Afrique du Sud : les élections locales 2016, une victoire au goût de défaite

Une « victoire écrasante » : non, ce n’est pas le titre d’un article traitant des élections locales sud-africaines tenues le 3 août 2016, mais d’un papier concernant les élections législatives russes organisées quelques jours plus tard, le 18 septembre. Le parti Russie unie y obtint 54,18 % des voix. Avec un résultat similaire, de 53,91 à 54,49 % des suffrages exprimés, selon le type de vote pris en compte[1], le score du Congrès national africain (ANC) s’est vu, lui, qualifier dans la presse de « défaite historique »[2], la « pire depuis la fin de l’apartheid »[3]. Comment expliquer cette différence d’appréciation ? Ces élections n’étaient pas de même type et leurs conséquences ne furent pas identiques et, en Afrique du Sud, ce qui a compté fut la comparaison des élections locales de 2016 avec les précédentes. Cinq ans auparavant, l’ANC avait recueilli 61,95 % des suffrages, contre 53,91 % cette année ; depuis le sommet atteint aux élections locales de 2004 (69,7 % des suffrages), le score du parti de Nelson Mandela a fait une chute rapide : 62,12 % aux élections nationales de 2014 et, donc, 53,91 %[4] aujourd’hui[5].

A l’inverse, la principale force d’opposition, l’Alliance démocratique (DA) a vu s’accroître sa part de l’électorat : de 23,94 % en 2011 à 26,90 % en 2016, en passant par 22,23 % aux élections nationales de 2014. Enfin, les Combattants de la liberté économique (EFF) créés par Justus Malema, ancien dirigeant de la Ligue de jeunesse de l’ANC, après qu’il a été exclu de cette organisation, ont fait un score intéressant pour leur première participation à des élections locales en obtenant 8,19 % des voix, après avoir recueilli 6,35 % des suffrages aux élections nationales de 2014. L’augmentation du nombre des voix obtenues par les partis d’opposition semble minime (+ 2,96 % pour la DA ; + 1,84 % pour les EFF depuis 2014) mais elle a des implications importantes en ce qui concerne la gestion des principales métropoles du pays et ouvre des perspectives inédites pour l’avenir politique de l’Afrique du Sud. Le premier enseignement à tirer de ce scrutin est qu’il représente une victoire de la démocratie sud-africaine : plus de 200 partis (dont beaucoup d’organisations locales) ont présenté des candidats, même si seulement trois d’entre eux ont obtenu au niveau national plus de 5 % des voix. Les élections ont confirmé que la Commission électorale indépendante avait le savoir-faire et la neutralité nécessaires pour organiser des élections libres et honnêtes ainsi que pour collationner efficacement et rapidement leurs résultats.

La montée des oppositions

Généralement parlant, la DA a pénétré des territoires naguère fidèles à l’ANC ; la participation électorale a été plus élevée là où la DA a obtenu de bons résultats, alors qu’elle a été plus faible dans de nombreux fiefs de l’ANC. Celui-ci a perdu de l’influence dans toutes les provinces, à l’exception du KwaZulu-Natal. Il semble que beaucoup d’électeurs déçus par le gouvernement, surtout depuis l’élection de Jacob Zuma à la présidence de la République en 2009, ont préféré l’abstention à un vote en faveur des partis d’opposition. De fait, bien des habitants des townships africains ne se sont pas déplacés pour voter, mais le parti voit aussi ses soutiens diminuer dans des provinces largement rurales telles que le Free State, le North West, le Limpopo et le Northern Cape. La direction de l’ANC semble désormais vivre dans un monde à part, loin de la majorité de la population, préoccupée surtout de ses querelles internes et de ses stratégies d’enrichissement personnel. Jacob Zuma symbolise cette déconnexion corrompue : il a été condamné pour avoir consacré des deniers de l’État à l’aménagement de sa résidence privée de Nkandla[6] et demeure fortement soupçonné de favoriser les entreprises de ses amis, notamment celles d’une famille indienne, les Gupta[7], non sans en tirer lui-même quelque profit. Ses comportements, et ceux de plusieurs dirigeants, contrastent avec la situation que connaissent de nombreux citoyens dont les besoins de base ne sont pas satisfaits par les politiques mises en œuvre par le gouvernement, en dépit de l’importance des aides sociales. Les déclarations pré-électorales de Jacob Zuma ont montré à quel point il ne parvenait plus à comprendre l’évolution de la société sud-africaine : « Nous [l’ANC] gouvernerons jusqu’au retour de Jésus », « les ancêtres seront en colère contre vous si vous ne votez pas ANC », a-t-il, entre autres, proclamé[8].

Mais, au-delà de la responsabilité du Président, c’est l’ensemble de la direction de l’ANC qui se trouve mise en cause : arrogante[9], corrompue, divisée, incompétente, incapable d’améliorer les conditions de vie des gens ordinaires et de vaincre le chômage, étalant son aisance dans des comportements à la limite de la bouffonnerie, tels sont quelques-uns des reproches que lui ont adressés les commentateurs sud-africains[10]. Dans cette perspective, la victoire en chiffres de l’ANC ne le préserve pas des pronostics y détectant paradoxalement « le commencement de la fin »[11]. La DA a consolidé son électorat dans les « nouvelles classes moyennes » urbaines et parmi les born free, nés après 1994. Elle bénéficie toujours d’une large popularité dans le Western Cape (où elle emporte 63,33 % des suffrages) et sa part de l’électorat dans les élections locales ne cesse d’augmenter[12]. Ces résultats marquent le succès de la stratégie mise en place par son ancienne leader Helen Zille. Autrefois militante du Black Sash[13], celle-ci a entrepris de dissiper l’image de parti conservateur attaché à la préservation des privilèges blancs qui collait à la DA depuis sa fondation en 2000. Elle a accéléré la promotion de cadres « non-blancs » jusqu’à l’élection à sa tête de Mmusi Maimane en  2015 et a choisi de faire du Western Cape une vitrine de la probité et de l’efficacité de ses élus, tout en continuant à défendre des positions « libérales » en matière économique et sociale. Cette combinaison a séduit une partie des nouvelles « élites non-blanches » qui refusent de continuer à soutenir l’ANC sur la seule base de son rôle historique. Comme le constatait un éditorial de l’influent hebdomadaire The Mail and Guardian : « La DA atteint tous les objectifs les uns après les autres, tant et si bien qu’il est possible de prendre au sérieux sa prétention à devenir le parti dominant en 2024. Elle a montré dans le Western Cape comment elle pouvait passer de partenaire dans un gouvernement de coalition provincial à une position principale puis hégémonique, et elle se trouve maintenant en situation d’appliquer le même plan dans plusieurs importantes métropoles sud-africaines. »[14]

Avec un programme d’apparence radicale, mais passablement démagogique, les EFF ont attiré un électorat jeune, insatisfait par l’ANC, hostile à la DA, avide d’une véritable transformation sociale. En dépit d’un score limité (8,19 %), ils apparaissent comme des « faiseurs de rois » dans un grand nombre de conseils. Refusant toute alliance tant avec l’ANC qu’avec la DA[15], ils ont cependant décrété que cette dernière était le « meilleur des deux diables » et ont fait pencher en sa faveur la balance lors de l’élection des maires et responsables municipaux. De la sorte, ils ne prennent aucune responsabilité mais se donnent le pouvoir de mettre en difficulté les gouvernements municipaux qu’ils ont contribué à faire élire lorsque leurs décisions ne leur agréeront pas.

Un événement fondateur ?

En conséquence, l’Afrique du Sud voit se mette en place au niveau local une politique de coalitions relativement nouvelle. Vingt-sept municipalités vont désormais être gouvernées par de telles alliances,  souvent sous la houlette de la DA. Celle-ci s’est associée à divers petits partis[16] avec lesquels elle a conclu des accords basés sur quelques grandes orientations : respect de la constitution, non-racialisme, élections libres et honnêtes, dévolution de pouvoirs aux provinces et aux municipalités, amélioration de la fourniture de services (service delivery) et éradication de la pauvreté. Des huit métropoles municipales (les plus importantes), cinq sont dirigées par la DA et trois par l’ANC. Des maires DA ont été portés à la tête de Johannesburg (4 434 827 h.[17], où se trouvent notamment Alexandra et Soweto), du Cap (capitale parlementaire ; 3 740 026 h.), de Tshwane (2 921 488 h., qui inclut Pretoria, capitale gouvernementale), de Nelson Mandela Bay (970 104 h., qui comprend la ville de Port Elizabeth), et de Buffalo City (755,200 h., qui comprend la ville de East London). D’autre part, Ekurhuleni (3 178 470 h, qui administre la région est du Witwatersrand), eThekwini (3 468 086 h, où se trouve Durban) et Mangaung (747 431 h., qui inclut Bloemfontein, capitale judiciaire) sont contrôlées par l’ANC. À Johannesburg, Tshwane, Nelson Mandela Bay et Ekurhuleni, les exécutifs municipaux sont formés par alliance de plusieurs partis. Cette situation est nouvelle pour beaucoup d’élus ANC, peu habitués à se trouver dans l’opposition ou à partager le pouvoir; certains d’entre eux ont d’ailleurs tenté de perturber l’élection de maires DA à Tshwane et Nelson Mandela Bay. Emporter des grandes villes a, bien entendu, une valeur symbolique, surtout lorsque l’opposition détient deux des trois capitales de l’Afrique du Sud; cela a également des implications financières: l’ANC a perdu le contrôle d’environ 85 % des budgets municipaux à l’échelle nationale, ce qui limite sévèrement ses capacités d’attribution préférentielle des marchés publics, et leurs retombées…

Les 54 % de l’ANC constituent donc bien un tournant[18], voire même un événement fondateur (seminal event)[19] dans l’histoire politique de l’Afrique du Sud post-apartheid. Les changements entraînés par les résultats des élections locales ouvrent en effet une période d’incertitudes. Les gouvernements municipaux formés par coalition se trouvent à la merci de dissensions entre partenaires, notamment si le parti dominant (ANC ou DA) cherche à imposer ses vues, mais aussi des EFF qui, soucieux de dénoncer tout ce qui leur paraîtra contraire à leurs engagements, n’hésiteront probablement pas à saper les décisions voire à mettre en minorité des exécutifs fragiles. En outre, les municipalités demeurent dans la dépendance financière des provinces et du gouvernement central. Même si le ministre chargé des collectivités locales auprès du Président, Jeff Radebe, a assuré que les villes dirigées par la DA continueraient à recevoir le soutien du gouvernement, on peut se demander si les fonds nationaux ou provinciaux[20] abonderont également les budgets des municipalités que ne dirige pas l’ANC. À terme, la situation créée par les élections de 2016 peut entraîner une dynamisation du pluralisme politique : leurs résultats ont été marqués non seulement par les progrès de la DA et des EFF, mais aussi par la présence, parfois très sensible, d’innombrables organisations de base et de candidats indépendants émanant de la société civile qui, même s’ils n’ont pas recueilli un nombre significatif de suffrages, ont fait entendre leur voix et, parfois, se sont imposés comme partenaires nécessaires dans des coalitions. La DA se trouve désormais dans une position où il va lui falloir faire la preuve, en dehors du Western Cape, de sa capacité à bien administrer, et surtout, à mettre en place des politiques de redressement social qui ne semblent pas toujours compatibles avec son idéologie libérale en matière économique. Les EFF, quant à eux, devront choisir entre continuer, comme ils l’ont fait régulièrement au parlement, à jouer les sycophantes et les fauteurs de trouble ou tenter, par la négociation, de peser sur les politiques locales.

Luttes de factions

Toutefois, les difficultés les plus éprouvantes sont celles qui se lèvent devant l’ANC. Celui-ci est déjà divisé en diverses factions qui commencent à se mettre en ordre de bataille en vue du congrès électif de décembre 2017. Dès avant les élections locales, des dissensions entre la direction nationale et des organisations locales du parti avaient éclaté : dans le Limpopo, dans le KwaZulu-Natal, dans le Gauteng, tandis que, dans le Western Cape, des divisions anciennes s’aiguisent à la suite des poursuites lancées contre le Président et le secrétaire de sa branche provinciale. Pour le moment, il semble que, dans l’ensemble du Congrès, deux groupes soient en train de s’organiser : l’un, soutenu par un bloc de « Premiers » (ministres provinciaux) et d’anciens dirigeants de la Ligue de jeunesse, soutiendrait la présidente de la Commission de l’Union africaine, plusieurs fois ministre en Afrique du Sud, Nkosazana Dlamini-Zuma; l’autre se rangerait derrière l’actuel Vice-Président, Cyril Ramaphosa, mais celui-ci devra faire oublier sa responsabilité, en tant que membre du conseil d’administration de Lonmines, dans le massacre des mineurs de Marikana en septembre 2012. De plusieurs côtés se sont fait entendre des appels à avancer le congrès électif de l’ANC à l’issue duquel sera nommée une nouvelle équipe dirigeante emmenée par le ou la candidat.e du parti à l’élection présidentielle de 2019, donc par la personne appelée à succéder à Jacob Zuma qui ne pourra se représenter. Toutefois, cette proposition ne paraît pas l’emporter dans les structures internes du Congrès.

Pendant ce temps, Jacob Zuma et ses amis s’efforcent de consolider les mécanismes qui protègent et font fructifier leurs intérêts. La tentative de déstabilisation du ministre des Finances, Pravin Gordhan, en est un signe très clair. Ce dernier, qui jouit d’une réputation de grande rigueur et du soutien des milieux d’affaires sud-africains et internationaux, a été menacé d’une mise en accusation pour espionnage par les Hawks[21] suite à sa décision de créer un service pour enquêter sur les revenus des politiques, y compris du Président. La plupart des commentateurs considèrent que cette mise en cause est juridiquement nulle et que l’attaque contre Pravin Gordhan est politiquement motivée. Jacob Zuma et ses amis le perçoivent en effet comme un empêcheur d’accumuler en rond mais, dans une conjoncture économique négative, face au risque d’abaissement de l’Afrique du Sud au grade de «  pourri » (junk) par les agences de notation, ils ont dû se résigner, au moins dans l’immédiat, à le laisser en place[22]. Les moyens de contrôle économique, et d’influence sur l’attribution des marchés publics, à la disposition du Président ont cependant été accrus par la création d’un Comité de coordination des entreprises d’État dont la direction lui a été attribuée et qui lui permettra de peser sur les décisions concernant l’énergie, les transports, l’industrie d’armement et l’information[23].

Dans cette conjoncture de luttes politiques étroitement sous-tendues par des intérêts économiques, l’élection d’un nouveau Protecteur public (Public Protector)[24] revêt une importance singulière. Depuis 2009, sa directrice sortante, Thuli Madonsela, a placé le Protecteur au nombre des institutions publiques les plus respectées du pays ; elle a fait preuve à la fois d’une solide volonté de défendre le droit et d’une ténacité inentamable dans la poursuite des malversations, détournements et prévarications perpétrés par des responsables administratifs et politiques, le Président y compris. C’est en particulier à la suite de ses investigations que la Cour constitutionnelle a ordonné à Jacob Zuma de rembourser une partie des travaux entrepris dans sa résidence de Nkandla[25]. En octobre 2016, une ancienne enquêtrice du Protecteur public, Busisiwe Mkhwebane, a pris la succession de Thuli Madonsela: elle devra montrer qu’elle est capable de préserver et de consolider l’indépendance et l’opiniâtreté de cette institution.

Réduire les inégalités

De nombreux défis attendent donc les dirigeants politiques sud-africains, qu’ils appartiennent à l’ANC ou aux formations d’opposition. Le parti au pouvoir doit impérativement, pour éviter une aggravation de l’érosion de sa popularité, surmonter ses divisions internes et regagner la confiance des électeurs. La direction de l’ANC doit admettre que, dans les termes utilisés par Kgalema Motlanthe, son ancien secrétaire général qui fut un temps bref[26] président de la République, les résultats des élections de 2016 « révèlent des citoyens qui expriment leur volonté, qui expriment leur désir d’un parti capable de reconnaître leurs besoins propres et de travailler à les satisfaire, d’un parti qui ne se repose pas sur des lauriers acquis grâce à ce qu’il a accompli dans le passé et qui ne s’éloigne pas des électeurs. »[27]

Dans l’immédiat, il ne semble pas que ce soit la direction dans laquelle s’engage l’ANC et les efforts de Jacob Zuma pour contrôler étroitement la justice, la police et les medias, notamment audio-visuels, laissent à penser que la reconnexion du parti avec les citoyens n’est pas sa priorité. Pour renforcer ses positions, la DA doit continuer à étendre son influence parmi les électeurs africains, notamment dans les townships où elle est encore perçue comme un parti « blanc » ; elle ne pourra le faire que si elle entreprend de développer des politiques efficaces de lutte contre les inégalités. C’est effectivement à l’épreuve de la delivery, de la prestation des services essentiels, que de plus en plus les électeurs jaugeront les partis, d’autant que, au-delà des différences quant au rôle de l’État, les idéologies économiques de l’ANC et de la DA ne s’opposent guère. En apparence, les EFF proposent des orientations radicalement différentes ; en fait, derrière leurs exigences de nationalisation des secteurs stratégiques et d’expropriation des entreprises agricoles blanches, se profile la volonté d’améliorer la position d’un groupe de « parastocrates » (dirigeants d’entreprises publiques) et de « tenderpreneurs » (dirigeants d’entreprises privées bénéficiaires de l’attribution des marchés publics), segment rival de la bourgeoisie parasite favorisée par l’ANC. Dans tous les cas, les gouvernants à venir devront affronter sérieusement la question des inégalités[28] ;  la clef de la croissance, prévue comme nulle en 2016, réside sans doute dans  la volonté et la capacité de les réduire, de manière à pacifier la vie sociale et politique et à relancer l’investissement.

[1] Les conseils métropolitains et municipaux sud-africains sont élus avec un mode scrutin mixte, associant un scrutin majoritaire uninominal dans des circonscriptions (wards) et un scrutin proportionnel ; les habitants de municipalités incluses dans un district élisent en outre à la proportionnelle un représentant au Conseil de district ; voir : http://www.elections.org.za/content/Elections/Election-types/ et http://www.localgovernmentaction.org/activists-guide/key-processes/elections (consultés le 03/10/2016).

[2] Sibongile KHUMALO (Agence France-Presse, Johannesburg), « Afrique du Sud: défaite historique pour l’ANC aux municipales », La Presse, 5 août 2016, http://www.lapresse.ca/international/afrique/201608/05/01-5007599-afrique-du-sud-defaite-historique-pour-lanc-aux-municipales.php (consulté le: 3/10/2016).

[3] Aislinn LAING, « South Africa election sees ANC suffer its worst defeat since end of apartheid », The Telegraph, 6 August 2016, http://www.telegraph.co.uk/news/2016/08/06/south-africa-election-sees-anc-suffer-its-worst-defeat-since-end/ (consulté le : 03/10/2016).

[4] Moyenne des votes dans les wards et des votes à la proportionnelle.

[5] La source des résultats donnés dans ce texte est la Commission électorale indépendante d’Afrique du Sud (IEC) : http://www.elections.org.za/content/default.aspx/. En septembre 2016, la participation s’est élevée à 58 % des électeurs inscrits, qui représentaient 77 % des citoyens en droit et en âge de voter (http://www.southafrica.info/about/government/eligible-voters-2016-municipal-elections-060616.htm#.V-QHkjWRaao; consulté le: 22/09/2016).

[6] Le jugement complet de la Cour constitutionnelle déclarant que le Président a manqué à son devoir de défendre et de respecter la constitution est disponible à partir de : http://ewn.co.za/2016/03/31/Nkandla-ConCourt-ruling (consulté le 21/09/2016).

[7] Peu après ces élections, la famille Gupta a toutefois annoncé son intention de vendre toutes ses entreprises sud-africaines avant la fin de l’année (The Sunday Times, 28 août 2016, p. 1).

[8] The Sunday Independant, 7 août 2016, p.1.

[9] Ainsi, Nomvula Mokonyane, alors premier ministre du Gauteng, avait-elle déclaré en 2013: « Les gens peuvent nous menacer et dire qu’ils n’iront pas voter mais l’ANC n’a pas besoin de leur sale [dirty] vote. » Cité dans:

Keith GOTTSCHALK, « Ruling party needs majors rethinking in strategy to recapture voters », The New Age, 9 août 2016.

[10] Voir, entre autres : Tinyiko MALULEKE, « Electorate has delivered a sermon for the ANC », The Sunday Independant, 7 août 2016, p.13 et Mavuso MSIMANG, « ANC does not deserve this leadership », City Press, 14 août 2016, p. 1.

[11] « Unless something changes drastically, this is the beginning of the end for the ANC », dans : Mcebisi NDLETYANA, « Something must change drastically », The Sunday Independent, 21 août 2016, p. 15.

[12] 14,8 % en 2006 ; 23,94 % en 2011 ;  26,90 % en 2016.

[13] Organisation féminine de défense des droits humains et de lutte contre l’apartheid.

[14] The Mail and Guardian, 19 août 2016, p. 22.

[15] Pour ce faire, ils ont posé des conditions inacceptables par leurs partenaires potentiels, dont plusieurs relevaient d’ailleurs de la politique nationale, entre autres : la destitution du président Zuma ; l’expropriation sans compensation des terres des agriculteurs blancs; la nationalisation des mines, des banques et d’autres secteurs stratégiques.

[16] Le Mouvement démocratique uni (UDM), le Parti démocrate-chrétien africain (ACDP), le Congrès du peuple (COPE), le Front de la liberté plus (FF+) et le Parti de la liberté Inkatha (IFP).

[17] Les chiffres de population sont tirés du dernier recensement datant de 2011.

[18] « South Africa has broken the post-colonial narrative ; it’s a thrilling turning point », The Guardian, 6 août 2016.

[19] « Seminal results show the political landscape cannot be the same again », The Sunday Independant, 7 août 2016, p.13.

[20] À l’exception du Western Cape, toutes les provinces sont dirigées par l’ANC.

[21] Les Hawks (faucons) est le nom couramment utilisé pour désigner la Direction des investigations criminelles prioritaires (DPCI) chargée de combattre les crimes économiques et la corruption.

[22] Voir : « Zuma, Gordhan appear together to ease infighting talk », Fin24, 16 septembre 2016, http://www.fin24.com/Economy/zuma-gordhan-appear-together-to-ease-infighting-talk-20160916; « Economy to grow by over 1% in 2017, Gordhan tells UK », Fin24, 3 octobre 2016,

http://www.fin24.com/Economy/economy-to-grow-by-over-1-in-2017-gordhan-tells-uk-20161003; Tom KEENE, Francine LACQUA, « Gordhan calls probe against him ‘political mischief’ », Fin24, 4 octobre 2016,

http://www.fin24.com/Economy/gordhan-calls-probe-against-him-political-mischief-20161004; (consultés le 5 octobre 2016).

[23] City Press, Business and Tenders, 28 août 2016, p. 1; The Mail and Guardian, 26 septembre 2016, p. 3.

[24] Le Protecteur public dirige une institution habilitée à recevoir des plaintes de citoyens contre des officiels, des personnes politiques et des agences gouvernementales et à entreprendre des investigations relatives à ces plaintes ; il  peut recommander des poursuites lorsqu’il a conclu à des irrégularités et notamment à de la corruption. Voir : « Why the office is such an important one ? », Cape Times, 22 août 2016, p. 9 et « South Africa’s Public Protector », South Africa.info, http://www.southafrica.info/about/democracy/pubprotect.htm#.V_S_D_mDzIU#ixzz4MCOrwJ1x (consulté le 5/10/2016).

[25] Phillip de WET, « Public protectors’ big shoes await », The Mail and Guardian, 12 août 2016, p. 7 ; « Who will protect us ? », The Sunday Times, 14 août 2016, p. 5.

[26] Du 25 septembre 2008 au 9 mai 2009, à la suite de l’éviction de Thabo Mbeki.

[27] City Press, 21 août 2016, p. 4.

[28] 10 % de la population possèdent au moins 90 % du patrimoine, même si ces 10 % n’engrangent « que » 55 à 60 % de tous les revenus (The Mail and Guardian Business, 5 août 2016, p. 4).

Denis-Constant Martin, Chercheur associé à LAM.


2 réflexions sur « Afrique du Sud : les élections locales 2016, une victoire au goût de défaite »

  1. Bonjour,

    Merci pour ce compte-rendu des élections locales sud-africaines. Je souhaite relever quelques erreurs factuelles :
    – Le leader d’EFF s’appelle Julius Malema (non pas Justus)
    – La compagnie qui exploite la mine de platine à Marikana s’appelle Lonmin (non pas Lonmines)
    – Buffalo City est restée aux mains de l’ANC (le parti a recueilli 58 % des voix). Parmi les huit municipalités métropolitaines, quatre sont donc dirigées par la DA (non pas cinq comme vous l’affirmez) et quatre par l’ANC.

    Par ailleurs, la conclusion sur le « réel » projet politique et économique d’EFF relève un peu du procès d’intention, d’autant plus que ceux ici décrits comme « tenderpreneneurs » et « parastocrates » sont en fait souvent liés à l’ANC car ils sont nommés par le régime et/ou bénéficient des attributions de marchés publics.
    Un développement de la notion de « bourgeoisie parasite » serait également bienvenu car elle est, en l’état, peu étayée et donc peu convaincante.

    Bien à vous,

    Victor Magnani

    1. Lamenparle est un blog ; les textes qui y sont publiés ne sont pas de même nature que ceux qui sont proposés à des revues universitaires et ne peuvent être le lieu de longs développements théoriques; ils accueillent en revanche des points de vue qui tolèrent une certaine dose de subjectivité. Ceci n’excuse aucunement les erreurs factuelles relevées dans ce commentaire; dont acte, avec mes excuses aux lecteurs. Les résultats de Buffalo City, que certaine presse sud-africaine avait trop rapidement annoncés comme incertains (« ANC and DA neck and neck in Buffalo City », http://www.timeslive.co.za/elections/2016/08/04/ANC-and-DA-neck-and-neck-in-Buffalo-City) montrent que, malgré sa victoire, l’ANC, comme ailleurs, a connu une sérieuse érosion électorale: de 70,01% des suffrages exprimés et 71 sièges en 2011, à 58,74 % des SU et 60 sièges en 2016, confirmant ainsi la tendance générale. L’erreur sur les résultats de Buffalo City (au demeurant inexcusable) ne remet donc pas en cause l’analyse globale de ces élections. Part ailleurs, en ce qui concerne le projet économique des EFF, les réseaux formés très tôt par Malema dans le Limpopo, et les bénéfices qu’il en a retirés, peuvent être vus comme une préfiguration de ce qu’il mettrait en place s’il accédait au pouvoir national. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de « parastocrates » ou de « tenderpreneurs » dans les réseaux de l’ANC (au sein duquel Malema a entamé sa carrière politique et qu’il connaît donc fort bien) mais qu’il peut y avoir concurrence entre des segments rivaux de ces groupes. Quant à la notion de « bourgeoisie parasite » ou « prédatrice », par opposition à une bourgeoisie d’entrepreneurs, elle est malheureusement devenue assez banale. J’avais essayé de développer plus en détail ces idées dans un article publié il y a quelque temps: « La dame blanche, l’incirconcis et les diamants noirs : la résurgence du discours racial en Afrique du Sud », Critique internationale 51, avril-juin 2011 : 17-34 (version longue en ligne : http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/critique-internationale-documents-additionnels).
      D.-C. Martin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *