Tous les articles par mchauvin

Chronique d’un coup de force à Zanzibar. Résistance non violente et répression post-électorale

Maïlys Chauvin, Docteure en géographie, chercheure associée à LAM

Contact the author for an english version of the paper.

Après Washington, New-York et Toronto, le candidat aux élections présidentielles à Zanzibar Seif Shariff Hamad (Civic United Front, CUF) est cette semaine à Londres dans le cadre d’une campagne d’information sur la crise démocratique qui frappe Zanzibar après l’annulation du scrutin insulaire le 28 octobre 20151. Accueilli par les membres et associations de la diaspora postrévolutionnaire zanzibarie de Grande Bretagne qui a fait montre de mobilisation tout au long du processus électoral, à l’instar de la Zanzibar Welfare Society, il sera à Chatham House le 15 juillet 2016.

Sérieusement contesté pour la première fois depuis 1964 par un front uni dans les deux territoires qui forment la Tanzanie2, le Chama cha Mapinduzi (Parti de la Révolution, CCM) a redoublé cette année d’agressivité face à la mobilisation de l’électorat urbain et des partis de la coalition UKAWA3. L’accentuation de la dimension sécuritaire du processus électoral illustre les résistances de fin d’hégémonie d’un parti-État qui, bien qu’il conserve une domination institutionnelle et territoriale, a perdu son hégémonie culturelle (pour parler comme Antonio Gramsci) dans les représentations de nombreux citoyens en rupture ouverte avec l’héritage des pères fondateurs, Julius Nyerere (ex-Tanganyika) et Abeid Karume (Zanzibar). Caractérisé par une importante présence des forces armées et par l’usage de la nouvelle loi Cybercrimes dans des villes comme Mwanza, Arusha mais aussi dans la capitale Dar es Salaam, le déploiement autoritaire du parti-État a recouvré le plus de radicalité à Zanzibar. En effet, les élections présidentielles et celles des représentants de la chambre de l’archipel autonome ont été annulées par une opération qui revêt tous les aspects d’un coup de force alors que la victoire de l’opposition était pressentie.

Dimanche 25 octobre 2015 à 7h00, de longues files d’électeurs sont déjà visibles aux bureaux de vote. Certains cherchent leurs noms disparus des listes vérifiées quelques jours plus tôt ou déplacés dans celles de circonscriptions voisines au dernier moment. Ailleurs, le même visage d’électeurs apparaît dans des circonscriptions et sous des noms différents. 24 heures avant le scrutin, le redécoupage des circonscriptions électorales n’avait pas abouti à la cartographie définitive de leurs limites contrairement à ce que le site de la Zanzibar Electoral Commission (Commission électorale de Zanzibar, ZEC), présidée par Jecha Salum Jecha, annoncait.

Lundi 26 octobre matin, alors que la vérification des résultats de l’élection présidentielle à Zanzibar est en cours à la ZEC, dans le bâtiment de l’enceinte Bwawani, quartier de Malindi, Seif Shariff Hamad annonce à la presse, depuis le bureau du CUF, quartier de Mtendeni, un score de 200 077 voix contre 178 363 votes pour son adversaire Ali Mohammed Shein, suggérant une victoire à 52,87 % contre 47,13 %. Peu de temps après,  alors que des diplomates européens et des journalistes est-africains viennent de quitter le bâtiment, des tirs de lacrymogènes résonnent aux abords du siège du parti, dispersant les supporters rassemblés depuis le matin. Quelques-uns, parmi les plus jeunes, construisent en quelques minutes de petits murs de pierres pour empêcher l’incursion potentielle des voitures des forces armées. Leur déploiement s’impose alors dans la ville tandis que les boutiques ferment une à une dans le quartier commerçant Darajani. Continuer la lecture de Chronique d’un coup de force à Zanzibar. Résistance non violente et répression post-électorale

  1. Voir M. CHAUVIN The nullification of the elections in Zanzibar :  A coup against the victory of the opposition and Maridhiano process. Contacter l’auteur pour un rapport détaillé de l’ensemble du processus électoral et sa future publication dans une revue britannique de sciences sociales.

    Les élections générales en Tanzanie et dans l’archipel autonome de Zanzibar sont sous l’autorité de deux commissions électorales : la NEC (National Electoral Commission) pour les élections nationales du Président de la Tanzanie et des membres du parlement tanzanien, et la ZEC (Zanzibar Electoral Commission) pour les élections locales, des représentants de la chambre et du président de Zanzibar. Ce sont ces dernières qui ont été annulées par le Président de la ZEC. []

  2. Ex-Tanganyika et archipel de Zanzibar []
  3. UKAWA Umoja wa Katiba ya Wananchi, Coalition pour une constitution du peuple, composée de quatre partis CHADEMA, CUF, NLD, NCCR-Mageuzi. Les deux premiers sont respectivement les partis qui reçoivent le plus de soutien dans le territoire continental de l’ex-Tanganyika et archipélagique de Zanzibar. []

Élections générales 2015 en Tanzanie et à Zanzibar : fin d’hégémonie du CCM et tournant inédit pour une opposition rassemblée

Dr Maïlys Chauvin, géographe associée à LAM-CNRS, Sciences Po Bordeaux, France

La cartographie présentée ici est issue des résultats officiels affichés par le gouvernement tanzanien et la Commission électorale de Zanzibar. La production de ces statistiques étant fortement critiqué par la société civile et les médias – en particulier à Zanzibar -, les cartes doivent être interprétées avec prudence.

2015 est une année charnière en République Unie de Tanzanie, née de l’union, en 1964, de deux états indépendants, le Tanganyika (qualifié de mainland depuis) et l’archipel de Zanzibar. Les élections générales d’octobre 2015 constituent un enjeu important qui devrait confirmer la fin de l’hégémonie du Chama Cha Mapinduzi (Parti de la révolution), ancien parti unique toujours dominant depuis la mise en place du multipartisme en 1992, dans les deux entités. Elles seront en effet certainement influencées par les déceptions du processus de réforme constitutionnelle qui a mobilisé les citoyens et l’ensemble des acteurs tanzaniens pendant le quinquennat du président Jakaya Kikwete. La tentative de passage en force d’un texte ne restituant pas les vœux des Tanzaniens en faveur d’une Fédération à trois gouvernements pour le Tanganyika, Zanzibar et l’Union, s’est traduit il y a quelques semaines par le report du référendum de validation du texte prévu à l’origine pour le 30 avril dernier. Cette évolution jouera certainement en faveur de l’opposition et, plus particulièrement, du parti de Freeman Mbowe, le Chama Cha Demokrasia na Maendeleo (CHADEMA), Parti de la démocratie et du progrès , sur le mainland, et du Civic Union Front (CUF) de Seif Shariff Hamad, à Zanzibar. Empêchera-t-elle pour autant la domination électorale du CCM et l’amorce d’un véritable tournant dans l’évolution politique du pays ? Menace-t-elle la réconciliation inédite (Maridhiano, kisw.) qui avait donné naissance à un gouvernement d’unité nationale (GNU) à Zanzibar en 2010 ?

Réforme de l’Union  ou inertie constitutionnelle ?

En 2011, dans le cadre de son second mandat, le président de la République Unie de Tanzanie Jakaya Kikwete, issu du parti historique CCM et inscrit dans l’héritage de Julius Nyerere, a présenté un projet de réforme constitutionnelle et nommé une Commission de réforme constitutionnelle présidé par Joseph Warioba, ancien ministre et procureur général. Lors du second semestre 2012, une consultation populaire nationale conduite dans l’ensemble des régions et des départements du pays, a montré que les Tanzaniens tant sur le mainland qu’à Zanzibar, étaient favorables à un changement de structure de l’Union allant dans le sens d’une Union fédérale à trois gouvernements. La légitimité de la structure de l’État tanzanien, au départ temporaire, fondée sur un gouvernement et un parlement pour l’Union (Muungano, kiws.) contrôlant les pouvoirs régaliens sur l’ensemble du territoire, ainsi qu’un gouvernement et un parlement pour l’archipel autonome de Zanzibar, aménagée ensuite pour accueillir un système de parti unique commun aux deux entités1 a en effet toujours été contestée dans les îles mais aussi sur le mainland, où par réaction, plus récemment, on a assisté à la montée d’un nationalisme « tanganyikais ». Ce modèle temporaire devait en effet évoluer et avait été soumis dans ce sens, à une série de réformes, en particulier à partir de 1992 pendant la présidence d’Ali Hassan Mwinyi, sous l’autorité de Francis Nyalali et sous celle de Benjamin Mkapa, avec Robert Kisanga. Il n’a cependant abouti à aucune réforme de fond en faveur du projet fédéral à trois gouvernements. Les membres du CCM, majoritaires au parlement depuis les premières élections multipartisanes de 1995, se sont en effet employés à entretenir une inertie constitutionnelle garantissant la pérennité du système initial. Tout au long du quinquennat de Jakaya Kikwete, les citoyens et les acteurs tanzaniens se sont mobilisés autour d’un nouveau processus de réforme constitutionnelle qui laissait espérer chez certains une réelle évolution vers un système fédéral à trois entités. Mais depuis le travail de l’assemblée constituante en 2014, ces espoirs ont commencé à faiblir et l’histoire semble aujourd’hui se répéter alors que l’électorat et la culture politique, en rupture avec l’héritage nyerériste, évoluent rapidement. En effet, une première proposition de constitution a été présentée par la CRC en juin 2013 à partir des vœux exprimés lors de la consultation populaire de 2012. Elle prévoyait, dans le chapitre 6, une Union à trois gouvernements : un gouvernement et un parlement pour le Tanganyika, un gouvernement et un parlement pour Zanzibar (qui existent déjà dans l’archipel) et un parlement réduit pour l’Union. Cette première mouture a été débattue dans le cadre d’une assemblée constituante à partir de février 2014 pour soixante jours, à Dodoma, capitale de l’Union où siège le parlement. Elle était présidée par Samuel Sitta et constituée de 640 membres (357 députés de l’Union, 82 membres du parlement de Zanzibar et 201 membres de la société civile). La structure de l’Union s’est imposée comme pierre d’achoppement de l’examen de la première version de la constitution. Le CCM défendait le maintien du système en cours tandis que l’opposition soutenait la proposition de la CRC d’une fédération à trois gouvernements. Par ailleurs, les manœuvres partisanes et les irrégularités dans le fonctionnement de l’Assemblée constituante ont suscité les critiques de la société civile et des partis d’opposition. Deux mois plus tard, les membres des deux principaux partis d’opposition (CHADEMA, CUF) et de deux partis minoritaires (NCCR-Mageuzi, National Convention for Construction and Reform – Mageuzi ; et NLD, National League for Democracy) ainsi que des représentants des organisations la société civile ont décidé de se rassembler au sein de la coalition UKAWA (Umoja wa Katiba ya Wananchi ou Coalition des défenseurs de la constitution des citoyens) et de boycotter l’Assemblée constituante. Mais en septembre 2014, les manœuvres du CCM au sein de l’Assemblée constituante ont abouti à la validation d’un texte constitutionnel fortement différent de celui proposé par la CRC et au maintien de la structure actuelle. Continuer la lecture de Élections générales 2015 en Tanzanie et à Zanzibar : fin d’hégémonie du CCM et tournant inédit pour une opposition rassemblée

  1.      La fusion entre la Tanganyika African National Union (TANU) de Julius Nyerere, sur le continent, et l’Afro Shirazi Party (ASP) d’Abeid Karume, à Zanzibar, a permis la création du CCM, en 1977. []