Une succession en faux-semblants

Par Daniel Compagnon, chercheur au Centre Émile-Durkheim, auteur de A Predictable Tragedy: Robert Mugabe and the Collapse of Zimbabwe (University of Pennsylvania Press, 2011, 333 p.).

 

Source de l’image : http://www.zimbabwesituation.com/news/zimbabwes-inauguration-best-black-friday/

Cette image anonyme, relayée sur les réseaux sociaux le week-end dernier, illustre avec ironie le scepticisme d’une partie des Zimbabwéens à l’égard du nouveau président, lequel proclame pourtant l’avènement d’une nouvelle ère pour ce pays d’Afrique australe ruiné par la mauvaise gestion et la corruption qui caractérisaient le gouvernement de Mugabe ; mais aussi, implicitement, elle traduit un regard critique quant à la nature du processus qui a mené à ce dénouement.

Beaucoup de médias occidentaux ont voulu voir dans les évènements déclenchés le 15 novembre un coup d’Etat militaire dirigé contre l’ancien président Mugabe. Ils ont en outre déduit des manifestations de rue à Harare et Bulawayo, le samedi 18, que l’armée avait le soutien de la population. Et c’est donc ce qui aurait conduit logiquement le vieux leader, lâché par tous, à jeter l’éponge le mardi 21 novembre, à l’orée d’une procédure de destitution par le Parlement devant sceller son sort. Certains journalistes ont même risqué une analogie sans fondement avec les révolutions « de couleur » dans l’est de l’Europe.

Lutte de factions et « révolution de palais »

Or, les faits ne concordent guère avec cette interprétation. Nous avons plutôt assisté à un épisode, plus violent que les précédents et cette fois décisif, de la lutte de factions au sein de la Zimbabwe African National Union- Patriotic Front (ZANU-PF), selon une dramaturgie politique qui dure depuis trois décennies et dont l’enjeu a toujours été la succession du leader historique du pays. C’est donc au mieux une « révolution de palais » qui a conduit Emmerson Mnangagwa, limogé de son poste de vice-président par Mugabe le 6 novembre, à prêter serment pour remplacer ce dernier le 24, devant l’ensemble des cadres civils et militaires du parti, y compris les généraux instigateurs du faux putsch, et d’une foule de militants – sans que le stade soit aussi rempli que les prises de vues de la Zimbabwe Broadscasting Corporation ? le laissaient croire. Le ralliement express de l’appareil ZANU-PF dès le 19 – une semaine après avoir tout aussi unanimement approuvé la disgrâce de Mnangagwa -, une fois les membres de la faction G40 de Grace Mugabe arrêtés ou en fuite, avait déblayé le terrain en actant la modification des rapports de force. En quittant le pays après son limogeage, soi-disant par crainte pour sa vie, Mnangagwa avait alors promis de revenir en triomphateur et il a manigancé depuis l’Afrique du Sud l’ensemble du processus avec le général Chiwenga, chef d’état major des forces de défense.

Les militaires n’ont d’ailleurs pas déposé Mugabe, ils l’ont assigné à résidence pour son bien.  Mais ils ont neutralisé les partisans de Grace Mugabe, y compris dans la police (en particulier dans les forces anti-émeutes et la police politique – CIO), tandis de leurs alliés de l’association des vétérans de la guerre de libération précisaient qu’il s’agissait de « rectifier » la ligne du parti. C’est le président de cette association Christopher Mutsvangwa, ancien ministre et ancien ambassadeur du Zimbabwe en Chine, homme lige de Mnangagwa depuis toujours, qui a le premier demandé publiquement la démission de Mugabe et appelé la population à manifester le samedi. Ce sont des caciques du parti, dont le sinistre Patrick Chinamasa, ancien Attorney Général ayant justifié toutes les violations des droits de l’Homme et toutes les violences des années 2000, qui tenaient la tribune à Harare et haranguaient la foule contre les « abus » de Mugabe et de la faction G40… Images surréalistes de piliers du régime depuis trente ans se donnant des airs de révolutionnaires !

L’ensemble de la « crise », qui démarra avec conférence de presse du général Chiwenga le 14, explicitement politique et menaçante – un fait sans précédent dans l’histoire du pays – et se termina avec la démission de « Bob », n’a duré qu’une quinzaine de jours. L’entêtement de ce dernier a été surmonté par de multiples pressions, mais aussi la garantie de l’immunité contre toute poursuite et un substantiel « package » financier resté secret. Mugabe et sa femme pourront couler une retraite heureuse dans leur ferme de Zvimba. Lui conserve son statut de héros national et reste pour Mnangagwa, « un père, un mentor, un frère d’armes et mon leader » (cf. son discours d’investiture), dont la date de naissance est érigée en jour férié chômé, dans le premier acte de gouvernement du nouveau président.

Purges et continuité

Officiellement, il n’y a donc pas eu de rupture de l’ordre constitutionnel. Le gouvernement sud-africain dûment briefé par Mnangagwa et assuré qu’il ne serait pas porté atteinte aux personnes du président et de sa femme, a gardé profil bas sur toute la séquence, dans une posture de médiateur. La Southern African Development Community (SADC) a avalisé le passage de témoin, la plupart des chefs d’Etat voisins étant soulagés d’être débarrassés d’un leader historique encombrant,  aussi imprévisible qu’intouchable. Il n’y a plus guère que les dirigeants namibiens qui aient voulu témoigner leurs regrets au président déchu…

Soulagement également dans les chancelleries occidentales, qui voyaient déjà dans le Mnangagwa ministre de la Justice du milieu des années 1990, un « modéré », un « réformiste », faisant un successeur très présentable et policé. A l’époque comme maintenant, le rôle éminent joué par l’ancien chef de la police politique de la guérilla puis du Zimbabwe indépendant, en tant que ministre de la Sécurité d’Etat ayant coordonné les forces de sécurité et donc supervisé les crimes contre l’humanité commis au Matabeleland entre 1982 et 1987, est balayé du revers de la main. La realpolitik est toujours le masque de la médiocrité.

La ZANU-PF est reprise en main, tandis que la purge se poursuit en mode mineur : l’ancien ministre des Finances, Ignatius Chombo, proche de Grace et parent de Mugabe, est détenu et poursuivi pour corruption – ce qui pourrait prêter à rire tant cette addiction est largement partagée par tous les cadres du parti y compris les vainqueurs du jour. Le leader de la Ligue de la jeunesse de la ZANU-PF, Kudzanai Chipanga, qui avait organisé les meetings où Mnangagwa était conspué et avait critiqué publiquement l’action de l’armée, subit le même sort. De plus, cette faction G40 réunissant de nombreux opportunistes, à l’instar du ministre de l’Information Jonathan Moyo en fuite – ancien allié de Mnangagwa en 2002-2004 – n’avait guère eu le temps de s’enraciner dans le parti, étant donné l’ascension éclair de Grace qui accéda à la tête de Ligue des femmes ZANU-PF en 2014 seulement. Sa grande force et son talon d’Achille était l’appui croissant de Mugabe. L’autre grande faction rivale menée par Joyce Mujuru, femme de l’ancien ministre de la Défense et ancien chef de la guérilla (Rex Nhongo pendant la guerre), ancienne présidente de la Ligue des femmes du parti et ex-vice-présidente de l’Etat, avant d’être déchue de toutes ses fonctions et expulsée ignominieusement du parti en 2014, a été purgée à cette époque avec l’approbation de Mnangagwa. Il ne subsiste donc guère d’obstacle à la prise de contrôle totale de la ZANU-PF par ce dernier, pour en faire l’instrument de son pouvoir personnel, à l’image de son modèle.

Comme l’a annoncé Chinamasa, pas besoin de gouvernement d’unité nationale avec l’opposition, puisque la ZANU-PF dispose d’une majorité écrasante au Parlement et que la grande majorité des ministres et des députés ont pris très vite le sens du vent. En revanche, l’inclusion de « technocrates » issus du secteur privé – souvent anciens compagnons de route du parti – serait du meilleur effet vis-à-vis des bailleurs de fonds pour obtenir l’aide étrangère et redresser les finances désastreuses du pays. Il s’agit en effet de tenter de relancer l’économie pour combattre le chômage massif, ou du moins d’en donner l’impression, et cela avant les élections de septembre 2018, pour pouvoir l’emporter avec un semblant d’adhésion populaire face à une opposition fragmentée, en réduisant ainsi, autant que possible, la part de l’inévitable fraude électorale. Une victoire nette et point trop contestée servirait la légitimation d’une ZANU-PF relookée. Pour le reste, la même culture politique de violence et d’impunité, le même réseau de pouvoir qui traverse l’appareil d’Etat et l’économie, le même discours selon lequel la participation à la guerre de libération vous donne droit de cuissage sur le pays, la même gouverne patrimoniale qui mine l’Etat qu’on est censé bâtir : Mnangagwa est l’héritier d’un système qu’il cherchera à maintenir en l’actualisant.

Il ne s’est donc (presque) rien passé au Zimbabwe dans les dernières semaines : un vieillard diminué, manipulé par son ambitieuse épouse, a commis une grossière erreur tactique qui a fait basculer ses soutiens. Une figure historique de la lutte nationaliste, qui avait depuis longtemps passé sa date de péremption, a été – enfin – mise au rancart sans coup férir. Le business peut reprendre et le nouveau PDG de ZANU-PF.Inc va tâcher de redresser le cash flow. Pour combien de temps ?

 


Une réflexion sur « Une succession en faux-semblants »

  1. Merci pour cette (re)mise en perspective de la révolution de palais zimbabwéenne. On aurait aimé, puisque c’est bien là que les informations manquent finalement le plus, en savoir un peu plus sur cette opposition fragmentée, puisqu’on ne connaît souvent que la figure de Morgan Tsvangirai et son MDC. Un autre billet pour nous éclairer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *