Tous les articles par bhaidara

Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?

Les débats sur l’avenir du franc CFA1 ne sont pas nouveaux. Mais ces dernières années on observe un regain, souvent passionné, de ces débats autour de questions relatives à la rupture avec la France, et à la création d’une monnaie alternative. Les notes qui suivent ont été, en partie, conçues autour de l’ouvrage De belles années au service de l’intégration régionale, de Soumaïla Cissé (Éditions Éburnie, 2013, 206 p.). Ses qualités d’ancien ministre des Finances du Mali (1993-2000), et de président de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) (2004-2011), donnent une grande importance à ses éclairages et orientations sur la question économique en général, et monétaire en particulier, de l’Afrique de l’Ouest. Les critiques négatives à l’égard de la gestion du franc CFA, le seul système monétaire au monde à avoir survécu à la décolonisation, et de ses liens avec la France, semblent contribuer au renforcement du sentiment panafricaniste, face à une forme de mise sous tutelle et d’injustice perpétuelle. Les opposants au franc CFA et à sa gestion actuelle, la plupart du temps des économistes (donc des experts de la question), déplorent souvent le fait que les débats restent confinés au sein des seuls cercles d’experts. Paradoxalement, leur argumentaire pour s’opposer, apparait, du fait de sa technicité, tout aussi difficilement perceptible auprès du grand public. L’intérêt qu’on peut porter à l’ouvrage De belles années au service de l’intégration régionale tient au fait qu’il nous apparait comme un raisonnement synthétique (étayé par des arguments historiques, économiques, politiques et géopolitiques) de la situation du franc CFA, et de la question d’une nouvelle monnaie ouest-africaine.   Conçu pour faciliter l’intégration des anciennes colonies françaises dans le commerce international, le franc CFA confèrerait aux pays utilisateurs de la stabilité et de la confiance, en vue d’attirer les investisseurs étrangers. C’est du moins le point de vue de la France mais plusieurs économistes africains estiment, pour leur part, que la monnaie commune freinerait le développement des pays utilisateurs.

Un état des lieux du franc CFA

Dénommé franc des colonies françaises à sa création en décembre 1945, le franc CFA avait pour but de restaurer l’autorité monétaire française dans les territoires coloniaux qui avaient été isolés de la métropole pendant la Seconde Guerre mondiale. L’indépendance politique représentait l’occasion pour les responsables politiques d’Afrique francophone de conduire « en toute indépendance » les politiques économiques de leurs pays. Ils ont été confrontés à un dilemme, aussi décisif pour eux que pour les générations futures : pérenniser l’intégration monétaire qui avait caractérisé la période coloniale ou choisir la voie de la fragmentation monétaire. A l’indépendance, l’atmosphère qui régnait dans la zone franc n’était pas celle d’une rupture avec la métropole, et les liens entre les dirigeants français et ceux d’Afrique francophone dépassaient la seule sphère économique. Les seconds avaient par ailleurs occupé des postes à responsabilité durant la colonisation et n’avaient donc pas de difficultés à reproduire à l’identique un système qu’ils connaissaient déjà. En outre, l’aide apportée2 par la France étant assez significative, ses anciennes colonies ne voulaient pas s’en passer. Le maintien de liens privilégiés avec l’ancienne métropole apparaissait donc naturel. D’ailleurs, l’implication de la France dans le pilotage des économies était dès le départ souhaitée par un groupe de dirigeants d’Afrique francophone. La plupart d’entre eux aurait même favorisé le maintien du lien monétaire avec la France, à travers un certain nombre de mesures : demande insistante de la participation de la France au conseil d’administration de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ; acceptation que le siège se situe à Paris jusqu’en 1973 ; renoncement à une politique monétaire autonome ; demande du maintien de l’UMOA (créée en 1962) au moment de la création de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO, qui comprend aussi des pays n’ayant pas été colonisés par la France) en 1975. Un constat qui pousse S. Cissé à évoquer l’expression d’une « indépendance surprise ». Contrairement aux Etats de la zone franc qui ont maintenu des banques centrales communes, d’autres Etats africains, à l’avènement des indépendances, ont choisi la voie de la fragmentation en créant leurs propres banques centrales. La désintégration aurait alors eu des effets désastreux pour le continent africain. Une majorité de pays a connu des crises de balance des paiements, des crises bancaires systémiques, des crises d’hyperinflation… Les principales causes seraient dues au décrochage du système monétaire international (« désintégration »), ayant forcément donné lieu à la création de monnaies nationales et de banques centrales distinctes. Continuer la lecture de Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?

  1. Successivement « franc des colonies françaises d’Afrique », « franc de la communauté française d’Afrique », puis « franc de la communauté financière d’Afrique », le franc CFA est le nom de deux monnaies communes à plusieurs anciennes colonies françaises d’Afrique, réparties en deux zones : la zone franc d’Afrique centrale (CEMAC), et la zone franc d’Afrique de l’Ouest (UEMOA). []
  2. Sous la forme de contributions directes du budget français ; à travers des subventions aux budgets de fonctionnement ; à travers des investissements et la mise en place d’une assistance technique. []

Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

Boubacar Haïdara

Chercheur associé à LAM

La situation d’Etat d’urgence qui a prévalu au Mali après l’attentat du 20 novembre 2015 du Radisson Blue a justifié le choix du gouvernement malien d’interdire tout rassemblement public, en l’occurrence la célébration du Maouloud1 de décembre 2015. En réalité, il s’agissait d’une prolongation de 10 jours décidée lors du Conseil des ministres du 21 décembre 2015, qui visait à prévenir tout risque sécuritaire, dans une période faste en manifestations publiques : 23 décembre et 30 décembre (cérémonies de naissance et d’Al-‘aqiqa2 du  Prophète) ; 25 décembre et 31 décembre (Noël et Saint Sylvestre). Chérif Ousmane Madani Haïdara, célèbre prêcheur et leader d’Ançar Dine, l’association islamique qui compte le plus grand nombre de membres au Mali, et ses disciples ont vu dans cet acte une démarche délibérée du pouvoir  en vue de « saboter » cet événement religieux, extrêmement important pour les sympathisants du « Guide » de ce mouvement.

Le Maouloud est en effet l’un des événements, sinon le principal événement qui mobilise un très grand nombre de Maliens. Chérif Ousmane Madani Haïdara est le prêcheur qui a fait de l’anniversaire du prophète Muhammad un rendez-vous annuel majeur, un événement pourtant considéré par la communauté wahhabite comme une innovation dans l’islam ; elle ne s’associe d’ailleurs guère à sa célébration. La cérémonie du Maouloud avait lieu auparavant dans le stade Modibo Keïta de Bamako, de 25 000 places. Depuis quelques années, l’affluence des fidèles du ‘’Guide’’ Haïdara est telle qu’il se déroule désormais dans le stade du 26 mars, d’une capacité de 60 000 places. Celui-ci peine d’ailleurs à accueillir la totalité des fidèles. Un grand nombre d’entre eux est contraint de rester aux abords du stade, où sont installées des enceintes permettant de suivre l’intervention du ‘’Guide’’ de l’extérieur.

Nonobstant les efforts de sensibilisation et de dissuasion des autorités, la célébration du Maouloud, dans un stade du 26 mars saturé ne fut pas déprogrammée et s’est tenue à la date préalablement indiquée. L’attitude des autorités étatiques a été interprétée comme étant antimusulmane, et Chérif Ousmane Madani Haïdara s’est empressé de mettre en garde le pouvoir contre les intimidations et menaces qui auraient été formulées à son endroit. Il expliqua aux dirigeants maliens qu’aucune menace ne saurait constituer un frein à l’islam. Devant une foule surexcitée, dans un stade du 26 mars comble, il rejeta les recommandations des autorités maliennes, en les qualifiant d’intimidations, et enjoignit ses très nombreux soutiens de les dénoncer. L’occasion était belle pour le « Guide » d’Ançar Dine de charger les autorités, accusées de prévarication. Paradoxalement, comme pour banaliser l’événement, et faisant fi de son ampleur, les mesures de sécurité adéquates semblent n’avoir pas été mises en place par les pouvoirs publics. Ce fut ainsi l’occasion pour Haïdara de rappeler les incidents3  de février 2011, dont la responsabilité avait été imputée à l’Etat. Les différends autour de l’événement ont semblé affaiblir le président Kéita, et renforcé davantage l’engouement autour du Maouloud 2015. La participation a été décrite comme l’une des plus importantes avec 75 000 participants. Tout comme au Sénégal où « les religieux font et défont les rois »4, désormais, au Mali, un homme politique qui ambitionne d’accéder à la magistrature suprême doit au préalable s’assurer du soutien des leaders religieux. Continuer la lecture de Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

  1. Le Maouloud est la fête qui commémore la naissance du Prophète de l’islam []
  2. La cérémonie d’Al-‘aqiqa (célébrée au septième jour de la naissance) consiste à raser la tête de l’enfant, les cheveux du nouveau-né étant considérés comme impurs, donner en aumône l’équivalent du poids des cheveux en poudre d’or ou la valeur en argent (monnaie), faire des prières appropriées pour le nouveau-né, rendre public le prénom qu’on lui a choisi et, enfin, faire un sacrifice, un mouton si le nouveau-né est une fille, deux si c’est un garçon. Celui-ci peut également être circoncis au septième jour de sa naissance ou ultérieurement []
  3. A la fin du prêche tenu par le ‘’Guide’’ Haïdara,  en février 2011, trente-six personnes avaient trouvé la mort, et soixante-quatre autres blessées dans une bousculade. Ces incidents sont survenus malgré une sécurité assurée par l’Etat. Chérif Ousmane Madani Haïdara, en réaction au drame, a expliqué que les huit années qui ont précédé, la question de la sécurité avaient été prise en charge par son mouvement, qui faisait appel à des membres de la police nationale (moyennant rétribution), sans qu’il ne se produise aucun incident. Il a ainsi pointé du doigt les membres de la sécurité nationale, en expliquant qu’il est plus difficile de maîtriser 50 jeunes dans une boîte de nuit que des milliers de fidèles sur un lieu de prêche. Ces derniers, selon lui, « sont strictement attentifs à notre écoute, ils agissent conformément à nos recommandations, et ne sauraient donc être la source d’aucun débordement ». []
  4. Wane B., 2010, L’islam au Sénégal, le poids des confréries ou l’émiettement de l’autorité spirituelle, Thèse de doctorat de l’université  de Paris-Est, (Sociologie/Anthropologie), 579 p. []