Quand le cours du cacao provoque des mutineries en Côte-d’Ivoire

C. BOUQUET
Les Afriques dans le monde
23 juin 2017

La mondialisation ne cesse d’étonner. On savait que les fluctuations du cours du riz au Chicago Board of Trade pouvaient se répercuter en moins de 24 heures sur les marchés d’Antananarivo. Mais on n’avait pas encore imaginé que l’effondrement du cours du cacao pourrait avoir un rapport avec la colère des soldats ivoiriens, alors même que les planteurs se résignent à leur sort.

Il est vrai que la Côte-d’Ivoire est bien placée pour illustrer cet apparent paradoxe : c’est, d’une part, le premier producteur mondial de cacao et, d’autre part, c’est un État qui n’a jamais été porté sur la chose militaire. On se souvient que le président Félix Houphouët-Boigny, au moment des indépendances en 1960, avait préféré déléguer la défense de son pays à l’armée française plutôt que prendre le risque de nourrir chez ses compatriotes en treillis l’ambition de le renverser.

Cinquante ans après, le camp de Port-Bouët abrite encore plus de 1000 militaires français, censés servir de base arrière à l’opération anti-terroriste Barkhane, tandis que l’armée ivoirienne compte environ 22 000 hommes dont le comportement récurrent semble donner raison aux inquiétudes du « Vieux », puisqu’ils passent beaucoup plus de temps à se rebeller qu’à effectuer, sinon des opérations militaires orthodoxes, du moins des manœuvres d’entrainement de routine.

Il convient aussi de rappeler que cette armée n’a guère de passé fondateur. La maigre troupe tolérée par Houphouët-Boigny s’était embourgeoisée depuis la fin des années 1970 en échappant aux mesures d’austérité exigées par le FMI. Ainsi, les militaires avaient fait partie des « décrochés » de la grille indiciaire de la fonction publique, c’est-à-dire qu’ils continuaient à toucher des salaires confortables pendant que les « raccrochés » voyaient leurs revenus fondre au rythme des mesures d’austérité des PAS (programmes d’ajustement structurel).

Puis les soldats, comme les autres, ont été confrontés à la corruption des élites, et c’est pour protester contre des primes non payées à ceux qui avaient servi en 1998 comme casques bleus en Centrafrique (la MINURCA) qu’ils étaient sortis dans les rues en décembre 1999. Ils ont ainsi découvert l’ivresse du racket et des pillages, puis celle du pouvoir puisque le général Robert Gueï profita de la situation pour renverser le président élu Henri Konan Bédié.

La débandade – au sens militaire du terme – s’accentua en 2002 lorsque certains choisirent de soutenir Guillaume Soro, ex-leader du syndicat étudiant, dans sa révolte du nord qui provoqua une partition du pays pendant près de cinq ans. Lors de l’Accord politique de Ouagadougou (2007) qui réunifia la Côte-d’Ivoire, il fut admis qu’un certain nombre de ces soldats perdus, ainsi qu’un nombre plus grand encore de civils armés pendant la rébellion (soit 8 400 hommes au total) seraient intégrés à l’armée régulière. Mais l’application de cette disposition n’ayant jamais été claire, les intéressés finirent par se signaler lors d’une première « mutinerie » en novembre 2014.

Ceux qui avaient effectivement été intégrés dans l’armée « régulière » réclamaient le paiement de leurs arriérés de salaires pour la période 2009-2011. La promesse de règlement n’ayant pas été tenue, de nouvelles mutineries éclatèrent en janvier 2017, aggravées par des exigences supplémentaires : aux 5 millions de Fcfa (7 600 €) dus au titre de la régularisation, les ex-combattants ajoutaient 7 millions de Fcfa (10 600 €) qu’ils justifiaient par d’autres promesses aussi peu étayées que surréalistes (une villa et une prime dite Ecomog correspondant à des opérations imaginaires).

Et, pendant ce temps-là, plusieurs facteurs se combinaient dans l’ombre de l’économie de marché pour faire dégringoler les cours du cacao : d’abord une surproduction ivoirienne (1,9 million de tonnes, contre 1,5 lors de la précédente campagne) mal compensée par une faible augmentation de la demande, puis une réorientation des spéculateurs qui abandonnèrent certaines matières premières agricoles pour aller faire du profit ailleurs. S’ajoutèrent quelques rumeurs sur le vieillissement des vergers ivoiriens, ou sur la menace du swallen shoot (maladie des cacaoyers), et la tonne de cacao passa de 2 600 livres sterling en juillet 2016 à 1 400 livres en janvier 2017, au moment où les ex-combattants recommençaient à s’énerver.

De telle sorte que l’État ivoirien, privé de l’essentiel de ses recettes budgétaires, n’était plus en mesure de remplir ses promesses et dut proposer un échelonnement des versements : 5 millions en janvier 2017 et 7 millions en mai 2017.

Hélas, comme dans toute fuite en avant, le temps que l’État croyait avoir gagné joua contre lui. Ces millions distribués aiguisèrent en effet les appétits, notamment ceux des ex-combattants qui n’avaient pas été intégrés dans l’armée mais qui avaient été insérés dans le programme DDR (Démobilisation, Désarmement, Réinsertion), c’est-à-dire plus de 60 000 individus. Et, de leur côté, les fonctionnaires rappelaient qu’il subsistait dans leur secteur un stock d’arriérés qu’il serait judicieux de ne pas oublier.

Aussi le mois de mai 2017 était-il attendu avec inquiétude en Côte-d’Ivoire. Incapable de payer les mutins – et a fortiori tous les autres demandeurs – l’État ivoirien tenta de négocier avec les 8 400 ex-combattants un « effacement » de la promesse des 7 millions, car cela représentait près de 90 millions d’euros. Mais les mutins ne l’entendirent pas ainsi et ils exhibèrent un tel arsenal que l’armée « régulière » renonça à les ramener dans les casernes.

Alors il a fallu payer, sans doute en empruntant, mais aussi en réduisant de 5 % des dépenses de l’État dans le budget 2017, et surtout en rabotant sévèrement le prix garanti aux producteurs de cacao, qui passa du jour au lendemain de 1 100 Fcfa le kg bord-champ à 700 Fcfa.

En ce début de grande saison des pluies 2017, les ex-combattants paradent sur des motos flambant neuves, sous les yeux des planteurs de cacao qui, à l’évidence, ne sont pas aussi bien armés pour faire face à l’économie de marché…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *