Winston Smith aux frontières. Surveillance, contrôle et migrations au Sud de l’Europe.

Salim Chena, chercheur associé à LAM

« Maroc: plus de 850 migrants entrent dans l’enclave espagnole de Ceuta ». Depuis, une quinzaine de jours, la presse rapporte la multiplication des tentatives collectives de passages de migrants subsahariens irréguliers sur le sol européen. Cette route migratoire, celle de la seule frontière terrestre entre Afrique et Europe, n’est pourtant pas nouvelle ; plus encore, ce fut par elle que le « scandale » arriva tant cette route a représenté, il y a presque vingt ans maintenant, le péril ultime menaçant l’Europe face à des « clandestins » organisés et solidaires (Laacher, 2007 ; Alioua, 2011).

En effet, au début des années 2000, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne ont lancé la politique dite d’externalisation des frontières de l’Union européenne, aujourd’hui largement banalisée au travers des hotspots. Il s’agit, en réalité, d’une gestion déterritorialisée de l’immigration et de l’asile dans laquelle le candidat est sélectionné, vetted, avant même d’entrer dans l’espace européen selon une logique à la fois utilitaire et sécuritaire (Valluy, 2009). Le Maroc fut le premier pays maghrébin à transposer juridiquement les exigences européennes – restrictives et répressives – en matière de politique migratoire dans la loi 02-03 du 11 novembre 2003 (Belguendouz, 2005)1, puis il a abrité la Conférence euro-africaine sur les migrations de 2006. A l’origine de ces inquiétudes, pour dire le moins, européennes, se trouvent les enclaves espagnoles dans le nord du Maroc : les villes de Ceuta et Mellila – considérées comme des colonies par Rabat. Puis, après les évènements de l’automne 2005, ce fut la route des Canaries – bien plus longue et dangereuse – qui se développait, puis s’est déplacée de Laayoune (Maroc) à Nouadhibou (Mauritanie) jusqu’à Saint-Louis (Sénégal). Cette nouvelle route – parmi d’autres à venir – avait donné à la jeune agence Frontex l’occasion de prouver son utilité avec les Opérations conjointes Hera – chargées de surveiller les îles Canaries et les côtes d’Afrique de l’Ouest – qui en ont finalement eu raison.

Mais, au-delà d’une conception étriquée de la sécurité2, il y a une réalité politique et sociale de la migration irrégulière. Depuis le début du XXIè siècle, le Maghreb redécouvre son africanité par intermédiaire des études sahariennes et que l’économie politique des grandes découvertes, puis les frontières et l’éducation coloniales avaient occultée ; le tropisme européen du Maghreb méditerranéen n’a été remis en cause qu’après la fermeture progressive de l’espace européen aux maghrébins dès les années 1980 et 1990 et l’intériorisation de l’espace saharo-sahélien comme limes stratégique – autant à l’échelle régionale dans le triangle relationnel Maroc-Algérie-Libye qu’à l’échelle globale avec l’introduction du Sahara comme théâtre périphérique de la Global War on Terror américaine. Surtout, le rôle d’entrainement des politiques publiques des Etats pétroliers dans le développement du Sahara a contribué à urbaniser le désert et à revitaliser des activités traditionnelles (transport, commerce) à l’heure de la mondialisation.

Avant de tenter de passer les barrières de sécurité, il faut attendre dans les montagnes adjacentes, s’y replier en cas d’échec ou s’y cacher des forces de sécurité marocaines. L’organisation de la vie dans les montagnes remontent au début des années 2000, lorsque le nombre de candidats au passage nécessita une organisation pour se cacher, passer et survivre. Sous plusieurs formes, noms et structures, ces systèmes de solidarité se sont autonomisés, spécialisés et perfectionnés autour de l’économie du passage – parallèlement aux moyens physiques, technologiques et humains sécurisant la frontières. L’expérience de l’exil se trouvait structurée par les rapports de la marchandisation de l’exil. La rationalisation du passage mettait en jeu des techniques de plus en plus audacieuses, mais impliquant aussi plus d’investissements ; les rôles, les tours et les sanctions positives ou négatives associées au passage en faisait la principale ressource commune. D’un passage aux coûts modestes, les prix pouvaient aller de 800 à 3000 euros, voire plus si l’intermédiaire appliquait des marges supplémentaires ou ne rendaient pas le service attendu L’autonomisation de l’exil des exilés, sous la forme marchande, illustre la réification de l’exil par l’extraction d’une plus-value par une multitude d’acteurs (Chena, 2016 : 83-131).

Les tentatives collectives de passage, appelées « attaques forcées » par les premiers concernés, répondent à plusieurs facteurs. Il faut d’abord accepter une évidence que seule une approche d’une trop rapide ne pourrait voir : pour un migrant irrégulier désireux d’entrer en Europe, la voie des grillages n’est pas la meilleure. Elle est extrêmement difficile étant donné le niveau de sécurisation de la frontière, d’autant que les forces de sécurité aussi bien marocaines qu’espagnoles sont connues pour ne pas faire dans la nuance pour ceux qui se blesseraient en escaladant les barrières ou auraient la mauvaise idée de se faire attraper. Autrement dit, les chances de succès sont maigres, les risques d’arrestation, d’emprisonnement et de refoulement (vers l’Algérie ou le sud marocain) sont importants, mais l’absence de moyens, associée au faible coût de la procédure, viennent équilibrer ce calcul rationnel. Elle implique souvent plusieurs tentatives car il est possible de se faire refouler ou éloigner sans procédure. Ensuite, comprendre la marchandisation de l’exil nécessite de saisir que ce mode de passage – le moins coûteux au Maroc – est parfois celui de la dernière chance3); non seulement la vie en forêt est physiquement et moralement difficile, mais la pression sécuritaire rend indispensable une organisation resserrée – celle bien connue aujourd’hui des chairmen – pour assurer la cohabitation des communautés, se protéger des forces de sécurité, survivre (se nourrir, dormir, se laver…) et, bien entendu, passer. Or, prévarication et abus de pouvoir existent contre les ressources communautaires (issues des « droits de ghetto ») ou les plus vulnérables – notamment les femmes. Vivre en foyer dans un quartier populaire de Rabat ou Casablanca, même dans l’attente d’un hypothétique passage, est logiquement préférable ; d’où l’existence d’un va-et-vient entre villes et forêts de certains migrants selon les opportunités de passage et les moyens disponibles par l’intermédiaire d’une circulation de l’information. Enfin, la pression sécuritaire et la pression sur les ressources communautaires amènent à tenter le tout pour le tout, en réduisant le nombre d’exilés en attente de passage, souvent las d’être les boucs émissaires de la xénophobie européenne et maghrébine quand eux se sont engagés dans une démarche volontariste à l’heure de la mondialisation néolibérale.

Aujourd’hui, le Maroc n’est plus la panacée de ceux – une minorité – qui souhaitent tenter la migration irrégulière vers l’Europe : au début des années 2000, « l’Espagne, c’était gratos » disait un exilé en souvenir d’un temps où l’absence de sécurisation de la frontière et la faible demande de passage rendaient « l’aventure » plus facile. De même, la migration transsaharienne depuis l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale vers le Maghreb, au début des années 2000, ne se déploie plus dans l’économie politique de cette période avec l’apaisement de la situation ivoirienne et l’émergence d’une « croissance africaine ». Pour atteindre l’Europe, la Libye est aujourd’hui privilégiée – en dépit des risques immenses que la traversée du pays puis de la Méditerranée impliquent4 – grâce aux entrepreneurs de groupes criminels organisés égyptiens, libyens et italiens. Cependant, la nationalité des ressortissants (Erythrée, Soudan, Somalie…) indique des « migrations de crise », alors que les nouveaux modèles individualisés et non-linéaires des circulations sahariennes contemporaines relèvent de logiques d’individuation. En termes purement quantitatifs, en réalité, le Maroc n’a jamais été la passerelle vers l’Europe qui a été vendue aux opinions publiques pour justifier la politique migratoire européenne restrictive et répressive. En outre, depuis 2015, le Maroc a lancé une politique de régularisation des migrants irréguliers – une première dans la région. Elle a permis – malgré plusieurs limites – de sortir du no rights’ land de l’exil 25 000 personnes (selon les chiffres officiels), notamment du Sénégal, de Syrie, du Nigeria et de Côte d’Ivoire. Il ne resterait que 10 à 15 000 « clandestins » au Maroc selon Hicham Rachidi du Gadem (association marocaine de protection des migrants). L’opération reprend, d’ailleurs, en 2017.

Néanmoins, ce n’est peut-être pas vers le contexte interne de la communauté migrante qu’il faut se tourner pour comprendre l’importance prise par ces attaques forcées, mais éventuellement vers l’actualité régionale et internationale. La rivalité algéro-marocaine, qui se projette de Washington à Bruxelles pour l’hégémonie au Maghreb, connaît de nouveaux soubresauts par presse et institutions interposées, tandis que plusieurs manœuvres militaires ont eu lieu ces derniers mois par les protagonistes du plus ancien conflit irrésolu du continent. La décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de ne pas intégrer à l’accord agricole les produits provenant du Sahara occidental, en décembre 2016, est le premier recul significatif pour le lobbying marocain à Bruxelles. La réaction du ministre de l’Agriculture marocain a été de menacer de se tourner vers d’autres partenaires (Russie, pays émergents, Afrique subsaharienne), puis de s’interroger sur l’utilité d’être le sous-traitant de l’UE pour la gestion des frontières : « Comment voulez-vous que nous continuions à empêcher l’émigration africaine et même marocaine si l’Europe refuse de travailler avec nous ? Pourquoi continuer de servir de gendarmes ? ». Car les fameux « migrants » sont au coeur d’un marchandage diplomatique euro-maghrébin depuis le lancement de la Politique européenne de voisinage (PEV) : surveillance des frontières, répression des migrants et réadmissions en échange de transferts de fonds et de technologie, d’approfondissement des partenariats stratégiques et de promesses d’une plus grande influence dans la politique extérieure européenne ; d’ailleurs, les régularisations lancées au Maroc s’intègrent aussi à la politique africaine du Royaume. Le retour du Maroc dans l’Union africaine apparaît pour l’instant comme un succès en demi-teinte, et il s’adapte à un nouvel environnement régional et international. L’instrumentalisation réaliste des mobilités humaines – bref, une des formes de la réification des exilés – avait déjà été utilisée lors de la crise de l’îlot de Persil voyant s’opposer les souverainetés marocaine et espagnole en 2003. Elle l’a tout autant été lors de la révolution libyenne en 2011 : un Kadhafi aux abois forçant – littéralement – des migrants raflés à embarquer sur des chalutiers à destination de Lampedusa pour déstabiliser l’ancien allié Berlusconi et ses partenaires français et anglais, tandis que les rebelles promettaient de reprendre le flambeau de la sous-traitance du contrôle des frontières européennes dans les eaux territoriales maghrébines. L’exemple de l’accord passé entre en l’UE et la Turquie en mai 2016 est le plus récent, avec un régime en situation de dérive autoritaire ayant largement exploité les ressources qu’il pouvait tirer de ses frontières avec le Proche-Orient.

Ceuta et Melilla exemplifient également, à l’échelle locale, la guerre déclarée aux migrants. La sécurisation des frontières, fondée sur la transformation discursive des migrations en problème de sécurité (Waever, 1995), y a trouvé un laboratoire de choix, depuis la mise en place du Système de vigilance intégré espagnol (SIVE) en 2004, mettant en évidence le nouveau triangle de la répression : recherche scientifique, industries militaires de hautes technologies et Etats au tournant du populisme. Caméras thermiques, détecteurs de mouvements, barbelés rasoirs, installation d’une barrière de sécurité puis doublement (Ceuta) et triplement (Melilla), extension de leur hauteur de trois à six mètres, creusement de fossé et installation de barrières du côté marocain… Le tout en moins de quinze ans, pour des résultats plutôt contrastés quant à l’efficacité du dispositif mais broyant de l’humain à la chaine pour décourager les importuns.

Quel futur pour les frontières européennes ? Les recherches menées dans le cadre du 7e Framework Programme (2007-2013) de l’Union européenne annoncent la couleur, notamment dans l’espoir de développer des outils unmanned – sans pilote – pour détecter et appréhender les migrants. Ces nouvelles technologies sont pensées et développées avec un soutien financier venant pour moitié, voire pour les deux tiers, des institutions européennes au profit de firmes multinationales (Thales, Dassault-Aviation, BAE Systems, ADS Defence…) et de centres de recherches académiques5. Il ne s’agit pas de gadgets hi-tech, de drones de jardins ou de jouets 3.0. Trois grands axes structurent ces projets devant aboutir à des frontières panoptiques mobiles. En premier lieu, le recours à de hautes technologies devant renforcer la position et la compétitivité européenne sur le marché international des technologies de surveillance et de sécurité ; en second lieu, la tendance à la militarisation de la surveillance et du contrôle des frontières extérieures ; en dernier lieu, le nexus entre industries militaires, institutions politiques et recherches académiques dans le triple objectif de commercialisation profitable, de maîtrise des frontières et d’ »excellence » scientifique et technologique. Le déplacement de la frontière extérieure de l’UE vers la Méditerranée et le Sahara s’appuie sur une capacité de mobilisation de moyens de surveillance et de contrôle coercitifs et modulables permettant le découplage définitif entre frontière physique et contrôles aux frontières. Cette nouvelle forme d’extraterritorialité, qui n’est possible qu’avec la complicité des Etats partenaires piégés dans un échange inégal, mais satisfaits de disposer de moyens, d’outils et de la complaisance nécessaire pour assurer la résilience des autoritarismes, éclaire de façon originale la notion de souveraineté qui ne repose plus sur la territorialité du pouvoir mais sur sa capacité à l’omniscience et à l’omniprésence. Big brother, s’il est désormais installé, est d’abord passé par les frontières.

Références citées :

Mehdi ALIOUA, L’étape marocaine des transmigrants subsahariens en route vers l’Europe : l’épreuve de la construction des réseaux et de leurs territoires, thèse de sociologie, sous la direction d’Alain Tarrius, soutenue le 29 juin 2011, Université Toulouse II Le Mirail (UT2 Le Mirail).

Abdelkrim BELGUENDOUZ, « Expansion et sous-traitance des logiques d’enfermement de l’Union européenne : l’exemple du Maroc », Cultures & Conflits, n°57, 2005, pp. 155-219.

Ken BOOTH, « Security and Emancipation », Review of International Studies, vol. 17, n°4, 1991, pp. 313-326.

Salim CHENA, Les traversées migratoires dans l’Algérie contemporaine. Africains subsahariens et Algériens vers l’exil, Paris, Karthala, 2016.

Smaïn LAACHER, Le peuple des clandestins, Paris, Calmann-Lévy, 2007.

Jérôme VALLUY, Rejet des exilés. Le grand retournement du droit d’asile, Broissieux, Editions Le Croquant, 2009.

Ole Wæver (1995),  »Securitization and Desecuritization », in Ronnie D. Lipschutz (ed.) On Security, New York, Columbia University Press, 1995, pp. 46-86.

  1. Il sera suivi par la Tunisie et la Libye en 2004, puis par l’Algérie avec deux lois en 2008 et 2009. La première  restreint l’entrée et le séjour des étrangers (et prévoit la création de centres de rétention); la seconde pénalise la sortie illégale du territoire dans le contexte du développement de la harga (émigration irrégulière en arabe maghrébin). []
  2. Par opposition aux débats théoriques (épistémologiques et ontologiques) autour de la notion même de sécurité au sens militaire qui animent la discipline des Relations internationales : voir par exemple Booth, 1991. []
  3. Avec les enclaves, le détroit de Gibraltar rapproche de 15 km au mieux les territoires marocain et espagnol , par exemple : « Un exilé ivoirien interrogé à Maghnia [en Algérie] avait tenté de passer, depuis Tanger vers l’Espagne, par ce moyen en s’accrochant à un bidon lui servant de bouée : sans grand espoir ni argent, et épuisé moralement, ce fut pour lui une tentative de la dernière chance avant de devoir rebrousser chemin pour rester en vie » (Chena, 2016 : 100, note 38 []
  4. Là encore, l’échec de la stratégie européenne de surveillance des frontières est patent tant les sept vaisseaux de guerre, les quatre hélicoptères et les trois avions de surveillance maritime mobilisés peinent à freiner le nombre de départs depuis le lancement de l’Opération Sophia il y a près de deux ans maintenant. Un rapport parlementaire français à paraître confirme les informations parues dans la presse : les passeurs des côtes libyennes ne donnent aux bateaux que le minimum de carburant nécessaire pour sortir des eaux territoriales (interdites aux navires européens), et chargent ensuite les migrants de contacter les secours pour être pris en charge et entrer en Europe par une demande d’asile – auparavant, quand ils le pouvaient, les bateaux étaient renvoyés vers la Libye empêchant les migrants de déposer une demande d’asile, ce qui constituait une violation du droit international ; Le Canard enchaîné, 22 février 2017. A titre de comparaison, l’Opération Mare Nostrum qu’avait menée seule l’Italie, entre 2013 et 2014, apparaît comme un succès, notamment sur le plan humanitaire. []
  5. Pour prendre la pleine mesure des objectifs poursuivis par les subventions européennes à la recherche sur la sécurité des frontières, il est vivement conseillé de se reporter à la brochure Investing into security research for the benefits of European citizens de septembre 2011 entre les pages 94 et 123 avec des projets comme le « Sea Border Surveillance » (Seabilla), le « Transportable autonomous patrol for land border surveillance system » (Talos) ou le « Wide maritime area airborne surveillance » (Wima²). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *