Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier

Hollande l’Africain, de Christophe Boisbouvier (La Découverte, 2015, 335 p.)

 

Parce qu’il couvre depuis trente ans l’actualité africaine et qu’il a interviewé des centaines d’acteurs de la vie politique dans son émission « L’Invité Afrique », le journaliste de RFI Christophe Boisbouvier dispose d’une connaissance profonde de son sujet. Son livre est donc riche d’informations parfois oubliées ou souvent ignorées, notamment par les chercheurs.

Il a choisi de confronter son corpus documentaire au parcours de François Hollande, en démarrant son étude au moment où la gauche arrivait au pouvoir avec François Mitterrand (1981), donc au moment où l’actuel président de la République a adhéré au parti socialiste (1980). Mais, au cours de ces trente-cinq années, François Hollande n’a pas toujours occupé des postes de responsabilité. Avant d’assumer les fonctions présidentielles, il a été tour à tour simple militant socialiste, député, premier secrétaire du PS, et jamais ministre. Son rôle dans les choix africains du PS est donc difficile à cerner, d’autant plus que l’homme n’a jamais brillé par la profondeur de ses convictions.

L’ « avant 2012 » occupe la première moitié de l’ouvrage. Christophe Boisbouvier rappelle qu’entre la gauche française au pouvoir et l’Afrique, tout semblait avoir bien commencé avec la nomination en 1981 au ministère de la Coopération et du Développement de Jean-Pierre Cot, celui dont on dit qu’il lisait les rapports d’Amnesty International avant tout déplacement dans un pays du continent africain.

Ensuite, il y a eu quelques bons discours de Mitterrand, quasiment tiers-mondistes comme celui de Cancun en 1981 (« Salut aux humiliés, aux émigrés, aux exilés sur leur propre terre, qui veulent vivre et vivre libres… »), ou appelant à la démocratie comme celui de La Baule en 1990 (« La France liera tout effort de contribution aux efforts accomplis pour aller vers plus de liberté… »). On a également remarqué le slogan de rupture proclamé par Lionel Jospin en 1995 : « Ni ingérence ni indifférence ».

Mais il y a eu quelques actes négatifs, comme « l’autre Congrès de Berlin », celui de l’Internationale socialiste (contrôlée par le PS français) qui intégra en 1992 parmi les partis frères le RCD tunisien soutien de Ben Ali et le PND égyptien soutien de Moubarak. Il faudra attendre 2011 pour qu’ils soient exclus, en même temps que le FPI de Laurent Gbagbo.

Tout au long de cette période précédant son accession au pouvoir suprême, Hollande s’est contenté d’être un témoin discret des relations franco-africaines. Il n’a guère fait d’effort pour solder les comptes de la période Mitterrand, il ne s’est pas du tout mobilisé dans la commission d’enquête sur le Rwanda lancée par Jospin en 1998, et il a manqué de vigilance à propos de la loi de 2005 sur le « rôle positif de la colonisation ». En fait, il se tenait à l’écart et restait fidèle à sa doctrine selon laquelle « quand on n’a pas d’information, le mieux est de garder le silence ».

De telle sorte qu’il aborda l’année 2012 « sans aucun passé trouble » et ne traînant « aucune casserole françafricaine ». Pour affiner sa préparation africaine dans la course à l’Élysée, il eut recours à deux « jeunes loups iconoclastes » : Thomas Mélonio, qui avait écrit pour le compte de la Fondation Jean-Jaurès en 2011 un petit opuscule suggérant la fermeture des bases militaires françaises en Afrique et l’abandon du franc CFA, et Laurent d’Ersu, ancien journaliste de La Croix et rédacteur des idées sur l’Afrique produites par le think tank Terra Nova. Après l’élection, le premier s’installera au 2 rue de l’Élysée avec Hélène Le Gal, la nouvelle Madame Afrique de l’Élysée, et le second rejoindra Annick Girardin au secrétariat d’État au Développement et à la Francophonie en 2014.

Ainsi chaperonné, il ne pouvait faire moins que promettre de porter l’Aide publique au Développement (APD) à 1 % du PIB. Hélas, sous son mandat, l’APD a diminué de 20 % et se situe actuellement à 0,36 %. Cependant, ce recul trouve une explication parfaitement recevable : le budget a été dévoré par les OPEX (opérations extérieures de l’armée française). Car l’évolution géopolitique du continent l’a conduit à lancer plusieurs milliers d’hommes dans les opérations Serval, Sangaris et Barkhane. Sur ce sujet, Christophe Boisbouvier développe des chapitres denses (« Flanby s’en va-t-en guerre ») et d’autant plus instructifs que la couverture médiatique de la présence militaire française au Mali a toujours été très encadrée.

Au fil des pages, on note que le président français accorde une très (trop ?) large place aux militaires dans ses prises de décision, et notamment au général Benoît Puga, l’ancien chef d’état-major particulier de Nicolas Sarkozy, qu’il conserve à ses côtés alors que l’homme est à l’opposé de ses convictions politiques. En fait, ce n’est que le début de la realpolitik.

Inévitablement, celle-ci s’impose également dans le domaine des relations économiques, et la logique de l’articulation entre la sécurité et les affaires apparaît clairement dans un rapport publié en 2013 dont l’identité des signataires résume de manière saisissante la nature de la relation franco-africaine : sous la direction d’Hubert Védrine, Un partenariat pour l’avenir, quinze propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l’Afrique et la France, est rédigé par le banquier franco-béninois Lionel Zinsou (peut-être prochain président de la République béninoise), par le banquier franco-ivoirien Tidjane Thiam (actuel directeur de Prudential), et par l’économiste français Jean-Michel Sévérino (ancien directeur de l’AFD). Ce rapport souligne donc la nécessité d’assurer la sécurité de l’Afrique utile (Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria) et recommande d’augmenter sensiblement les exportations vers l’Afrique pour créer, en France, 200 000 emplois (un milliard d’exportations = 10 000 emplois). On n’a peut-être jamais été aussi clair depuis Jules Ferry…

Mais soyons honnête, ce rapport contient aussi une proposition visant à « filtrer » l’aide sur des critères éthiques avec la création d’un Conseil national du Développement et de la Solidarité internationale qui empêche – théoriquement – de passer des « petits arrangements entre amis », notamment avec les chefs d’État peu démocrates. Ceux qui, par exemple, négociaient directement avec Sarkozy. Mais ce CNDSI n’a pas encore démontré son existence réelle.

On le voit, on est loin de la suppression des bases militaires et de l’abandon du franc CFA. Hollande a t-il – au moins – encore un œil sur les droits de l’homme en Afrique ? On l’a cru lorsqu’il a fait mine, lors du Sommet de l’OIF en novembre 2014, de menacer les chefs d’État qui envisageaient de changer leur Constitution pour briguer un mandat supplémentaire. Mais il n’a rien dit à ceux qui l’avaient déjà fait (Biya, Bongo, Faure Gnassingbé et Déby).

Et c’est justement l’infréquentable Déby qui est devenu son meilleur allié sur le continent, sinon son meilleur ami. Conforté par la phrase de Le Drian (« Déby n’est pas un enfant de chœur, mais nous ne lui demandons pas son casier judiciaire »), Hollande a bien compris que la France avait besoin des soldats tchadiens pour maintenir l’ordre au Sahel, mais aussi des services de renseignement de N’Djaména pour mieux cerner les djihadistes. Déby ne déclare-t-il pas sans complexe : « Je les connais d’autant mieux que sur le marché des armes il n’y a que deux acheteurs, les terroristes et moi » ?

Alors François Hollande est-il en position de path dependence, contraint par des décisions antérieures et des réalités actuelles qui auraient atteint une sorte de « point de non-retour » ? Ou bien va-t-il « tirer de l’Afrique une nouvelle force en vue de la présidentielle de 2017 », c’est-à-dire jouer sur les thèmes qui servent ses intérêts électoraux ? Ce livre est donc aussi le constat qu’entre le monde des idées (principe de plaisir) et celui de l’action (principe de réalité), il y a une sorte d’inévitable basculement, que François Hollande a épousé sans trop de résistance.

 

02/02/2016

Christian Bouquet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *