La crise actuelle au Burundi : un nouvel épisode d’une histoire violente cyclique et de nouvelles donnes, entre mémoires, expériences et horizons d’attente

Le caractère dramatique de l’actualité, les inconnues sur le devenir de la crise actuelle (un politicide de basse intensité ou une crise pré génocidaire, une sortie arbitrée négociée ou une épreuve de force) incitent beaucoup plus à alerter qu’à analyser, au risque de se contenter d’une mise en perspective de longue durée et de se satisfaire d’une vision cyclique des crises enchâssées dans un décor de pressions croissantes (environnementales, démographiques, économiques, sociales..). Par ailleurs l’événement cristallise les analyses et émotions sur celui-ci au risque d’ignorer les changements au cours de ces dix dernières années1. Il convient de nuancer ce propos en s’arrêtant sur les crises et contextes des deux dernières décennies, sur la crise actuelle.

Il s’agit donc de revenir sur l’histoire immédiate des crises burundaises, des années 2005-2015 et, en se détachant de l’emprise des événements actuels, de s’interroger sur trois dimensions : le mémoire ou les mémoires, l’expérience ou les expériences et les horizons d’attente, c’est-à-dire le rapport au passé, au présent et au futur qu’ont les acteurs et les parties en présence et en conflit, leurs attitudes, comportements et stratégies, ce qui revient à s’interroger sur les régimes d’historicité2 auxquelles ils se réfèrent. Ce faisant, il convient d’approcher les perceptions de la crise dans la société burundaise.

La crise actuelle en mémoire des crises passées.

La crise en cours 2015-2016 réveille les démons du passé. Effectivement, et à première vue, elle a bien des points communs avec les précédentes et la succession des crises (1965, 1972-1973, 1988, 1993, 1994-2002-2003) d’allure décennale confirmerait la perception d’une répétition. Ces points communs sont : l’échec d’un projet politique gouvernemental délégitimé et la manifestation d’attentes, la radicalisation des comportements dont l’instrumentalisation ethnique, la montée aux extrêmes et l’évolution d’une crise politique en une « crise ouverte totale » sous l’effet de tensions structurelles3, le renouvellement générationnel des élites, les connexions régionales et internationales…des stratégies partisanes et des nœuds individuels dont le poids et la dimension psychologique des acteurs-clés. L’enchaînement de ces crises passées renforce l’image de leur dimension fatale, d’autant que chaque crise entretient des mémoires douloureuses et une culture autoritaire aux origines de la crise suivante, et réalimente le cycle de violences.

Cette perception-lecture de la crise actuelle correspond à une mise en mémoire, un rapport au passé que chaque période conflictuelle réveille. Cette mémoire est devenue obsessionnelle car elle s’est nourrie de l’absence de traitement politico-judiciaire ou du retard apporté à le faire (la Commission Vérité Réconciliation n’a été créée qu’en 2015), même si durant ces dix dernières années, la liberté d’opinion sur les questions des identités ethniques a désamorcé le discours ethniques, ses « non-dits » et ses tabous.

Cette dimension mémorielle de la crise est connue ; elle est crainte par la population, elle motive des attitudes en réaction et en prévention de protection, de repliement-fuite ou d’autodéfense. Cette peur est exploitée par certains politiques qui en connaissent le pouvoir de mobilisation dans la dénonciation des génocides, en cours ou projetés ; enfin elle est retenue par des acteurs médiatiques en mal d’images et de raccourcis historiques qui, d’une façon rétroactive, confirment les peurs. Elle agirait comme des perceptions « prisons de longue durée ».

Si la crise actuelle se résumait à cette seule dimension ou si cette dimension s’imposait d’une façon exclusive, le risque de blocage serait fort. Moins prises en compte sont les expériences, le rapport au présent, du moins celui de ces dix dernières années qui sont aussi à l’œuvre dans les perceptions et, ce-faisant dans la crise actuelle et son déroulement. « Arusha » résume bien cette expérience du présent, une expérience plurielle qui agit de différente façon.

La crise actuelle et les deux expériences d’Arusha, entre la lettre et l’esprit.

Il ne s’agit pas ici de revenir sur cette épisode ni de démythifier les « pourparlers, négociations et accords d’Arusha » (1998-2003), mais de s’arrêter sur les débats sur Arusha, plus encore sur les perceptions et, ce faisant, les expériences relatives à Arusha, pouvant agir dans la crise actuelle, d’une façon plus rationnelle, moins émotionnelle que dans le cas précédent.

Les expériences d’Arusha, positives puisque la paix et le retour à un ordre constitutionnel en sont ressortis4, agissent de deux façons, dans la mesure où on en retient soit la lettre, soit l’esprit.

Cette expérience d’Arusha dans la lettre, qui ne concerne pas l’interprétation juridique et constitutionnelle5 des accords, se résume en deux leçons principales que peuvent en tirer les acteurs politiques burundais, du moins les élites politico-militaires. La première suggère que dans la résolution-gestion des conflits, seuls le rapport de force sur le terrain, les options militaires et l’épreuve de force dictent la voie de l’accord. L’histoire le prouverait : ainsi l’adhésion du CNDD-FDD (Conseil national de la défense de la démocratie- Forces de défense de la démocratie), principal bénéficiaire, aux accords a signé un rapport de force militaire conquis sur un terrain militaire, national et régional, mais aussi un équilibre des forces en présence (entre les FDD, ses foyers de rébellion et les FAB, Forces armées burundaises, qui contrôlaient les villes et axes de circulation) que l’intervention sud-africaine au Burundi (South African Support Detachment dès octobre 2000) puis l’AMIB ( African Mission in Burundi en 2003) avaient alors gelés. La seconde donne à penser que l’internationalisation ou la régionalisation du conflit, en raison des risques humanitaires et de la déstabilisation géopolitique encourus, ouvrent une négociation où l’on pourra gagner à la table des négociations ce qui n’a pas été gagné, voire a été perdu sur le terrain. D’où l’importance du combat diplomatique et médiatique vis-à-vis de la Communauté internationale via l’opinion publique. Ce mode de résolution internationale des conflits (qui ne se limite pas au seul Burundi et qui se multiplie avec les missions onusiennes-africaines d’interposition) est une sortie diplomatique de la crise, gagnante-gagnante pour toutes les parties belligérantes et les acteurs politiques qui vont mesurer à quels moments il devient judicieux de négocier6 ! Au demeurant, cette façon se ressource dans une culture politique monarchique de Cour quand les « Grands » usaient de la guerre interne…

Mais Arusha, qui n’était qu’un outil de sortie de guerre, « une paix des braves » et une transition tactique que clôturèrent théoriquement les élections générales de 2005, a ouvert un autre champ d’expérience qui a pris une tout autre dimension stratégique, cette fois-ci dans l’esprit, que l’opinion publique, les pratiques sociales, mais beaucoup moins les acteurs politiques cultivant la recherche d’un compromis historique se sont appropriées.

Cet esprit d’Arusha7 auquel, sur le moment, plusieurs acteurs et opinions publiques ne croient pas8, s’est enraciné malgré les aléas politiques et politico-militaires, avec le retour de la paix, dans les institutions (et en premier la Forces de défense nationale), dans la société qui, confrontée au principe de réalité9, a désenchanté le fait ethnique au travers d’une prise de parole amplifiée par la société civile10.

Cette nouvelle donne a mis en évidence un modèle burundais entre stabilité-paix et régime consociatif, avec les objectifs d’une réconciliation démocratique et le développement d’une société civile. Un modèle fragile mais fiable tant que les acteurs respectaient les règles. De plus, cette « période heureuse peut-être achevée »11 qui fut portée par une ouverture médiatique globale et à laquelle une jeunesse urbaine sinon nationale, voire une génération, se sont identifiées, cette expérience collective, dévoilent un horizon d’attente, en dehors des voies de l’escapisme ou d’une sortie d’un espace qui reste cadenassé. A ce modèle burundais dont la réussite reposait sur l’apprentissage démocratique d’un présent12 et sur une circulation des élites (tutsi et hutu, de l’intérieur et de l’extérieur, combattante ou pas), ont manqué les moyens structurels de sa réussite (bilan des retombées des politiques publiques en deçà des espoirs escomptés), un leadership moral (bilan de la gouvernance), l’adhésion des élites enfin, plus séduites par la règle que par l’esprit. Il supposait aussi de vivre l’expérience en tournant le dos à la mémoire.

Ces deux expériences d’Arusha sont-elles à l’œuvre dans la crise actuelle, dans l’approfondissement et dans la gestion de celle-ci ?

Assurément, la lettre d’Arusha réapparaîtra dans une négociation. Elle est déjà présente dans certaines stratégies ayant opté pour la violence, dans certains agendas politiques ou certains positionnements individuels, voire dans un attentisme international. Mais qu’en est-il des ressorts de l’esprit d’Arusha si ses principaux piliers, dont la société civile, en sont exclus ? Qu’en est-il de l’horizon d’attente, des espoirs soulevés ? Cette question a le mérite de s’interroger sur les horizons d’attente des Burundais et de leurs élites.

Les horizons d’attente des Burundais et la crise actuelle.                        

Par « horizons d’attente », il s’agit d’évaluer l’état de l’opinion, ses demandes et ses lectures de la crise actuelle, ses visions du futur dans une société et au sein des élites, autant urbaines que rurales – la ligne de séparation entre les deux mondes étant de plus en plus ténue13 -, dans une population où la jeunesse, démographiquement majoritaire, est cantonnée dans son rôle de cadet social, où les divisions identitaires restent prégnantes.

En temps de crise, ce rapport au futur joue un rôle décisif dans la mesure où il peut activer les mobilisations contre le pouvoir établi ou renforcer l’adhésion au pouvoir ; il pourrait être mesuré, sous la forme d’indice de confiance14, entre optimisme-espoir dans un changement sinon dans l’avenir et pessimisme-scepticisme-crainte dans l’évolution actuelle. Enfin, les horizons d’attente sont corrélés avec les rapports au passé (mémoire) et au présent (expérience) qui sont très prégnants.

L’observation des attitudes et comportements collectifs lors des neuf derniers mois dévoile deux situations : une mobilisation urbaine de la jeunesse et une apparente passivité du monde rural. Alors que le soulèvement d’une jeunesse urbaine marginalisée témoigne d’une adhésion à un idéal politique identifié au respect d’Arusha et à une certaine postmodernité, on dénote des attitudes générales (autant rurales qu’urbaines) de repliement, d’enfermement, attentistes et de précaution, des comportements d’escapisme lorsque c’est possible15. Cette relation distante par rapport aux évènements, aux mobilisations de l’opposition et à celles du pouvoir16, mais aussi la participation aux élections17, révèlent, entre contrainte et consentement, cette prudence d’un monde rural qui, connecté mais encadré et sous la pression de la peur et de facto régimiste18, attend de voir comment évolue la situation à Bujumbura, si ce n’est dans un autre Arusha. Elle témoigne de la dilution de l’horizon d’attente ethnique que certains politiques voudraient réveiller.

Ce comportement de la paysannerie, plutôt défensif, voire proactif19 que l’on peut qualifier de politique, est en fin de compte un élément modérateur dans la crise actuelle, limitant les risques de violence de masse voire de génocide, signant le recul de l’emprise idéologique du discours ethnique….et une prudence envers les discours d’investiture des différents régimes politiques, tant ont été remis en cause tous les espoirs associés aux différents projets politiques, de l’indépendance, de la République, de la modernisation conservatrice de la Deuxième République, de la démocratisation sous la Troisième République, du Burundi Nouveau et de l’accession au pouvoir du CNDD-FDD. Pour ces raisons, il est foncièrement pessimiste20, sinon réaliste.

Au demeurant ce pessimisme se traduit par le recours à la prière et à la religion. S’il s’agit d’une tendance sociétale forte observée, au Burundi et en Afrique, depuis le milieu des années 1980, il est aussi révélateur, en temps de crise, de cette soumission au présent et un aveu de faiblesse, selon l’adage burundais « Umwami yananiwe hasigaye ah’Imana » (« le Souverain ayant échoué il ne reste plus que le secours de Dieu ».). Certes, le pouvoir peut instrumentaliser cette crise de piété religieuse en un messianisme politique, mais cette voie reste limitée aux réseaux « born-again » qui lui sont acquis, minoritaires au niveau national, avec un paradoxe politico-religieux, dans la mesure où les bastions ruraux du CNDD-FDD sont des terres catholiques plutôt que protestantes, et que les terres évangéliques sont plutôt urbaines. Mais tous les acteurs politiques, du Président aux rebellions militaires s’en revendiquent de plus en plus. Cette présence du religieux est un facteur de radicalisation, un entrecroisement du sacré et de la violence, déjà observée dans les milices dans la région des Grands Lacs, mais aussi une opportunité dans la sortie et la gestion de la crise, au travers de la médiation des Eglises21, voire d’une rédemption collective.

Cette faiblesse d’un horizon d’attente, cette absence de vision sont-elles aussi présentes parmi les décideurs, les élites et les intellectuels ? Le pouvoir comme l’opposition ont-ils une vision stratégique ? Répondre à de telles questions suppose de prendre en compte les régimes d’historicité des acteurs-clés politiques et d’évaluer dans quelles mesures ils s’inspirent de la mémoire du passé, de l’expérience du présent et de leurs projections attentes.

C Thibon UPPA/LAM

  1. Ce thème a été abordé lors d’un séminaire tenu à Pau UPPA/LAM en novembre 2015 sur « Ou va le Burundi ? D’où vient le Burundi ? ». []
  2. Plusieurs de ces pistes ont été empruntées aux travaux de R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Editions de l’EHESS, Paris, 2016, et F. Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, La Librairie du XXIe siècle, Paris, 2003. []
  3. Tous les indicateurs, après une phase de reconstruction, sont au négatif : plafonnement des indicateurs démographiques, socio-culturels, dégradation économique et indice de pauvreté….. []
  4. Tout le contraire dans le cas de l’ Arusha rwandais 1992-1993. []
  5. Voir à ce sujet les travaux et publications de S Vandeginste sur le site «Droit, pouvoir, paix au Burundi « IOB, Unversity of Antwerp. []
  6. Voir le positionnement du FNL (Forces nationales de libération) qui n’a pas suivi le CNDD-FDD en 2003. []
  7. Qui dans la lettre a connu des précédents à l’exemple de la Charte de l’Unité nationale et qui se concrétise dans l’engineering consociatif. []
  8. Le CNDD-FDD est resté distant et n’a pas participé aux premiers débats, l’opposition radicale tutsi y était défavorable… []
  9. Les dividendes de la paix attendus ne sont pas concrétisés alors que la gestion des affaires publiques est contestée. []
  10. L’expérience d’un pouvoir hutu à la tête du pays durant 10 ans qui suit un monopole tutsi, contribue à ce scepticisme. []
  11. Selon A Kabuhare, Paris, nov 2015, Séminaire IEDES-IRD. []
  12. Qui se distingue du modèle rwandais qui demande le sacrifice du présent au nom d’un passé idéalisé régénérateur et d’un futur (Vision 2025). []
  13. Cf..le « syndrome belge urbain », la ville s’étend le long des routes. []
  14. A l’image de sondage d’opinion. []
  15. C’est le cas des populations frontalières ou des couches sociales « aisées » qui protègent une partie de leur famille en les envoyant se réfugier dans les pays limitrophes . []
  16. De visu, du moins à partir des photos, la manifestation la plus imposante dans le monde rural fut la cérémonie religieuse du 15 aout à Mugera, devant les mobilisations du pouvoir dans la province de Ngozi et les manifestations communales de l’opposition dans les provinces de Bujumbura rural, Mwaro, Rutana, Rumonge. []
  17. Bien que les données soient discutées, il convient de noter la participation de l’électorat rural, y compris pour les candidats de l’opposition qui avaient donné la consigne du boycott. []
  18. Voir le concept « l’ordre rural des hautes terres » des ainés ruraux développé par A.Guichoua dans Cahiers du CRA, n°6 – 1989, « La crise d’août 1988 au Burundi », toujours d’actualité. []
  19. Décrit une personne prenant en main la responsabilité de sa vie et de ses proches, plutôt que recherchant des causes dans les circonstances ou les personnes extérieures []
  20. Intéressante serait la mesure des mises en culture et l’identification du type de culture, comme indicateur pertinent de la confiance dans l’avenir. []
  21. Plusieurs fois attendue mais à plusieurs moments déficientes (1972,1993-94…). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *