Un mois avant les élections générales : la Tanzanie à la croisée des chemins ?

Le 25 octobre prochain, la Tanzanie tiendra ses cinquièmes élections générales – présidentielles, législatives et au niveau des districts – depuis le retour au multipartisme en 1992. La situation, déjà évoquée précédemment 1, a beaucoup évolué ces dernières semaines, rebattant les cartes du jeu politique. Si les tensions pendant cette campagne sont fortes, c’est parce que jamais la compétition n’avait été aussi serrée entre le parti au pouvoir depuis 1961 – le Chama Cha Mapinduzi (CCM) – et son opposition, dont les composantes principales sont désormais unies sous la bannière d’Ukawa. Si l’incertitude est aujourd’hui de mise, d’aucuns estiment que le déroulement du scrutin et ses résultats auront un impact déterminant sur les évolutions à venir du système politique tanzanien.

  1. Nominations, démissions et réalignements partisans

Le processus de nomination interne au CCM a provoqué, à la sortie de l’été, des remous qui ont conduit à un réalignement du système partisan tanzanien : après une campagne interne menée par les deux favoris, l’ancien Premier ministre Edward Lowassa et l’actuel ministre des Affaires étrangères Bernard Membe, c’est finalement un outsider, le ministre des constructions John Pombe Magufuli, qui a été désigné comme le candidat à la présidentielle par le parti au pouvoir.

Ce choix, que de nombreux partisans d’Edward Lowassa ont qualifié de malhonnête et de truqué, a provoqué quelques semaines plus tard la défection de ce dernier vers le principal parti d’opposition – le Chama Cha Demokrasia na Maendeleo (Chadema) – qui en a immédiatement fait son candidat à la présidentielle. L’ancien Premier ministre est soutenu par la coalition Ukawa, composée de quatre partis politiques et créée au printemps après le refus de l’opposition de participer au processus de réforme constitutionnelle, et accompagné par Juma Duni Haji comme candidat à la vice-présidence, l’ancien vice-président du parti Civic United Front (CUF) et le ministre des Infrastructures du gouvernement de Zanzibar : il a lui aussi rejoint Chadema puisque la loi électorale tanzanienne oblige les deux membres du ticket présidentiel à appartenir au même parti. Après celle d’Edward Lowassa, les défections se sont multipliées aux échelons inférieurs du CCM, décimant parfois les hiérarchies locales, comme dans la région d’Arusha (d’où vient Edward Lowassa), de Manyara ou de Singida. Au niveau national pourtant, les ralliements sont restés peu nombreux, à l’exception notable de celui de l’ancien Premier ministre Frederick Sumaye, qui est depuis très impliqué dans la campagne de l’opposition.

La nomination d’Edward Lowassa a également eu pour conséquence des démissions au sein même de l’opposition et les deux principaux partis de la coalition ont chacun perdu leur candidat à la présidentielle de 2010. Wilbrod Slaa, l’ancien secrétaire général de Chadema, a tenu une conférence de presse incendiaire le 1er septembre, accusant l’opposition d’avoir vendu son âme au diable en choisissant un candidat impliqué dans le scandale majeur de corruption Richmond2. De son côté, Ibrahim Lipumba, président du CUF et qui avait d’abord joué un rôle important dans le ralliement de l’ancien Premier ministre, a ensuite exprimé ses remords et ses craintes que les projets d’une nouvelle constitution et d’un système à trois gouvernements soient abandonnés par un ancien membre du CCM qui ne s’est rallié à cette solution institutionnelle que tardivement. S’il est resté plus discret sur son opinion personnelle à l’égard d’Edward Lowassa, sa démission a semé le trouble chez certains militants du CUF parmi lesquels il était très populaire.

En outre, il semble que l’arrivée d’Edward Lowassa a également provoqué des défections au sein de Chadema au niveau local : certains militants de l’opposition ont en effet eu des difficultés à accepter la nomination de celui qui était jusqu’à récemment présenté par ses nouveaux partisans comme l’incarnation du « système CCM », entre scandales de corruption, arrangements avec les grands groupes du pays et reproduction de l’hégémonie politique de l’ancien parti unique. Si ces départs sont moins visibles et nombreux qu’au sein du CCM, ils restent réels et pourraient remettre en cause les structures du parti après une potentielle défaite, alors que Chadema avait depuis près d’une décennie largement investi dans la construction de ses structures locales.

Ces divers défections et ralliements dans les deux camps ont clairement contribué à brouiller la distinction entre le parti au pouvoir et l’opposition : si celle-ci était parfois fluide au niveau local (il n’est pas rare qu’un candidat malheureux à la nomination interne au CCM se présente ensuite sous la bannière de l’opposition), la frontière était encore claire au niveau national jusqu’il y a quelques semaines. Mais, lors du lancement de la campagne du parti au pouvoir le 23 août à Dar es Salaam, l’ancien président Ali Hassan Mwinyi a ainsi pu railler l’opposition en la qualifiant de « CCM B » et certains ministres, dans une réécriture du processus de nomination interne, ne manquent pas de rappeler que ces défections ne concernent que des candidats dont le CCM n’a pas voulu.

  1. Deux éléments marquants de la campagne : personnalisation et « communautarisation »

Les deux camps ont contribué à renforcer ce brouillage entre parti au pouvoir et opposition en menant chacun une campagne extrêmement personnalisée autour de la figure de leur candidat, tous les deux bien plus populaires que leurs partis respectifs. Après un recul historique lors des élections locales de 2014, l’équipe de campagne du CCM a clairement fait le choix de mettre en retrait le nom et les symboles du parti. Son candidat, John Magufuli, fait même campagne sur le thème du changement, allant jusqu’à détourner le slogan d’Edward Lowassa de « Mouvement 4 Change » (M4C) en « Magufuli For Change ». Son slogan principal – hapa kazi tu! (ici, il n’y a que du travail) – décrit en peu de mots le nouveau type de gouvernance qu’il se propose d’instaurer au sein du parti et de l’administration.

La personnalité de son candidat est de fait le principal argument du CCM : les autres slogans de la campagne, en mettant en avant ses qualités personnelles, portent en creux les critiques adressées à son principal adversaire : mchapakazi (travailleur) en opposition à Edward Lowassa et à sa santé visiblement fragile ; muadilifu (éthique), en référence au scandale Richmond et à l’implication de l’ancien Premier ministre. En outre, le choix de John Magufuli, un ministre dont la réputation d’efficacité et d’intégrité est acquise après deux décennies au gouvernement, permettrait presque au CCM de s’attribuer un blanc-seing face à la déception que les deux mandats de Jakaya Kikwete ont suscitée : certains de ses leaders vont ainsi jusqu’à rejeter la responsabilité des échecs du gouvernement précédent – et particulièrement les scandales de corruption – sur quelques moutons noirs, dont Edward Lowassa et Frederick Sumaye seraient en fait les représentants.

Magufuli 1

Magufuli 2De son côté, la campagne de l’opposition semble d’une facture plus classique mais, si Edward Lowassa joue des symboles traditionnels du parti Chadema (dont le fameux V de la Victoire), il capitalise tout de même sur l’image construite depuis plusieurs années d’un homme d’affaires prospère et efficace dont la réussite n’est qu’un avant-goût du développement qu’il apporterait à la Tanzanie une fois élu.

« Le temps du changement est venu ! »
« Le temps du changement est venu ! »

L’opposition profite également du sentiment partagé par certains que le CCM a refusé d’entendre la voix des Tanzaniens en ne nominant pas Edward Lowassa, dont la popularité est certaine ; dans le même temps, elle a perdu le monopole de la question « morale », alors que Chadema avait fait de la dénonciation de la corruption du CCM son principal argument. Le pari qu’a fait l’opposition de cette nomination controversée est de prouver qu’elle est en capacité de gouverner le pays sans que celui-ci ne sombre dans le chaos, une menace dont les membres du CCM ont fait l’un de leurs arguments principaux et qui rencontre un écho certain parmi la population.

L’une des craintes qui est ainsi mobilisée tout au long de cette campagne par le parti au pouvoir est, comme depuis 1995, celle de la peur de la dilution de la nation tanzanienne en des entités communautaires. Les défections récentes d’Edward Lowassa, qui vient de la région d’Arusha, et de Frederick Sumaye, originaire de la région de Manyara, s’insèrent de ce point de vue parfaitement dans la rhétorique qui présente le Chadema comme un parti régionaliste du nord. Dans le même temps, et sans être tout à fait paradoxal, le CCM ne se prive pas de mobiliser la population des régions du lac Victoria sur le fait que, pour la première fois, elle a le choix de voter pour un candidat qui vient de cette même zone – précisément du district de Chato dans la région de Geita. La rhétorique régionaliste est ainsi omniprésente dans les meetings organisés pour les élections parlementaires3 dans cette région : elle crée une forme d’entre soi qui est facilement activable ensuite par le candidat présidentiel sans que celui ait à mobiliser les aspects de ce discours les moins conciliables avec le mythe de l’unité nationale tanzanienne. John Magufuli, dont chacun des discours est diffusé à la télévision nationale, se contente ainsi de saluer ses partisans dans chacune de leur langue vernaculaire, mais ne franchit jamais la « ligne rouge » du régionalisme.

Il apparaît ainsi que le problème concerne non la mobilisation d’arguments « communautaires » mais leur espace d’énonciation : alors que les appels du CCM à une mobilisation des électeurs des régions du lac Victoria en faveur de John Magufuli sont restés sans critique – puisqu’ils n’atteignent pas l’espace public et médiatique national -, Edward Lowassa a été vertement critiqué pour un discours qu’il a tenu le 6 septembre dernier : devant la congrégation d’une Eglise évangélique de la région de Tabora, il a appelé ses coreligionnaires à le soutenir puisque, selon lui, le temps était venu qu’ils aient un président luthérien. Ce discours, diffusé ensuite à la télévision nationale TBC, a largement été repris sur les réseaux sociaux : la Commission nationale électorale a rappelé à l’ordre Chadema et son candidat non seulement sur la forme – la loi tanzanienne interdit les rassemblements politiques dans les lieux de culte – mais aussi sur le fond – puisque que le code électoral interdit aux candidats de mobiliser leurs soutiens sur des bases religieuses, tribales, raciales ou de genre. Le CCM a bien sûr sauté sur l’occasion pour dénoncer une nouvelle fois le « sectarisme » de l’opposition, cette fois-ci sur la question religieuse : Naupe Nnauye, son secrétaire à la communication et à l’idéologie, a utilisé ce discours comme une preuve de l’incapacité de l’opposition à préserver le supposé fragile équilibre entre les différentes communautés du pays, ainsi qu’à garantir amani na utilivu (la paix et la stabilité), des valeurs qui résonnent toujours dans la culture politique tanzanienne.

  1. Tensions et craintes à l’approche du scrutin

La stratégie de personnalisation mobilisée par les deux camps et la montée en puissance de la rhétorique du « c’est notre tour » ont contribué à tendre une campagne qui n’en avait pourtant pas besoin. La compétitivité du système politique tanzanien – si on la définit comme la capacité de l’opposition à battre le parti au pouvoir – est clairement renforcée pour ces élections : la nomination d’Edward Lowassa a sans aucun doute constitué un moment décisif pour l’opposition et lui a permis de capitaliser sur le soutien de sympathisants de l’ancien Premier ministre autrefois acquis au CCM. En outre, l’union des principaux partis d’opposition sous la bannière d’Ukawa leur permet d’éviter une dispersion des voix : s’ils n’étaient pas réellement en compétition au niveau des circonscriptions parlementaires – les bastions de Chadema se situant plutôt dans le nord et dans les zones urbaines et ceux du CUF à Zanzibar et sur la côte – cette division était particulièrement préjudiciable pour les élections présidentielles à la majorité relative4.

Cette compétitivité accrue sur le plan partisan est plus relative sur le plan institutionnel : la campagne est en effet marquée par les nombreuses accusations de potentielles tricheries et de vols de voix. L’environnement institutionnel apparaît a priori garantir un scrutin honnête : la Commission nationale électorale a finalement réussi à enregistrer les 24 millions d’électeurs potentiels qu’elle avait anticipé et a annoncé que les résultats de l’élection présidentielle seraient affichés dans chaque bureau de vote – et non plus seulement au niveau des districts – ce qui permettra de vérifier le recollement des voix. Plusieurs centaines d’observateurs nationaux, régionaux et internationaux seront en outre présents lors du scrutin afin de vérifier les opérations de vote, qui seront également supervisées par les représentants des différents partis politiques. Contrairement aux élections locales de l’an passé, il n’y a eu aucun cas de candidat ayant rencontré des difficultés à s’enregistrer auprès de l’administration. Cependant, certains doutes persistent quant à l’indépendance de la NEC dont plusieurs des membres ayant été nommés par le Président Kikwete il y a quelques mois seulement. En outre, on observe toujours une confusion entre le parti et l’Etat et l’utilisation des moyens étatique administratifs par le CCM pour sa campagne : plusieurs grands projets de développement (transport, eau, électrification etc.) ont ainsi été ou sont en passe d’être inaugurés juste avant le scrutin ; par ailleurs, Edward Lowassa a récemment dénoncé l’utilisation des forces de polices pour disperser des rassemblements de l’opposition et intimider certains de ses militants. De plus, la neutralité des agents électoraux au niveau local est toute relative : en effet, les « returning officers » ne sont autres que les District Executive Directors, directement nommés par le président de la République à la tête des administrations locales. La NEC a également récemment annoncé l’utilisation d’un nouveau logiciel informatique pour rendre le processus de compilation et de remontée des résultats plus rapide et transparent – elle a garanti qu’elle sera en mesure d’annoncer les résultats en 48h – sans apaiser pour autant les doutes de l’opposition.

Les tensions au cours de cette campagne ont également été nourries par l’absence d’études statistiques jusqu’à la fin septembre. L’ONG Twaweza, qui réalise régulièrement des sondages par téléphone sur des sujets variés, a rendu public une étude le 22 septembre dernier qui donne John Magufuli gagnant à 65% contre seulement 25% pour Edward Lowassa (alors que les partis Chadema et CUF, qui le soutiennent tous les deux, avaient respectivement rassemblé 26% et 8% des voix en 2010). Ces résultats ont été globalement confirmés par une étude de l’institut Ipsos Public Affairs publiée le 24 septembre : elle donne John Magufuli gagnant avec 62% des voix contre 31% pour Edward Lowassa. D’une manière intéressante, elle montre une similarité des résultats en zones urbaines et rurales (respectivement 60% et 63% pour John Magufuli et 32 et 30% pour Edward Lowassa), alors que l’opposition est souvent perçue comme plus populaire dans les villes. La victoire de John Magufuli semble par contre largement le fait du vote féminin : 67% des femmes déclarent vouloir voter pour lui contre 56% des hommes alors que la proportion est inversée chez Edward Lowassa (39% chez les hommes et 24% chez les femmes).

Le duel de la présidentielle : à gauche Edward Lowassa (Chadema) contre John Magufuli (CCM), à droite
Le duel de la présidentielle : à gauche Edward Lowassa (Chadema) contre John Magufuli (CCM), à droite

Si les méthodologies de Twaweza et Ipsos sont sérieuses, et si leur indépendance à l’égard du gouvernement ne peut pas être questionnée a priori, plusieurs biais pourraient remettre en question la fiabilité de leurs résultats : tout d’abord, les sondages ont été réalisés uniquement en Tanzanie continentale en excluant donc les 2,5% de la population qui habitent à Zanzibar et dont une large partie est acquise à l’opposition ; en outre, il est possible qu’interrogés uniquement par téléphone, de nombreux répondants aient eu le sentiment que le gouvernement ait commandité cette étude et ont craint de déclarer leur soutien à l’opposition ; enfin, la réalisation d’un seul sondage par institut depuis le début de la campagne le mois dernier rend impossible une lecture en termes de dynamiques, ce qui constitue pourtant l’utilité principale des études d’opinion. L’opposition a bien sûr utilisé ces limites et dénoncé ces résultats comme une manœuvre du CCM visant à démobiliser ses soutiens.

La Tanzanie à la croisée des chemins?

Tant les observateurs que les électeurs ont aujourd’hui le sentiment que le scrutin de 2015 est le plus serré et le plus décisif depuis la transition au multipartisme. Depuis plusieurs mois, l’opposition a fait le pari que jamais les circonstances ne lui avaient été aussi favorables : situation économique compliquée par la dépréciation récente du shilling tanzanien, divisions sérieuses au sein du CCM, déception grandissante face au bilan du parti depuis 1961 et particulièrement celui du Président sortant Jakaya Kikwete, union inédite de l’opposition sous la bannière d’Ukawa, exemples récents de transitions électorales pacifiques comme au Nigeria, etc. Ce constat a nourri un sentiment de « maintenant ou jamais » qui fait craindre à certains un esprit d’irrédentisme de sympathisants de l’opposition qui estiment qu’une victoire du CCM ne pourrait qu’être volée. Parallèlement, d’aucuns craignent que l’ancien parti unique n’accepte pas une défaite qui est désormais possible : certains de ses leaders, mais pas les principaux, ont parfois laissé entendre que le CCM pourrait ne pas quitter le pouvoir même battu dans les urnes. Nombre d’entre eux assimilent encore le parti à l’Etat et à la nation tanzanienne, un état d’esprit peu conciliable avec une alternance politique. Dans le même temps, les questions se posent quant au contrôle de l’appareil étatique par le parti : si celui-ci était acquis pour les scrutins précédents, la défection d’Edward Lowassa a fait basculer nombre des anciens sympathisants du CCM vers l’opposition. Celle-ci compte désormais forcément des partisans parmi les cadres de l’administration et des forces de sécurité qui pourraient hésiter, si l’ordre leur était donné, à réprimer d’éventuelles mobilisations de l’opposition. Sans en exagérer la portée, la défection d’Edward Lowassa pourrait ainsi remettre en question la situation d’« Etat-parti de facto » qui, entre autres, a permis au CCM de conserver le pouvoir depuis plus d’un demi-siècle.

Les résultats du scrutin – et peut être encore plus la manière dont se déroulera la période post-électorale – seront scrutés non seulement en Tanzanie mais aussi dans la région, où le pays fait figure de modèle de stabilité face à ses voisins kényan, ougandais, rwandais ou burundais. La Tanzanie semble ainsi à la croisée des chemins, et il ne fait aucun doute que les élections de 2015 seront d’une grande importance pour expliquer les évolutions prochaines de son régime politique.

  1. http://lamenparle.hypotheses.org/247 []
  2. Lors de la sécheresse de 2006, le gouvernement signe un contrat avec la compagnie américaine Richmond concernant la production d’électricité. Dix ans plus tard, des dizaines de millions de dollars ont été payés par la Tanzanie pour un service sans qu’aucun watt n’ait été produit et les ramifications de cette saga judiciaire ont provoqué un nouveau scandale en 2011 dont les conséquences se font sentir jusqu’à aujourd’hui (voir l’article http://lamenparle.hypotheses.org/247. Edward Lowassa, alors Premier ministre de Jakaya Kikwete, avait été forcé à la démission en février 2008 : il estime aujourd’hui qu’il n’a été que la victime d’une vengeance politique et accuse le Président d’être l’acteur central de ce scandale, en lui ayant forcé la main pour poursuivre la collaboration déjà incertaine entre le gouvernement et Richmond. []
  3. Cet argument est basé sur l’observation de plusieurs meetings dans la région de Geita à la fin août. []
  4. Le passage de la majorité absolue à la majorité relative pour l’élection du président de la République a été effectué juste avant les élections de 2000 : cette réforme a été justifiée par le coût financier qu’engendrerait la tenue d’un second tour éventuel, dont l’occasion ne s’était jamais présentée depuis 1995 mais qui aurait pu avoir lieu en 2015. []

Une réflexion sur « Un mois avant les élections générales : la Tanzanie à la croisée des chemins ? »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *