Israël et l’Afrique : un (petit) pas en arrière sur le chemin du retour

Salim Chena, LAM/Sciences Po Bordeaux

Le report du premier Sommet Afrique-Israël, qui aurait dû se tenir entre les 23 et 27 octobre à Lomé (Togo), éclaire une dimension peu traitée des relations de l’Afrique avec le reste du monde, tant sur les plans historiques que dans l’extraversion des politiques extérieures des Etats africains contemporains. La décision a été prise par Faure Gnassingbé mais aucune partie ne souhaite véritablement en assumer la responsabilité. Le chef d’Etat togolais a effectué une visite privée en Israël au début du mois d’août, avant d’ajourner indéfiniment l’évènement le 12 septembre. De prime abord, cela peut apparaître comme un revers pour la politique africaine d’Israël, qui tente comme d’autres pays d’obtenir une part de la  « croissance africaine » ; mais l’annonce de cette décision est aussi une nouvelle manifestation des turbulences diplomatiques liées à la position d’Israël dans la communauté et le système international. Le retrait conjoint d’Israël et des Etats Unis de l’Unesco illustre tout autant les difficultés d’Israël dans les institutions multilatérales qui, pour l’Etat hébreu, l’obligent à affronter l’hostilité des Etats estimant qu’une résolution du conflit israélo-palestinien est un préalable à sa pleine intégration aux relations internationales. Israël est reconnu par tous les Etats africains, excepté au Maghreb et dans la bande saharo-sahélienne ; un représentant de l’Organisation de Libération de la Palestine a souligné le rôle de ces derniers dans l’annulation du Sommet.

Reflux arabe, succès israéliens

Néanmoins, la décision du président togolais doit se lire également à l’aune de la situation intérieure du régime. Les 6 et 7 septembre dernier ont eu lieu d’importantes manifestations de l’opposition ; les rassemblements se sont poursuivis jusqu’à la fin du mois et une dynamique contestatrice semble s’être engagée avec les marches des 4 et 5 octobre. La contestation est venue d’un projet de révision constitutionnelle qui permettrait au président de rester au pouvoir jusqu’en 2030 après cinq mandats successifs. Les autorités craignaient autant pour la sécurité de la délégation israélienne (si de nouvelles manifestations devaient avoir lieu) qu’elles appréhendaient la réaction d’autres Etats africains au sein de l’Union. D’une certaine manière, l’Afrique est prise entre le renouvellement et la diversification de ses relations extérieures en termes de coopération et d’investissement, et la position historique normatives de nombre de ses Etats et institutions – tirant son origine à l’apogée des politiques de non-alignement. Par l’intermédiaire des Etats maghrébo-sahéliens, reliant géographiquement et politiquement le continent aux Proche et Moyen Orients, et dans le cadre de l’internationalisme afro-asiatique, une partie du conflit israélo-palestinien – lui-même enjeu de la Guerre froide – a impliqué l’Afrique depuis le raid  des forces spéciales israéliennes sur l’aéroport d’Entebbe en 1978 au bombardement du quartier général de l’OLP de Yasser Arafat sur le sol tunisien en 1985.

Sous l’effet parallèle des mutations du conflit israélo-palestinien et de la mondialisation, les relations israélo-africaines s’étaient jusque-là plutôt dépolitisées : « L’achèvement de la « décennie arabe en Afrique subsaharienne » ne sonna pas le glas de la coopération arabo-africaine : il inaugura simplement une ère de pragmatisme politique et économique enjoignant aux pays africains de ménager et de cultiver leurs relations avec Israël tout en se rangeant, au besoin, dans le camp arabe, notamment à propos de la question palestinienne » estime Jean-Baptiste Onana (2006). Le chef de gouvernement israélien n’a pas non plus échappé à ses « tournées africaines » ces dernières années. Devant la Knesset, en juin 2016, M. Netanyahu a dévoilé une carte synthétisant le point de vue du gouvernement sur l’état des relations d’Israël avec le reste du monde. Parmi les pays présentés comme des succès de la politique étrangère du Premier ministre, dix étaient africains[1] : cela peut impliquer notamment la normalisation ou la reprise de relations diplomatiques (Guinée, Sénégal, Tanzanie, Soudan du Sud), des pas vers la reprise de relations diplomatiques (Tchad), la coopération sécuritaire et technologique (Kenya, Rwanda, Ethiopie, Côte d’Ivoire) ou le renvoi de réfugiés dans des pays tiers (Ouganda, Rwanda) ; au travers de sa relations privilégiée avec le Kenya et l’Ouganda, la sécurisation de la Corne de l’Afrique (menant à la mer Rouge) reste sa priorité sur le continent (Butime, 2014).

Les relations israélo-africaines se déploient également dans le domaine spirituel, et trouvent leurs racines dans la reconstruction des identités ethniques et religieuses selon des processus d’appropriation et d’identification culturelles. Du mythe de Noé aux évocations bibliques d’une présence juive oubliée en Afrique, cette dernière n’est pas étrangère à l’imaginaire religieux judéo-chrétien, tandis qu’ « en apportant l’Ancien Testament et en identifiant aux lointains Hébreux les populations qu’ils rencontraient, les missionnaires procurèrent aux Africains les points d’entrée d’une nouvelle histoire des origines. Les interprétations de la Bible fournirent la substance des nombreuses innovations qui conduisirent à l’évolution du monde religieux africain. » (Bruder, 2008, a). Parfois anciennes, des communautés religieuses revendiquent leur appartenance au judaïsme, construisant ainsi des « identités juives en Afrique » à partir de « la réactualisation du mythe de la tribu perdue et retrouvée qui fonde une ascendance et une histoire juive ; [de] la conversion au judaïsme fondée sur l’adoption de l’Ancien Testament ; [et de] l’appartenance à un groupe juif par la filiation physique et l’expérience de la souffrance et de la persécution » (Bruder, 2008b).

Résistible avancée israélienne

Le Sommet Afrique-Israël devait couronner, en l’institutionnalisant, la politique africaine de Benyamin Netanyahu, qui avait lancé, en février 2016, le slogan : « Israël est de retour en Afrique et l’Afrique revient en Israël ». L’annulation de l’événement reste cependant marginale pour un Premier ministre expérimenté mais en situation instable, pris entre les soupçons récurrents, la fragilité des coalitions parlementaires et la situation socio-économique précaire. L’Afrique reste périphérique dans l’univers stratégique israélien, dominé par la dépendance aux aides économique et militaire américaines et plus orienté vers le Golfe persique que la Méditerranée (suite à la normalisation des relations avec l’Egypte et la Turquie). La polarisation des positions internationales autour du conflit israélo-palestinien limite structurellement la politique extérieure de l’Etat hébreu. Or, ce sont les vagues de décolonisation successives de l’ancien Tiers-monde qui ont fait basculer, au sein des institutions multilatérales, les équilibres internationaux autour du conflit irrésolu le plus ancien[2]. La reconquête de cet espace diplomatique – qui lui était acquis avant la fin des années 1960 – s’annonce plus compliquée qu’espérée. Inversement, le conflit israélo-palestinien lui-même n’est pas influencé par les développements internes à l’Afrique, dans la mesure où il n’est plus internationalisé. Pour les relations extérieures africaines, Israël est un partenaire supplémentaire permettant de maximiser les gains relatifs de la coopération en officialisant l’entrée d’un nouvel acteur.

Les relations bilatérales bâties patiemment survivent, cependant, à cette décision togolaise ; la « multilatéralisation » de la relation israélo-africaine attendra. Les menaces terroristes, notamment en Afrique orientale, constituent un canal d’échanges et de coopération déjà exploité par Tel Aviv. M. Netanyahu est aussi le seul chef d’Etat non-africain à s’être exprimé lors d’un Sommet officiel de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), à Freetown (Sierra Leone), en juin 2017 – non sans susciter des protestations ailleurs sur le continent. Les compétences israéliennes dans le développement agricole, l’eau, la réaction d’urgence (exfiltration des Falachas, les juifs d’Ethiopie, en 1984 et 1991, aide lors des inondations de Freetown en 2017), le diamant ou la coopération militaire restent présentes en Afrique. L’Ouganda et le Rwanda acceptent des réfugiés expulsés d’Israël en échange d’armes, d’entraînements et de fonds.

La résilience de l’unilatéralisme, le choix de la défection aux régimes internationaux ou la défaillance des organisations, en politique internationale, ne signifient pas l’arrêt de toute coopération, échange ou dialogue. Quant à la politique extérieure israélienne, elle cherche à former des coalitions dans les institutions internationales, particulièrement dans la galaxie onusienne. Pour Tel Aviv, l’enjeu est aussi de retrouver son siège d’observateur à l’Union africaine – que Mouammar Kadhafi lui avait retiré en 2002 à la fondation de l’organisation. La tenue, même ponctuelle, d’une réunion internationale englobant l’ensemble de l’Afrique et des institutions et entreprises israéliennes aurait nécessité l’existence d’une position commune vis-à-vis de l’Etat israélien. Le consensus n’existant pas, les Etats restent libres de reconnaître, coopérer, commercer à des degrés divers : s’il y a bien une politique africaine d’Israël, au-delà des positions étatiques individuelles, il n’y a pas de politique israélienne de l’Afrique.

Références citées :

Herman Butime, 2014, « Shifts in Israel-Africa relations », Strategic Assessment, vol. 17, n°3, pp. 81-91.

Edith Bruder, 2008a,           « Tribus perdues d’Israël en Afrique. La rencontre des Africains avec le judaïsme, jalons historiques », Pardès, n°44, pp. 39-53.

Edith Bruder, 2008b, « Construction d’identités juives en Afrique subsaharienne et modèle judéo-hébraïque », Pardès, n°44, pp. 77-93.

Jean-Baptiste Onana, 2006, « L’Afrique, les Palestiniens et Israël : système à double entente », Outre-Terre, n°14, pp. 393-401.

[1]Ethiopie, Ouganda, Rwanda, Kenya, Tanzanie, Guinée, Tchad, Soudan du Sud, Zambie et Côte d’Ivoire.

[2]Tous les Etats d’Afrique reconnaissent l’Etat palestinien (excepté le Cameroun).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *