Tous les articles par Alice Corbet

Le « mot de trop » de Ban Ki-Moon : le retour de la question du Sahara occidental sur la scène internationale.

Alice Corbet, Les Afriques dans le monde

6 mars 2016. Ban Ki-Moon, le Secrétaire général des Nations Unies, revient d’une visite dans les camps de réfugiés sahraouis. C’est son premier passage dans la zone. Il s’est même rendu à Bihr Lahlou, une localité de la « zone libérée » (selon la terminologie indépendantiste) par le Front Polisario. A Alger, lors d’une élocution sur la situation des réfugiés, à travers une petite phrase et par l’usage d’un seul mot, il va raviver les discussions autour du conflit du Sahara occidental. Touché par les conditions de vie des réfugiés, il y déclara : « J’ai été très attristé de voir autant de réfugiés et particulièrement des jeunes qui y sont nés. Les enfants qui sont nés au début de cette occupation ont désormais 40 ou 41 ans. Soit quarante ans d’une vie difficile. Je voulais vraiment leur apporter l’espoir que ce n’est pas la fin du monde pour eux  ».

Au-delà de la visite en elle-même, qui révoltait déjà le makhzen  (nom donné aux institutions régaliennes marocaines), le Maroc réagit vivement au terme « occupation ». Il serait « inapproprié politiquement » et « une insulte pour le gouvernement et le peuple marocains », selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères publié le 8 mars. Par la voix de son agence de presse, Rabat dénonça « avec une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés » de Ban Ki-Moon. Le 13 mars, une manifestation importante fut organisée à Rabat : elle réunissait, selon le dénombrement très certainement surestimé de l’Agence marocaine de presse, 3 millions de personnes. 84 membres marocains du personnel de la Minurso (la Mission des Nations Unies pour l´organisation d´un référendum au Sahara occidental) quittèrent leur poste 17 mars, et le royaume annonça le retrait de sa contribution de 3 millions de dollars à la mission de maintien de la paix. Enfin, le Maroc menaça de réduire sa participation aux opérations de paix de l’ONU, alors même que des centaines de ses « hommes en uniforme » participent à ces dernières à travers le monde, ayant parfois un rôle majeur comme au Congo ou en Côte d’Ivoire.

On ne reviendra pas ici sur l’origine du conflit du Sahara occidental et les évolutions auxquelles il a donné lieu1. On peut cependant rappeler que, installés depuis 40 ans, les camps de réfugiés sahraouis se situent à l’extrême Sud-Ouest de l’Algérie. Ils sont issus de la rivalité opposant le Maroc au Front Polisario au sujet du territoire de l’ancien Sahara espagnol. Le Maroc revendique ce territoire, l’ancrant dans l’imaginaire du Grand Maroc, qui considère que le royaume s’étend jusqu’au fleuve Sénégal. De fait, après la décolonisation espagnole et la Marche Verte de 1975 lors de laquelle des milliers de marocains vinrent s’installer dans ce qui fut appelé « Les Provinces du Sud », le royaume marocain a administré le territoire. Le Front Polisario conteste ce point de vue et considère que les Sahraouis devraient habiter un pays indépendant. Dans cette optique, une république a été décrétée en 1975, la République arabe sahraouie démocratique (RASD), actuellement sans territoire et en exercice dans les camps de réfugiés. Séparant les deux parties, un mur de 2700 km de long, dit « Mur de défense » ou « Mur de sable », a été construit par les Marocains en 1980, ce qui aboutit notamment à un cessez le feu en 1991, et à la mise en place de la Minurso par l’ONU, en tant que mission d’observation et de maintien de la paix.

Pendant ce temps, de nombreuses tractations diplomatiques furent mises en œuvre, l’ONU proposant d’abord la tenue d’un referendum d’autodétermination, avant que le Maroc lui soumette un plan d’autonomie pour la région. Toutes ces solutions furent rejetées, pour diverses raisons liées au corps d’électeurs potentiels ou aux modalités d’indépendance du territoire. Au niveau des alliances stratégiques, l’Algérie soutient la RASD, tout comme certaines nations « amies » et l’Union africaine (ce qui explique que le Maroc n’en est pas membre). A l’inverse, de nombreux pays confortent le Maroc, dont la France qui s’oppose à toute résolution de l’ONU sur le cas sahraoui en usant de son droit de véto. Retenons surtout que les deux parties campent sur leurs positions depuis quarante ans, avec maints jeux d’influence de part et d’autre, par le biais des campagnes de propagande, mais aussi d’intimidations (rejet de la communauté si quelqu’un se positionne « chez l’ennemi ») ou d’incitations (distribution d’un poste professionnel avantageux si une prise de position est affirmée publiquement). Continuer la lecture de Le « mot de trop » de Ban Ki-Moon : le retour de la question du Sahara occidental sur la scène internationale.

  1. On renverra donc à quelques articles ou ouvrages portant sur la question, tels que :  Caratini Sophie, 2003, La République des sables. Anthropologie d’une révolution, Paris : L’Harmattan ; Mohsen-Finan Khadija, Sahara Marocain : Les Enjeux d’un conflit régional, Paris : CNRS éditions,‎ 1997 ; Gaudio Attilio , Les Populations du Sahara Marocain : Histoire, Vie et Culture, Paris : Karthala,‎ 1993 ; Hodges Tony , Sahara Marocain : Origines et Enjeux d’une guerre du désert, Paris : L’Harmattan,‎ 1987. []

Rapports de couleur et de pouvoir en Haïti

« Eh blan ! Eh blan ! ». Ainsi peut-on être interpellé en Haïti. Plus tard, on entend dans la rue deux Haïtiens ne se connaissant pas qui s’interpellent : « Eh, nèg la ! » (« Eh, le nègre ! »). Quant aux personnes à l’épiderme café-au-lait, il n’est pas rare que leur surnom soit « Piti blan » (petit blanc).

Pour celui venu d’ailleurs, ces termes de blans et de nègs donnent un sentiment de malaise, car ils sont basés sur la couleur de peau, d’évocation péjorative et raciale. Pourtant, en créole haïtien, leur signification mérite d’être explicitée : tout aussi connotés, ils le sont différemment. Et ils incarnent de manière crue la réalité d’une société fortement hiérarchisée. Il faut admettre cette polysémie délicate, référant à la fois une entité (une communauté par exemple, ou les êtres humains en général), une couleur (dont les déclinaisons sont multiples et alliées à des traits physiques), et une position sociale admise en fonction de la perception du corps de l’autre. Tentative de décryptage, appuyée sur mes expériences de terrain et l’ouvrage de Micheline Labelle1.

En créole haïtien, blan est un terme utilisé pour désigner ceux qui ne sont pas Haïtiens, les étrangers. Le blan n’est pas celui qui a une couleur de peau pâle, mais celui qui vient d’ailleurs ou, plutôt, qui n’est pas Haïtien. Celui qui n’a pas les codes d’Haïti, qui ne parle pas sa langue, qui ne s’inscrit pas dans une communauté culturelle fondée sur l’histoire et le partage d’un pays aux journées souvent difficiles. On peut donc être afro-américain, malien, ou japonais, et être blan.

Mais il y a une autre dimension au terme blan, bien reliée à la couleur de peau.

Dans une étude intitulée « Idéologie de couleur et classes sociales en Haïti », Micheline Labelle a repéré plus de vingt termes permettant de déterminer les « caractères » d’une personne, en fonction de la qualité de ses cheveux, de ses traits, et de sa couleur de peau (et plus de 70 termes « dérivés »). Les plus classiques sont le noir, le marabout, le brun (à la connotation valorisée), le griffe, le grimaud (terme péjoratif), le mulâtre, le quarteron, le blanc.

On dira la plupart du temps d’un Haïtien noir qu’il est nèg (du français nègre, lui-même issu de la racine latine niger « noir »). Le nèg désigne, de manière générale, l’être humain. On entend souvent parler de belle négresse, par exemple. Le nèg a également, la plupart du temps, des « caractères » noirs (cheveux crépus, traits épais, couleur foncée). Le nèg môrn est celui qui, venant des montagnes, est peu éduqué ; à l’inverse du gran nèg qui a du prestige et fréquente les bourgeois. Ces derniers sont très souvent métisses et blan dans les attitudes. Et bien qu’un blan soit forcément un nèg, car un être humain, on l’appellera toujours blan. Continuer la lecture de Rapports de couleur et de pouvoir en Haïti

  1. Micheline Labelle, Idéologie de couleur et classes sociales en Haïti, Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal, 1987 []

Jours (trop) tranquilles en Haïti

La capitale haïtienne, Port-au-Prince, est bercée nuit et jour de chansons de bruits. La nuit se partage entre aboiements intempestifs et coqs en concurrence. L’aube se lève au son des prières et des balais qui s’activent près des cuisines déjà en ébullition. Puis, la chaleur du jour laisse se déployer, à travers la tentaculaire agglomération, les engins motorisés de toutes sortes, pétaradant, klaxonnant, diffusant souvent des décibels : moto taxis, tap-taps (petits transports collectifs), voitures particulières, camions citernes d’eau, blindés de la Minustah (Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti), 4X4 blancs des ONG… Le nuage de poussière et de pollution s’élève alors au-dessus de la ville, et enveloppe tout un monde humain foisonnant dans les interstices de la ville : petites marchandes de rue, vendeurs ambulants, écoliers en costume, porteurs d’eau… Ce rythme trépidant semble ne s’arrêter jamais, écrasé de chaleur, bruyant, dynamique, jusqu’à ce que la soirée amène un peu de fraîcheur et de repos.

Mais ces lundi 9 et mardi 10 février 2015, tout est calme. Grève générale, ville morte. Pas de klaxons, pas de sourde rumeur de la ville, pas de nuage de pollution. Seuls les piétons se risquent dans les rues. Quelques voitures s’aventurent dehors mais rentrent bien vite au bercail. La ville semble retenir son souffle. Pourquoi cette grève, pourquoi cette crainte ? Continuer la lecture de Jours (trop) tranquilles en Haïti