Tous les articles par Vincent Bonnecase

ÉCRIRE, SENSIBILISER, DIFFUSER, VENDRE… MAIS QUOI ? Autour d’Africanistan

Africanistan : Serge Michailof, Africanistan. L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? Paris, Fayard, 2015.

Vincent Bonnecase

Imaginons cette image : un camion de marchandises, avec sur les marchandises des voyageurs dont le visage est recouvert par des foulards, roule à travers le désert. De nombreux bidons remplis d’eau pendent de part et d’autre. Pour qui connaît un peu cette partie du monde, cette image évoque immédiatement les migrations à travers le Sahara1. Juste au-dessus du camion, une question : « L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? ». Vu de loin, cela pourrait ressembler à l’affiche d’un parti politique (en fait serait-il maintenant plus juste, dans le cas français, de mettre « partis » au pluriel) désireux d’alerter une fois de plus l’opinion des menaces conjuguées que constituent « la crise migratoire » et « la crise des banlieues », en partant du présupposé que celle-ci est alimentée par celle-là. Mais c’est la couverture d’un livre écrit par un chercheur enseignant à Sciences po et récemment invité à le présenter à LAM (Les Afriques dans le monde), le centre d’études africaines de Sciences Po Bordeaux. Un livre dont le titre, Africanistan, associé à ce qui précède, peut suggérer que le type de violence auquel a été confronté l’Afghanistan des Talibans est amené à se propager depuis l’Afrique jusqu’aux banlieues françaises par l’intermédiaire de camions bondés de migrants qui traversent le Sahara.

Pareille couverture suscite une simple réaction de malaise, pour ne pas dire plus, avant même que le livre ne soit ouvert : celui-ci, par son simple aspect extérieur, paraît de prime abord auréoler d’une caution intellectuelle les pires clichés qui peuvent être actuellement véhiculés sur les banlieues et les migrations en France. Supposer que les migrants qui traversent le Ténéré visent la France est démenti par tous les ouvrages qui ont sérieusement étudié les migrations transsahariennes (certes avant 2010), lesquels montrent qu’une petite partie des migrants transsahariens poursuivent leur trajet en Europe, au cours d’un projet qui se construit sur la route bien plus qu’il n’est défini au départ2. Supposer que les tensions politiques, sociales et économiques qui affectent actuellement des banlieues françaises sont directement produites par les migrations fait aussi l’objet de dénonciations régulières de la part de chercheurs, entre autres, engagés dans le débat public3. Supposer que l’on (« on » c’est-à-dire, souvent, les Européens) est confronté à une « crise migratoire » sans précédent, alimentée par la guerre et par la pauvreté que connaissent des pays d’Afrique ou du Proche-Orient, est tout autant mis en question par des chercheurs qui rappellent notamment que l’Europe ne constitue la destination que d’une petite minorité des migrants et des déplacés à travers le monde4. Loin de moi l’idée d’affirmer que ces différentes suppositions sont celles de l’auteur d’Africanistan, qui précise bien à la fin de l’ouvrage qu’il ne « souscrit en rien aux thèses populistes d’un parti et d’une famille bien connus » (p. 331). Mais elles n’en sont pas moins suggérées par l’étonnante association de la couverture et du sous-titre que j’imagine visibles dans un certain nombre de librairies, tout comme par le titre des interventions médiatiques destinées à faire la promotion de l’ouvrage.

Cette couverture suscite d’autant plus malaise et étonnement que, lorsqu’on ouvre l’ouvrage, on y trouve des idées dans le sens desquelles on peut, d’après moi, abonder. Le projet essentiel consiste à déconstruire l’évidence d’une « émergence de l’Afrique », sur laquelle titre régulièrement la presse occidentale comme un contre-point à cette autre évidence, par ailleurs toujours véhiculée, d’une Afrique qui n’a de cesse de mal partir5 : l’auteur vise à mettre à mal un « excessif afro-optimisme » qui n’est que le double en miroir de « l’excessif afro-pessimisme » (p. 21). L’idée selon laquelle la forte croissance que connaît actuellement l’Afrique ne va pas de pair avec une amélioration des conditions de vie dans l’ensemble des pays africains et, encore moins, à l’échelle de chaque pays, avec une amélioration des conditions de vie de l’ensemble de ses populations est difficilement contestable : on pourrait même la conforter en s’appuyant sur des travaux qui, analysant les conditions historiques de production  des statistiques macro-économiques, invitent à analyser la croissance (ou la récession) sous le prisme d’un gouvernement par les chiffres6. L’idée selon laquelle la question démographique représente un enjeu important en Afrique subsaharienne est tout aussi difficile à contester, même si elle peut être affinée par d’autres travaux qui invitent à l’appréhender sous le prisme des perceptions locales7. Continuer la lecture de ÉCRIRE, SENSIBILISER, DIFFUSER, VENDRE… MAIS QUOI ? Autour d’Africanistan

  1. Il se trouve que j’’ai fait le voyage dans un camion de ce type (avec un toit en plus), d’Agadez au Niger à Al Gatrum en Libye, puis d’Al Gatrum à Agadez, en 2001. []
  2. Julien Brachet, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Paris, Éditions du Croquant, 2009. []
  3. Véronique Le Goaziou et Laurent Mucchielli (dir.), Quand les banlieues brûlent : retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, 2007. []
  4. Cris Beauchemin et Mathieu Ichou, Décentrer le regardAu-delà de la crise des migrants, Paris, Karthala, 2016. []
  5. Cette question a fait l’objet d’un colloque récent coordonné par Didier Péclard et Anne Mayor, « L’Afrique émergente », Global Studies Institute de l’Université de Genève, 22 et 23 septembre 2016. []
  6. Vincent Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique. De la « réussite » économique du colonialisme tardif à la « faillite » des Etats africains (v.1930-v. 1980) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62, 2015, p. 33-63. []
  7. Barbara Cooper, « De quoi la crise démographique au Sahel est-elle le nom ? », Politique africaine, n°130, 2013, p. 69-88. []