Tous les articles par bhaidara

Le G5 Sahel, « un machin » mort-né ?

Par Boubacar Haidara, Chercheur associé à LAM

 

Dans les lignes qui suivent, on essaye de fournir des éléments de réponse à la principale interrogation à l’origine de cette note : en sus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA)[1], et de la force française Barkhane[2], respectivement fortes de 15 209 (13 289 soldats et 1 920 policiers) et 4000 membres, la création d’une structure militaire supplémentaire, dans la situation qui prévaut actuellement dans le Sahel, était-elle nécessaire ?

Le G5 Sahel regroupe cinq pays de la bande sahélo-saharienne : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Créé en février 2014, en vue d’être déployé à la fin 2017, à l’initiative des chefs d’État de la région, le G5 Sahel est défini comme étant un cadre institutionnel de suivi de la coopération régionale, destiné à coordonner les politiques de développement et de sécurité de ses membres. A cet égard, on se demande d’emblée pourquoi, malgré son désir ardent d’y participer[3], le Sénégal a été maintenu hors du G5 Sahel (alors que plusieurs centaines de soldats sénégalais sont déployés au sein de la MINUSMA), et pourquoi l’Algérie, puissance militaire très impliquée dans le dialogue entre les protagonistes maliens, n’y a pas été invitée.

Le parrainage par la France de l’initiative du G5 Sahel aurait constitué un obstacle à l’adhésion de l’Algérie, eu égard à la défiance réciproque qui oppose les deux pays. L’exclusion de l’Algérie, qui viserait également à contrer son influence militaire dans la bande sahélo-saharienne, aurait dès le départ été planifiée par la France[4]. Il s’agit là d’un scénario qu’aucune sphère du pouvoir algérien n’aurait envisagé : la création d’une organisation dédiée à la paix et à la sécurité dans la région sans la participation de l’Algérie, la puissance militaire régionale[5].

Cette force du G5 Sahel, à terme constituée de 5 250 hommes, sera chargée de lutter contre le terrorisme et les organisations criminelles. Il lui est fixé pour objectif de contribuer à la restauration de l’autorité de l’Etat malien et au retour des personnes déplacées et réfugiées. Elle devra aussi faciliter, dans la limite de ses capacités, les opérations humanitaires et l’acheminement de l’aide aux populations, tout en soutenant la mise en œuvre des actions en faveur du développement dans l’espace du G5 Sahel. Le calendrier prévoit dans un premier temps le déploiement de sept bataillons de 750 hommes (soit 5 250 militaires). Chacun des pays aura en charge son propre territoire, mais trois zones frontalières prioritaires ont été définies pour les opérations conjointes : un fuseau ouest, à la frontière Mauritanie-Mali, un fuseau centre, aux frontières du Mali, du Niger et du Burkina, et un fuseau est, à la frontière entre le Niger et le Tchad.

Doit-on s’attendre à une efficacité du G5 Sahel ?

Avec la mise en place du G5 Sahel, la principale interrogation qui est immédiatement apparue, et qui a captivé les opinions publiques, est la question de son financement. La question essentielle, de notre point de vue, aurait dû porter sur son éventuelle efficacité et sur les résultats pertinents d’une organisation militaire supplémentaire dans la situation malienne actuelle. En tout état de cause, la grande difficulté à laquelle sont confrontés les dirigeants des pays du G5 Sahel autour du financement nécessaire à son opérationnalisation laisserait entrevoir la disparition prématurée de cette organisation. Alors que  son opérationnalisation est prévue pour la fin octobre 2017, le G5 Sahel ne dispose toujours pas des fonds nécessaires. A ce jour, seul un quart des 423 millions d’euros nécessaires à son financement a été mobilisé, soit une contribution de dix millions d’euros par pays membre, et cinquante millions d’euros promis par l’Union européenne, qui n’ont d’ailleurs pas encore été versés. On pourrait donc dire que l’organisation tourne à vide pour l’instant. La question de son financement s’avère davantage problématique dans la mesure où le président français, Emmanuel Macron (« parrain » du G5 Sahel), conditionne l’obtention de fonds potentiels à la réalisation de résultats probants : « Pour garantir un soutien dans la durée, ce sera à vous et à vos armées de convaincre que le G5 peut être efficace, dans le respect des conventions humanitaires. Les résultats doivent être au rendez-vous pour convaincre nos partenaires ».

Le G5 Sahel peut-il réussir là où la MINUSMA et Barkhane ont « échoué » ?

Les sommes évoquées dans l’opérationnalisation du G5 Sahel sont, à titre de comparaison, dérisoires  face au budget[6] de la MINUSMA qui, lui, équivaut au milliard de dollars. Face au manque d’enthousiasme de leurs partenaires occidentaux et potentiels donateurs, les Etats membres du G5 Sahel ont alors formulé le souhait de bénéficier au moins d’une part du milliard de dollars annuel mis à la disposition de la MINUSMA. Pourtant, quand on s’attache à faire le bilan des quatre années d’engagement de la MINUSMA dans le nord du Mali, les résultats perçus paraissent très minimes nonobstant les moyens considérables mis à sa disposition.

Le propos de l’ambassadeur d’Allemagne au Mali, Dietrich Becker, selon lequel « le retrait de la MINUSMA signifierait la fin du Mali »[7] est pour le moins discutable. Toutefois, les avis des populations directement concernées ont tendance à donner l’impression qu’elles ne tirent aucune satisfaction de la présence de la force onusienne au Mali. Leur avis est certainement, et à juste titre, basé sur le fait que le septentrion malien n’est pas aujourd’hui plus sécurisé, ni stable qu’au moment du déploiement de la MINUSMA. Les victimes civiles et militaires du terrorisme sont en constante croissance, et la zone d’action des groupes armés s’est considérablement élargie. L’opinion majoritaire dans la société malienne, particulièrement dans les régions septentrionales du pays, consiste à dire que la MINUSMA, avec tous les moyens dont elle dispose, est inefficace. En réponse à cette remarque constante d’inefficacité, les représentants de la force onusienne s’efforcent d’expliquer que la MINUSMA n’est pas chargée d’une mission d’interposition mais de protection des civils et de facilitation du dialogue entre les parties en conflit (l’Etat malien et les divers groupes armés). C’est justement la concrétisation de ce rôle qui apparait difficilement perceptible auprès des populations. Le cessez-le-feu entre les forces armées maliennes et les groupes sécessionnistes armés touarègues est régulièrement entaché par des affrontements ;  les attentats terroristes à l’encontre des civils et militaires (y compris les membres de la MINUSMA)[8] vont bon train ; et les conflits interethniques entre divers groupes armés d’autodéfense, faisant de nombreuses victimes civiles, sont réguliers.

Quant à la force française Barkhane, elle est supposée laisser place aux forces militaires des pays du G5 Sahel, même si on peut douter que ce soit le cas dans un avenir proche. Quels que soient les rendements futurs du G5 Sahel, on peut d’ores et déjà raisonnablement supposer que l’efficacité et les résultats escomptés seront beaucoup moindres comparativement à ceux obtenus par Barkhane, tant la préparation des hommes, les moyens financiers, techniques, logistiques varient considérablement d’une force (Barkhane) à l’autre (G5 Sahel). Lorsqu’on s’attache à faire également un bref bilan de Barkhane, au bout de près de quatre années d’opérations, on reste sur sa faim. Dans le document « Dossier de presse, Opération Barkhane »[9] (mai 2017) du ministère français de la Défense, on peut apprendre que  seulement  250 terroristes supposés ont été arrêtés ou tués et 17 tonnes d’armes saisies ou détruites. Par ailleurs, dix-neuf militaires français ont été tués. Face à ce résultat relativement modeste, ce qui est ici mis en cause n’est pas l’efficacité des soldats français, mais la difficulté à résoudre militairement le problème du terrorisme sahélien en général et malien en particulier. Ce qui nous pousse à dire que le G5 Sahel est un « machin » inutile et, de toute façon, mort-né.

Les soldats français de plus en plus indésirables dans le nord du Mali

Incontestablement l’opération Serval, qui a précédé Barkhane dans le nord du Mali, fut une réponse extrêmement efficace face à une situation d’urgence qui menaçait l’existence même du Mali. Cette intervention d’urgence avait d’abord été perçue positivement par la grande majorité des Maliens. Mais aujourd’hui, la force française Barkhane, cible régulière de manifestations hostiles[10], apparaît progressivement indésirable dans certaines contrées du Nord-Mali, principalement à Kidal. Des individus considérés comme terroristes, qui sont recherchés et appréhendés par les militaires français, sont des fils et frères qui, le plus souvent, ont tout le soutien de la communauté locale. Un constat qui laisse apparaître une profonde porosité sociale et économique entre populations et membres de groupes armés djihadistes ou sécessionnistes.

On voit donc bien que le règlement de la crise malienne ne saurait être abordé sous le seul angle militaire et sécuritaire, d’autant que les violences sont aussi très souvent alimentées par des conflits locaux et la mauvaise gouvernance. Tout règlement devrait donc obligatoirement impliquer une stratégie multidimensionnelle englobant surtout le développement, l’éducation, la création d’emplois à l’attention des jeunes en particulier et la justice. Sur ce dernier point, on constate aussi que « depuis 2013, 40 auteurs de crimes djihadistes, parmi lesquels le chef du tribunal islamique de Tombouctou Ag Alfousseyni Houka Houka, l’ordonnateur des amputations et lapidations au nom du groupe islamiste Ansar Dine, ont été libérés dans le cadre de mesures de dialogue politique, en prélude aux pourparlers des accords d’Alger. Sa libération est intervenue en même temps que celle de l’otage français Serge Lazarevitch »[11]. Continuer la lecture de Le G5 Sahel, « un machin » mort-né ?

Conflits armés aux relents de guerre civile dans le centre du Mali

Boubacar Haidara

Alors que les efforts de pacification du Mali s’enlisent dans le septentrion du pays, un nouveau foyer de tensions semble s’être durablement formé dans le centre, donnant régulièrement lieu à des affrontements armés, particulièrement mortels, entre les communautés peule et bambara. Le processus de sortie de crise et de stabilisation du Mali, entamé depuis plusieurs mois entre l’Etat et les groupes armés à l’issue de la crise de 2012, n’a visiblement eu que de très faibles effets jusqu’à présent. Ce qu’on remarque, en revanche, c’est la multiplication des groupes armés aujourd’hui plus nombreux qu’avant la signature des accords de paix, en 2015. En outre, le Mali n’a jamais perdu autant de soldats (victimes d’attaques terroristes) que sous la présidence d’Ibrahim Boubacar Kéita, alors même que son accession au pouvoir, en 2013, avait été vue comme l’amorce de la sécurisation et de la stabilisation du Mali.

Le centre du Mali, un nouveau foyer de tensions

Depuis janvier 2015, 52 attaques (visant militaires et populations civiles, et faisant plusieurs morts) ont à ce jour été perpétrées dans le centre du Mali, par divers groupes armés1. La confusion sécuritaire au nord du pays, qui a abouti à la diffusion des menaces armées dans les régions centre et sud, apparait davantage préoccupante, dans la mesure où elle tend à revêtir des formes de « guerre civile », à savoir un conflit armé opposant diverses ethnies d’une même région. Le constat est qu’aujourd’hui le terrorisme djihadiste s’est durablement implanté dans des régions jusque-là épargnées, avec des communautés entières suspectées, à tort ou à raison, d’en être les bras armés, rendant parfois les rapports interethniques très conflictuels et meurtriers.

Entre le 1er et le 5 mai 2016, dans les localités de Koriguiri et Maleimana (région de Mopti, au centre du pays),  des affrontements intercommunautaires avaient opposé des membres des communautés peules (qui revendiquaient des pâturages) et bambara (qui défendaient des terres supposées être les leurs), faisant une soixantaine de morts parmi les Peuls. Ce conflit, comme d’autres de même nature intervenus précédemment, ont suscité au sein de la communauté peule un sentiment de frustration et d’injustice. Ce sentiment d’injustice, dont les Peuls s’estiment être victimes de la part des Bambaras, a été accentué par l’idée que ces derniers jouiraient du soutien manifeste des autorités administratives et militaires de la région. C’est dans ce contexte de fortes tensions interethniques qu’on assista, le 18 juin 2016, à la création d’une milice d’autodéfense peule dénommée l’Alliance pour la sauvegarde de l’identité peule et la restauration de la justice (ASIPRJ), rejoignant ainsi la liste (déjà très longue) des milices ethniques d’autodéfense qui opèrent un peu partout au Mali. L’ASIPRJ, dès sa création, se fixait pour objectif clair de « rendre justice aux paisibles populations peules du delta central du Mali »2 qui, depuis le début de la crise malienne de 2012, subiraient régulièrement, selon les propos de son leader Sidi Békaye Cissé, « des tortures et des exactions génocidaires » de la part de l’armée malienne.

Les Peuls, les nouveaux djihadistes maliens ?

Le 19 juillet 2016, un attentat contre la base militaire de Nampala faisait 17 morts et 38 blessés parmi les militaires maliens. Une attaque doublement revendiquée par la brigade Macina du groupe djihadiste Ansar Dine3 (Ansar Dine katiba sud) et par Sidi Bakaye Cissé, au nom de l’ASIPRJ. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, les deux groupes armés liés aux attentats de Nampala ne sont pas aussi distincts qu’ils ont pu paraitre au moment des faits. On se rappelle qu’avant son affiliation à la « maison-mère » Ansar Dine, l’actuel Ansar Dine katiba sud, qui opère dans le Macina, se dénommait Front de libération du Macina, et que son chef était le prédicateur peul Amadou Kouffa. Le mouvement se présentait alors comme une milice communautaire, à l’instar de l’ASIPRJ, et poursuivait le même objectif que ce dernier, à savoir la défense des populations peules contre les exactions des militaires maliens et d’autres milices ethniques.

Le Front de libération du Macina, ce groupe armé composé d’anciens membres du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et de quelques éléments d’Ansar Dine, a été lancé en janvier 2015. Sa création aurait pour objectif d’aboutir au rétablissement de l’empire peul du Macina4, cet État théocratique de la fin du XIXe siècle. Depuis sa formation, ses membres ont mené des attaques contre plusieurs localités au centre du Mali : Tenenkou, Dioura, Boulkessi, Gathi-Lemou, Dogofry… « On leur prête aussi une participation à l’attaque de l’hôtel Byblos à Sévaré, qui a fait 4 victimes dans les rangs du personnel onusien »5, le 8 août 2015. La plus emblématique de leur attaque reste cependant celle menée contre la base militaire de Nampala.

La transformation du Front de libération du Macina, une milice communautaire à l’origine, en mouvement djihadiste, combinée à l’apparition de l’ASIPRJ, et leur association dans l’attentat de Nampala, pourraient répondre aux objectifs d’Ansar Dine : d’une part, s’étendre dans le centre du Mali, d’autre part, réorganiser le djihadisme malien en s’appuyant sur les communautés locales à travers une répartition des « zones d’influence : Kidal aux Touaregs, Tombouctou aux Arabes et la région de Mopti-Sévaré aux Peuls »6. Ansar Dine semble y être aisément parvenu dans le centre du Mali, à travers l’instrumentalisation de frustrations communautaires peules. La conséquence en est qu’à l’instar des Touaregs qui ont souvent été, dans leur globalité, assimilés à des rebelles, les Peuls, notamment ceux du Macina, sont eux aussi, le plus souvent sans aucune distinction, suspectés de complicité avec les djihadistes. Fermement convaincus de cette idée, les militaires maliens opérant dans les localités concernées se seraient alors rendus coupables de nombreuses exactions : arrestations arbitraires, vols de bétails, exécutions sommaires… Après la reconquête du Nord-Mali avec l’aide de l’armée française, les soldats maliens « avides de revanche ont exprimé toutes leurs frustrations cédant à plusieurs amalgames, dans la première région réoccupée : le Macina (Centre). Ce qui a alimenté le ressentiment des Peuls à l’égard de tout ce qui représente l’Etat »7.

L’organisation des Peuls en divers mouvements armés est sans doute en partie liée à ce constat. Si certains parmi eux se sont très certainement affiliés au mouvement djihadiste de la Katiba sud d’Ansar Dine pour des raisons idéologiques, d’autres semblent avoir aussi été guidés par leur désir ardent de vengeance à l’encontre des Bambaras et des militaires maliens, faisant ainsi de leur combat « un hybride entre djihad et révolte sociale »8. Amadou Kouffa et les autres islamistes de la région invitent les Peuls à une forme de révolution sociale vis-à-vis de l’Etat et des structures communautaires traditionnelles « quasi féodales »9. Ils parlent ainsi « de libération, d’émancipation et d’épanouissement, cela attire les plus démunis, les pasteurs transhumants et certains marabouts ».10

Le 11 février 2017, un affrontement sanglant a opposé des membres des communautés bambara et peul de Ké-Macina. Le bilan officiel a fait état de vingt morts et dix-huit blessés (il semblerait que les autorités maliennes aient largement minimisé le nombre de victime). A l’origine du conflit, l’attaque d’un commerce tenu par un Bambara par des éléments identifiés comme étant peuls, et fidèles du prédicateur Amadou Kouffa. Ils s’en seraient pris au commerçant qu’ils suspectaient d’être un informateur de l’armée malienne. C’est en représailles de cet incident que des Dozos (chasseurs traditionnels Bambaras) auraient pris pour cible la communauté peule de la commune, n’épargnant ni femmes ni enfants. Continuer la lecture de Conflits armés aux relents de guerre civile dans le centre du Mali

  1. Source : rapport du Centre pour le dialogue humanitaire de l’Institut du Macina, mars 2017, 60 p. []
  2. Propos du leader de l’ASIPRJ, Sidi Bakaye Cissé, évoqués dans L’indicateur du Renouveau  du 20 juillet 2016. []
  3. Ansar Dine « Les défenseurs de la foi » est un groupe armé salafiste djihadistes opérant dans le nord du Mali, qui fut  fondé au début de l’année 2012 ; il est dirigé par Iyad Ag Ghaly. []
  4. En 1818, Sékou Amadou Barry, un modeste marabout peul guidé par sa foi, met en déroute à Nankouma une coalition de Bambara et d’Ardos (chefs traditionnels peuls). Il prend alors le nom de Cheikou Amadou et, par une série de guerres saintes, parvient à soustraire l’ensemble de la région à l’influence du royaume bambara de Ségou. Il en convertit la population et met en place le royaume théocratique de la Dina (royaume du Macina), qui s’étendit de Ségou à Tombouctou avant d’être finalement détruit par le conquérant toucouleur El Hadj Oumar Tall en 1862. []
  5. Airault, P. « Au Mali, en territoire peul, la naissance d’un futur Boko Haram », L’opinion, 30 août 2015, [En ligne]. http://www.lopinion.fr/edition/international/mali-en-territoire-peul-naissance-d-futur-boko-haram-56453 []
  6. Airault, P. Ibid. []
  7. Sangaré, B. « Le centre du Mali : épicentre du djihadisme ? », Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité, 20 mai 2016, [En ligne]. http://www.grip.org/sites/grip.org/files/NOTES_ANALYSE/2016/NA_2016-05-20_FR_B-SANGARE.pdf []
  8. Sangaré, B. Ibid. []
  9. En guise d’illustration de ce propos, lorsque les bergers peuls traversent une terre avec leur bétail, ils doivent payer une redevance au proprietaire. Kouffa les enjoint à ne rien payer car, selon lui, la terre appartient à tout le monde. []
  10. B. Sangaré, propos évoqués dans Le Monde Afrique du 27 janvier 2017, [disponible sur internet] : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/01/27/apres-le-nord-le-centre-du-mali-menace-a-son-tour-de-s-enflammer_5069975_3212.html []

Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?

Les débats sur l’avenir du franc CFA1 ne sont pas nouveaux. Mais ces dernières années on observe un regain, souvent passionné, de ces débats autour de questions relatives à la rupture avec la France, et à la création d’une monnaie alternative. Les notes qui suivent ont été, en partie, conçues autour de l’ouvrage De belles années au service de l’intégration régionale, de Soumaïla Cissé (Éditions Éburnie, 2013, 206 p.). Ses qualités d’ancien ministre des Finances du Mali (1993-2000), et de président de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) (2004-2011), donnent une grande importance à ses éclairages et orientations sur la question économique en général, et monétaire en particulier, de l’Afrique de l’Ouest. Les critiques négatives à l’égard de la gestion du franc CFA, le seul système monétaire au monde à avoir survécu à la décolonisation, et de ses liens avec la France, semblent contribuer au renforcement du sentiment panafricaniste, face à une forme de mise sous tutelle et d’injustice perpétuelle. Les opposants au franc CFA et à sa gestion actuelle, la plupart du temps des économistes (donc des experts de la question), déplorent souvent le fait que les débats restent confinés au sein des seuls cercles d’experts. Paradoxalement, leur argumentaire pour s’opposer, apparait, du fait de sa technicité, tout aussi difficilement perceptible auprès du grand public. L’intérêt qu’on peut porter à l’ouvrage De belles années au service de l’intégration régionale tient au fait qu’il nous apparait comme un raisonnement synthétique (étayé par des arguments historiques, économiques, politiques et géopolitiques) de la situation du franc CFA, et de la question d’une nouvelle monnaie ouest-africaine.   Conçu pour faciliter l’intégration des anciennes colonies françaises dans le commerce international, le franc CFA confèrerait aux pays utilisateurs de la stabilité et de la confiance, en vue d’attirer les investisseurs étrangers. C’est du moins le point de vue de la France mais plusieurs économistes africains estiment, pour leur part, que la monnaie commune freinerait le développement des pays utilisateurs.

Un état des lieux du franc CFA

Dénommé franc des colonies françaises à sa création en décembre 1945, le franc CFA avait pour but de restaurer l’autorité monétaire française dans les territoires coloniaux qui avaient été isolés de la métropole pendant la Seconde Guerre mondiale. L’indépendance politique représentait l’occasion pour les responsables politiques d’Afrique francophone de conduire « en toute indépendance » les politiques économiques de leurs pays. Ils ont été confrontés à un dilemme, aussi décisif pour eux que pour les générations futures : pérenniser l’intégration monétaire qui avait caractérisé la période coloniale ou choisir la voie de la fragmentation monétaire. A l’indépendance, l’atmosphère qui régnait dans la zone franc n’était pas celle d’une rupture avec la métropole, et les liens entre les dirigeants français et ceux d’Afrique francophone dépassaient la seule sphère économique. Les seconds avaient par ailleurs occupé des postes à responsabilité durant la colonisation et n’avaient donc pas de difficultés à reproduire à l’identique un système qu’ils connaissaient déjà. En outre, l’aide apportée2 par la France étant assez significative, ses anciennes colonies ne voulaient pas s’en passer. Le maintien de liens privilégiés avec l’ancienne métropole apparaissait donc naturel. D’ailleurs, l’implication de la France dans le pilotage des économies était dès le départ souhaitée par un groupe de dirigeants d’Afrique francophone. La plupart d’entre eux aurait même favorisé le maintien du lien monétaire avec la France, à travers un certain nombre de mesures : demande insistante de la participation de la France au conseil d’administration de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ; acceptation que le siège se situe à Paris jusqu’en 1973 ; renoncement à une politique monétaire autonome ; demande du maintien de l’UMOA (créée en 1962) au moment de la création de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO, qui comprend aussi des pays n’ayant pas été colonisés par la France) en 1975. Un constat qui pousse S. Cissé à évoquer l’expression d’une « indépendance surprise ». Contrairement aux Etats de la zone franc qui ont maintenu des banques centrales communes, d’autres Etats africains, à l’avènement des indépendances, ont choisi la voie de la fragmentation en créant leurs propres banques centrales. La désintégration aurait alors eu des effets désastreux pour le continent africain. Une majorité de pays a connu des crises de balance des paiements, des crises bancaires systémiques, des crises d’hyperinflation… Les principales causes seraient dues au décrochage du système monétaire international (« désintégration »), ayant forcément donné lieu à la création de monnaies nationales et de banques centrales distinctes. Continuer la lecture de Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?

  1. Successivement « franc des colonies françaises d’Afrique », « franc de la communauté française d’Afrique », puis « franc de la communauté financière d’Afrique », le franc CFA est le nom de deux monnaies communes à plusieurs anciennes colonies françaises d’Afrique, réparties en deux zones : la zone franc d’Afrique centrale (CEMAC), et la zone franc d’Afrique de l’Ouest (UEMOA). []
  2. Sous la forme de contributions directes du budget français ; à travers des subventions aux budgets de fonctionnement ; à travers des investissements et la mise en place d’une assistance technique. []

Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

Boubacar Haïdara

Chercheur associé à LAM

La situation d’Etat d’urgence qui a prévalu au Mali après l’attentat du 20 novembre 2015 du Radisson Blue a justifié le choix du gouvernement malien d’interdire tout rassemblement public, en l’occurrence la célébration du Maouloud1 de décembre 2015. En réalité, il s’agissait d’une prolongation de 10 jours décidée lors du Conseil des ministres du 21 décembre 2015, qui visait à prévenir tout risque sécuritaire, dans une période faste en manifestations publiques : 23 décembre et 30 décembre (cérémonies de naissance et d’Al-‘aqiqa2 du  Prophète) ; 25 décembre et 31 décembre (Noël et Saint Sylvestre). Chérif Ousmane Madani Haïdara, célèbre prêcheur et leader d’Ançar Dine, l’association islamique qui compte le plus grand nombre de membres au Mali, et ses disciples ont vu dans cet acte une démarche délibérée du pouvoir  en vue de « saboter » cet événement religieux, extrêmement important pour les sympathisants du « Guide » de ce mouvement.

Le Maouloud est en effet l’un des événements, sinon le principal événement qui mobilise un très grand nombre de Maliens. Chérif Ousmane Madani Haïdara est le prêcheur qui a fait de l’anniversaire du prophète Muhammad un rendez-vous annuel majeur, un événement pourtant considéré par la communauté wahhabite comme une innovation dans l’islam ; elle ne s’associe d’ailleurs guère à sa célébration. La cérémonie du Maouloud avait lieu auparavant dans le stade Modibo Keïta de Bamako, de 25 000 places. Depuis quelques années, l’affluence des fidèles du ‘’Guide’’ Haïdara est telle qu’il se déroule désormais dans le stade du 26 mars, d’une capacité de 60 000 places. Celui-ci peine d’ailleurs à accueillir la totalité des fidèles. Un grand nombre d’entre eux est contraint de rester aux abords du stade, où sont installées des enceintes permettant de suivre l’intervention du ‘’Guide’’ de l’extérieur.

Nonobstant les efforts de sensibilisation et de dissuasion des autorités, la célébration du Maouloud, dans un stade du 26 mars saturé ne fut pas déprogrammée et s’est tenue à la date préalablement indiquée. L’attitude des autorités étatiques a été interprétée comme étant antimusulmane, et Chérif Ousmane Madani Haïdara s’est empressé de mettre en garde le pouvoir contre les intimidations et menaces qui auraient été formulées à son endroit. Il expliqua aux dirigeants maliens qu’aucune menace ne saurait constituer un frein à l’islam. Devant une foule surexcitée, dans un stade du 26 mars comble, il rejeta les recommandations des autorités maliennes, en les qualifiant d’intimidations, et enjoignit ses très nombreux soutiens de les dénoncer. L’occasion était belle pour le « Guide » d’Ançar Dine de charger les autorités, accusées de prévarication. Paradoxalement, comme pour banaliser l’événement, et faisant fi de son ampleur, les mesures de sécurité adéquates semblent n’avoir pas été mises en place par les pouvoirs publics. Ce fut ainsi l’occasion pour Haïdara de rappeler les incidents3  de février 2011, dont la responsabilité avait été imputée à l’Etat. Les différends autour de l’événement ont semblé affaiblir le président Kéita, et renforcé davantage l’engouement autour du Maouloud 2015. La participation a été décrite comme l’une des plus importantes avec 75 000 participants. Tout comme au Sénégal où « les religieux font et défont les rois »4, désormais, au Mali, un homme politique qui ambitionne d’accéder à la magistrature suprême doit au préalable s’assurer du soutien des leaders religieux. Continuer la lecture de Quand les musulmans maliens débattent du djihadisme… Un aperçu

  1. Le Maouloud est la fête qui commémore la naissance du Prophète de l’islam []
  2. La cérémonie d’Al-‘aqiqa (célébrée au septième jour de la naissance) consiste à raser la tête de l’enfant, les cheveux du nouveau-né étant considérés comme impurs, donner en aumône l’équivalent du poids des cheveux en poudre d’or ou la valeur en argent (monnaie), faire des prières appropriées pour le nouveau-né, rendre public le prénom qu’on lui a choisi et, enfin, faire un sacrifice, un mouton si le nouveau-né est une fille, deux si c’est un garçon. Celui-ci peut également être circoncis au septième jour de sa naissance ou ultérieurement []
  3. A la fin du prêche tenu par le ‘’Guide’’ Haïdara,  en février 2011, trente-six personnes avaient trouvé la mort, et soixante-quatre autres blessées dans une bousculade. Ces incidents sont survenus malgré une sécurité assurée par l’Etat. Chérif Ousmane Madani Haïdara, en réaction au drame, a expliqué que les huit années qui ont précédé, la question de la sécurité avaient été prise en charge par son mouvement, qui faisait appel à des membres de la police nationale (moyennant rétribution), sans qu’il ne se produise aucun incident. Il a ainsi pointé du doigt les membres de la sécurité nationale, en expliquant qu’il est plus difficile de maîtriser 50 jeunes dans une boîte de nuit que des milliers de fidèles sur un lieu de prêche. Ces derniers, selon lui, « sont strictement attentifs à notre écoute, ils agissent conformément à nos recommandations, et ne sauraient donc être la source d’aucun débordement ». []
  4. Wane B., 2010, L’islam au Sénégal, le poids des confréries ou l’émiettement de l’autorité spirituelle, Thèse de doctorat de l’université  de Paris-Est, (Sociologie/Anthropologie), 579 p. []