Tous les articles par René Otayek

Difficiles lendemains d’élections au Burkina Faso

Il n’y aura donc pas eu d’état de grâce pour Roch Marc Christian Kaboré, le nouveau président du Burkina Faso. A peine élu, et confortablement, à la magistrature suprême le 29 novembre dernier, le voilà brutalement confronté à la pire des situations qu’il pouvait sans doute imaginer, l’extension de la violence djihadiste au cœur même de son pays. Les attaques terroristes qui ont ensanglanté Ouagadougou le 15 janvier, entraînant la mort de trente personnes (Burkinabè, Européens, Canadiens), l’ont sans doute surpris, comme elles ont surpris tous les observateurs, même si plusieurs signes avant-coureurs pouvaient les laisser présager, en particulier les attaques dont les forces de l’ordre burkinabè ont été l’objet à plusieurs reprises ces dernières semaines, à la frontière avec le Mali ou quelques kilomètres à l’intérieur du territoire national. Ces dernières – armée, police et gendarmerie – étaient d’autant moins préparées à affronter cette violence terroriste qu’elles sortent à peine d’une longue période d’incertitude politique marquée par le soulèvement populaire d’octobre 2014 qui a eu raison du régime de Blaise Compaoré, une transition délicate présidée par Michel Kafando et, surtout, la tentative avortée de coup d’Etat menée par l’ancien bras droit de Compaoré et commandant du redouté RSP (Régiment de Sécurité présidentielle), le général Gilbert Diendéré. Rien d’étonnant dès lors à ce que le Président élu ait mis la question sécuritaire au centre de ses préoccupations, s’octroyant le ministère de la Défense et des Anciens combattants dans le premier gouvernement de son mandat, dirigé par Paul Kaba Thieba, pour bien montrer qu’il ne laissait à personne d’autre le soin de gérer ce dossier. La stabilité de son pouvoir en dépend en grande partie, sans parler des autres défis qui l’attendent.

Nouveau venu dans la politique ou vieux cheval de retour ?

S’il est une chose qu’on ne peut reprocher à Roch Kaboré, c’est bien la régularité des élections, présidentielle et législatives, qui l’ont porté à la présidence du Faso et ont donné à son parti, le MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), une majorité relative (55 sièges sur 127) à l’Assemblée nationale mais néanmoins suffisante pour gouverner avec l’apport de petits partis alliés. De l’avis général, ces élections ont été « exemplaires », dégageant une opposition crédible dotée de 33 sièges pour l’UPC (Union pour le progrès et le changement) de Zéphirin Diabré, le principal challenger de Kaboré, qui a recueilli 29,62% des suffrages exprimés au scrutin présidentiel, un score plus qu’honorable mais qui n’a pas empêché Roch Kaboré d’être élu dès le premier tour avec 53,46% des voix1. A noter que le CDP (Congrès pour la démocratie et la progrès), l’ancien parti de Blaise Compaoré, qui écrasait tous ses rivaux dans les précédentes assemblées, a été réduit à la portion congrue, se contentant de 18 élus, et qu’il a été empêché, par décision du Conseil constitutionnel, de présenter un candidat à l’élection présidentielle. Cet épilogue signe-t-il pour autant la fin du « système Compaoré » ?

Si, d’évidence, un retour de l’ancien chef de l’Etat est désormais exclu, il faudra bien plus que des élections, même « exemplaires », pour solder son héritage autoritaire, et redonner à Roch Kaboré la virginité politique derrière laquelle il court depuis qu’il a rompu avec le CDP, en janvier 2014. Il entendait protester ainsi contre la décision de Compaoré de modifier la Constitution pour solliciter un nouveau mandat présidentiel, entraînant dans son sillage deux anciens piliers du régime déchu, Salif Diallo et Simon Compaoré, ainsi que plusieurs dizaines de cadres du parti. Continuer la lecture de Difficiles lendemains d’élections au Burkina Faso

  1. Le taux de participation à l’élection présidentielle, assez significatif, a été de 59,87% selon le Conseil constitutionnel du Burkina Faso. Le nombre d’inscrits s’élevait à un peu plus de 5,5 millions d’électeurs pour 3 122 463 de suffrages exprimés (Décision n° 2015-28/CC/EPF portant proclamation des résultats définitifs de l’élection du Président du Faso du 29 novembre 2015). Le nombre d’inscrits eût été bien plus élevé si les Burkinabè installés en Côte-d’Ivoire, un peu plus de 1,8 millions d’individus âgés de plus de 18 ans selon les résultats du dernier recensement (RGPH 2014), ajoutés à ceux de Guinée et du Ghana, avaient pu voter, ce qui n’a pas été le cas (source : Christian Bouquet, enseignant chercheur à LAM, que je remercie pour ces précisions). []

Élections en Tanzanie : deux points de vue

L’activité électorale est très importante en Afrique cette année, comme elle l’est depuis plusieurs années maintenant. Ce phénomène traduit une certaine routinisation des pratiques électorales sur le continent, à défaut de produire toujours de l’alternance. Lamenparle lui a déjà consacré plusieurs articles et les mois à venir confirmeront cette tendance. Dernier cas en date, la Tanzanie qui se prépare à des élections présidentielle et législatives prévues en octobre prochain, dans un climat politique et social tendu et incertain. Les deux articles qui suivent en décryptent les enjeux et en analysent les perspectives. Ils apportent un éclairage fouillé et argumenté, au plus près du terrain, à partir de deux angles disciplinaires différents, la géographie et la science politique, qui, loin de s’exclure, au contraire se complètent et se répondent mutuellement.

Liberté d’expression ici, liberté de réprimer là…

Les attentats terroristes du 7 janvier dernier et la visite de François Hollande en Arabie saoudite, le 24 janvier, à l’occasion du décès du roi Abdallah ont illustré, à deux semaines d’intervalle, les incohérences et les limites du discours sur la liberté d’expression et la laïcité orchestré par l’ensemble de la classe politique et la plupart des médias, français et européens, au lendemain de ces attaques sanglantes. Rien, absolument rien, ne saurait  justifier celles-ci et leur condamnation doit être totale. Mais une fois passé le temps de l’émotion et de l’indignation doit venir celui de la réflexion et de l’analyse. Les manifestations massives du 11 janvier ont sans doute montré l’attachement des Français aux valeurs qui sont au fondement de la République mais il y avait une certaine hypocrisie dans le fait de voir défiler au nom de la liberté (d’expression) des représentants de pays, européens, asiatiques ou arabes, qui la bafouent au quotidien. Hypocrisie également de voir ces mêmes représentants entonner l’hymne de la laïcité quand, chez eux, ils font adopter des lois réprimant le blasphème, comme c’est le cas de la Russie par exemple, ou qu’ils condamnent, comme l’a fait l’Arabie saoudite, à 1000 ( !) coups de fouet et dix ans de prison un jeune blogueur, Raïf Badawi,  « coupable » de s’être moqué de l’establishment religieux saoudien et d’avoir proclamé avec courage que musulmans, juifs, chrétiens ou athées sont tous égaux. Il était sans doute inévitable que François Hollande allât présenter ses condoléances au nouveau roi Salmane mais qu’est ce qui justifie le silence dont font preuve les démocraties occidentales sur les atteintes aux droits humains en Arabie saoudite mais aussi au Qatar et dans les autres pétromonarchies ? Si la liberté d’expression et le droit de moquer la religion sont des valeurs universelles, alors elles ne doivent pas s’appliquer uniquement à Paris, à Copenhague ou à Amsterdam mais aussi à Ryad, à Moscou et…aux Etats-Unis où le respect des croyances religieuses est un principe aussi fondamental que celui de la liberté d’expression. Continuer la lecture de Liberté d’expression ici, liberté de réprimer là…

LAMenparle

Ce carnet, émanant du centre de recherche « Les Afriques dans le monde » (UMR CNRS/Sciences Po Bordeaux) se veut un outil d’information et d’analyse sur les Afriques et, au delà, sur l’ensemble des sociétés issues de la traite atlantique. Il est consacré à l’actualité des Afriques dans leur diversité, dans une perspective large, et entend traiter cette actualité dans ses dimensions politique, géopolitique, sociale, économique, culturelle, etc.