Conflits armés aux relents de guerre civile dans le centre du Mali

Boubacar Haidara

Alors que les efforts de pacification du Mali s’enlisent dans le septentrion du pays, un nouveau foyer de tensions semble s’être durablement formé dans le centre, donnant régulièrement lieu à des affrontements armés, particulièrement mortels, entre les communautés peule et bambara. Le processus de sortie de crise et de stabilisation du Mali, entamé depuis plusieurs mois entre l’Etat et les groupes armés à l’issue de la crise de 2012, n’a visiblement eu que de très faibles effets jusqu’à présent. Ce qu’on remarque, en revanche, c’est la multiplication des groupes armés aujourd’hui plus nombreux qu’avant la signature des accords de paix, en 2015. En outre, le Mali n’a jamais perdu autant de soldats (victimes d’attaques terroristes) que sous la présidence d’Ibrahim Boubacar Kéita, alors même que son accession au pouvoir, en 2013, avait été vue comme l’amorce de la sécurisation et de la stabilisation du Mali.

Le centre du Mali, un nouveau foyer de tensions

Depuis janvier 2015, 52 attaques (visant militaires et populations civiles, et faisant plusieurs morts) ont à ce jour été perpétrées dans le centre du Mali, par divers groupes armés1. La confusion sécuritaire au nord du pays, qui a abouti à la diffusion des menaces armées dans les régions centre et sud, apparait davantage préoccupante, dans la mesure où elle tend à revêtir des formes de « guerre civile », à savoir un conflit armé opposant diverses ethnies d’une même région. Le constat est qu’aujourd’hui le terrorisme djihadiste s’est durablement implanté dans des régions jusque-là épargnées, avec des communautés entières suspectées, à tort ou à raison, d’en être les bras armés, rendant parfois les rapports interethniques très conflictuels et meurtriers.

Entre le 1er et le 5 mai 2016, dans les localités de Koriguiri et Maleimana (région de Mopti, au centre du pays),  des affrontements intercommunautaires avaient opposé des membres des communautés peules (qui revendiquaient des pâturages) et bambara (qui défendaient des terres supposées être les leurs), faisant une soixantaine de morts parmi les Peuls. Ce conflit, comme d’autres de même nature intervenus précédemment, ont suscité au sein de la communauté peule un sentiment de frustration et d’injustice. Ce sentiment d’injustice, dont les Peuls s’estiment être victimes de la part des Bambaras, a été accentué par l’idée que ces derniers jouiraient du soutien manifeste des autorités administratives et militaires de la région. C’est dans ce contexte de fortes tensions interethniques qu’on assista, le 18 juin 2016, à la création d’une milice d’autodéfense peule dénommée l’Alliance pour la sauvegarde de l’identité peule et la restauration de la justice (ASIPRJ), rejoignant ainsi la liste (déjà très longue) des milices ethniques d’autodéfense qui opèrent un peu partout au Mali. L’ASIPRJ, dès sa création, se fixait pour objectif clair de « rendre justice aux paisibles populations peules du delta central du Mali »2 qui, depuis le début de la crise malienne de 2012, subiraient régulièrement, selon les propos de son leader Sidi Békaye Cissé, « des tortures et des exactions génocidaires » de la part de l’armée malienne.

Les Peuls, les nouveaux djihadistes maliens ?

Le 19 juillet 2016, un attentat contre la base militaire de Nampala faisait 17 morts et 38 blessés parmi les militaires maliens. Une attaque doublement revendiquée par la brigade Macina du groupe djihadiste Ansar Dine3 (Ansar Dine katiba sud) et par Sidi Bakaye Cissé, au nom de l’ASIPRJ. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, les deux groupes armés liés aux attentats de Nampala ne sont pas aussi distincts qu’ils ont pu paraitre au moment des faits. On se rappelle qu’avant son affiliation à la « maison-mère » Ansar Dine, l’actuel Ansar Dine katiba sud, qui opère dans le Macina, se dénommait Front de libération du Macina, et que son chef était le prédicateur peul Amadou Kouffa. Le mouvement se présentait alors comme une milice communautaire, à l’instar de l’ASIPRJ, et poursuivait le même objectif que ce dernier, à savoir la défense des populations peules contre les exactions des militaires maliens et d’autres milices ethniques.

Le Front de libération du Macina, ce groupe armé composé d’anciens membres du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et de quelques éléments d’Ansar Dine, a été lancé en janvier 2015. Sa création aurait pour objectif d’aboutir au rétablissement de l’empire peul du Macina4, cet État théocratique de la fin du XIXe siècle. Depuis sa formation, ses membres ont mené des attaques contre plusieurs localités au centre du Mali : Tenenkou, Dioura, Boulkessi, Gathi-Lemou, Dogofry… « On leur prête aussi une participation à l’attaque de l’hôtel Byblos à Sévaré, qui a fait 4 victimes dans les rangs du personnel onusien »5, le 8 août 2015. La plus emblématique de leur attaque reste cependant celle menée contre la base militaire de Nampala.

La transformation du Front de libération du Macina, une milice communautaire à l’origine, en mouvement djihadiste, combinée à l’apparition de l’ASIPRJ, et leur association dans l’attentat de Nampala, pourraient répondre aux objectifs d’Ansar Dine : d’une part, s’étendre dans le centre du Mali, d’autre part, réorganiser le djihadisme malien en s’appuyant sur les communautés locales à travers une répartition des « zones d’influence : Kidal aux Touaregs, Tombouctou aux Arabes et la région de Mopti-Sévaré aux Peuls »6. Ansar Dine semble y être aisément parvenu dans le centre du Mali, à travers l’instrumentalisation de frustrations communautaires peules. La conséquence en est qu’à l’instar des Touaregs qui ont souvent été, dans leur globalité, assimilés à des rebelles, les Peuls, notamment ceux du Macina, sont eux aussi, le plus souvent sans aucune distinction, suspectés de complicité avec les djihadistes. Fermement convaincus de cette idée, les militaires maliens opérant dans les localités concernées se seraient alors rendus coupables de nombreuses exactions : arrestations arbitraires, vols de bétails, exécutions sommaires… Après la reconquête du Nord-Mali avec l’aide de l’armée française, les soldats maliens « avides de revanche ont exprimé toutes leurs frustrations cédant à plusieurs amalgames, dans la première région réoccupée : le Macina (Centre). Ce qui a alimenté le ressentiment des Peuls à l’égard de tout ce qui représente l’Etat »7.

L’organisation des Peuls en divers mouvements armés est sans doute en partie liée à ce constat. Si certains parmi eux se sont très certainement affiliés au mouvement djihadiste de la Katiba sud d’Ansar Dine pour des raisons idéologiques, d’autres semblent avoir aussi été guidés par leur désir ardent de vengeance à l’encontre des Bambaras et des militaires maliens, faisant ainsi de leur combat « un hybride entre djihad et révolte sociale »8. Amadou Kouffa et les autres islamistes de la région invitent les Peuls à une forme de révolution sociale vis-à-vis de l’Etat et des structures communautaires traditionnelles « quasi féodales »9. Ils parlent ainsi « de libération, d’émancipation et d’épanouissement, cela attire les plus démunis, les pasteurs transhumants et certains marabouts ».10

Le 11 février 2017, un affrontement sanglant a opposé des membres des communautés bambara et peul de Ké-Macina. Le bilan officiel a fait état de vingt morts et dix-huit blessés (il semblerait que les autorités maliennes aient largement minimisé le nombre de victime). A l’origine du conflit, l’attaque d’un commerce tenu par un Bambara par des éléments identifiés comme étant peuls, et fidèles du prédicateur Amadou Kouffa. Ils s’en seraient pris au commerçant qu’ils suspectaient d’être un informateur de l’armée malienne. C’est en représailles de cet incident que des Dozos (chasseurs traditionnels Bambaras) auraient pris pour cible la communauté peule de la commune, n’épargnant ni femmes ni enfants.

La « chasse » aux djihadistes, une opportunité de régler les conflits anciens ?

Derrière les attaques souvent attribuées au groupe d’Amadou Kouffa se dissimuleraient en réalité « des règlements de compte locaux de conflits généralement  anciens, qui trouvent des solutions violentes du fait du retrait des forces de sécurité maliennes et de l’opportunité qu’offrent les groupes djihadistes ou séparatistes (principalement le Mouvement national de Libération de l’Azawad, MLNA) d’avoir accès à des armes. C’est le cas en particulier dans le Hayre à Douentza, où des conflits parfois meurtriers opposent des familles et des clans locaux, certains de l’ancienne aristocratie, d’autres de la jeunesse contestataire, tous avec une implication récente dans la rébellion de 2012 soit aux côtés du MNLA, soit du MUJAO »11.

Les autorités maliennes, quant à elles, se sont fondées sur ce seul constat et ont fermement dénué les heurts intercommunautaires de février 2017 de  toute connotation djihadiste. Elles se sont contentées de mettre les tensions sur le compte « d’affrontements ethniques sur fond de conflit foncier entre agriculteurs (bambaras) et éleveurs (peuls) »12. S’il est vrai que des conflits de cette nature ont, comme précédemment évoqué, souvent opposé les communautés peule et bambara, ils ne suffisent plus à expliquer les dernières violences, d’où leur complexité. La situation est d’autant plus confuse que le rapport (2017) de l’Institut du Macina, quant à lui,  évoque une série de causes aussi différentes les unes des autres, qui seraient sources d’affrontements réguliers entre les communautés. Parmi celles-ci :

  • les attaques ayant des mobiles politiques et dont les auteurs sont relativement bien connus des populations qu’ils sont censés défendre. C’est le cas de Hama Founé et de son groupe qui, malgré  la controverse sur leur passé, passent pour les « avocats » de la cause peule13 ;
  • les activités criminelles de bandes spécialisées dans le vol de bétail, d’engins à deux roues ou dans les braquages de voitures individuelles ou de transport en commun, écumant le Delta, le Kareri et la Vallée du Serpent ;
  • les conflits inter ou intracommunautaires plus ou moins anciens, courants dans la région de Mopti, le plus souvent liés à l’accès et la gestion des bourgoutières14 ;
  • les règlements de comptes liés à des intérêts matériels (trafic d’armes par exemple, détournement de fonds…) ;

On peut ainsi comprendre à quel point il est ardu de faire une distinction claire entre ce qui relève de rivalités ethniques, d’attaques djihadistes, et celles qui sont purement criminelles. Mais il n’en demeure pas moins que la menace djihadiste est parvenue à raviver, et beaucoup plus violemment, les tensions qui ont autrefois souvent opposé les communautés bambara et peule. L’injustice et la frustration ressenties par les derniers et la proximité avérée d’un certain nombre d’entre eux avec des mouvements djihadistes compliquent davantage les rapports interethniques,  et semblent rendre les positions irréconciliables. L’attrait des Peuls pour les mouvements djihadistes pourrait s’expliquer par le fait que leurs leaders, à l’instar d’Amadou Kouffa, ont su apporter une dimension sociale et identitaire au discours religieux austère qu’ils tiennent.

Les tensions récurrentes  dans le centre du Mali illustrent parfaitement la grande difficulté du processus de sortie de crise et de stabilisation du pays. En outre, si les récents affrontement s’avèrent particulièrement mortels, c’est surtout  à cause de la circulation accrue des armes, en raison de la grande insécurité qui prévaut dans le nord, et la facilité à s’en procurer. La faible capacité de l’Etat malien à investir pleinement l’intégralité de son territoire en est aussi une des raisons. Le résultat en est que les conflits explosent et se règlent par les armes sans que les forces de l’ordre, quand elles n’y sont pas elles-mêmes impliquées, n’aient eu le temps ou la volonté d’intervenir.

  1. Source : rapport du Centre pour le dialogue humanitaire de l’Institut du Macina, mars 2017, 60 p. []
  2. Propos du leader de l’ASIPRJ, Sidi Bakaye Cissé, évoqués dans L’indicateur du Renouveau  du 20 juillet 2016. []
  3. Ansar Dine « Les défenseurs de la foi » est un groupe armé salafiste djihadistes opérant dans le nord du Mali, qui fut  fondé au début de l’année 2012 ; il est dirigé par Iyad Ag Ghaly. []
  4. En 1818, Sékou Amadou Barry, un modeste marabout peul guidé par sa foi, met en déroute à Nankouma une coalition de Bambara et d’Ardos (chefs traditionnels peuls). Il prend alors le nom de Cheikou Amadou et, par une série de guerres saintes, parvient à soustraire l’ensemble de la région à l’influence du royaume bambara de Ségou. Il en convertit la population et met en place le royaume théocratique de la Dina (royaume du Macina), qui s’étendit de Ségou à Tombouctou avant d’être finalement détruit par le conquérant toucouleur El Hadj Oumar Tall en 1862. []
  5. Airault, P. « Au Mali, en territoire peul, la naissance d’un futur Boko Haram », L’opinion, 30 août 2015, [En ligne]. http://www.lopinion.fr/edition/international/mali-en-territoire-peul-naissance-d-futur-boko-haram-56453 []
  6. Airault, P. Ibid. []
  7. Sangaré, B. « Le centre du Mali : épicentre du djihadisme ? », Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité, 20 mai 2016, [En ligne]. http://www.grip.org/sites/grip.org/files/NOTES_ANALYSE/2016/NA_2016-05-20_FR_B-SANGARE.pdf []
  8. Sangaré, B. Ibid. []
  9. En guise d’illustration de ce propos, lorsque les bergers peuls traversent une terre avec leur bétail, ils doivent payer une redevance au proprietaire. Kouffa les enjoint à ne rien payer car, selon lui, la terre appartient à tout le monde. []
  10. B. Sangaré, propos évoqués dans Le Monde Afrique du 27 janvier 2017, [disponible sur internet] : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/01/27/apres-le-nord-le-centre-du-mali-menace-a-son-tour-de-s-enflammer_5069975_3212.html []
  11. Thiam, A. « Centre du Mali : enjeux et dangers d’une crise négligée », Institut du Macina, Centre pour le dialogue humanitaire, mars 2017, [disponible sur internet] : https://www.hdcentre.org/fr/updates/nouvelle-publication-centre-du-mali-enjeux-et-dangers-dune-crise-negligee/ []
  12. Interview du ministre malien de la Solidarité, Hamadoun Konaté, disponible sur internet : http://www.rfi.fr/afrique/20170214-mali-heurts-intercommunautaires-macina-peul-bambara []
  13. Hama Founé est ressortissant de Sossobe (région de Mopti) et ancien combattant dans les troupes de Charles Taylor au Liberia, puis du MNLA. En 1993, il était à la tête d’une milice d’autodéfense peule formée dans le Delta pour contrer la rébellion touarègue du MPA (Mouvement populaire de l’Azawad), qui devait être rapidement démantelée une fois la paix revenue. En 2014, il appelait ouvertement les Peuls à s’organiser et à s’armer pour combattre l’administration étatique, assimilée à une «force d’occupation ». Son discours à la fois identitaire et égalitaire trouve un écho favorable dans le Delta, en particulier dans la région de Mopti, qui est communément perçue comme « l’eldorado des fonctionnaires », auxquels il est reproché de s’enrichir impunément sur le dos des éleveurs locaux (A. Thiam, op. cit.).  []
  14. Les bourgoutières sont des plaines inondables par les fleuves sahéliens, comme on peut en voir au Sénégal, au Niger ou encore au Mali, notamment dans la région de Mopti au centre. Ces plaines servent à la fois aux communautés d’agriculteurs, de pêcheurs et d’éleveurs. Leur gestion constitue un enjeu majeur de cohésion entre ces différentes communautés. []

Une réflexion au sujet de « Conflits armés aux relents de guerre civile dans le centre du Mali »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *