A propos de José Capela (1932-2014), historien de l’esclavage dans l’océan Indien

L’historien portugais José Capela est mort le 13 septembre 2014 à l’âge de 82 ans. Spécialiste du Mozambique de l’époque moderne et contemporaine, il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages dont beaucoup font autorité en ce qui concerne l’histoire de l’esclavage. De son vrai nom José Soares Martins, il a d’abord été journaliste dans la ville de Beira durant les années 1960. Il dirigeait alors le Diário de Moçambique sous la responsabilité éditoriale de l’évêque progressiste de la ville Soares de Resende. Egalement responsable du  périodique Voz Africana, il avait au début des années 1970 eu l’initiative de publier les lettres des lecteurs africains de cette publication. Celles-ci traduisaient, en pleine guerre de décolonisation, un véritable malaise.

Auteur engagé, il a fait paraître plusieurs ouvrages anti-colonialistes dont certains ont circulé clandestinement avant d’être publié au Portugal après la Révolution des Œillets. Resté au Mozambique en tant que conseiller culturel (de 1977 à 1996), il s’est ensuite attelé à des recherches historiques qui ont porté principalement sur la structure de la traite esclavagiste luso-brésilienne ou encore sur l’histoire sociale des négriers présents au Mozambique, au Portugal, au Brésil.  

Il y a plusieurs années, Isabel Castro Henriques a rendu un hommage savant aux apports de Capela dans un numéro de la revue Africa Studia, auquel nous renvoyons1. Elle notait qu’avant lui, les chercheurs avaient trop négligé le versant indianocéanique du trafic négrier portugais. A cette occasion, Capela a été l’un des rares spécialistes du monde lusophone (avec son collègue Eduardo Medeiros) à avoir dialogué avec des collègues francophones qui travaillaient sur la région du canal du Mozambique. Son étude de la traite en direction des Mascareignes2 est à ce titre un précieux pendant aux travaux pionniers de Jean-Michel Filliot et d’Hubert Gerbeau.

Membre actif du Centre d’études africaines de l’université de Porto depuis 1996, Capela a légué en 2003, à cette institution, sa très riche bibliothèque personnelle (http://ler.letras.up.pt/uploads/ficheiros/4455.pdf) qui intéressera aussi bien le spécialiste de l’esclavage et de la traite que l’historien du Mozambique colonial.

Didier Nativel

Chercheur à LAM

  1. Isabel Castro Henriques, « A revisão da escravatura e do tráfico negreiro em Moçambique na obra de José Capela », Africa Studia, n°5, 2002, p. 213-226. []
  2. « O tráfico de escravos para o Índico, 1720-1902 » publié dans son ouvrage : O escravismo colonial em Moçambique, Porto, Edições Afrontamento, 1993, p. 75-132. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *