ÉCRIRE, SENSIBILISER, DIFFUSER, VENDRE… MAIS QUOI ? Autour d’Africanistan

Africanistan : Serge Michailof, Africanistan. L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? Paris, Fayard, 2015.

Vincent Bonnecase

Imaginons cette image : un camion de marchandises, avec sur les marchandises des voyageurs dont le visage est recouvert par des foulards, roule à travers le désert. De nombreux bidons remplis d’eau pendent de part et d’autre. Pour qui connaît un peu cette partie du monde, cette image évoque immédiatement les migrations à travers le Sahara1. Juste au-dessus du camion, une question : « L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? ». Vu de loin, cela pourrait ressembler à l’affiche d’un parti politique (en fait serait-il maintenant plus juste, dans le cas français, de mettre « partis » au pluriel) désireux d’alerter une fois de plus l’opinion des menaces conjuguées que constituent « la crise migratoire » et « la crise des banlieues », en partant du présupposé que celle-ci est alimentée par celle-là. Mais c’est la couverture d’un livre écrit par un chercheur enseignant à Sciences po et récemment invité à le présenter à LAM (Les Afriques dans le monde), le centre d’études africaines de Sciences Po Bordeaux. Un livre dont le titre, Africanistan, associé à ce qui précède, peut suggérer que le type de violence auquel a été confronté l’Afghanistan des Talibans est amené à se propager depuis l’Afrique jusqu’aux banlieues françaises par l’intermédiaire de camions bondés de migrants qui traversent le Sahara.

Pareille couverture suscite une simple réaction de malaise, pour ne pas dire plus, avant même que le livre ne soit ouvert : celui-ci, par son simple aspect extérieur, paraît de prime abord auréoler d’une caution intellectuelle les pires clichés qui peuvent être actuellement véhiculés sur les banlieues et les migrations en France. Supposer que les migrants qui traversent le Ténéré visent la France est démenti par tous les ouvrages qui ont sérieusement étudié les migrations transsahariennes (certes avant 2010), lesquels montrent qu’une petite partie des migrants transsahariens poursuivent leur trajet en Europe, au cours d’un projet qui se construit sur la route bien plus qu’il n’est défini au départ2. Supposer que les tensions politiques, sociales et économiques qui affectent actuellement des banlieues françaises sont directement produites par les migrations fait aussi l’objet de dénonciations régulières de la part de chercheurs, entre autres, engagés dans le débat public3. Supposer que l’on (« on » c’est-à-dire, souvent, les Européens) est confronté à une « crise migratoire » sans précédent, alimentée par la guerre et par la pauvreté que connaissent des pays d’Afrique ou du Proche-Orient, est tout autant mis en question par des chercheurs qui rappellent notamment que l’Europe ne constitue la destination que d’une petite minorité des migrants et des déplacés à travers le monde4. Loin de moi l’idée d’affirmer que ces différentes suppositions sont celles de l’auteur d’Africanistan, qui précise bien à la fin de l’ouvrage qu’il ne « souscrit en rien aux thèses populistes d’un parti et d’une famille bien connus » (p. 331). Mais elles n’en sont pas moins suggérées par l’étonnante association de la couverture et du sous-titre que j’imagine visibles dans un certain nombre de librairies, tout comme par le titre des interventions médiatiques destinées à faire la promotion de l’ouvrage.

Cette couverture suscite d’autant plus malaise et étonnement que, lorsqu’on ouvre l’ouvrage, on y trouve des idées dans le sens desquelles on peut, d’après moi, abonder. Le projet essentiel consiste à déconstruire l’évidence d’une « émergence de l’Afrique », sur laquelle titre régulièrement la presse occidentale comme un contre-point à cette autre évidence, par ailleurs toujours véhiculée, d’une Afrique qui n’a de cesse de mal partir5 : l’auteur vise à mettre à mal un « excessif afro-optimisme » qui n’est que le double en miroir de « l’excessif afro-pessimisme » (p. 21). L’idée selon laquelle la forte croissance que connaît actuellement l’Afrique ne va pas de pair avec une amélioration des conditions de vie dans l’ensemble des pays africains et, encore moins, à l’échelle de chaque pays, avec une amélioration des conditions de vie de l’ensemble de ses populations est difficilement contestable : on pourrait même la conforter en s’appuyant sur des travaux qui, analysant les conditions historiques de production  des statistiques macro-économiques, invitent à analyser la croissance (ou la récession) sous le prisme d’un gouvernement par les chiffres6. L’idée selon laquelle la question démographique représente un enjeu important en Afrique subsaharienne est tout aussi difficile à contester, même si elle peut être affinée par d’autres travaux qui invitent à l’appréhender sous le prisme des perceptions locales7.

Outre ces grandes lignes, Africanistan avance un certain nombre de propositions classiques mais qui restent certainement importantes à diffuser, comme le fait que les violences sociales, politiques et armées, notamment celles qui font aujourd’hui l’objet d’une forte focalisation médiatique au Sahel, se nourrissent de la pauvreté et des inégalités (p. 29) ; ou le fait que le processus de démocratisation des régimes politiques africains a paradoxalement suscité des tensions nouvelles, du fait d’une compétition accrue pour le contrôle des richesse (p. 176), ce que l’on peut lier aux travaux relatifs à l’essor des idéologies de l’autochtonie et de l’allochtonie dans les années 19908 ; ou le fait que la déstabilisation politique d’un pays, loin de pouvoir s’analyser sur un temps court, s’inscrit dans des histoires longues, ce que l’auteur illustre avec le cas de la Côte d’Ivoire (p. 163), son argumentaire économique pouvant être complété par une histoire de l’ethnicisation des antagonismes sociaux9 ; ou le fait que les coûteuses interventions militaires sont d’une rentabilité douteuse comparativement aux effets que pourrait entraîner un autre usage des fonds, y compris sur le plan sécuritaire (p. 312) ; ou encore le fait que les statistiques de « l’aide », fonction de l’acception normative de ce que l’on qualifie comme telle, ont souvent un rapport lointain avec sa réalité effective (p. 314-315).

D’autres évocations me semblent beaucoup plus problématiques : c’est le cas lorsque l’auteur réduit le rapport Berg de 1981, important dans l’histoire des politiques de libéralisation sur le continent africain, à un ensemble de « recommandations de bon sens » (p. 25) comme si ces dernières n’obéissaient à aucun dessein politique et idéologique10 ; ou lorsqu’il rapporte une discussion de deux heures avec le président Kountché, dans le contexte de la famine de 1984, où celui-ci aurait commencé par lui demander « ce qu’auraient fait les Français à l’époque coloniale « (p. 51), ce qui est une drôle d’inspiration quand on connaît l’histoire des famines au Sahel11 ; ou lorsque la « fragilité des Etats » est reliée aux « frontières artificielles [pléonasme s’il en est] tracées par les colonisateurs » (p. 129)12 et au fait que « la première loyauté de tout individu, au-delà de celle qui le lie à sa famille restreinte, va en premier lieu à sa famille étendue et, au-delà, au groupe tribal, ethnique ou religieux dont il se sent proche, […] partout en Afrique » (p. 132) ; ou lorsqu’il est fait un lien de corrélation entre l’homogénéité ethnique d’un pays et le degré d’achèvement de sa construction nationale (p. 133) ; ou enfin lorsque qu’il est dit que le système démocratique (à propos de la Côte d’Ivoire) a été « introduit à la va-vite après le discours de La Baule du président Mitterrand » (p. 164), idée critiquée par des chercheurs pour qui la démocratisation s’est d’abord inscrite dans des dynamiques endogènes13. Ces derniers raccourcis, aussi contestables soient-ils, ne résument toutefois pas l’entièreté d’un ouvrage qui, quand bien même on ne partage pas les orientations idéologiques de son auteur, se veut mettre à profit une longue expérience professionnelle dans le développement au service d’une cause importante : l’amélioration de l’aide internationale au bénéfice des populations africaines, laquelle est aujourd’hui une question de réalisme politique pour les donateurs, bien plus que de morale du point de vue des donataires.

Au final, ce que l’on peut reprocher le plus à Africanistan, c’est sa couverture et son sous-titre, lesquels sont sans rapport avec le fond du propos défendu par l’auteur, qui consacre neuf pages aux migrations internationales et aux banlieues sur les 364 que comptent l’ouvrage (pages toutefois elles-mêmes assez incroyables, notamment lorsque l’auteur rejette le multiculturalisme, associé aux migrations d’origine extra-européenne, en expliquant qu’il n’a « aucune envie de vivre dans un des ghettos clichés de la banlieue parisienne, dans un immeuble saccagé par des résidents refusant le respect des règles élémentaires de notre savoir-vivre, avec des bandes « dealant » de la drogue en bas de l’escalier » [p. 339] ). User tactiquement de l’argument migratoire en expliquant que tous les murs, postes frontières et fichages informatiques n’empêcheront jamais des populations de se déplacer dans un monde aussi inégalitaire (p. 17) peut se comprendre, tout comme affirmer que les déséquilibres grandissant que connaît ce monde sont porteurs de catastrophes, non pas seulement pour ceux et celles qui se trouvent du mauvais côté des murs, mais aussi et plus largement pour l’ensemble des habitants de la planète. Toutefois, ce n’est pas tout à fait pareil que de se demander si « l’Afrique en crise va […] se retrouver dans nos banlieues » de la manière que le fait Serge Michailof.

Cela amène à interroger plus largement jusqu’où l’on peut aller pour alerter le public non seulement d’un problème ou de ce que l’on pose comme tel, mais aussi très prosaïquement de la parution d’un ouvrage, sachant que le choix des titres découle aussi d’un impératif commercial. On ne peut pas ignorer que ce qu’on appelle « la crise migratoire » fait l’objet des fantasmes les plus délirants en France et alimente actuellement une banalisation inquiétante de la xénophobie. On ne peut pas non plus ignorer que « les banlieues » sont le réceptacle de raccourcis permanents qui concourent à marginaliser ceux et celles qui y vivent, au point qu’en évoquer le nom suffit parfois à désigner une réalité « dont on sait bien ce qu’elle est ». Arguer de la « provocation » ou du « politiquement incorrect » (argument aujourd’hui fréquemment usité par les polémistes les plus conservateurs pour défendre des idées, qui si on n’y réfléchit bien, n’ont plus rien de bien indicible dans l’espace public) ne justifie pas cette double ignorance. Il y a quelques années, Achille Mbembe avait, peut-être par boutade, proposé un moratoire sur les recherches relatives à la sorcellerie et la magie en Afrique qui, d’après lui, concourraient à associer le continent au cliché d’une terre exotique enfermé dans les superstitions14. Sans aller jusque-là, je me demande s’il ne faudrait pas, par les temps qui courent, sinon suspendre, en tout cas aborder avec prudence et économie certains sujets, et absolument refuser les associations douteuses qui, si elles répondent à une forte demande sociale et médiatique, restent scientifiquement peu fondées et politiquement dangereuses.

 

  1. Il se trouve que j’’ai fait le voyage dans un camion de ce type (avec un toit en plus), d’Agadez au Niger à Al Gatrum en Libye, puis d’Al Gatrum à Agadez, en 2001. []
  2. Julien Brachet, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Paris, Éditions du Croquant, 2009. []
  3. Véronique Le Goaziou et Laurent Mucchielli (dir.), Quand les banlieues brûlent : retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, 2007. []
  4. Cris Beauchemin et Mathieu Ichou, Décentrer le regardAu-delà de la crise des migrants, Paris, Karthala, 2016. []
  5. Cette question a fait l’objet d’un colloque récent coordonné par Didier Péclard et Anne Mayor, « L’Afrique émergente », Global Studies Institute de l’Université de Genève, 22 et 23 septembre 2016. []
  6. Vincent Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique. De la « réussite » économique du colonialisme tardif à la « faillite » des Etats africains (v.1930-v. 1980) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62, 2015, p. 33-63. []
  7. Barbara Cooper, « De quoi la crise démographique au Sahel est-elle le nom ? », Politique africaine, n°130, 2013, p. 69-88. []
  8. Peter Geschiere, The Perils of Belonging: Autochthony, Citizenship, and Exclusion in Africa and Europe, Chicago, University of Chicago Press, 2011. []
  9. Jean-Pierre Chauveau et Jean-Pierre Dozon, « Au cœur des ethnies ivoiriennes… l’État », dans Emmanuel Terray (dir.), L’État contemporain en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1987, p. 221-296. []
  10. World Bank, Accelerated Development in Sub-Saharan Africa. An Agenda for Action, Elliot Berg ed., Washington, 1981. []
  11. Boureima Alpha Gado, Une histoire des famines au Sahel. Étude des grandes crises alimentaires (XIXe-XXe siècles), Paris, L’Harmattan, 1993. []
  12. Sur cette idée d’une « artificialité des frontières africaines », Camille Lefebvre, Frontières de sablefrontières de papier. Histoire de territoires et de frontières, du jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger, XIXe-XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015. []
  13. Jean-François Bayart, « La démocratie à l’épreuve de la tradition en Afrique subsaharienne », Pouvoirs, n° 129, 2009, p. 27-44. []
  14. Congrès de l’African Studies Association, 1997, cité par Julien Bonhomme, Les voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine, Paris, Seuil, 2009. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *