Tous les articles par jcmarut

GAMBIE : LE ROI EST NU !

« Je préviens cette vermine maléfique qui s’appelle l’opposition : si vous voulez déstabiliser ce pays, je vous enterrerai neuf pieds sous terre ».

Yahya Jammeh, mai 2016

« Allah m’a élu ; seul Allah peut me retirer le pouvoir » 

Yahya Jammeh, novembre 2016

 

Tenus avant l’élection présidentielle du 1er décembre dernier, ces propos de Yahya Jammeh éclairent d’une lumière crue la nature de son régime. Mais ils n’ont rien de surprenant : au pouvoir depuis 22 ans, on se doutait bien que le dictateur gambien entendait y rester par tous les moyens. La surprise est ailleurs : voir un dictateur battu dans les urnes, et, plus encore, de le voir reconnaître sa défaite, allant jusqu’à féliciter son vainqueur, Adama Barrow, un quasi-inconnu présenté par la coalition des partis d’opposition ! Mais l’euphorie de ses adversaires est de courte durée : quelques jours après l’annonce des résultats, le camp présidentiel les rejette et demande un nouveau scrutin, tandis que le président sortant n’entend pas céder sa place. A quelques jours de la passation de pouvoir, fixée par la Constitution au 19 janvier, l’impasse est totale à Banjul, avec le risque d’une confrontation violente.

Comment expliquer cette défaite de la dictature ? Comment expliquer ensuite le revirement de Jammeh ? Enfin, que peut-il se passer maintenant ? Telles sont les trois questions auxquelles cet article tente ici, brièvement, de répondre.

Un régime en crise

Une défaite électorale

Même si elle n’atteint pas son record de 2011, la participation à la présidentielle est importante – près de deux électeurs sur trois ont voté -, signe de l’intérêt pour le scrutin. Sur un total de plus de 520 000 voix, l’écart entre les deux premiers candidats est peu important, de l’ordre de 19 000 voix. Mais ce résultat n’en marque pas moins un effondrement de Jammeh : par rapport à 2006, il perd 50 000 voix. Par rapport à 2011, il en perd 260 000, passant de 470 000 à moins de 210 000. C’est énorme ! De 72% des suffrages en 2011, il tombe ainsi à moins de 40%. Même s’il n’est battu que de justesse, le désaveu est clair pour le président sortant.

L’effondrement de Jammeh profite à l’un de ses anciens partisans, qui obtient près de 90 000 voix. Mais il profite surtout au candidat de la coalition d’opposition, Adama Barrow. Celui-ci ne gagne cependant que 40 000 voix par rapport au total des voix de l’opposition en 2011. Contrairement à ce qu’une lecture superficielle pourrait laisser penser, ce n’est donc pas un raz-de marée en sa faveur. Mais c’est suffisant pour assurer son élection, avec 43% des suffrages exprimés (le scrutin gambien étant à un seul tour, c’est le candidat arrivé en tête qui est élu).

Une crise multiforme

Les raisons de ce désaveu du sortant sont connues1. Si les réalisations dont s’enorgueillit le régime sont incontestables (écoles, dispensaires, routes…), elles ne parviennent pas, en effet, à masquer une crise qui s’est brutalement aggravée, et dont on ne rappellera ici que les principaux aspects. La crise est économique et financière (la Gambie l’un des pays les plus endettés du continent par rapport à son PIB), renvoyant à des facteurs extérieurs (le ralentissement économique mondial, le virus Ebola) mais aussi, et surtout, à des facteurs intérieurs (les choix du régime). Ces derniers sont prépondérants, et pointent  la responsabilité du régime : par son  choix d’un modèle économique extraverti (tourisme, Etat-entrepôt), donc vulnérable, mais aussi par le choix d’un modèle politique autoritaire et prédateur, sur fond de népotisme, avec des violations répétées des droits de l’Homme à l’origine du gel de l’aide occidentale. Il en résulte une crise sociale qui touche de plein fouet des populations laminées par la baisse de l’activité et la hausse des prix. Incapable d’apporter des réponses satisfaisantes à cette crise dont il est en grande partie responsable, le pouvoir accentue les menaces et durcit la répression. Ce durcissement ne fait qu’amplifier le rejet dont il est l’objet aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, et qu’accélérer les évolutions : la crise est désormais ouvertement politique, avec des signaux forts envoyés au pouvoir.

Les signaux

L’exit option est la première réponse spontanée à la crise : avant le scrutin de décembre, de nombreux Gambiens avaient déjà voté avec leurs pieds. Fuyant la dictature ou la crise économique, ou les deux à la fois, ils sont des dizaines de milliers2 à avoir quitté le pays. Bien que peu peuplée (moins de deux millions d’habitants), la Gambie est ainsi rapidement devenue l’un des principaux pourvoyeurs de migrants africains vers l’Europe. En 2016, 12 000 de ses ressortissants ont été officiellement enregistrés à leur entrée en Italie, principal point d’arrivée des migrants subsahariens. En nombre, ils y occupent le 5e rang derrière les Nigérians, les Erythréens, les Guinéens et les Ivoiriens3. Mais, en pourcentage de la population de leur pays d’origine, ils occupent le premier rang.

Quant à ceux qui restent, ils s’enhardissent. Sans doute encouragés par la réprobation internationale croissante à l’égard du régime, des Gambiens osent pour la première fois défier le régime en avril 2016. Le 14, à l’appel du principal parti d’opposition, l’UDP (United Democratic Party), ils sont plusieurs centaines à manifester contre le durcissement de la loi électorale qui vise à écarter des candidats, à commencer par Ousseynou Darboe, secrétaire général de l’UDP et principal opposant au régime, exclu de la compétition en raison de son âge. C’est l’occasion pour le régime de l’arrêter, en compagnie d’autres responsables du parti, dont l’un meurt peu après en prison. Le 16, une nouvelle manifestation, cette fois contre la répression, amène Jammeh à écourter un voyage en Turquie et à rentrer précipitamment à Banjul.

Même si les participants sont peu nombreux et même si ce type de protestation n’est pas nouveau en Gambie4, il provoque la colère de Jammeh (voir citation en exergue), qui durcit la répression. Avec une conséquence inédite : pour la première fois, l’opposition décide de se rassembler autour d’un candidat unique à la présidentielle (issu des rangs de l’UDP). Dans un contexte de crise aggravée, tous les espoirs lui sont permis…

La surdité du régime

Jammeh ne voit pas ces signaux, ou n’en tient pas compte. Sans doute parce qu’il pense qu’il est le seul à même de pouvoir faire le bonheur des Gambiens : assumant la nature de son régime, il se présente comme un « dictateur du développement et du progrès ». Mais aussi parce qu’il est confiant dans des pratiques qui lui assurent la victoire depuis 20 ans : une forte dose de clientélisme, notamment en direction de son groupe ethnique, les Diola, qu’ils soient d’origine gambienne ou sénégalaise (il fait venir ces derniers par milliers de Casamance lors des élections), et une propagande omniprésente du pouvoir et la mise à disposition de ses candidats des moyens financiers, matériels et humains de l’Etat. A l’inverse, tout est fait pour étouffer les voix discordantes : parallèlement aux purges dans l’appareil d’Etat, le régime compte sur l’intimidation et la répression de l’opposition, de la presse, des organisations de défense des droits de l’Homme… arrestations, tortures, disparitions sont ainsi de nature à réfréner les velléités de résistance. S’y ajoutent les pressions sur les électeurs, avec notamment des menaces pour les localités ou les quartiers qui voteraient mal. Après quoi, le vote peut se dérouler à peu près normalement… La contradiction n’est donc qu’apparente entre dictature et élection : on peut même dire que c’est paradoxalement grâce à la dictature que le régime peut se permettre d’organiser des élections libres. Car, comme le remarque judicieusement Niklas Hultin5, tout se joue en amont de l’élection.

Le problème, est que, cette fois, Jammeh s’est trompé : il a surestimé sa capacité à peser sur le scrutin. La surprise (mauvaise) est donc d’abord pour lui : Jammeh est pris à son propre piège ! C’est ce qui peut expliquer sa première réaction : sans doute désarçonné, il ne peut qu’accepter sa défaite, faute d’une alternative qu’il n’a visiblement pas prévue. D’autant qu’en jouant jusqu’au bout la carte de la légalité, il peut espérer échapper à d’éventuelles poursuites judiciaires. Et peut-être trouver avant la fin de son mandat un moyen de rebondir : c’est exactement ce qui se produit !

Le coup de poker de Jammeh

La menace judiciaire

Sans doute prématurées, certaines déclarations, dont celles de son vainqueur, ont dû inquiéter sérieusement le président sortant : à l’instar d’Hissène Habré, Yahya Jammeh se voyait menacé d’être traîné en justice pour ses graves atteintes aux droits de l’Homme. Une perspective de nature à inquiéter également son entourage, à commencer par les chefs de l’armée et de la police : il est possible que ces derniers aient aidé Jammeh à changer de stratégie en contestant ce qu’il avait d’abord reconnu. Démentis et mises au point se multiplient alors, assurant qu’il ne serait pas inquiété, qu’il pourrait retourner vivre paisiblement dans son ranch de Kanilaye, mais il est trop tard : Jammeh a franchi le Rubicon ! En reconnaissant le résultat de l’élection, l’ancien président avait certes une petite chance d’échapper à des poursuites, mais au prix de la perte du pouvoir. En contestant le résultat, il peut espérer gagner sur les deux tableaux, garder le pouvoir et (donc) échapper aux poursuites. Encore fallait-il une occasion pour cette contestation. Cette occasion, c’est, sans doute bien involontairement, la CEI (Commission électorale indépendante) qui la lui a fournie.

Une opportunité

Un nouveau décompte effectué par la CEI réduit l’écart entre les deux premiers candidats à la présidentielle. Ce rectificatif est tout à l’honneur de la CEI, qui y trouve un surcroît de respectabilité. Mais il offre surtout une formidable opportunité pour Jammeh, lui permettant de jeter le doute sur les travaux de la Commission, de demander l’annulation du vote et, dans la foulée, l’organisation d’un nouveau scrutin. Un nouveau scrutin qu’il peut évidemment espérer remporter en améliorant sa préparation en amont (par exemple en agissant sur les abstentionnistes6). Continuer la lecture de GAMBIE : LE ROI EST NU !

  1. Voir mon article  « République islamique de Gambie : toujours Jammeh… », Lamenparle, avril 2016 []
  2. Selon certaines sources, près d’un quart de la population vivrait ainsi à l’étranger. Une estimation difficile à vérifier en l’absence de données fiables. []
  3. Source : https://missingmigrants.iom.int/ []
  4. En avril 2000, 14 étudiants avaient été tués lors d’une marche de protestation contre le meurtre d’un des leurs par des policiers. []
  5. Professeur à l’université George Mason de Virginie et spécialiste de la Gambie. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/20/gambie-yahya-jammeh-isole-choisit-l-epreuve-de-force_5051821_3212.html#UR6x7LUHRtWufgr6.99 []
  6. Il pourrait notamment corriger une erreur tactique qui, selon des sources concordantes, lui aurait coûté des voix en décembre : l’annonce de la fermeture de la frontière par les autorités gambiennes, quelques jours avant le vote avait permis aux autorités sénégalaises de bloquer le passage de Casamançais binationaux, les empêchant ainsi de voter pour le dictateur. []

République islamique en Gambie : toujours Jammeh…

Jean-Claude MARUT

Chercheur associé à LAM

Le 12 décembre 2015, Yahya Jammeh décrétait la Gambie République islamique, la deuxième du continent après celle de Mauritanie (1991). Bien que concernant le pays le plus petit et l’un des moins peuplés du continent (deux millions d’habitants), la nouvelle n’est pas passée inaperçue : en pleine poussée islamiste en Afrique de l’Ouest, le pire était à craindre de la part d’un chef d’Etat aussi imprévisible qu’autoritaire. La Charia n’a cependant pas été instaurée à Banjul1, l’obligation faite aux femmes fonctionnaires de porter le voile a rapidement été abandonnée, l’alcool est toujours en vente libre, on entend de la musique dans les rues, et les touristes européens continuent à bronzer sur les plages. « Nous serons une république islamique qui respecte les droits de tous les citoyens et des étrangers » a promis Jammeh, qui s’est montré rassurant envers une minorité chrétienne estimée à 8% de la population. En d’autres termes, la mesure n’a rien changé et, jusqu’à preuve du contraire,  elle n’apparaît que comme un affichage.

L’affichage islamique n’est pas nouveau chez Jammeh. Il y a longtemps, en effet, que le fougueux lieutenant putschiste de 1994, qui passait pour un admirateur de feu Thomas Sankara, a entrepris de changer son image (en même temps que son régime). Légitimé par les urnes après avoir quitté l’armée, il s’est efforcé de donner l’image d’un pieux musulman, arborant grand boubou2, chapelet et Coran. L’accumulation de titres qu’il s’est peu à peu attribués n’a fait que conforter cette image : « Son Excellence Cheikh Professeur Alhadji Docteur Yahya Jammeh Abdul-Aziz Jemus Junkung Babili Mansa ». De cet inventaire à la Prévert, qui pourrait le faire entrer dans le Livre Guinness des records, émerge l’image d’un sage associant la piété au savoir et aux pouvoirs (notamment celui de guérir le sida et le cancer par des plantes…) reçus de Dieu.

Mais si Jammeh assure que son pouvoir lui vient de Dieu, cela ne lui confère officiellement aucun droit particulier : le chef de l’Etat gambien n’est pas un guide religieux. Lorsqu’il a imposé en 2015 une date unique de célébration de la Korité, qui marque la fin du ramadan, c’était moins pour des motifs religieux que pour affirmer son autorité : mettre fin à la cacophonie entre des confréries soufies dont le poids économique et politique est bien moindre qu’au Sénégal voisin. Et s’il s’est référé à l’islam pour combattre la mode de la dépigmentation ou pour interdire l’excision, il semble que c’est avant tout pour des raisons sanitaires. Quant à la Constitution du pays, bien que laïque, elle accorde déjà une place au droit musulman (comme au droit coutumier). Mais, jusqu’à présent, c’est uniquement pour des questions relevant du statut personnel (mariage, divorce, succession…). La seule question qui se pose est de savoir si cette place sera étendue, et jusqu’où, par un projet de loi qui doit être déposé devant l’Assemblée nationale « pour commencer le processus d’application » de la République islamique3 : Pour justifier une telle évolution, il a invoqué « la nécessité de préserver l’identité et la foi islamique du pays ». Mais qui menace cette identité et cette foi, dans un pays qui compte autour de 90 % de musulmans ? En fait, ce qui semble menacé, c’est plutôt le régime lui-même, confronté à une crise sans précédent du modèle sur lequel il a vécu jusque-là. Continuer la lecture de République islamique en Gambie : toujours Jammeh…

  1. Son instauration en Mauritanie n’empêche nullement ce pays de collaborer avec les Occidentaux dans la lutte contre le terrorisme. Des militaires gambiens ont d’ailleurs bénéficié d’un entraînement dans des camps de l’armée mauritanienne. []
  2. Selon une source bien informée, l’ample boubou du président cacherait en fait un gilet pare-balles, ce qui montrerait que sa foi a des limites… []
  3. « Pour nous musulmans, nous serons gouvernés par la loi éclairée par la Charia, basée sur le Coran », vient de déclarer Jammeh. Source APA, 1/4/2016 (« Le président gambien accuse l’Occident de créer des groupes terroristes »). []