L’élection présidentielle du 25 octobre 2015 en Côte d’Ivoire. Sous basse tension.

Christian BOUQUET

Géographe. LAM


Après les violences qui avaient suivi la dernière élection présidentielle de novembre 2010 en Côte d’Ivoire, faisant officiellement 3000 morts et probablement beaucoup plus en cinq mois de guerre civile, on attendait avec inquiétude le rendez-vous de 2015.

Présent sur place pendant toute la campagne électorale (9-23 octobre) et observateur attentif le jour du vote (25 octobre), j’ai pu recueillir les quelques notes qui suivent et lister les éléments qui mériteront une analyse plus approfondie1.

Cocody ADO

Cette photo était inimaginable pendant la campagne électorale de 2010 : planté au matin du 9 octobre en plein campus universitaire de Cocody, un gigantesque panneau électoral appelait à voter pour Alassane Dramane Ouattara (ADO). Ainsi l’ancien fief de la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire, autrefois bras armé de Laurent Gbagbo) semblait aujourd’hui anesthésié au point que personne n’a même songé à vandaliser l’affiche. Personne ne s’est davantage posé la question de savoir si un campus universitaire pouvait légalement accueillir la propagande électorale nationale.

En fait, les Ivoiriens avaient sans doute encore quelques sujets de mécontentement ou de frustration, mais ils avaient encore davantage envie que tout se passe calmement. Dans la capitale économique, les activités laborieuses et festives n’avaient pas diminué à l’approche du scrutin et, à l’intérieur du pays, la situation sécuritaire était si peu inquiétante que le départ du 22ème Tour cycliste de la Côte d’Ivoire avait été donné début octobre à Dabakala, pour une première étape qui devait conduire la soixantaine de coureurs venus d’Afrique et d’Europe à Katiola. Il n’y a pas si longtemps, la piste empruntée était l’axe préféré des coupeurs de route.

Et le climat des affaires ? Contrairement aux tendances enregistrées habituellement à la veille d’une élection importante, rien ne semblait avoir été mis en sommeil en attendant les résultats, et les investisseurs étrangers continuaient à remplir les avions qui desservent Abidjan, notamment l’énorme A380 qui se pose trois fois par semaine dans la capitale économique ivoirienne.

Mois de tous les dangers, octobre 2015 allait-il accoucher d’une souris ?

Une campagne paisible mais décevante

C’est à la Commission électorale indépendante (CEI) qu’avaient été confiées toutes les étapes du processus. Sa composition (17 membres, dont 9 considérés comme proches du pouvoir) a été le fruit de longues négociations qui ont fait perdre beaucoup de temps aux commissaires, par ailleurs chargés de toute l’organisation du scrutin. De telle sorte que l’établissement de la liste électorale a été bâclé (6,3 millions d’inscrits quand on en attendait 9 millions), et que les dispositions indispensables à la bonne marche des opérations, notamment la formation des scrutateurs au maniement des tablettes biométriques, ont été prises dans la précipitation.

Néanmoins, la traditionnelle « magie du dernier moment » a opéré. 33 candidats se sont inscrits, 10 ont été retenus par le Conseil constitutionnel, ils ont reçu chacun 100 millions F CFA, des affiches, un temps de parole sur les médias d’État et ont pu organiser des meetings dans tout le pays.

Ce scrutin était donc « inclusif », pour reprendre une expression devenue incontournable, dans la mesure où toutes les sensibilités ont pu se présenter. En face du rouleau compresseur du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix, alliance de plusieurs partis, dont le RDR et le PDCI) qui présentait un candidat unique (le président sortant Alassane Ouattara), il était difficile d’espérer gagner, ce qui a rapidement conduit trois des candidats à jeter l’éponge, au motif que « toutes les conditions pour une élection régulière n’étaient pas remplies ». Parmi ceux qui sont allés au bout de leur démarche, Pascal Affi N’Guessan était le candidat d’un FPI (Front populaire ivoirien, parti de Laurent Gbagbo) déchiré entre les radicaux, pour qui c’était « Gbagbo ou rien », et les modérés qui souhaitaient revenir dans le jeu démocratique après quatre années de boycott des élections intermédiaires.

S’était également maintenu Kouadio Konan Bertin, dit KKB, dissident du PDCI, qui n’admettait pas la candidature unique du RHDP dès le premier tour. À l’évidence, la partie allait se jouer entre ces trois leaders.

L’accès de tous aux médias d’État a été une excellente initiative au plan démocratique. Il est dommage que, sur le terrain des idées et des programmes, nombre des messages radio-télévisés aient été à ce point désespérants. Entre les promesses de multiplier par cinq les salaires, de rendre gratuit le passage sur le 3ème pont d’Abidjan, de révolutionner le marché de l’emploi par la filière attiéké, ou de transformer les planteurs de cacao en travailleurs salariés, on a tout entendu. Au point que de nombreux Ivoiriens souhaitent que la caution pour la candidature soit à l’avenir portée de 20 à 200 millions F CFA…

À l’évidence, à une ou deux exceptions près, les candidats n’ont pas redoré l’image déjà fortement écornée de la classe politique ivoirienne. En bataillant pour les couleurs utilisées sur les affiches, ou pour la photo choisie par la CEI sur le bulletin unique, ou pour l’ordre retenu pour les noms et prénoms, certains candidats ont perdu une partie de leur crédibilité.

Ceux qui prônaient le boycott de l’élection présidentielle se sont fait entendre, parfois bruyamment mais sans dérapages. On a pu voir – paradoxe d’une démocratie encore mal intégrée – des panneaux électoraux officiels occupés par des affiches appelant à ne pas aller voter. Mais les plus virulents dans ce camp de l’abstention, c’est-à-dire essentiellement les inconditionnels de Gbagbo, sont restés dans les limites de la légalité, sans doute parce que leur leader mythique a fait parvenir, de sa prison de la CPI, quelques jours avant le vote, un message rappelant qu’il ne se mêlait de rien.

Il ne restait donc plus qu’à attendre la comptabilisation des bulletins pour mesurer le poids des uns et des autres.

Un vote sans incidents, des résultats sans surprise, encore que…

Le dimanche 25 octobre fut une journée très calme, presque un dimanche ordinaire. Dans les bureaux de vote, ouverts avec plus ou moins de ponctualité, les agents ont reçu les fameuses tablettes biométriques, un produit Safran (ex-Sagem, groupe spécialisé dans les équipements de sécurité) acquis tardivement pour assurer un contrôle absolu des opérations, et, quand elles fonctionnaient, elles ont littéralement fasciné les électeurs qui découvraient sur l’écran, simplement en appuyant leur index sur la vitre, leur photo et toutes les données les concernant. Malheureusement, beaucoup de machines n’ont pas marché, ou bien n’ont pas pu être utilisées faute de formation des scrutateurs. Ceux-ci préféraient d’ailleurs travailler sur les registres traditionnels. Repoussée à 19 heures, la clôture du vote eut lieu sans incidents majeurs.

Quand une élection est à ce point déséquilibrée, les pourcentages communiqués à l’issue du vote n’ont guère de sens. Ainsi peut-on retenir que le président sortant a gagné avec 83,66 % des voix. Mais la participation n’a été que de 52,86 % sur l’ensemble du territoire, et de seulement 43,58 % dans le district d’Abidjan, c’est-à-dire la grosse circonscription (29 % des électeurs de Côte d’Ivoire) dans laquelle Laurent Gbagbo avait obtenu 51,9 % des voix au second tour de l’élection présidentielle de 2010.

Serait-ce une victoire, par défaut, du boycott ? L’ombre de Laurent Gbagbo serait-elle encore si forte qu’elle obscurcirait les résultats ? Probablement pas, car si l’on se penche sur le nombre de suffrages obtenus par Alassane Ouattara sur la totalité du pays (2 618 229 voix), on note que le président sortant est au-dessus de son total de 2010 (2 483 164 voix)2.

Pour Ouattara, ce n’est donc pas le triomphe que laisse supposer ce score « à la soviétique », mais cela reste une victoire, dans la mesure où il a refait largement le plein de son électorat, y compris celui provenant de son allié PDCI. On se souvient que cette alliance, nouée en 2005, avait surpris en 2010 – notamment les partisans de Gbagbo – par sa cohésion et sa loyauté. Ceux qui, au sein du PDCI, avaient regimbé pour 2015 ont pu mesurer leur poids dans le score de KKB : 3,88 % soit 121 386 voix. Autant dire qu’Henri Konan Bédié tient encore bien l’ancien parti unique.

Quant au FPI, uniquement représenté par son aile modérée, il ne recueille que 9,29 % des suffrages (290 780 voix). C’est très peu en comparaison des 1 756 504 voix obtenues par Laurent Gbagbo au premier tour de 2010 (et de ses 2 107 055 voix du second tour). Que représentent les inconditionnels de l’ex-chef de l’État parmi les 2 970 261 abstentionnistes d’octobre 2015 ? C’est là toute l’ambiguïté que crée un mot d’ordre de boycott : chacun se croit détenteur des voix silencieuses et, naturellement, chacun se trompe.

Et maintenant ?

« La page est-elle tournée ? » titraient la plupart des organes de presse au lendemain de cette élection. Quelle que soit la page, il va falloir l’écrire et le second mandat d’Alassane Ouattara ne sera pas forcément plus simple que le premier car de nombreux dossiers brûlants ont été mis en sommeil.

Il y a d’abord celui de la réconciliation nationale, qui ne pourra plus être un serpent de mer. Les résultats sont là pour le confirmer : il faut d’urgence réinsérer tous les acteurs dans le jeu politique, dans le cadre d’un dialogue qui sera – paradoxalement – facilité par le fait que le président réélu n’entend pas constituer un gouvernement d’union nationale. Il y aura donc une majorité ET une opposition. À chacun d’y trouver sa juste place.

La réconciliation passe aussi – et peut-être surtout – par la réactivation de la justice et l’ouverture des procès pour tous les coupables des exactions. Il va falloir en finir avec les accusations de « justice des vainqueurs » ou « à deux vitesses », et les cinq années à venir ne seront pas de trop3.

Ensuite, le choix de Ouattara de régler le problème de la réconciliation par le développement économique devra enfin trouver son application sociale. Il a perdu des voix dans son propre camp, notamment à Abidjan, à cause de l’incrédulité qui entourait les « centaines de milliers d’emplois créés ». Parallèlement, des mesures significatives devront être prises pour la bonne gouvernance, l’autre nom de la corruption, car les Ivoiriens continuent à douter de la vertu de leurs dirigeants.

Enfin, au moins deux sujets soigneusement enfermés dans les placards devront être abordés : la réforme du foncier rural, puisque la loi de 1998 est clairement insatisfaisante et encore facteur de conflits intercommunautaires, et le règlement du problème de l’apatridie, car ce sont probablement des « apatrides malgré eux », c’est-à-dire des Ivoiriens sans papiers, qui n’ont pu être intégrés dans la liste électorale de 2015.

Ce problème de la nationalité, très sensible dans un pays où l’ivoirité a failli déclencher une guerre civile, pourrait être au cœur de la nouvelle Constitution que le président réélu envisage de proposer par référendum. Le fameux article 35 sur l’éligibilité serait ainsi revu, mais il pourrait également profiter de ce toilettage pour créer un poste de vice-président de la République.

Car Alassane Ouattara vient d’être élu pour un second mandat qu’il ne souhaite pas forcément assumer personnellement jusqu’à son terme. C’est suffisamment rare pour être souligné : sauf surprise, il n’y aura pas de 3ème mandat…

  1. Pour une analyse de la préparation de ces élections, cf. http://lamenparle.hypotheses.org/20 []
  2. Pour davantage de détails, cf. http://abonnes.lemonde.fr/afrique/article/2015/10/29/reelection-d-alassane-ouattara-des-chiffres-en-trompe-l-il_4799524_3212.html []
  3. Sur le procès de Simone Gbagbo et les dysfonctionnements de la Justice ivoirienne, cf. http://lamenparle.hypotheses.org/221 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *