieure de l’Etat hébreu. Or, ce sont les vagues de décolonisation successives de l’ancien Tiers-monde qui ont fait basculer, au sein des institutions multilatérales, les équilibres internationaux autour du conflit irrésolu le plus ancien[2]. La reconquête de cet espace diplomatique – qui lui était acquis avant la fin des années 1960 – s’annonce plus compliquée qu’espérée. Inversement, le conflit israélo-palestinien lui-même n’est pas influencé par les développements internes à l’Afrique, dans la mesure où il n’est plus internationalisé. Pour les relations extérieures africaines, Israël est un partenaire supplémentaire permettant de maximiser les gains relatifs de la coopération en officialisant l’entrée d’un nouvel acteur. Continuer la lecture de Israël et l’Afrique : un (petit) pas en arrière sur le chemin du retour

Instituts Confucius : l’atout charme de la Chine

Article paru dans « Repenser l’Afrique », France Forum, n o66, juillet 2017. Avec l’aimable autorisation de reproduction de la rédaction. https://www.institutjeanlecanuet.org/content/repenser-afrique

Par Ellina Chhay, membre du programme géopolitique de l’Asie de l’Institut Open Diplomacy

 

Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent !

 

L’analyse des liens entre la Chine et l’Afrique se fonde essentiellement sur l’économie et la politique abordées de manière géostratégique et notamment sur l’exploitation et le contrôle des ressources naturelles comme le pétrole et les matières premières. Ce type d’approche reste classique et ne prend pas en compte les particularités de la présence chinoise en Afrique, si décriée par les occidentaux qui ne voient pas d’un bon œil la mainmise de Pékin sur le continent africain. Afin d’asseoir son influence et de conforter son statut de puissance internationale, la Chine met l’accent sur la promotion du mandarin à travers les instituts Confucius (IC). Quels sont les objectifs de ce soft power chinois ? Dans quelle mesure les instituts Confucius d’Afrique servent-ils les intérêts chinois ?

UN SOFT POWER BIEN CHINOIS… Le concept de soft power a été popularisé par Joseph Nye qui le définit comme « la capacité d’une nation à obtenir d’autres nations ce qu’elle souhaite par l’attrait de ses valeurs, de sa culture et de ses politiques plutôt que d’utiliser la coercition ». Lors de la tenue du 16e Congrès national du Parti communiste chinois en 2002, la Chine a érigé le soft power comme fondement de sa politique étrangère afin de renforcer son attractivité. Ce concept appliqué à la Chine se caractérise par une approche confucéenne visant à « construire une société harmonieuse », à « développer le multiculturalisme » et à « créer un environnement international pacifique » dans lequel le développement économique de la Chine se poursuivrait. En outre, ce soft power ne s’applique pas seulement aux états, mais aussi aux régions, aux organisations et aux individus.

La langue chinoise peut alors être vue comme un outil de soft power permettant d’étendre le pouvoir du Parti-état. Ainsi, les instituts Confucius répondent à cette mission de rayonnement de la Chine en faisant de sa culture un des piliers de son développement économique. Les IC sont des établissements culturels à but non lucratif dont la vocation est de diffuser le mandarin et de promouvoir la culture chinoise en facilitant les échanges culturels. Ils sont dirigés et financés par le Hanban, bureau national pour l’enseignement du chinois comme langue étrangère, qui relève du ministère chinois de l’éducation. Depuis l’ouverture, en 2004, du premier institut à Séoul, en Corée du sud, les IC se sont multipliés à travers le monde. Selon le Hanban, on compterait actuellement plus de 500 IC au total, dont 46 en Afrique. Ce nombre devrait passer à 100 d’ici à 2020.

Au cours des dernières années, la présence chinoise s’est accentuée en Afrique en raison d’un besoin en ressources naturelles. Premier partenaire commercial de l’Afrique, la Chine aime à rappeler les liens d’amitié qui l’unissent au continent africain depuis la conférence de Bandung, en 1955. Elle réaffirme son soutien dans la lutte contre l’impérialisme et le colonialisme et porte un discours prônant la coopération sud-sud et le respect de la souveraineté pour chercher à obtenir l’adhésion des dirigeants africains. Alors que sa politique économique et commerciale génère des frictions côté africain, sa politique culturelle est bien accueillie. L’empire du Milieu voit en les IC un moyen d’améliorer son image auprès des populations locales, mais aussi de former et de sensibiliser les élites africaines de demain à une meilleure compréhension historique, politique et culturelle de la société chinoise. Grâce au mandarin, les apprenants africains jouent le rôle d’intermédiaires avec les acteurs chinois présents en Afrique. Dans le cadre du plan d’action 2016-2018 du Forum de coopération sino-africaine (FOCAC), la Chine a prévu d’offrir 30 000 bourses à des étudiants africains.

Depuis une décennie, leur nombre augmente de 35 % par an. D’après le ministère chinois de l’éducation, ils étaient, en 2014, 41 677 en Chine. Former de futures générations d’intellectuels, en particulier dans les pays en voie de développement, constitue une subtile forme de soft power.

… MAIS CONTESTÉ DANS LE MONDE ENTIER. Calqué sur le modèle des Alliances françaises ou des Goethe Institute allemands, le fonctionnement des IC en diffère néanmoins. Ces derniers sont implantés au sein même d’une structure étrangère (bien souvent une université) et rattachés à une université partenaire chinoise. Chaque IC est géré et financé par le Hanban à hauteur de 100 000 dollars par an. Ce soutien financier pose la question de la liberté académique des programmes dispensés. Des universités comme l’université d’état de Pennsylvanie ont qualifié les IC d’outil de propagande servant les intérêts chinois et s’opposent à en accueillir au sein de leur campus. Des pressions sont exercées de la part des officiels chinois pour éviter les controverses comme la question du Tibet ou pour entraver la venue d’opposants politiques. Au Canada, par exemple, l’attribution d’un doctorat honorifique au dalaï-lama par l’université de Calgary a été sanctionnée par son retrait de la liste des établissements accrédités. Certaines universités comme celle de Stockholm, première à accueillir un IC en Europe en 2005, ont décidé de fermer les IC de leur campus. Toutefois, en Afrique, on considère que la restriction académique est propre au domaine culturel chinois.

L’objectif du soft power est d’améliorer l’image de la Chine, de créer une perception positive de sa politique à l’échelle internationale et de lutter contre l’idée d’une « menace chinoise », notamment en Afrique. Pour cela, la Chine se sert des IC qui deviennent un outil essentiel de son soft power en participant à sa stratégie d’expansion culturelle. Son succès dépend de la capacité du pays à vendre son image à l’Afrique, mais aussi de la capacité de cette dernière à acheter cette image. En outre, l’intérêt suscité par les IC auprès des Africains est, sans aucun doute, lié à des perspectives économiques, plus qu’à une réelle envie d’apprendre le mandarin.

Le sur-diagnostic du paludisme, une réalité africaine, une responsabilité globale

Les conclusions de l’article «En Afrique, le paludisme recule mais les fièvres de toutes origines tuent plus», paru dans Le Monde Afrique du 24 février 2017 (http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/02/24/en-afrique-le-paludisme-recule-mais-les-fievres-de-toutes-origines-tuent-plus_5085156_3212.html?xtmc=ghalia&xtcr=2) sont évidentes pour qui étudie les systèmes de santé en Afrique. L’article affirme que le paludisme commence à être enrayé en Afrique grâce aux efforts déployées depuis de nombreuses années par les différents acteurs internationaux, mais que cela s’accompagne d’une hausse de la mortalité due à d’autres maladies fébriles. En effet, la fièvre n’est pas considérée comme pouvant être symptomatique d’autres pathologies, ce qui mène à un traitement systématique de toute fièvre par des anti-paludéens. Les principaux coupables seraient d’une part les patients, pratiquant l’automédication et prenant automatiquement un traitement anti-paludéen dès l’apparition d’une fièvre, et d’autre part le personnel médical local, enclin à considérer toute fièvre comme indicatrice de paludisme.

Le sur-diagnostic de la malaria est en effet une réalité et il est bon que cela soit enfin pris en compte par les instances sanitaires mondiales afin non seulement de parvenir à une évaluation fine et adéquate de la prévalence des maladies fébriles et à une meilleure prise en charge de ces pathologies, mais aussi de rediriger les fonds consacrés au paludisme vers d’autres maladies tout aussi mortifères pour les populations africaines. Il n’en reste pas moins que blâmer les locaux, que ce soit les populations qui refuseraient de croire les médecins et de suivre le traitement qui leur est proposé, ou le personnel médical qui serait incapable de poser un diagnostic, est non seulement gênant mais aussi contre-productif. La lutte contre le paludisme s’inscrit dans une histoire et une économie spécifiques, et on ne peut les ignorer si on souhaite comprendre ce qui a conduit à cette situation.

Un bref rappel historique

Au moment de la colonisation, et alors que la médecine était utilisée comme instrument de propagande coloniale, la lutte contre cette maladie fut considérée comme cruciale car permettant d’obtenir rapidement des résultats probants, et donc des gains politiques. En focalisant les efforts d’éradication uniquement sur le vecteur de la maladie, le moustique Anopheles, par l’utilisation de moustiquaires imprégnées  d’insecticides, le combat était facile à mener. Ce modèle de contrôle de la maladie n’a par la suite pas été remis en cause, et la lutte contre le paludisme a continué à être considérée prioritaire car pouvant être menée sans remettre en question les conditions socio-économiques des populations atteintes tout en permettant d’obtenir rapidement des bénéfices économiques et politiques majeurs au profit d’une certaine idéologie. Ce fut notamment le cas au moment de la guerre froide, où l’Afrique fut un terrain d’affrontement entre les deux blocs. Les historiens de la médecine peuvent pourtant confirmer que le paludisme a pu être éradiqué en Europe et en Amérique du Nord grâce à des mesures fortes portant sur l’amélioration des conditions socio-économiques des populations atteintes, et par là par leur responsabilisation dans l’élimination de la maladie.

De plus, les projets médicaux dans les pays dits en développement s’articulent autour d’un expert externe, international, provenant des pays dits développés, apportant aux locaux, que ce soit les populations ou le personnel médical, des connaissances dont ils manqueraient à propos des traitements, des techniques de protection ou des moyens de diagnostic. Ceux-ci ont ainsi été placés dans un état de dépendance par rapport aux techniques venues des pays dits développés. Les échanges autour de la pathogénie et de la prophylaxie du paludisme en particulier, et des maladies tropicales en général, sont rendus inégalitaires de par une dissymétrie dans l’accès à l’information. Les experts “internationaux” obtiennent plus rapidement des informations sur les espèces locales de moustiques et leur distribution sur le territoire, de par leur position dominante d’”expert”, que les experts “locaux”, non reconnus comme tels, sur les dernières techniques de contrôle. On se trouve devant une situation classique de distribution des rôles entre l’expert “international” possédant la connaissance, le « comment faire », et l’expert local réduit au rôle d’ »informateur local ». Pas étonnant donc que le personnel médical se soit senti dépossédé de ses propres connaissances sur la maladie en particulier, et de son aptitude à poser un diagnostic de manière plus générale, ce qui a ensuite  eu, bien entendu, des conséquences sur . ses relations avec les patients.

Enfin, l’éradication des médecines « traditionnelles » afin d’asseoir la domination d’un modèle médical favorable aux intérêts politiques et économiques des pays dits développés, et notamment de trouver des marchés pour leurs firmes pharmaceutiques a non seulement mené à l’explosion du marché des contrefaçons, évidemment néfastes pour la santé publique car à l’efficacité nulle dans le meilleur des cas, mais aussi détruit la confiance placée dans des formes de médecine dite « traditionnelles » pour la placer toute entière dans la biomédecine. Les nombreuses campagnes de sensibilisation au paludisme ont bien évidemment permis une amélioration de l’utilisation des moustiquaires, mais aussi créé ce sentiment au sein des populations que le paludisme était la cause prédominante des symptômes fébriles.

Un enjeu politique et financier

Un article de PMI (President Malaria’s Initiative)1 de 2008 portant sur le diagnostic de la malaria parmi les enfants en milieu urbain en Angola était parvenu aux mêmes conclusions que l’étude menée au Kenya citée dans l’article plus haut cité. Quelles ont été les mesures prises à l’issue de ces résultats? Non pas une réévaluation des procédés de diagnostic de la maladie, mais simplement un redéploiement des moyens consacrés à la lutte contre la malaria dans les régions rurales. Qu’un programme tel que le PMI n’ait pas été capable de remettre en cause ses propres politiques en matière de lutte contre le paludisme indique que les préjugés quant à la prévalence du paludisme ont la vie dure. Continuer la lecture de Le sur-diagnostic du paludisme, une réalité africaine, une responsabilité globale

  1. President’s Malaria Initiative est un programme d’aide bilatérale créé en 2005 par George W. Bush, alors Président des Etats-Unis, et a pour objectif de diminuer la mortalité due au paludisme notamment des groupes  considérés comme particulièrement vulnérables (femmes enceintes et enfants de moins de 5 ans) en Afrique sub-saharienne et dans trois pays de la région du Mékong. []