République islamique en Gambie : toujours Jammeh…

Jean-Claude MARUT

Chercheur associé à LAM

Le 12 décembre 2015, Yahya Jammeh décrétait la Gambie République islamique, la deuxième du continent après celle de Mauritanie (1991). Bien que concernant le pays le plus petit et l’un des moins peuplés du continent (deux millions d’habitants), la nouvelle n’est pas passée inaperçue : en pleine poussée islamiste en Afrique de l’Ouest, le pire était à craindre de la part d’un chef d’Etat aussi imprévisible qu’autoritaire. La Charia n’a cependant pas été instaurée à Banjul1, l’obligation faite aux femmes fonctionnaires de porter le voile a rapidement été abandonnée, l’alcool est toujours en vente libre, on entend de la musique dans les rues, et les touristes européens continuent à bronzer sur les plages. « Nous serons une république islamique qui respecte les droits de tous les citoyens et des étrangers » a promis Jammeh, qui s’est montré rassurant envers une minorité chrétienne estimée à 8% de la population. En d’autres termes, la mesure n’a rien changé et, jusqu’à preuve du contraire,  elle n’apparaît que comme un affichage.

L’affichage islamique n’est pas nouveau chez Jammeh. Il y a longtemps, en effet, que le fougueux lieutenant putschiste de 1994, qui passait pour un admirateur de feu Thomas Sankara, a entrepris de changer son image (en même temps que son régime). Légitimé par les urnes après avoir quitté l’armée, il s’est efforcé de donner l’image d’un pieux musulman, arborant grand boubou2, chapelet et Coran. L’accumulation de titres qu’il s’est peu à peu attribués n’a fait que conforter cette image : « Son Excellence Cheikh Professeur Alhadji Docteur Yahya Jammeh Abdul-Aziz Jemus Junkung Babili Mansa ». De cet inventaire à la Prévert, qui pourrait le faire entrer dans le Livre Guinness des records, émerge l’image d’un sage associant la piété au savoir et aux pouvoirs (notamment celui de guérir le sida et le cancer par des plantes…) reçus de Dieu.

Mais si Jammeh assure que son pouvoir lui vient de Dieu, cela ne lui confère officiellement aucun droit particulier : le chef de l’Etat gambien n’est pas un guide religieux. Lorsqu’il a imposé en 2015 une date unique de célébration de la Korité, qui marque la fin du ramadan, c’était moins pour des motifs religieux que pour affirmer son autorité : mettre fin à la cacophonie entre des confréries soufies dont le poids économique et politique est bien moindre qu’au Sénégal voisin. Et s’il s’est référé à l’islam pour combattre la mode de la dépigmentation ou pour interdire l’excision, il semble que c’est avant tout pour des raisons sanitaires. Quant à la Constitution du pays, bien que laïque, elle accorde déjà une place au droit musulman (comme au droit coutumier). Mais, jusqu’à présent, c’est uniquement pour des questions relevant du statut personnel (mariage, divorce, succession…). La seule question qui se pose est de savoir si cette place sera étendue, et jusqu’où, par un projet de loi qui doit être déposé devant l’Assemblée nationale « pour commencer le processus d’application » de la République islamique3 : Pour justifier une telle évolution, il a invoqué « la nécessité de préserver l’identité et la foi islamique du pays ». Mais qui menace cette identité et cette foi, dans un pays qui compte autour de 90 % de musulmans ? En fait, ce qui semble menacé, c’est plutôt le régime lui-même, confronté à une crise sans précédent du modèle sur lequel il a vécu jusque-là.

Un modèle économique en crise

Etat-entrepôt, la Gambie utilise depuis longtemps sa configuration géographique d’ouverture (sur la mer) et d’enclavement (dans le Sénégal) pour importer des marchandises du monde entier à bas prix et peu taxées, et pour les réexporter, souvent frauduleusement, au Sénégal et dans toute la sous-région. Y compris des armes et des stupéfiants, qui ont valu au pays d’être suspecté de blanchiment d’argent4. Il participe également au pillage des ressources naturelles en écoulant en Chine le bois des forêts casamançaises ou bissau-guinéennes introduit en contrebande. Aux revenus du commerce, s’ajoutent ceux du tourisme (la Gambie a la réputation d’offrir les « 3 S », Sea, Sun, Sex), mais aussi les transferts de fonds des émigrés, de plus en plus nombreux. Licite ou non, cette rente diversifiée a fourni des ressources à l’Etat : il en a investi une part dans des infrastructures (scolaires, sanitaires ou routières), qui font la fierté du régime. Mais plus de la moitié de la population reste encore en dessous du seuil de pauvreté. Et l’aide occidentale s’est vite avérée indispensable.

C’est ce modèle économique qui est aujourd’hui en crise. En partie pour des raisons externes : la baisse de la fréquentation touristique, et, encore plus, la concurrence croissante de Dakar comme port de transit, qui diminue l’attractivité de Banjul. Mais la crise est également imputable à des raisons internes, qui renvoient à la nature même du régime : la dictature a manifestement des effets contre-productifs pour l’économie. Les atteintes répétées aux droits de l’Homme ont terni l’image du pays, avec des effets sur la fréquentation touristique, et surtout sur l’aide occidentale. A cet égard, la reprise des exécutions capitales en 2012 a constitué un tournant, conduisant l’UE et les Etats-Unis à suspendre leur aide, avant de la conditionner au respect des droits de l’Homme. Ce qui a eu une incidence directe sur les caisses de l’Etat, qui a de plus en plus de mal à payer ses fonctionnaires. S’y ajoute la prédation économique exercée par le cercle présidentiel. Sur fond de népotisme et de clientélisme, le président et son entourage ont depuis longtemps confisqué une partie de la richesse du pays, recourant à des palliatifs qui ont créé de nouveaux problèmes. C’est ainsi que le recours à la planche à billets a entraîné un renchérissement du crédit qui freine les investissements, mais aussi une chute du dalasi, la monnaie locale, qui freine les importations. Censée renflouer les caisses de l’Etat, la hausse des taxes sur les importations appliquée a provoqué l’effet inverse, entraînant une baisse de l’activité et donc des recettes publiques, en même temps qu’elle a amputé le pouvoir d’achat des ménages, notamment les plus pauvres. A ceux qui fuient le pays pour des raisons politiques, s’ajoutent de plus en plus ceux qui le quittent pour des raisons économiques, faisant de la Gambie, dès 2014, l’un des principaux pays d’émigration du continent, selon un rapport Frontex. Ces mesures ont par ailleurs conduit à une grave crise avec le Sénégal : en riposte à la multiplication par 100 des taxes gambiennes sur le transit des camions décrétée brutalement en février dernier, le blocus sénégalais de la frontière est en train d’asphyxier la Gambie, posant notamment un problème de ravitaillement des centrales électriques. Mais il risque aussi d’asphyxier une partie de la sous-région, notamment la Guinée-Bissau et le Mali, très dépendants des importations par Banjul, mais aussi la Casamance, dépendante des échanges avec Dakar.

Un régime en cause

Directement ou indirectement, la crise du modèle économique gambien renvoie donc à des raisons politiques, à savoir l’autoritarisme du régime et ses graves atteintes aux droits de l’Homme : si, sur le plan économique, la Gambie est l’un des pays africains les plus ouverts sur le monde, politiquement, elle est aussi l’un des plus autoritaires. La dérive n’est pas nouvelle. Très vite après sa prise du pouvoir, s’appuyant sur des services secrets omniprésents, la National Intelligence Agency (NIA), Jammeh avait entrepris de réprimer toute opposition : après avoir éliminé ses compagnons putschistes, il a fait arrêter, emprisonner, torturer, exécuter ou disparaître des opposants réels ou supposés : militaires, avocats, journalistes…5 Les exécutions ont repris en 2012. Des groupes paramilitaires6  qui dépendent directement du président sèment aujourd’hui la terreur7. Cibles privilégiées du régime, les organisations de défense des droits de l’Homme n’ont cessé de dénoncer ces dérives8. Selon Amnesty International, le climat de peur dans lequel vivent les Gambiens depuis plus de 20 ans s’est encore aggravé après une nouvelle tentative de coup d’Etat le 30 décembre 2014.

Jammeh se méfie de tout le monde à l’intérieur. Et de beaucoup de monde à l’extérieur.

Il se méfie d’abord du Sénégal. Probablement impliqué dans une tentative de coup d’Etat en 2006, Dakar est depuis longtemps soupçonné de soutenir l’opposition gambienne et de vouloir absorber la Gambie : l’éphémère expérience confédérale, de 1982 à 1989, a laissé de mauvais souvenirs à Banjul. Moyennant quoi, Jammeh soutient une branche de la rébellion casamançaise et fait traîner la réalisation d’un projet de pont sur le fleuve Gambie, qui désenclaverait justement la Casamance. Il se méfie également des Britanniques, dont il veut effacer toute trace de la colonisation. Ce qui l’a conduit à quitter le Commonwealth en 2013 et a annoncer l’année suivante vouloir supprimer l’anglais comme langue officielle (qu’il est de fait sinon de droit). Et il se méfie plus globalement des Occidentaux, qu’il accuse de vouloir imposer des mœurs et des valeurs dont il entend libérer son pays : après avoir menacé de mort les défenseurs des droits de l’Homme et les homosexuels, Jammeh a fait voter en 2015 une nouvelle loi, qui punit ces derniers de la prison à vie en cas de récidive.

Son autoritarisme n’empêche cependant pas le président d’être constamment réélu depuis son premier succès en 1996. Maniant intimidation et clientélisme, Jammeh s’apprête ainsi à briguer un cinquième mandat en novembre prochain (il a fait adopter en 2002 un amendement constitutionnel supprimant la limitation du nombre de mandats). En même temps qu’il réprimait, le régime s’est en effet construit une base sociale, que ce soit par la réalisation d’équipements au profit des populations ou par des pratiques clientélaires. Notamment auprès de la communauté diola à laquelle appartient le président9 : très minoritaire en Gambie (de l’ordre de 5%), son poids s’y est fortement accru en raison d’une immigration de travail et de l’afflux de réfugiés de Casamance (consécutif au conflit qui y dure depuis plus de 30 ans), encouragés par les autorités qui naturalisent à tour de bras.

Ces dispositifs sont renforcés par une personnalisation croissante du pouvoir : le portrait du président est omniprésent dans l’espace public, il figure sur de nouveaux billets de banque, et la fête nationale ne commémore plus l’indépendance mais le coup d’Etat de 1994 qui a porté Jammeh au pouvoir… Même s’il semble aujourd’hui abandonné, le projet de faire de la Gambie une monarchie (dont ne subsiste que le titre de « mansa », autrefois porté par les souverains manding de la région) témoigne de cette mégalomanie. La proclamation d’un Etat islamique offre sans doute une solution plus consensuelle et une légitimité plus grande, donnant du président l’image d’un protecteur de la nation en même temps que celle d’un protecteur de la religion dominante.

Un appel à l’aide

Mais l’affichage islamique est aussi à usage externe. Pour compenser le retrait occidental (même s’il n’est pas total), Jammeh adresse en effet un signal fort au monde musulman, avec lequel les liens sont déjà importants. Avec un signal supplémentaire pour les pays arabes lorsqu’il envisage de faire de l’arabe la langue officielle de la Gambie. Certes, les pétrodollars des pays du Golfe financent déjà mosquées et infrastructures sociales. Mais Jammeh attend plus, y compris qu’on lui confie l’organisation du prochain sommet de la Conférence islamique, en 2018. Et il s’adresse aussi aux autres pays musulmans. Il y a quelques années, sa proximité avec l’Iran, via des commerçants chiites libanais, et sur fond de soupçons de narco-trafic, avait suscité des inquiétudes au Sénégal et chez les Occidentaux10. Aujourd’hui, il semble se tourner plutôt vers le Pakistan, qui participe à l’encadrement de l’armée et de la justice gambiennes. Mais sa quête ne se limite nullement à l’Oumma islamique : après avoir rompu avec Taïwan, Jammeh se tourne désormais vers Pékin pour relancer une économie exsangue et remplir les caisses de l’Etat. Points communs à tous ces pays, et c’est ce qui compte pour Jammeh : musulmans ou pas, ils ont de l’argent à investir, et ils ne sont pas regardants sur les droits de l’Homme…

Dans son bras de fer récurrent avec Dakar, le chef de l’Etat gambien sait qu’il peut actionner deux leviers, la traversée de son territoire (qu’il peut bloquer ou dont il peut augmenter le coût) et la rébellion casamançaise (qu’il peut réactiver). Le premier levier se retourne aujourd’hui contre lui. Sera-t-il tenté d’actionner le second ? Premier groupe ethnique de Basse Casamance et principal vivier de la rébellion indépendantiste dans cette partie méridionale du Sénégal, les Diola assurent au président gambien à la fois une clientèle électorale et un bras armé contre les menaces intérieures ou extérieures : en échange de sa protection, une aile de la rébellion passe pour assurer sa sécurité, à la fois en lui fournissant une garde prétorienne et en étant prête à intervenir pour le défendre si nécessaire (comme cela a peut-être été le cas en décembre 2014). Alors que le processus de paix est au point mort en Casamance, le risque de relance du conflit casamançais est donc loin d’être nul si la crise sénégalo-gambienne actuelle se prolonge. En décidant de faire appel à la CEDEAO, le président gambien semble cependant avoir opté pour l’apaisement. Mais cette crise démontre que ce qu’il se passe à Banjul ne concerne pas que les Gambiens, mettant également en jeu des équilibres sous-régionaux fragiles.

Au final, il apparaît que la proclamation d’une république islamique en Gambie renvoie moins à des enjeux religieux que politiques, avec la crise d’un modèle qui tentait de concilier libéralisme économique et autoritarisme politique. Pour surmonter cette crise déstabilisatrice, Jammeh fait feu de tout bois, recourant à différents registres de légitimation, dont celui de la religion est aujourd’hui le plus porteur. Pour reprendre une formule d’Olivier Roy, c’est bien « l’Etat qui définit la place du religieux et non le religieux qui définit celle du politique ». Non sans contradictions, comme en témoignent ses hésitations sur le choix de la langue du pays : suppression de l’anglais (registre anti-impérialiste), mais au profit de quoi ? une langue autochtone (« nous allons parler notre propre langue », registre nationaliste), sans préciser laquelle (le manding, le peul, le diola… ?), ou bien l’arabe (registre islamique), qui est tout sauf autochtone ?

La question d’un basculement islamiste de la Gambie ne semble pas d’actualité. Même si les terroristes ignorent que « la Gambie est une zone interdite pour eux », comme le prétend Jammeh, on peut penser que son régime répressif la protège peut-être mieux que d’autres. Et sans doute qu’en faisant de la religion musulmane un ciment identitaire, il coupe l’herbe sous le pied des islamistes11. Mais pour combien de temps ? Si l’on tient compte des dynamiques à l’œuvre dans toute l’Afrique de l’Ouest, la question peut se poser rapidement. Que ce soit par le biais de l’enseignement ou des œuvres sociales, ou par le biais des réseaux sociaux, l’influence fondamentaliste se diffuse en Gambie comme dans les pays voisins, et des réseaux jihadistes dormants existeraient à Banjul, où des prêcheurs virulents auraient pignon sur rue. En cherchant à étouffer toute contestation interne, et en jouant à l’extérieur la carte de l’anti-occidentalisme tout en courtisant des régimes fondamentalistes, Yahya Jammeh ne joue-il pas aux apprentis-sorciers ?

  1. Son instauration en Mauritanie n’empêche nullement ce pays de collaborer avec les Occidentaux dans la lutte contre le terrorisme. Des militaires gambiens ont d’ailleurs bénéficié d’un entraînement dans des camps de l’armée mauritanienne. []
  2. Selon une source bien informée, l’ample boubou du président cacherait en fait un gilet pare-balles, ce qui montrerait que sa foi a des limites… []
  3. « Pour nous musulmans, nous serons gouvernés par la loi éclairée par la Charia, basée sur le Coran », vient de déclarer Jammeh. Source APA, 1/4/2016 (« Le président gambien accuse l’Occident de créer des groupes terroristes »). []
  4. Voir les rapports du GIABA (Groupe d’action inter-gouvernementale contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest). []
  5. Voir les rapports d’Amnesty International, notamment le dernier (2015-2016) https://www.amnesty.org/fr/countries/africa/gambia/report-gambia/ []
  6. Le nom de l’un de ces groupes, les « Junglers », est issu d’un jeu vidéo, dans lequel il désigne des combattants lâchés dans la jungle… []
  7. Source : rapport OSAR (Organisation suisse d’aide aux réfugiés) : « Gambie : situation des LGBTI », 28 juillet 2015, s’appuyant sur des rapports de UN Human Rights Council. https://www.osar.ch/assets/herkunftslaender/afrika/gambia/150728-gmb-lfbti-f.pdf []
  8. Voir notamment le dernier rapport de Human Rights Watch sur la Gambie, « L’Etat de terreur », 17 septembre 2015 []
  9. Jammeh est lui-même né dans un village sénégalais rattaché à la Gambie peu après l’indépendance []
  10. En 2010, une cargaison d’armes iraniennes avait été interceptée à Lagos, à destination de la Gambie : une partie des armes était manifestement destinée à la rébellion casamançaise, qui en avait déjà reçu d’autres, comme en témoignait alors la puissance de feu accrue du groupe Salif Sadio, soutenu par la Gambie. Une autre partie  était peut-être destinée au président gambien, voire, selon certaines sources, aux combattants du Hezbollah libanais. []
  11. Un constat que faisait déjà Christian Coulon à propos de la Mauritanie (« Les nouvelles voies de l’umma africaine », L’Afrique politique 2002, Islam d’Afrique : entre le local et le global, Karthala, Paris, p. 19 – 29). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *