Tous les articles par admin blog

ÉCRIRE, SENSIBILISER, DIFFUSER, VENDRE… MAIS QUOI ? Autour d’Africanistan

Africanistan : Serge Michailof, Africanistan. L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? Paris, Fayard, 2015.

Vincent Bonnecase

Imaginons cette image : un camion de marchandises, avec sur les marchandises des voyageurs dont le visage est recouvert par des foulards, roule à travers le désert. De nombreux bidons remplis d’eau pendent de part et d’autre. Pour qui connaît un peu cette partie du monde, cette image évoque immédiatement les migrations à travers le Sahara1. Juste au-dessus du camion, une question : « L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? ». Vu de loin, cela pourrait ressembler à l’affiche d’un parti politique (en fait serait-il maintenant plus juste, dans le cas français, de mettre « partis » au pluriel) désireux d’alerter une fois de plus l’opinion des menaces conjuguées que constituent « la crise migratoire » et « la crise des banlieues », en partant du présupposé que celle-ci est alimentée par celle-là. Mais c’est la couverture d’un livre écrit par un chercheur enseignant à Sciences po et récemment invité à le présenter à LAM (Les Afriques dans le monde), le centre d’études africaines de Sciences Po Bordeaux. Un livre dont le titre, Africanistan, associé à ce qui précède, peut suggérer que le type de violence auquel a été confronté l’Afghanistan des Talibans est amené à se propager depuis l’Afrique jusqu’aux banlieues françaises par l’intermédiaire de camions bondés de migrants qui traversent le Sahara.

Pareille couverture suscite une simple réaction de malaise, pour ne pas dire plus, avant même que le livre ne soit ouvert : celui-ci, par son simple aspect extérieur, paraît de prime abord auréoler d’une caution intellectuelle les pires clichés qui peuvent être actuellement véhiculés sur les banlieues et les migrations en France. Supposer que les migrants qui traversent le Ténéré visent la France est démenti par tous les ouvrages qui ont sérieusement étudié les migrations transsahariennes (certes avant 2010), lesquels montrent qu’une petite partie des migrants transsahariens poursuivent leur trajet en Europe, au cours d’un projet qui se construit sur la route bien plus qu’il n’est défini au départ2. Supposer que les tensions politiques, sociales et économiques qui affectent actuellement des banlieues françaises sont directement produites par les migrations fait aussi l’objet de dénonciations régulières de la part de chercheurs, entre autres, engagés dans le débat public3. Supposer que l’on (« on » c’est-à-dire, souvent, les Européens) est confronté à une « crise migratoire » sans précédent, alimentée par la guerre et par la pauvreté que connaissent des pays d’Afrique ou du Proche-Orient, est tout autant mis en question par des chercheurs qui rappellent notamment que l’Europe ne constitue la destination que d’une petite minorité des migrants et des déplacés à travers le monde4. Loin de moi l’idée d’affirmer que ces différentes suppositions sont celles de l’auteur d’Africanistan, qui précise bien à la fin de l’ouvrage qu’il ne « souscrit en rien aux thèses populistes d’un parti et d’une famille bien connus » (p. 331). Mais elles n’en sont pas moins suggérées par l’étonnante association de la couverture et du sous-titre que j’imagine visibles dans un certain nombre de librairies, tout comme par le titre des interventions médiatiques destinées à faire la promotion de l’ouvrage.

Cette couverture suscite d’autant plus malaise et étonnement que, lorsqu’on ouvre l’ouvrage, on y trouve des idées dans le sens desquelles on peut, d’après moi, abonder. Le projet essentiel consiste à déconstruire l’évidence d’une « émergence de l’Afrique », sur laquelle titre régulièrement la presse occidentale comme un contre-point à cette autre évidence, par ailleurs toujours véhiculée, d’une Afrique qui n’a de cesse de mal partir5 : l’auteur vise à mettre à mal un « excessif afro-optimisme » qui n’est que le double en miroir de « l’excessif afro-pessimisme » (p. 21). L’idée selon laquelle la forte croissance que connaît actuellement l’Afrique ne va pas de pair avec une amélioration des conditions de vie dans l’ensemble des pays africains et, encore moins, à l’échelle de chaque pays, avec une amélioration des conditions de vie de l’ensemble de ses populations est difficilement contestable : on pourrait même la conforter en s’appuyant sur des travaux qui, analysant les conditions historiques de production  des statistiques macro-économiques, invitent à analyser la croissance (ou la récession) sous le prisme d’un gouvernement par les chiffres6. L’idée selon laquelle la question démographique représente un enjeu important en Afrique subsaharienne est tout aussi difficile à contester, même si elle peut être affinée par d’autres travaux qui invitent à l’appréhender sous le prisme des perceptions locales7. Continuer la lecture de ÉCRIRE, SENSIBILISER, DIFFUSER, VENDRE… MAIS QUOI ? Autour d’Africanistan

  1. Il se trouve que j’’ai fait le voyage dans un camion de ce type (avec un toit en plus), d’Agadez au Niger à Al Gatrum en Libye, puis d’Al Gatrum à Agadez, en 2001. []
  2. Julien Brachet, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Paris, Éditions du Croquant, 2009. []
  3. Véronique Le Goaziou et Laurent Mucchielli (dir.), Quand les banlieues brûlent : retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, 2007. []
  4. Cris Beauchemin et Mathieu Ichou, Décentrer le regardAu-delà de la crise des migrants, Paris, Karthala, 2016. []
  5. Cette question a fait l’objet d’un colloque récent coordonné par Didier Péclard et Anne Mayor, « L’Afrique émergente », Global Studies Institute de l’Université de Genève, 22 et 23 septembre 2016. []
  6. Vincent Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique. De la « réussite » économique du colonialisme tardif à la « faillite » des Etats africains (v.1930-v. 1980) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62, 2015, p. 33-63. []
  7. Barbara Cooper, « De quoi la crise démographique au Sahel est-elle le nom ? », Politique africaine, n°130, 2013, p. 69-88. []

Alain Ricard (1945-2016)

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès, samedi 27 août, de notre collègue, Alain Ricard, directeur de recherche émérite au CNRS en section 35 (sciences philosophiques, philologiques et sciences de l’art) et membre du CEAN (Centre d’études d’Afrique noire), devenu LAM (Les Afriques dans le monde) à Sciences Po Bordeaux.

Alain Ricard

Alain Ricard est l’une des figures majeures de la recherche mondiale sur les littératures de l’Afrique, un champ qu’il a participé à façonner et à reconfigurer, en fonction d’orientations qu’il a longtemps été le seul à porter en France : l’anthropologie des textes et la centralité des langues africaines. Il bénéficie pour cela d’une reconnaissance internationale, recevant le Prix Humboldt 2002 pour ses travaux sur les littératures de l’Afrique.

L’hommage scientifique qui lui sera ultérieurement rendu à LAM, au cours d’une journée consacrée à son œuvre, sera l’occasion de (re)découvrir les apports fondamentaux de ce chercheur hors-pair non seulement à l’étude des textes et de la « philologie » comme il aimait à le dire, mais plus encore, à la recherche sur l’Afrique en général. Car Alain Ricard était avant tout un passeur de frontières qui, inlassablement, s’employait, non sans provocation d’ailleurs, à briser les enclos disciplinaires en vue de fédérer l’ensemble des sciences humaines autour d’un objet : l’Afrique.

Alain Ricard occupa d’importantes responsabilités au CNRS où il fut directeur scientifique adjoint, puis chargé de mission au département des sciences de l’homme et de la société en 2002. Il fut surtout un pionnier de la recherche à de nombreux égards, à l’initiative de la création de bien des associations scientifiques et du lancement de manifestations diverses. Il a participé à l’invention du réseau européen d’études africaines (AEGIS) et a contribué à le faire vivre au travers de multiples collaborations scientifiques. Il a également été parmi les membres fondateurs de trois associations dans lesquelles il est resté engagé durant tout son parcours : l’APELA (Association pour l’étude des littératures africaines1) dont il fut le président entre 2010 et 2013, MC2a (Migrations culturelles Aquitaine Afrique) dont il fut le président entre 2009 et 2015 ; et l’ACPA (Association des chercheurs en politique africaine), occupant aussi bien le poste de rédacteur en chef de la revue Politique africaine que celui de directeur de la publication (1993-1996). Il était un contributeur régulier de Polaf et un membre actif de l’association. Il a par ailleurs été l’un des responsables, avec François Bart, de l’ANR « Dimensions de l’objet swahili : textes et terrains » (2008-2012), un important programme réunissant des chercheurs français, allemands, tchèques, kenyans, tanzaniens et congolais, à l’issue duquel ne parurent pas moins de 14 ouvrages.

Son dynamisme, son esprit d’initiative et sa force fédératrice s’étendaient aussi outre-Atlantique et bien-sûr en Afrique. Aux États-Unis où il a étudié, il est également très connu et inséré dans les réseaux scientifiques depuis très longtemps, notamment l’ALA (African Literature Association) et l’ASA (African Studies Association). Il compte parmi les membres fondateurs de l’ALA, lors du congrès inaugural qui se déroula à Austin, Texas, en 1975. Il était un habitué de ces congrès, participant également au dernier qui se déroula à Bayreuth en juin 2015. Il était par ailleurs membre du comité scientifique de la revue Research in African Literatures (Indiana University Press) et de la revue Black Renaissance Noire (New-York University).

Outre de très nombreux voyages et séjours en Afrique de l’Ouest (Togo, Nigeria surtout), en Afrique de l’Est (Kenya, Tanzanie, RD Congo) et en Afrique australe (Afrique du Sud et Lesotho entre autres), il enseigna, dans les années 1980, à l’Université de Lomé où il était aussi chercheur associé à l’IRD. Entre 1989 et 1991, il occupa les fonctions de direction au CREDU de Nairobi (aujourd’hui IFRA).

Chercheur infatigable jusqu’à ces quelques derniers mois, il était extrêmement prolixe et sur des sujets variés puisque ses publications concernent tant la question des langues (Le Kiswahili, une langue moderne, 2009 ; Le Sable de Babel, traduction et apartheid, 2011), que celle des récits de voyages et écrits missionnaires (édition de Excursion missionnaire dans les Montagnes bleues de Thomas Arbousset incluant Notice sur les Zulus, 2000 ; Voyages de découvertes en Afrique, 2000) ou encore celle du théâtre (Théâtre et nationalisme : Wole Soyinka et Leroi Jones, 1972 ; Mister Tameklor, suivi de Francis-le-Parisien, par le Happy Star Concert Band de Lomé, avec N. Akam, 1981 ; L’invention du théâtre. Le théâtre et les comédiens en Afrique noire, 1986 ; West African Popular Theater avec Karin Barber et John Collins, 1997 ; Ebrahim Hussein, théâtre swahili et nationalisme tanzanien, 1998 ; Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public, 2015).

Ses livres plus généralistes mais toujours novateurs, caractérisés par la volonté de briser la dichotomie oral/écrit, sont aujourd’hui des ouvrages de référence pour tous les étudiant-e-s, chercheur-e-s et curieux des littératures de l’Afrique : Littératures d’Afrique noire : des langues aux livres (1995 et 2004 pour la traduction anglaise) et Histoire des littératures de l’Afrique subsaharienne (2006)2.

Alain Ricard était aussi cinéaste. Son premier film tourné dans les années 1980 et numérisé en 2011, Le Principe d’Asihu, porte sur le concert-party au Togo. Il est l’auteur de deux autres films tournés au Togo et a également participé, en tant que conseiller littéraire, au film de Bankolé Bello, Wole Soyinka, poète citoyen (ARTE/FR3/La Sept, 1993) où il apparaît en conversation avec l’écrivain Prix Nobel de Littérature en 1986. Ses deux films les plus récents ont été tournés à Bayreuth en Allemagne où il avait noué de fortes et durables relations dans le milieu africaniste : Aquitaine, Afriques : Contact, Zones : une visite de l’exposition d’Iwalewahaus (2012) et Nestor Zinsou à Bayreuth (2013).

Il enseigna par ailleurs l’anthropologie culturelle au département d’ethnologie de l’Université de Bordeaux (1993-2007), les littératures de l’Afrique à Sciences Po Bordeaux et co-anima des séminaires doctoraux (avec Xavier Garnier notamment) à Paris lorsqu’il était affilié au LLACAN (Langues, littératures, cultures d’Afrique noire, UMR 8135) entre 1999 et 2009.

Par sa conception de la recherche, qu’il voulait pour les africanistes « in-disciplinée », Alain Ricard est constitutif de l’essence même de LAM, qu’il a contribué à refonder en 2009 après avoir été membre du CEAN dès son retour d’Afrique, en 1992 jusqu’en 1999. Dans notre équipe pluridisciplinaire, son anthropologie des textes nous a permis de comprendre avec lui les réalités politiques, sociales et économiques des sociétés africaines, et les enjeux spécifiques de la production culturelle et littéraire dans ces pays d’Afrique et dans les langues d’Afrique.

Nous perdons un chercheur brillant et engagé, un enseignant passionnant et d’une immense culture, un ami chaleureux et généreux, une très belle personne, mais nous gardons son œuvre et le chemin qu’il a tracé. Invité à présenter la conférence inaugurale des 4e Rencontres des études africaines en France (REAF), le 5 juillet 2016 à l’INALCO à Paris, la dégradation subite de son état de santé ne lui avait pas permis d’y venir. Son très beau texte, intitulé Vertus de l’in-discipline : langues, textes, traductions y a été lu, vous pouvez le retrouver ici.

N.B. : ce texte à vocation biographique est provisoire et évolutif. Toutes celles et ceux qui y verraient des corrections, modifications, précisions ou autres compléments d’information à apporter sont invité-e-s à contacter Maëline Le Lay : m.le.lay@sciencespobordeaux.fr

 

  1. Voir l’hommage qui lui est rendu sur le blog de l’APELA, Carnets de recherche en littératures africaines : http://apela.hypotheses.org/ []
  2. Pour consulter la liste exhaustive de ses ouvrages, voir sa page sur le site du LAM : http://lam.sciencespobordeaux.fr/users/alain-ricard []

République islamique en Gambie : toujours Jammeh…

Jean-Claude MARUT

Chercheur associé à LAM

Le 12 décembre 2015, Yahya Jammeh décrétait la Gambie République islamique, la deuxième du continent après celle de Mauritanie (1991). Bien que concernant le pays le plus petit et l’un des moins peuplés du continent (deux millions d’habitants), la nouvelle n’est pas passée inaperçue : en pleine poussée islamiste en Afrique de l’Ouest, le pire était à craindre de la part d’un chef d’Etat aussi imprévisible qu’autoritaire. La Charia n’a cependant pas été instaurée à Banjul1, l’obligation faite aux femmes fonctionnaires de porter le voile a rapidement été abandonnée, l’alcool est toujours en vente libre, on entend de la musique dans les rues, et les touristes européens continuent à bronzer sur les plages. « Nous serons une république islamique qui respecte les droits de tous les citoyens et des étrangers » a promis Jammeh, qui s’est montré rassurant envers une minorité chrétienne estimée à 8% de la population. En d’autres termes, la mesure n’a rien changé et, jusqu’à preuve du contraire,  elle n’apparaît que comme un affichage.

L’affichage islamique n’est pas nouveau chez Jammeh. Il y a longtemps, en effet, que le fougueux lieutenant putschiste de 1994, qui passait pour un admirateur de feu Thomas Sankara, a entrepris de changer son image (en même temps que son régime). Légitimé par les urnes après avoir quitté l’armée, il s’est efforcé de donner l’image d’un pieux musulman, arborant grand boubou2, chapelet et Coran. L’accumulation de titres qu’il s’est peu à peu attribués n’a fait que conforter cette image : « Son Excellence Cheikh Professeur Alhadji Docteur Yahya Jammeh Abdul-Aziz Jemus Junkung Babili Mansa ». De cet inventaire à la Prévert, qui pourrait le faire entrer dans le Livre Guinness des records, émerge l’image d’un sage associant la piété au savoir et aux pouvoirs (notamment celui de guérir le sida et le cancer par des plantes…) reçus de Dieu.

Mais si Jammeh assure que son pouvoir lui vient de Dieu, cela ne lui confère officiellement aucun droit particulier : le chef de l’Etat gambien n’est pas un guide religieux. Lorsqu’il a imposé en 2015 une date unique de célébration de la Korité, qui marque la fin du ramadan, c’était moins pour des motifs religieux que pour affirmer son autorité : mettre fin à la cacophonie entre des confréries soufies dont le poids économique et politique est bien moindre qu’au Sénégal voisin. Et s’il s’est référé à l’islam pour combattre la mode de la dépigmentation ou pour interdire l’excision, il semble que c’est avant tout pour des raisons sanitaires. Quant à la Constitution du pays, bien que laïque, elle accorde déjà une place au droit musulman (comme au droit coutumier). Mais, jusqu’à présent, c’est uniquement pour des questions relevant du statut personnel (mariage, divorce, succession…). La seule question qui se pose est de savoir si cette place sera étendue, et jusqu’où, par un projet de loi qui doit être déposé devant l’Assemblée nationale « pour commencer le processus d’application » de la République islamique3 : Pour justifier une telle évolution, il a invoqué « la nécessité de préserver l’identité et la foi islamique du pays ». Mais qui menace cette identité et cette foi, dans un pays qui compte autour de 90 % de musulmans ? En fait, ce qui semble menacé, c’est plutôt le régime lui-même, confronté à une crise sans précédent du modèle sur lequel il a vécu jusque-là. Continuer la lecture de République islamique en Gambie : toujours Jammeh…

  1. Son instauration en Mauritanie n’empêche nullement ce pays de collaborer avec les Occidentaux dans la lutte contre le terrorisme. Des militaires gambiens ont d’ailleurs bénéficié d’un entraînement dans des camps de l’armée mauritanienne. []
  2. Selon une source bien informée, l’ample boubou du président cacherait en fait un gilet pare-balles, ce qui montrerait que sa foi a des limites… []
  3. « Pour nous musulmans, nous serons gouvernés par la loi éclairée par la Charia, basée sur le Coran », vient de déclarer Jammeh. Source APA, 1/4/2016 (« Le président gambien accuse l’Occident de créer des groupes terroristes »). []

Bénin : Lionel Zinsou dans les crocs du piège sans fin de la présidentielle du 28 février 2016

On peut se demander si le franco-béninois Lionel Zinsou, plus connu à Paris qu’à Cotonou, nommé le 19 juin 2015 Premier ministre (PM) du gouvernement du Bénin, n’est pas entré dans une zone de fortes turbulences. Dans le pays de son père qui est pour lui «plus touristique que familier »1, puisqu’il le connaît à peine, il pensait se mouvoir dans un écosystème politique tranquille comme un long fleuve, capable de gagner haut la main la présidentielle initialement fixée au 28 février et reportée au 6 mars pour laquelle il a été désigné comme le candidat de la coalition au pouvoir, les FCBE (Forces Cauris pour un Bénin émergent). Brillant normalien de 60 ans, banquier de son état, nègre2 et protégé de Laurent Fabius, ayant fait toute sa carrière en France, son deal avec le très contesté et controversé président sortant Boni Yayi au lourd passif (mal-gouvernance économique, incompétence, fossoiement de la démocratie et des libertés, multiples scandales érigés en modalités d’action gouvernementale) a surpris plus d’un, et son crash le 26 décembre 2015 n’a pas laissé les Béninois indifférents à sa « stratégie de communication ».

Lionel Zinsou : un Éyadéma au petit pied?

C’est le moment où les chrétiens soignaient leur gueule de bois post-fête de la Nativité que Lionel Zinsou choisit pour mater la mort le 26 décembre dans le crash de son hélicoptère à Djougou, dans le nord-ouest du Bénin, après un déjeuner avec le président togolais Faure Gnassingbé, successeur de son père. Sept passagers sortirent indemnes, excepté deux d’entre eux victimes de quelques légères commotions. Près de quarante ans plus tôt, le 24 janvier 1974, dans le même périmètre géographique, le DC-3 d’Éyadéma Gnassingbé, alors tout-puissant président du Togo, se crasha à Sarakawa (nord-est du Togo), localité située à une heure à peine de route de Djougou. Celui-ci surexploita en termes magico-religieux et mythificateurs, avec une habileté machiavélique rare, cet accident d’avion au point qu’il en fit la pierre angulaire de son pouvoir, alors fondé sur un État de foi plutôt que sur un État de droit3. En dépit de leur distance temporelle, ces deux événements se lisent néanmoins dans un miroir réfléchissant des proximités très congruentes. Deux pays limitrophes : le Bénin et le Togo ; deux localités voisines : Djougou et Sarakawa ; Lionel Zinsou et Faure Gnassingbé, respectivement neveu et fils d’anciens présidents ; deux aéronefs : l’hélicoptère et l’avion ; etc. Le crash de l’hélicoptère donnera-t-il une densité légitimante à la candidature contestée de Zinsou en établissant une filiation symbolique avec la figure de l’ancien président togolais Éyadéma Gnassingbé ? Cette lecture-là, ni Zinsou lui-même, ni les Béninois ni les états-majors des partis politiques ne la font, bien sûr. Dans ce pays comme ailleurs où pratiques religieuses et pratiques politiques sont d’une grande porosité, il n’est pas impossible que l’inconscient collectif, défiant les dogmes catholiques, imagine un Lionel Zinsou en frère jumeau de Jésus en train de naître avec un jour de retard dans un hameau au nord du pays vaudou, alors que l’annonce du crash ne suscita qu’ironie et moqueries générales sous la plume par exemple de Roger Gbégnonvi4, ou sous celle anticipatrice de Martin Mateto5.

Au pays des veaux-doux (vaudous), il y a aussi des bœufs-durs (des crocodiles), Monsieur Zinsou !

Ce furent des coups de feu nourris qui accueillirent la candidature de Zinsou. Ont été vite dénoncées la manœuvre et la stratégie de Paris pour l’imposer6 et surtout celles de Boni Yayi qui l’a positionné comme son dauphin. Hermann Boko et Serge Michel montrent comment cette candidature déchaîna des passions au sein de l’opposition, dans la presse locale (La Nouvelle Tribune), les réseaux sociaux7 et la diaspora béninoise dont certains membres l’ont interpellé par des lettres ouvertes, comme celle du 20 décembre 2015 de Patient Gandaho8, un Béninois résidant en France. Son père René Zinsou, docteur en médecine, et son oncle Emile Derlin Zinsou, ancien président du Bénin, dissuadèrent en vain « l’homme qui n’écoute que son devoir ». Son père (un peu de plus de 90 ans) roule maintenant pour lui et il l’amène avec lui de meeting en meeting comme son interprète en fon. La plupart des réactions ont insisté sur l’identité du candidat perçu comme « un étranger »,    « un venu de France » ou comme « un homme seul » et voient en lui un « néophyte » de la politique ou un « ouvrier de la 25ème heure » à qui l’on prédit « un échec cuisant » quand on ne moque pas « ses boubous en bazins bien brodés et taillés sur mesure ». On souligne son exceptionnalité comme étant « le seul Français à la tête d’un pays d’Afrique » chargé de mission de pérennisation de la Françafrique. On lui fait observer qu’il a intérêt à suivre l’exemple de Barack Obama, né de père kényan et de mère américaine, qui n’a jamais songé briguer la présidence du pays de son père et qu’il rendrait un grand service au Bénin en devenant président en France. Continuer la lecture de Bénin : Lionel Zinsou dans les crocs du piège sans fin de la présidentielle du 28 février 2016

  1. Roger Gbégnonvi, « Lionel Zinsou ou Jésus des jours mauvais », http://www.24haubenin.info/?Lionel-Zinsou-ou-Jesus-des-jours> consulté le 30 mars 2016. []
  2. Il écrivait les discours de Laurent Fabius, PM puis ministre dont il était un très proche collaborateur. []
  3. Lire Comi Toulabor, Le Togo sous Eyadéma, Paris, Karthala, 1986. []
  4. Roger Gbégnonvi, art. cit. []
  5. Martin Mateso, « Bénin-Présidentielle : Lionel Zinsou, «le messie surdoué» ou «l’imposteur»? c’est selon… » <http://geopolis.francetvinfo.fr/benin-lionel-zinsou-le-messie-surdoue-ou-l-imposteur-c-est-selon-89451> publié le 22 décembre 2015, consulté le 30 mars 2016 []
  6. Cf. La Lettre du continent du 19 juin 2015 []
  7. Cf. Le Monde Afrique du 30 novembre 2015 []
  8. Patient Gandaho, « Monsieur le Premier Ministre sans polémique, j’ai quelques questions à vous poser », <http://www.sen360.fr/actualite/lettre-ouverte-a-lionel-zinsou-par-patient-gandaho-390050.html>, consulté le 30 mars 2016. []

Semaine des Afriques, du 25 au 31 janvier 2016, Bordeaux Métropole

Nous avons le plaisir de vous annoncer la 1ere édition de la Semaine des Afriques qui se tiendra du 25 au 31 janvier 2016, à l’initiative de l’Institut des Afriques et de ses membres.

Participez à la Semaine des AfriquesLa Semaine des Afriques se veut éclectique, plurielle et innovante, et espère ainsi contribuer à changer notre regard sur les mondes africains, au-delà des images parfois stéréotypées que nous pouvons en avoir, et surtout à porter notre attention sur leur diversité. « Afriques plurielles », « Afriques créatives », et « Afriques contemporaines » pourraient être les mots d’ordre de cet événement.

Laissez-vous surprendre par un programme riche en découvertes, au détour d’un ciné-débat, d’une conférence ou d’une exposition, durant ces quelques jours où les Afriques et les dynamiques afro-aquitaines sont mises à l’honneur.

Téléchargez le programme : PROGRAMME SEMAINE DES AFRIQUES 2016

Espérant vous compter parmi nous pour cette 1ere édition,

Excellente Semaine des Afriques à toutes et à tous !

Le « port colonial », un concept opératoire pour les historiens des périodes moderne et contemporaine ?

Quelques semaines avant que ne se tienne, à Sciences Po Bordeaux1, un colloque sur les représentations des villes portuaires, colloque qui fait une place importante aux ports non européens et à leurs représentations, il semble intéressant pour l’historien de se poser la question de la pertinence du concept de port colonial ou plus exactement, de port en situation coloniale, d’autant que, alors que se développent les approches d’histoire globale et connectée, la nouvelle histoire impériale démontre les liens organiques existant entre ports en situation coloniale et globalisation.

Un des premiers actes des colonisateurs quels qu’ils soient (Européens, Japonais, Ottomans, Américains…) est souvent la fondation de ports. La colonisation européenne des époques moderne et surtout contemporaine entraîne donc la création, ou le développement de ports dans les régions ultramarines nouvellement conquises. Par ailleurs, la création de ports coloniaux, parfois de simples comptoirs, peut aussi précéder – de plusieurs siècles dans le cas des côtes africaines ou des comptoirs chinois – et préparer la colonisation. Ces ports sont alors le lieu par excellence où se joue la fameuse « transaction hégémonique » chère à Jean-François Bayart et Romain Bertrand2 .

Ces ports firent l’objet de nombreuses études avant même que le processus de décolonisation ne soit engagé mais il s’agissait pour la plupart de monographies urbaines, souvent conduites par des géographes. Certes, il existait bien des synthèses économiques mais à fin de propagande autant que d’informations stratégiques pour les entreprises et les milieux d’affaires. Ces travaux tendaient à montrer la place spécifique que tel ou tel port occupait dans ce que l’on concevait comme un système impérial. Ces productions connurent leur apogée dans les années 1930 alors que les métropoles se tournaient vers leurs empires comme échappatoire à la crise internationale et aux phénomènes de protectionnisme qu’elle engendra. Continuer la lecture de Le « port colonial », un concept opératoire pour les historiens des périodes moderne et contemporaine ?

  1. Les 11 et 12 mai prochain. []
  2. Jean-François Bayart et Romain Bertrand: « De quel « legs colonial » parle-t-on?  », voir en ligne : [www.fasopo.org/publications/legscolonial2_rb_1206.pdf] []

Current variables influencing 2015 electoral outcomes in Nigeria

Once again, Nigerians are going to the polls for the 2015 general elections scheduled to hold on February 14, 21 and 28. This is yet another milestone for Nigeria that will be celebrating 16 years of uninterrupted democracy since 1999; that is if probable disruptions in these elections do not have the barrack boys running to Aso Rock1 to take over power. In fact, Nigeria’s political history is replete with several coup d’état that saw various military regimes in power for 30 years out of the 40 years of independence between 1960 and 1999.

Transition to civilian rule indeed?

The first civilian regime lasted from 1960 to 1966, when the first coup d’état took place within a context of mutual suspicion and allegations of marginalisation based on ethnicity and regional block. The military stayed in power until 1979 when the Second Republic was ushered in under President Shagari. This regime was overthrown in 1983 by no other person than Rtd Gen. Muhamadu Buhari, who now turns out to be the major contender to the presidency in 2015 elections. He was overthrown shortly afterwards by Rtd Gen. Ibrahim B. Babangida, who attempted a transition to a civilian regime in 1993. Continuer la lecture de Current variables influencing 2015 electoral outcomes in Nigeria

  1. The presidential villa. []