GAMBIE : LE ROI EST NU !

« Je préviens cette vermine maléfique qui s’appelle l’opposition : si vous voulez déstabiliser ce pays, je vous enterrerai neuf pieds sous terre ».

Yahya Jammeh, mai 2016

« Allah m’a élu ; seul Allah peut me retirer le pouvoir » 

Yahya Jammeh, novembre 2016

 

Tenus avant l’élection présidentielle du 1er décembre dernier, ces propos de Yahya Jammeh éclairent d’une lumière crue la nature de son régime. Mais ils n’ont rien de surprenant : au pouvoir depuis 22 ans, on se doutait bien que le dictateur gambien entendait y rester par tous les moyens. La surprise est ailleurs : voir un dictateur battu dans les urnes, et, plus encore, de le voir reconnaître sa défaite, allant jusqu’à féliciter son vainqueur, Adama Barrow, un quasi-inconnu présenté par la coalition des partis d’opposition ! Mais l’euphorie de ses adversaires est de courte durée : quelques jours après l’annonce des résultats, le camp présidentiel les rejette et demande un nouveau scrutin, tandis que le président sortant n’entend pas céder sa place. A quelques jours de la passation de pouvoir, fixée par la Constitution au 19 janvier, l’impasse est totale à Banjul, avec le risque d’une confrontation violente.

Comment expliquer cette défaite de la dictature ? Comment expliquer ensuite le revirement de Jammeh ? Enfin, que peut-il se passer maintenant ? Telles sont les trois questions auxquelles cet article tente ici, brièvement, de répondre.

Un régime en crise

Une défaite électorale

Même si elle n’atteint pas son record de 2011, la participation à la présidentielle est importante – près de deux électeurs sur trois ont voté -, signe de l’intérêt pour le scrutin. Sur un total de plus de 520 000 voix, l’écart entre les deux premiers candidats est peu important, de l’ordre de 19 000 voix. Mais ce résultat n’en marque pas moins un effondrement de Jammeh : par rapport à 2006, il perd 50 000 voix. Par rapport à 2011, il en perd 260 000, passant de 470 000 à moins de 210 000. C’est énorme ! De 72% des suffrages en 2011, il tombe ainsi à moins de 40%. Même s’il n’est battu que de justesse, le désaveu est clair pour le président sortant.

L’effondrement de Jammeh profite à l’un de ses anciens partisans, qui obtient près de 90 000 voix. Mais il profite surtout au candidat de la coalition d’opposition, Adama Barrow. Celui-ci ne gagne cependant que 40 000 voix par rapport au total des voix de l’opposition en 2011. Contrairement à ce qu’une lecture superficielle pourrait laisser penser, ce n’est donc pas un raz-de marée en sa faveur. Mais c’est suffisant pour assurer son élection, avec 43% des suffrages exprimés (le scrutin gambien étant à un seul tour, c’est le candidat arrivé en tête qui est élu).

Une crise multiforme

Les raisons de ce désaveu du sortant sont connues1. Si les réalisations dont s’enorgueillit le régime sont incontestables (écoles, dispensaires, routes…), elles ne parviennent pas, en effet, à masquer une crise qui s’est brutalement aggravée, et dont on ne rappellera ici que les principaux aspects. La crise est économique et financière (la Gambie l’un des pays les plus endettés du continent par rapport à son PIB), renvoyant à des facteurs extérieurs (le ralentissement économique mondial, le virus Ebola) mais aussi, et surtout, à des facteurs intérieurs (les choix du régime). Ces derniers sont prépondérants, et pointent  la responsabilité du régime : par son  choix d’un modèle économique extraverti (tourisme, Etat-entrepôt), donc vulnérable, mais aussi par le choix d’un modèle politique autoritaire et prédateur, sur fond de népotisme, avec des violations répétées des droits de l’Homme à l’origine du gel de l’aide occidentale. Il en résulte une crise sociale qui touche de plein fouet des populations laminées par la baisse de l’activité et la hausse des prix. Incapable d’apporter des réponses satisfaisantes à cette crise dont il est en grande partie responsable, le pouvoir accentue les menaces et durcit la répression. Ce durcissement ne fait qu’amplifier le rejet dont il est l’objet aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, et qu’accélérer les évolutions : la crise est désormais ouvertement politique, avec des signaux forts envoyés au pouvoir.

Les signaux

L’exit option est la première réponse spontanée à la crise : avant le scrutin de décembre, de nombreux Gambiens avaient déjà voté avec leurs pieds. Fuyant la dictature ou la crise économique, ou les deux à la fois, ils sont des dizaines de milliers2 à avoir quitté le pays. Bien que peu peuplée (moins de deux millions d’habitants), la Gambie est ainsi rapidement devenue l’un des principaux pourvoyeurs de migrants africains vers l’Europe. En 2016, 12 000 de ses ressortissants ont été officiellement enregistrés à leur entrée en Italie, principal point d’arrivée des migrants subsahariens. En nombre, ils y occupent le 5e rang derrière les Nigérians, les Erythréens, les Guinéens et les Ivoiriens3. Mais, en pourcentage de la population de leur pays d’origine, ils occupent le premier rang.

Quant à ceux qui restent, ils s’enhardissent. Sans doute encouragés par la réprobation internationale croissante à l’égard du régime, des Gambiens osent pour la première fois défier le régime en avril 2016. Le 14, à l’appel du principal parti d’opposition, l’UDP (United Democratic Party), ils sont plusieurs centaines à manifester contre le durcissement de la loi électorale qui vise à écarter des candidats, à commencer par Ousseynou Darboe, secrétaire général de l’UDP et principal opposant au régime, exclu de la compétition en raison de son âge. C’est l’occasion pour le régime de l’arrêter, en compagnie d’autres responsables du parti, dont l’un meurt peu après en prison. Le 16, une nouvelle manifestation, cette fois contre la répression, amène Jammeh à écourter un voyage en Turquie et à rentrer précipitamment à Banjul.

Même si les participants sont peu nombreux et même si ce type de protestation n’est pas nouveau en Gambie4, il provoque la colère de Jammeh (voir citation en exergue), qui durcit la répression. Avec une conséquence inédite : pour la première fois, l’opposition décide de se rassembler autour d’un candidat unique à la présidentielle (issu des rangs de l’UDP). Dans un contexte de crise aggravée, tous les espoirs lui sont permis…

La surdité du régime

Jammeh ne voit pas ces signaux, ou n’en tient pas compte. Sans doute parce qu’il pense qu’il est le seul à même de pouvoir faire le bonheur des Gambiens : assumant la nature de son régime, il se présente comme un « dictateur du développement et du progrès ». Mais aussi parce qu’il est confiant dans des pratiques qui lui assurent la victoire depuis 20 ans : une forte dose de clientélisme, notamment en direction de son groupe ethnique, les Diola, qu’ils soient d’origine gambienne ou sénégalaise (il fait venir ces derniers par milliers de Casamance lors des élections), et une propagande omniprésente du pouvoir et la mise à disposition de ses candidats des moyens financiers, matériels et humains de l’Etat. A l’inverse, tout est fait pour étouffer les voix discordantes : parallèlement aux purges dans l’appareil d’Etat, le régime compte sur l’intimidation et la répression de l’opposition, de la presse, des organisations de défense des droits de l’Homme… arrestations, tortures, disparitions sont ainsi de nature à réfréner les velléités de résistance. S’y ajoutent les pressions sur les électeurs, avec notamment des menaces pour les localités ou les quartiers qui voteraient mal. Après quoi, le vote peut se dérouler à peu près normalement… La contradiction n’est donc qu’apparente entre dictature et élection : on peut même dire que c’est paradoxalement grâce à la dictature que le régime peut se permettre d’organiser des élections libres. Car, comme le remarque judicieusement Niklas Hultin5, tout se joue en amont de l’élection.

Le problème, est que, cette fois, Jammeh s’est trompé : il a surestimé sa capacité à peser sur le scrutin. La surprise (mauvaise) est donc d’abord pour lui : Jammeh est pris à son propre piège ! C’est ce qui peut expliquer sa première réaction : sans doute désarçonné, il ne peut qu’accepter sa défaite, faute d’une alternative qu’il n’a visiblement pas prévue. D’autant qu’en jouant jusqu’au bout la carte de la légalité, il peut espérer échapper à d’éventuelles poursuites judiciaires. Et peut-être trouver avant la fin de son mandat un moyen de rebondir : c’est exactement ce qui se produit !

Le coup de poker de Jammeh

La menace judiciaire

Sans doute prématurées, certaines déclarations, dont celles de son vainqueur, ont dû inquiéter sérieusement le président sortant : à l’instar d’Hissène Habré, Yahya Jammeh se voyait menacé d’être traîné en justice pour ses graves atteintes aux droits de l’Homme. Une perspective de nature à inquiéter également son entourage, à commencer par les chefs de l’armée et de la police : il est possible que ces derniers aient aidé Jammeh à changer de stratégie en contestant ce qu’il avait d’abord reconnu. Démentis et mises au point se multiplient alors, assurant qu’il ne serait pas inquiété, qu’il pourrait retourner vivre paisiblement dans son ranch de Kanilaye, mais il est trop tard : Jammeh a franchi le Rubicon ! En reconnaissant le résultat de l’élection, l’ancien président avait certes une petite chance d’échapper à des poursuites, mais au prix de la perte du pouvoir. En contestant le résultat, il peut espérer gagner sur les deux tableaux, garder le pouvoir et (donc) échapper aux poursuites. Encore fallait-il une occasion pour cette contestation. Cette occasion, c’est, sans doute bien involontairement, la CEI (Commission électorale indépendante) qui la lui a fournie.

Une opportunité

Un nouveau décompte effectué par la CEI réduit l’écart entre les deux premiers candidats à la présidentielle. Ce rectificatif est tout à l’honneur de la CEI, qui y trouve un surcroît de respectabilité. Mais il offre surtout une formidable opportunité pour Jammeh, lui permettant de jeter le doute sur les travaux de la Commission, de demander l’annulation du vote et, dans la foulée, l’organisation d’un nouveau scrutin. Un nouveau scrutin qu’il peut évidemment espérer remporter en améliorant sa préparation en amont (par exemple en agissant sur les abstentionnistes6).

En jouant cette carte, Jammeh reste apparemment sur le terrain de la légalité constitutionnelle : saisie par le parti au pouvoir, la Cour suprême a bien dans ses compétences le règlement des litiges électoraux7. De plus, ses membres étant choisis par le président en exercice (c’est généralement le cas dans les pays anglophones d’Afrique de l’Ouest comme le Nigéria), le risque qu’ils lui déplaisent paraît faible8. De toute façon, Jammeh peut décider d’ignorer ses décisions, si telle est sa volonté… C’est pourquoi, la date déterminante est moins le 10 janvier (jour où la Cour doit en principe se réunir) que le 19, date à laquelle le président élu proclamé par la CEI doit entrer en fonction. Il s’agirait là d’une obligation constitutionnelle indépendante des décisions de la Cour, comme l’affirme un communiqué très argumenté d’Adama Barrow, reconnaissant au citoyen Jammeh le droit de mener s’il le veut une action judiciaire9. C’est donc au niveau de cette prise de fonction que résident les véritables inconnues, en termes de risques, internes et externes, de recours à la force.

Une situation conflictuelle

Le risque interne

La contestation du résultat de l’élection et les risques de confrontation qui en découlent ont créé une situation totalement inédite dans le pays. La quasi-totalité de la société civile gambienne est en effet publiquement montée au créneau pour demander à Jammeh de partir : commerçants, infirmiers, étudiants, avocats… L’ancien président a également été lâché par des personnalités qu’il avait lui-même nommées, à l’image des onze ambassadeurs (et non des moindres) qui ont publié un communiqué commun. Plutôt silencieux pendant la dictature, le Conseil supérieur islamique a prêté allégeance à Barrow et demandé à Jammeh de partir. Yahya Jammeh Babili Mansa (« le roi des rivières ») aurait voulu être roi, et il se prenait pour un roi, Aujourd’hui, le roi est nu.

Ce large front citoyen pourrait s’exprimer dans la rue en cas de maintien au pouvoir du perdant de l’élection. Au risque d’une intervention de l’armée, silencieuse jusqu’à présent, et qui semble seule en mesure de faire pencher la balance. Mais de quel côté ? Pour réprimer le mouvement ou pour basculer du côté des manifestants ? Là aussi, il semblerait que les choses évoluent : les militaires gambiens ne seraient pas insensibles aux rapports de forces, aussi bien internes qu’externes, et un nombre croissant d’entre eux ne soutiendrait plus Jammeh. La question est cruciale également dans la perspective d’une intervention militaire, ouvertement envisagée par le Sénégal et la CEDEAO afin de déloger Jammeh si nécessaire.

Le risque externe

A l’extérieur, Jammeh ne bénéficie pratiquement d’aucun soutien, si ce n’est, au Sénégal, celui d’une branche de la rébellion casamançaise, elle-même affaiblie. Signataire d’un accord de défense avec Banjul en septembre dernier, la Russie a finalement lâché Jammeh et apporte son soutien à Barrow : à Moscou, la crainte de l’enlisement dans ce qui aurait pu devenir un bourbier gambien l’a semble-t-il emporté sur la perspective, pourtant séduisante, d’une base russe sur la côte ouest de l’Afrique.

Adama Barrow bénéficie donc des plus larges soutiens dans la communauté internationale. Parmi les plus significatifs, il faut retenir celui de la CEDEAO, qui a multiplié (en vain) les missions de médiation à Banjul, et dont les chefs d’Etat se sont engagés à assister le 19 janvier à l’investiture du président élu, Adama Barrow10.

Mais le premier intéressé à un départ de Jammeh est bien le Sénégal, surtout pour des raisons sécuritaires où sont en jeu sa sécurité et la stabilité de la sous-région :

  • tout d’abord, en la privant de son dernier appui dans la sous-région, le départ de Jammeh sonnerait sans doute le glas de ce qu’il reste de la rébellion casamançaise.
  • ensuite, en mettant fin au bras de fer qui plombe les relations entre les deux pays depuis une vingtaine d’années, ce départ mettrait fin à une menace externe mais ressentie au Sénégal comme interne, en raison de la configuration d’emboîtement des deux pays, et de l’usage qu’en a fait Jammeh : outre une fiscalité et une contrebande qui lèsent le Sénégal, le régime gambien est soupçonné par les Occidentaux d’être ou d’avoir été une plaque tournante de beaucoup de trafics, des diamants du sang libérien à la cocaïne sud-américaine, en passant par les armes libyennes ou iraniennes11.
  • plus durablement, ce départ permettrait de poser de nouveau la question des liens entre le Sénégal et la Gambie, dont le discours officiel ne manque jamais de rappeler qu’ils renferment « le même peuple » : avorté en 1989, le projet d’une confédération sénégalo-gambienne ne manquerait certainement pas d’être à nouveau évoqué par Dakar.

C’est pour cela que, si Jammeh refuse de partir, la situation actuelle offre aux dirigeants sénégalais une opportunité de régler à leur manière la question gambienne qui n’est sans doute pas près de se représenter (un dictateur isolé à l’intérieur et à l’extérieur, une caution internationale). Il reste cependant à en évaluer les risques.

Les risques militaires ne semblent pas a priori très élevés pour Dakar : même dans l’hypothèse où les forces de sécurité gambiennes défendent Jammeh, et même si elles bénéficient du soutien de rebelles casamançais, le rapport de forces plaide nettement en faveur de l’armée sénégalaise, qu’elle soit aidée ou non par les forces de la CEDEAO : que ce soit en nombre, en équipement ou en expérience, sa supériorité semble, sur le papier, écrasante.

Les risques politiques sont en revanche nettement plus grands. Ces risques se situent principalement à deux niveaux. Au niveau du Droit, tout d’abord. Si la Cour suprême répond favorablement au recours du camp Jammeh, et s’il se confirme que la démarche est constitutionnelle, serait posé le problème de la légitimité autant que de la légalité internationale d’une intervention extérieure : même avec la caution de la CEDEAO, le Sénégal courrait le risque d’apparaître en posture de puissance régionale violant la souveraineté d’un pays pour atteindre ses objectifs. Pour un pays qui a fait de son image démocratique et légaliste une rente géopolitique, le risque n’est pas négligeable. Mais le risque politique se situe aussi au niveau des objectifs sénégalais eux-mêmes. Les précédentes interventions militaires sénégalaises, en 1980 et en 1981, n’ont pas laissé que des bons souvenirs du côté gambien : notamment la création forcée d’une confédération dominée par le Sénégal après l’intervention de 1981. Même pour des motifs légitimes, toute nouvelle intervention du puissant voisin risquerait de réactiver des réflexes nationalistes qui iraient à l’encontre du but recherché. Tout comme elle risquerait de saper la légitimité du nouveau régime de Banjul.

Un ultime espoir

On ne peut bien sûr pas exclure un scénario-catastrophe, où, entouré par un dernier carré de fidèles, Jammeh irait jusqu’au bout de sa logique de pouvoir à tout prix : ce serait évidemment suicidaire pour lui.

A l’opposé, reste la perspective d’un dénouement pacifique, au prix d’un ultime revirement du dictateur gambien. Un revirement qui pourrait résulter d’un marché : quitter le pouvoir en échange de la garantie d’une impunité judiciaire pour lui-même et pour son entourage. Son impunité semble déjà acquise en Gambie : elle lui a notamment été promise par le nouveau président, Adama Barrow. Encore faudrait-il la justifier aux yeux des familles de victimes du régime et aux yeux des défenseurs des droits de l’Homme : le prix à payer pour ne pas verser le sang ? Mais la solution n’est peut-être pas suffisante pour Jammeh, s’il veut se mettre et mettre son entourage à l’abri de toute poursuite. Hasard de l’Histoire, le 9 janvier à Dakar (la veille de la réunion prévue de la Cour suprême à Banjul), les Chambres africaines extraordinaires, juridiction spéciale créée pour l’occasion, doivent commencer à juger en appel Hissène Habré, condamné en première instance à la prison à perpétuité pour crimes de guerre, actes de tortures et crimes contre l’humanité. Sans doute Yahya Jammeh ne peut-il être accusé de crimes de guerre. Mais pour le reste ? On peut comprendre qu’il ait envie de quitter l’Afrique. Mais qui voudrait l’accueillir ?

La voie d’une issue négociée et pacifique de la crise gambienne est étroite, mais elle existe. Elle rendrait inutile une intervention militaire extérieure discutable et politiquement risquée. Sa mise en œuvre dépend d’abord de Yahya Jammeh : elle obligerait l’ex-président à reconnaître qu’il est complètement isolé, et que, de toute façon, la partie est perdue pour lui. Mais sa mise en œuvre dépend aussi des dirigeants sénégalais, qui devraient résister à la tentation de régler à leur manière la « question gambienne », ne serait-ce que par respect pour un « peuple frère » qui a commencé à tourner seul une page de son histoire.

Jean-Claude Marut

  1. Voir mon article  « République islamique de Gambie : toujours Jammeh… », Lamenparle, avril 2016 []
  2. Selon certaines sources, près d’un quart de la population vivrait ainsi à l’étranger. Une estimation difficile à vérifier en l’absence de données fiables. []
  3. Source : https://missingmigrants.iom.int/ []
  4. En avril 2000, 14 étudiants avaient été tués lors d’une marche de protestation contre le meurtre d’un des leurs par des policiers. []
  5. Professeur à l’université George Mason de Virginie et spécialiste de la Gambie. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/20/gambie-yahya-jammeh-isole-choisit-l-epreuve-de-force_5051821_3212.html#UR6x7LUHRtWufgr6.99 []
  6. Il pourrait notamment corriger une erreur tactique qui, selon des sources concordantes, lui aurait coûté des voix en décembre : l’annonce de la fermeture de la frontière par les autorités gambiennes, quelques jours avant le vote avait permis aux autorités sénégalaises de bloquer le passage de Casamançais binationaux, les empêchant ainsi de voter pour le dictateur. []
  7. Voir le texte de la Constitution de la République de Gambie http://hrlibrary.umn.edu/research/gambia-constitution.pdf N’ayant pas de compétences juridiques, je ne me prononce pas sur l’épisode en cours, laissant aux spécialistes le soin de l’analyser… []
  8. Jammeh a dû compléter la Cour, qui était réduite à un seul membre (son président), depuis qu’il a limogé les autres en 2015. []
  9. President-elect Barrow responds to Jammeh’s New Year message, The Point (Banjul), 3 janvier 2017. http://thepoint.gm/africa/gambia/article/president-elect-barrow-responds-to-jammehs-new-year-message []
  10. Communiqué publié à l’issue du sommet annuel de la Communauté économique d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le 17 décembre à Abuja (Nigeria). []
  11. Sur ces imputations de trafics, voir l’article du Monde : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/16/la-gambie-sous-jammeh-3-les-cargaisons-mysterieuses-de-l-avion-du-dictateur_5050168_3212.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *