L’apartheid en France : une comparaison excessive au regard de la réalité historique

Il est tout à fait compréhensible que le Premier ministre veuille, par des mots forts, donner des signes clairs de reconnaissance officielle de l’état de malaise, de déclassement, de marginalisation dans lequel se trouve une partie de la population française.

Manuel Valls a raison de ne pas user d’euphémismes car c’est sur le terreau de l’indifférence comme de la misère que poussent les graines de l’intolérance qui sont à l’origine de la semaine dramatique que nous avons vécue début janvier. Raison, oui. Car, par la loi, dans le discours, avec les mots, c’est la raison qu’il faut avant tout opposer au sang, au feu, aux rafales des fusils d’assaut.

Or, quand Manuel Valls dit dans ses vœux à la presse le 20 janvier que la France connaît un « apartheid territorial, social, ethnique qui s’est imposé à notre pays », il se trompe. Et si voilà dix ans qu’il le dit comme il s’en revendique, et bien cela fait une erreur vieille d’une décennie. On ne peut pas prendre le mot sans la réalité qu’il définit. Car, loin d’être un concept flou ou la pièce d’un meccano sociologique mondialisé, l’apartheid est une réalité précise. Continuer la lecture de L’apartheid en France : une comparaison excessive au regard de la réalité historique

« Se nos roubar, vamos queimar! »* Vers une nouvelle guerre civile au Mozambique?

Mozambique1

En 1994, la COFACE (Compagnie française pour l’assurance du commerce extérieur) voulait savoir si la Mozal, une électrométallurgie de la bauxite fondée sur la main d’œuvre bon marché mozambicaine, l’électricité importée d’Afrique du Sud, le minerai venant d’Australie et l’aluminium revendu immédiatement au Japon – bref, un schéma parfaitement colonial – serait viable et si la guerre civile allait reprendre dans les douze ans. Telle était la durée de sa garantie. Avec un autre collègue de LAM (qui se reconnaîtra), nous avions garanti que la guerre civile ne reprendrait pas au cours de ce délai et que l’environnement régional serait favorable. Nous ne nous sommes pas trompés. Même si la Renamo (Resistência nacional de Moçambique), l’ancienne rébellion appuyée par l’apartheid pour combattre le Frelimo (Frente de libertação de Moçambique) « marxiste-léniniste » pendant la terrible guerre civile de 1977 à 1992 estime avoir toujours perdu les élections par la fraude – ce qui me semble au moins partiellement vrai, notamment en 1999 – et n’a jamais rien obtenu du gouvernement par la négociation pendant des années, il aurait été suicidaire pour elle de recourir à nouveau aux armes grâce aux quelques centaines de soldats qu’elle n’avait jamais démobilisés. La société mozambicaine voulait vivre dans la paix et, plutôt que d’amnistie, avait besoin d’amnésie. Continuer la lecture de « Se nos roubar, vamos queimar! »* Vers une nouvelle guerre civile au Mozambique?

Die Antwoord : une réponse à d’infinies questions

            Die Antwoord, c’est un trio de rappeurs sud-africains composé de Ninja (Watkin Tudor Jones), Yolandi Vi$$er (Anri du Toit) et DJ Hi-Tek (Justin de Nobrega). Die Antwoord, en afrikaans, signifie la réponse. Mais la réponse à quelle question ? « À tout ce que vous voulez », répond Ninja, pierre angulaire du groupe et réalisateur de la plupart de ses clips. C’est sans doute pourquoi sa popularité s’est étendue au monde entier. Pourtant, il ne faut pas oublier qu’ils sont Sud-africains, que le trio s’est formé au Cap en 2008, après que Ninja et Yolandi ont collaboré dans d’autres formations, et que le premier a effectué un long parcours dans le hip-hop (notamment dans MaxNormal.TV et The Constructus Corporation) avant de créer Die Antwoord. Ils sont blancs, de différentes origines ; ils sont basés au Cap, ville à l’histoire particulièrement cosmopolite ; ils rappent dans les trois langues qui y sont le plus parlées : l’afrikaans, l’anglais et l’isiXhosa. Continuer la lecture de Die Antwoord : une réponse à d’infinies questions

Au Maroc, boire ou conduire…

Les accidents de la route constituent une des causes importantes de mortalité et de morbidité dans les pays du Sud parmi la population adulte. Les pays à revenu intermédiaire en particulier enregistrent chaque année le taux de mortalité par accidents de la route le plus élevé au monde, soit 20,1 pour 100 000 habitants, comparé à 8,7 dans les pays à revenu élevé. La conduite en état d’ébriété constitue une des principales causes d’accidents (avec les excès de vitesse, le non port du casque pour les motocyclistes, le non port de la ceinture de sécurité, et la non utilisation de dispositifs de sécurité pour les enfants). En 2010 l’Organisation mondiale de la santé adopte la Décennie d’action pour la sécurité routière, et entre 2008 et 2011, 35 pays ont adopté des lois pour lutter contre au moins un des cinq principaux facteurs de risque ; mais seuls 28 pays où habitent 7% de la population mondiale disposent d’une législation de sécurité routière complète couvrant ces cinq principaux facteurs de risque d’accident1. Le Maroc, fait partie de ces pays. Continuer la lecture de Au Maroc, boire ou conduire…

  1. OMS, Rapport de situation sur la sécurité routière dans le monde 2013. Soutenir une décennie d’action [http://apps.who.int/violence_injury_prevention/road_safety_status/2013/report/summary_fr.pdf] []

Quelques réflexions sur la pratique religieuse dans « l’âge séculier »…

Le soupçon actuel contre toute entreprise teintée de religion participe de l’attitude d’une modernité imbue de rationalité triomphante. Il est à la racine de nombreuses attitudes hostiles aux chrétiens, comme si leur foi était le symptôme d’une légère arriération intellectuelle. L’excellent livre de J. Habermas, Entre naturalisme et religion (Paris, Gallimard, 2008) abonde en analyses de ces questions et dit avec clarté ce qu’il faut sur ces points. Il argumente de façon convaincante sur la légitimité politique des traditions religieuses dans le débat démocratique. La partie n’est pas gagnée dans notre pays, encore marqué par les combats entre l’Eglise et la République. Le pouvoir de l’Eglise de représenter une grande tradition spirituelle est méprisé par nombre de nouveaux politiciens. En témoigne la façon dont les représentants des cultes furent traités lors des auditions sur la nouvelle loi sur le mariage à l’Assemblée nationale française en janvier 2013.  Comme si leur audition était en quelque sorte une faveur ou un exercice convenu, considéré avec condescendance par les représentants du peuple dont l’autorité viendrait d’une série d’énoncés dogmatiques détachés de toute référence à une transcendance. En somme une laïcité dont le contenu serait l’exclusion de la religion. Un entretien entre Joseph Ratzinger et Jurgen Habermas (Esprit, 2003) nous donne les termes du débat. Aussi l’irruption des religions, par exemple de dignitaires en costume, dans l’espace public, serait vécue comme illégitime. Ne confondons pas tout : la loi en a contre l’ostentation, pas contre la monstration. Nous avons écrit à notre nouvelle députée, élue huit mois auparavant, qui n’a pas daigné nous répondre.

 L’incroyance est aujourd’hui comprise par un grand nombre de nos contemporains comme un aboutissement de la rationalité1. Une vision linéaire de l’histoire et du progrès règne mais elle est bien datée, à l’ère de la physique quantique ! Continuer la lecture de Quelques réflexions sur la pratique religieuse dans « l’âge séculier »…

  1. C. Taylor, L’âge séculier, Paris, Seuil, 2011, p. 471. []

Hommage à René Vautier (1928-2015)

            Des très nombreux films tournés par René Vautier, qui vient de disparaître le 4 janvier dernier à 86 ans, on ne retient le plus souvent que Avoir vingt ans dans les Aurès (1972). Cette fiction construite à partir d’événements réels retrace la vie d’un commando de jeunes appelés, hostiles à la guerre mais conduits à participer à la répression, occasion de rappeler, dix ans seulement après les accords d’Évian, l’horreur de ce conflit, les violences qu’avaient subies les populations algériennes arabes et berbères mais aussi les « appelés du contingent », comme on disait alors. Convaincus ou forcés de se battre, certains d’entre eux ont résisté, comme le héros du film qui déserte en faisant évader un combattant de l’ALN prisonnier des Français. Ils ont, dans leur ensemble, contribué à l’échec du « putsch des généraux » de 1961, ce que montre également Avoir vingt ans dans les Aurès. On y saisit clairement la conception qu’avait René Vautier du cinéma, ce pourquoi il a réalisé de 1950 à 1995 quelque 180 films, de longueurs et de genres divers, dont un certain nombre furent censurés, perdus ou tellement projetés qu’ils finirent par s’effriter sous les dents des projecteurs1). L’historienne du cinéma Nicole Brenez résume dans le livre qui accompagne la réédition en DVD de Afrique 50, ce que visait René Vautier : argumenter « […] une vérité critique dans un débat visuel sans fin dont l’horizon serait un état plus juste du monde. »2 Cela impliquait pour lui « […] une autonomie des images, dont l’existence, le sens et la liberté qu’elles instaurent en propre doivent être protégés avec la plus vigilante intransigeance : un territoire symbolique et inaliénable installé dans le temps à partir duquel l’histoire pourra être établie. »3  Continuer la lecture de Hommage à René Vautier (1928-2015)

  1. Comme l’un de ses premiers, Un homme est mort, documentaire retraçant les luttes ouvrières de Brest en avril 1950, dont l’histoire est racontée dans la belle bande dessinée que Kris et Étienne Advodeau ont publiée sous le même titre (Paris, Futuropolis, 2006 []
  2. Nicole Brenez, « René Vautier, devoirs, droits et passion des images », dans  René Vautier, Michel Le Thomas, Afrique 50, des massacres de la colonisation / De sable et de sang, aux naufragés des temps modernes, Paris, Les mutins de Pangée, 2013 : 94-106 ; citation p. 106. []
  3. Id., p. 103. []

Côte d’Ivoire : Nombreuses incertitudes avant la présidentielle d’octobre 2015

Comme si de rien n’était, la date de la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire a été fixée exactement cinq ans après la précédente (25 octobre et 22 novembre 2015). On se souvient que la contestation des résultats de 2010 avait déclenché une violente crise post-électorale, conduisant l’actuel président de la République Alassane Ouattara à prêter serment deux fois : le 4 décembre 2010 après la certification des résultats par l’ONU, puis le 7 mai 2011 après la reddition du vaincu Laurent Gbagbo (11 avril 2011).

 Depuis cet épisode, la Côte d’Ivoire donne l’impression d’avoir retrouvé la sérénité nécessaire pour affronter de nouveau ce scrutin majeur. C’est ainsi que les élections intermédiaires se sont déroulées aux dates normales (décembre 2011 pour les législatives1, avril 2013 pour les municipales et les régionales2) et sans difficultés particulières si ce n’est qu’elles ont été boycottées par le FPI (Front populaire ivoirien, parti de l’ancien président Gbagbo), arc-bouté sur le refus des résultats de 2010.

 Sérénité nécessaire, mais peut-être pas suffisante. En effet, plusieurs pierres d’achoppement subsistent et sont de nature soit à compromettre le processus pré-électoral, soit à en allonger la durée. Continuer la lecture de Côte d’Ivoire : Nombreuses incertitudes avant la présidentielle d’octobre 2015

  1. http://echogeo.revues.org/13017 []
  2. http://echogeo.revues.org/13697 []

La transition migratoire en Algérie : un enjeu social et politique

            Les évolutions concomitantes des régimes migratoires vers davantage de restrictions à la mobilité, et des routes migratoires qui se renouvellent et se ravivent à la fois, ont contribué à redéfinir le système migratoire eurafricain. À l’image de l’Italie et de l’Espagne à la fin du XXe siècle, le Maghreb réalise sa transition d’un espace d’émigration à un espace d’immigration. Le territoire algérien ne fait pas exception à ces recompositions.

            L’Algérie a longtemps été vue comme une terre d’émigration et, pour ses gouvernements successifs, celle-ci a été une ressource économique et politique (Haute-Ville, 1995). Cependant, d’une part, la limitation de l’immigration dans l’espace Schengen et, d’autre part, les investissements publics ont eu une double conséquence sur les mouvements migratoires vers et depuis l’Algérie : d’abord, les ressortissants des périphéries de l’Europe ont trouvé de nouveaux débouchés à leur circulation ; ensuite, les secteurs du bâtiment et travaux publics, mais aussi ceux du commerce et des services, ont absorbé des travailleurs étrangers. Associée à l’Union européenne depuis 2005, l’Algérie s’est alignée sur les politiques migratoires du Nord de la Méditerranée par le vote de deux lois en 2008 et 20091. La première durcit les conditions d’entrée et de séjour des étrangers en Algérie, criminalise l’immigration irrégulière et le soutien aux « clandestins » ; la seconde pénalise la sortie du territoire hors des points de passage officiels, criminalisant ainsi l’émigration irrégulière. Continuer la lecture de La transition migratoire en Algérie : un enjeu social et politique

  1. Le Maroc en 2003, puis la Tunisie et la Libye en 2004, l’avaient précédée dans l’externalisation de la politique d’immigration et d’asile de l’Union. []

Retour au Ghana, d’Accra à Takoradi

Ce texte est le témoignage d’un retour, effectué en novembre-décembre 2014 ; retour au Ghana, plus de 40 ans après un séjour de deux ans (1971-1973) que j’avais effectué à Cape Coast, comme volontaire du service national (VSN). J’avais alors, comme d’autres jeunes Français à cette époque, été « formé » professeur de français langue étrangère et affecté à St Augustine’s College, en bord de mer, entre deux châteaux célèbres pour leur rôle dans l’histoire de l’esclavage, celui de Cape Coast et celui d’Elmina. J’avais profité de ce séjour pour faire une thèse de 3ème cycle sur la ville de Cape Coast, soutenue à Bordeaux en 1976. Mais l’occasion de ce retour, c’est un cadeau de notre entourage à l’occasion du 40ème anniversaire de notre mariage, à l’Ambassade de France à Accra en décembre 1972 : deux billets aller-retour France Ghana pour revoir ces lieux où nous n’étions jamais revenus.

 CCRA-marché-de-Kaneshie

Arrivée à Accra le 28 novembre vers 20 h : il fait nuit depuis quelques heures déjà. Les premières lumières de la ville me rappellent ce que j’ai vécu il y a 43 ans, en septembre 1971, lors de mon tout premier contact avec le continent africain : j’avais été rassuré par les quelques lumières entrevues dans le hublot : il y avait donc l’électricité par-delà le Sahara ! Mais en 2014, ce ne sont pas quelques lumières, mais une véritable marée lumineuse de sodium…, bref celle d’une métropole devenue multimillionnaire. Kotoka International Airport n’a pas changé de place (il est très près de la ville, on peut même dire aujourd’hui dans la ville). Mais je ne reconnais RIEN, d’autant plus qu’il est en travaux… Le véhicule de l’agence Abacar nous amène à un grand hôtel tout proche, après un trajet d’autoroute urbaine et d’échangeurs, au milieu d’immeubles et de hautes tours vivement éclairées. Continuer la lecture de Retour au Ghana, d’Accra à Takoradi

A propos de José Capela (1932-2014), historien de l’esclavage dans l’océan Indien

L’historien portugais José Capela est mort le 13 septembre 2014 à l’âge de 82 ans. Spécialiste du Mozambique de l’époque moderne et contemporaine, il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages dont beaucoup font autorité en ce qui concerne l’histoire de l’esclavage. De son vrai nom José Soares Martins, il a d’abord été journaliste dans la ville de Beira durant les années 1960. Il dirigeait alors le Diário de Moçambique sous la responsabilité éditoriale de l’évêque progressiste de la ville Soares de Resende. Egalement responsable du  périodique Voz Africana, il avait au début des années 1970 eu l’initiative de publier les lettres des lecteurs africains de cette publication. Celles-ci traduisaient, en pleine guerre de décolonisation, un véritable malaise.

Auteur engagé, il a fait paraître plusieurs ouvrages anti-colonialistes dont certains ont circulé clandestinement avant d’être publié au Portugal après la Révolution des Œillets. Resté au Mozambique en tant que conseiller culturel (de 1977 à 1996), il s’est ensuite attelé à des recherches historiques qui ont porté principalement sur la structure de la traite esclavagiste luso-brésilienne ou encore sur l’histoire sociale des négriers présents au Mozambique, au Portugal, au Brésil.   Continuer la lecture de A propos de José Capela (1932-2014), historien de l’esclavage dans l’océan Indien

La sécurité au Sahara. Ambiguïtés d’un regain d’intérêt

Le Sahara est difficile à définir car ses représentations chargent ce vaste espace de nombreuses préconceptions. Il couvre a minima les régions du Sud maghrébin, du Maroc à la Libye, et les septentrions des États de la Mauritanie au Tchad. S’il renvoie à l’image d’une immensité de dunes de sable (erg), on oublie qu’il est avant tout composé d’espaces montagneux (reg). Il est perçu comme une terre vide et infranchissable, alors qu’y vivent plusieurs millions de personnes et qu’il est traversé en automobile depuis la Croisière noire de Citroën en 1923. L’imaginaire occidental le voit peuplé exclusivement de tamasheqs, ou touaregs, que l’exploration coloniale a mythifiés sous la figure des « hommes bleus », nomades fiers et libres issus d’une société matrilinéaire, et vivant de l’économie caravanière. Le Sahara est, pourtant, aussi habité par des Toubous en Libye et au Niger, des Maures (populations arabes ou arabo-berbères) en Mauritanie et au Mali, des Songhaïs et des Peuls au Mali ou encore des Sahraouis. Aujourd’hui, le Sahara renvoie avant tout aux prises d’otages occidentaux par des groupes terroristes islamistes, voire au trafic transatlantique de cocaïne… Le film Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, acclamé par la critique, ne fait que reprendre à son compte cette esthétique éminemment politique (Bourgeot, 2014).

            Car c’est bien par le biais de la guerre contre le terrorisme que le Sahara est revenu sur le devant de la scène médiatique et politique depuis le début des années 2000. Le reflux des groupes terroristes algériens vers le Sud après la guerre civile des années 1990 qui a transnationalisé leur champ d’action, leur internationalisation opportuniste suite aux conflits afghans et irakiens et le retour des combattants touaregs recrutés dans la Légion islamique du colonel Kadhafi déchu ont précipité l’effondrement du Nord-Mali, déjà perceptible dans l’application imparfaite des précédents Accords, dans la sanctuarisation de l’espace par des groupes terroristes et criminels et dans l’absence de résolution des revendications sociales et culturelles de la minorité touarègue. Discrètement encouragé par Paris1, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) a saisi une opportunité de relancer la lutte touarègue au Mali, quitte à s’allier un temps aux groupes islamistes. Or, il ne peut prétendre à l’hégémonie dans le Nord malien, peuplé de plusieurs autres communautés, et est lui-même le produit de dynamiques conflictuelles entre lignées tamasheqs ;  certains de ses proches, aussi, auraient été impliqués dans des violations des droits humains ou des activités criminelles (Bourgeot, 2012). Rapidement débordé par les groupes islamistes, il s’est ensuite rallié aux opérations Serval puis Barkhane, tout en gardant une forte influence dans la région de Kidal. Continuer la lecture de La sécurité au Sahara. Ambiguïtés d’un regain d’intérêt

  1. Entretien d’Hama Ag Mahmoud, ancien ministre de Moussa Traoré et ancien cadre du MNLA, dans Le Courrier du Sahara du 17 janvier 2014. Selon lui, Paris aurait ainsi cherché à affaiblir l’armée libyenne en encourageant la désertion des Touaregs et en l’empêchant de recruter au Mali et au Niger. []

Murmures sur une explosion

Pico do Fogo

 À quelques encablures de Praia, la capitale du Cap-Vert, Fogo, petite île d’environ 25 kilomètres de diamètre, s’étend autour d’un volcan, le Pico de Fogo. Dans le fond de la caldera (Chã das Caldeiras) une communauté s’entête à demeurer, en dépit des éruptions qui embrasent le pic. La terre noire est riche et, assez incroyablement, les habitants parviennent à y faire pousser des arbres fruitiers, de la vigne et des caféiers. Le village de Portela abrite un centre d’information touristique, la Maison du parc national de Fogo, une école, une église catholique, un temple adventiste, un petit hôtel très prisé des touristes qui font l’ascension du volcan, la Pousada Pedra Brabo, et l’Associação dos Agricultores de Chã (la coopérative agricole).

Pico do Fogo_café

Pauvreté, endurance et travail dans des conditions d’une extrême difficulté semblent être les marques les plus caractéristiques d’une société comptant plus d’un millier d’habitants. Or tout s’est trouvé, une nouvelle fois, mis en péril depuis le 23 novembre 2014. Plusieurs évents se sont ouverts sur le flanc nord du volcan ; le plus bas a vomi des coulées de lave qui se sont répandues au fond de la caldera touchant le village de Portela et coupant la seule route d’accès menant aux agglomérations de Saõ Lourenço et de Saõ Filipe, situées en dehors du massif volcanique. Les dernières éruptions s’étaient produites en 1951 et 1995, indiquant aux pouvoirs publics que le Pico ne s’était pas totalement endormi. Ils ont donc mis en place dans les rues de Portela des feux (semblables à des feux tricolores de circulation) qui doivent avertir des risques liés à l’activité volcanique et collé des affiches expliquant leur signification. Nul doute qu’ils ne soient passés au rouge ce 23 novembre : la lave a atteint Portela, a détruit la maison du Parc, l’hôtel, la plupart des habitations et la coopérative. 397 hectares, dont 26 de terres arables, et plus d’un kilomètre et demi de route, au moins, ont été ravagés. Les secours se sont rapidement mis en place : environ un millier de personnes ont été évacuées et il n’y a pas eu, semble-t-il, de victimes. Continuer la lecture de Murmures sur une explosion

Les élections éthiopiennes de 2015 : Dernière chance pour une transition pacifique ?

Le 24 mai 2015, les Ethiopien.ne.s se rendront aux urnes à l’occasion des cinquièmes élections générales depuis l’instauration du régime fédéral en 1995. Il s’agit d’élire au suffrage universel direct les 547 représentants des woreda qui siégeront à la Chambre des Représentants du Peuple (Chambre basse), la plus haute autorité législative du régime (Constitution 1995). Ces élections représentent le moment fort de la vie électorale éthiopienne. La majorité parlementaire détermine en effet l’appartenance politique du Premier ministre qui est aussi la plus haute autorité exécutive du pays. Depuis 1995 et jusqu’à sa mort en 2012, Meles Zenawi occupait cette fonction centrale. Depuis sa disparition, l’hégémonique Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (qu’il présidait également) a confirmé son dauphin Hailé Mariam Dessalegn à la tête du régime. Mai 2015 est donc inédite puisque, pour la première fois, l’élection aura lieu sans l’architecte du régime.

Sur une population totale avoisinant officiellement les 90 millions, le gouvernement attend 33 millions d’inscriptions d’ici le 19 février. C’est deux millions de plus qu’en 2010, date des dernières élections générales qui avaient laissé un goût amer aux partis d’opposition qui n’avaient décroché qu’un seul siège à la Chambre basse (un second siège étant occupé par un candidat indépendant). Girma Seifu, représentant l’Union for Democracy and Justice (UDJ), est ainsi l’unique opposant parmi les 547 députés actuels. Voyons comment se présente, schématiquement, la scène politique éthiopienne à la veille des élections de 2015.

Continuer la lecture de Les élections éthiopiennes de 2015 : Dernière chance pour une transition pacifique ?

LAMenparle

Ce carnet, émanant du centre de recherche « Les Afriques dans le monde » (UMR CNRS/Sciences Po Bordeaux) se veut un outil d’information et d’analyse sur les Afriques et, au delà, sur l’ensemble des sociétés issues de la traite atlantique. Il est consacré à l’actualité des Afriques dans leur diversité, dans une perspective large, et entend traiter cette actualité dans ses dimensions politique, géopolitique, sociale, économique, culturelle, etc.

L'actualité des Afriques vue par LAM