Tous les articles par aricard

dr au cnrs ( émérite)

Remarques sur le lancement de l’Idaf : Institut des Afriques ou musée de la colonisation ?

Une belle soirée au Rocher de Palmer1, un magnifique programme musical et chorégraphique illustrant la créativité des artistes des Afriques qui travaillent chez nous, à Bordeaux et en Aquitaine, un public réceptif, un soutien confirmé du président de la Région qui a été avec nous depuis le début, mais puis-je, sans vouloir gâcher la fête, exprimer une réserve ? Pascal Blanchard, emporté par sa verve, a semblé oublier qu’il était là pour lancer un institut des Afriques et pas un musée de la colonisation, dont il a déploré à juste titre l’absence en France. Il est bon de rendre conscients de ces absences ! Puis-je me permettre de noter que l’orateur a tout axé sur le la clarification des enjeux mémoriels, ce qui n’est qu’une partie de l’Institut : n’oublions pas que notre projet doit s’appuyer sur une base scientifique originale et reconnue pour pouvoir intervenir dans le champ culturel et politique. Il est bon que de tels débats entrent dans le grand public, dans la grande salle du Rocher, mais il faut les mener dans le respect des divers partenaires. L’Institut a une forte composante universitaire et scientifique, qui ne doit pas rester discrète et qui en est le socle : c’est justement pour ces échanges, ces projets en communs, ces débats avec la société  » civile » qu’il a été créé. Il doit construire une connaissance fiable sur l’Afrique, grâce au CNRS, et à une coopération internationale, européenne en particulier. L’Institut doit produire des travaux et des œuvres pour que nous puissions, ensuite, médiatiser ce travail ; tous ces points ne concernaient que peu l’orateur et je le déplore : il n’a même pas semblé entendre une question sur ce point. L’histoire de l’Afrique ne commence pas avec les entreprises coloniales françaises.

Cette réduction de l’intérêt de connaissance à notre place en Afrique est une erreur de perspective. En somme, il convient de pouvoir raconter l’histoire de l’Afrique depuis longtemps, et pas seulement l’histoire coloniale.

Les études sur l’Afrique, l’africanisme en somme, les voies qu’il a ouvertes, les impasses dans lesquelles il s’est engagé, la difficulté à trouver un langage pour faire partager ses questionnements sont aujourd’hui un terrain d’interrogations épistémologiques. Il nous faut une démarche de recherche qui n’hésite pas à prendre des risques, à dialoguer avec les sujets de ses investigations, à remettre en cause nombre de propositions qui fondèrent les épistémologies racistes. Le nouveau siècle offre un vaste champ à nos enquêtes et de nouveaux chercheurs proposent un nouveau regard sur les questions africaines ; certains sont parmi nous ! Continuer la lecture de Remarques sur le lancement de l’Idaf : Institut des Afriques ou musée de la colonisation ?

  1. Salle de spectacle situé à Cenon, près de Bordeaux. []

Traduire Mofolo

tombe Mofolo
tombe Mofolo

La tombe de Thomas Mofolo (1876-1948) est située à Teyateyaneng, une ville près du pont de Peka, poste frontière très fréquenté par les travailleurs migrants du Lesotho. Sa famille y gère un supermarché. Mofolo repose derrière le supermarché, au milieu des détritus. L’auteur du roman Chaka (Galimard, 1939, 1982), célébré encore il y a peu dans son discours de Nobel par Le Clézio, n’est pas vraiment reconnu chez lui : mais comment « reconnaître » un écrivain ? Il y a bien un prix Mofolo…

Antjie Krog est née non loin de là, à Kroonstadt, en 1952. En 1972, elle a publié son premier volume de poèmes en afrikaans. Georges Lory en a donné un recueil en français, traduit directement de l’afrikaans. Entre 1996 et 1998, elle a couvert, en tant que journaliste de radio, les auditions de la commission « Vérité et Réconciliation ». Elle en a tiré un livre bouleversant en 1998, Country of my skull, devenu un best-seller international (en français : La douleur des mots, 2004) et un film. Elle continue à écrire des poèmes; elle a traduit Mandela en afrikaans, a réfléchi sur ce que c’était que traduire en  » africain » (afrikaans) la prose et la pensée de ce grand Africain. Son travail de poète est aujourd’hui tout entier tourné vers la question de la traduction, qui est pour elle un geste politique dans la situation sud- africaine (et je dirai africaine).

supermarché Roma
supermarché Roma

Continuer la lecture de Traduire Mofolo

Quelques réflexions sur la pratique religieuse dans « l’âge séculier »…

Le soupçon actuel contre toute entreprise teintée de religion participe de l’attitude d’une modernité imbue de rationalité triomphante. Il est à la racine de nombreuses attitudes hostiles aux chrétiens, comme si leur foi était le symptôme d’une légère arriération intellectuelle. L’excellent livre de J. Habermas, Entre naturalisme et religion (Paris, Gallimard, 2008) abonde en analyses de ces questions et dit avec clarté ce qu’il faut sur ces points. Il argumente de façon convaincante sur la légitimité politique des traditions religieuses dans le débat démocratique. La partie n’est pas gagnée dans notre pays, encore marqué par les combats entre l’Eglise et la République. Le pouvoir de l’Eglise de représenter une grande tradition spirituelle est méprisé par nombre de nouveaux politiciens. En témoigne la façon dont les représentants des cultes furent traités lors des auditions sur la nouvelle loi sur le mariage à l’Assemblée nationale française en janvier 2013.  Comme si leur audition était en quelque sorte une faveur ou un exercice convenu, considéré avec condescendance par les représentants du peuple dont l’autorité viendrait d’une série d’énoncés dogmatiques détachés de toute référence à une transcendance. En somme une laïcité dont le contenu serait l’exclusion de la religion. Un entretien entre Joseph Ratzinger et Jurgen Habermas (Esprit, 2003) nous donne les termes du débat. Aussi l’irruption des religions, par exemple de dignitaires en costume, dans l’espace public, serait vécue comme illégitime. Ne confondons pas tout : la loi en a contre l’ostentation, pas contre la monstration. Nous avons écrit à notre nouvelle députée, élue huit mois auparavant, qui n’a pas daigné nous répondre.

 L’incroyance est aujourd’hui comprise par un grand nombre de nos contemporains comme un aboutissement de la rationalité1. Une vision linéaire de l’histoire et du progrès règne mais elle est bien datée, à l’ère de la physique quantique ! Continuer la lecture de Quelques réflexions sur la pratique religieuse dans « l’âge séculier »…

  1. C. Taylor, L’âge séculier, Paris, Seuil, 2011, p. 471. []