Retour au Ghana, d’Accra à Takoradi

Ce texte est le témoignage d’un retour, effectué en novembre-décembre 2014 ; retour au Ghana, plus de 40 ans après un séjour de deux ans (1971-1973) que j’avais effectué à Cape Coast, comme volontaire du service national (VSN). J’avais alors, comme d’autres jeunes Français à cette époque, été « formé » professeur de français langue étrangère et affecté à St Augustine’s College, en bord de mer, entre deux châteaux célèbres pour leur rôle dans l’histoire de l’esclavage, celui de Cape Coast et celui d’Elmina. J’avais profité de ce séjour pour faire une thèse de 3ème cycle sur la ville de Cape Coast, soutenue à Bordeaux en 1976. Mais l’occasion de ce retour, c’est un cadeau de notre entourage à l’occasion du 40ème anniversaire de notre mariage, à l’Ambassade de France à Accra en décembre 1972 : deux billets aller-retour France Ghana pour revoir ces lieux où nous n’étions jamais revenus.

 CCRA-marché-de-Kaneshie

Arrivée à Accra le 28 novembre vers 20 h : il fait nuit depuis quelques heures déjà. Les premières lumières de la ville me rappellent ce que j’ai vécu il y a 43 ans, en septembre 1971, lors de mon tout premier contact avec le continent africain : j’avais été rassuré par les quelques lumières entrevues dans le hublot : il y avait donc l’électricité par-delà le Sahara ! Mais en 2014, ce ne sont pas quelques lumières, mais une véritable marée lumineuse de sodium…, bref celle d’une métropole devenue multimillionnaire. Kotoka International Airport n’a pas changé de place (il est très près de la ville, on peut même dire aujourd’hui dans la ville). Mais je ne reconnais RIEN, d’autant plus qu’il est en travaux… Le véhicule de l’agence Abacar nous amène à un grand hôtel tout proche, après un trajet d’autoroute urbaine et d’échangeurs, au milieu d’immeubles et de hautes tours vivement éclairées.

La journée du samedi 29 est consacrée à la (re)découverte d’Accra, ville que je fréquentais relativement peu quand j’habitais Cape Coast. On se dirige d’abord vers les vieux quartiers proches de l’océan. Je reconnais vaguement l’ancien hôtel Ambassador, devenu Movenpick, et, enfin, plus précisément, le bâtiment délicieusement colonial de la Poste centrale, près duquel on se garait quand on allait faire des courses à ce qui était alors le seul supermarché, la CFAO je crois. Depuis quelques années, quelques grand malls, souvent sud-africains (Shoprite), se sont implantés en périphérie.

ACCRA-nouveau-centre-commercial

Puis, quartier de James Town, autour du vieux phare : des bidonvilles sordides se sont développés sur la plage, étouffant littéralement le petit port de pêche que j’avais photographié il y a quarante ans. Le reste du littoral, avec le mausolée de Nkrumah, qui n’existait pas alors, est une découverte totale, à l’exception de l’arc de triomphe de Black Star Square.

ACCRA-mausolée-de-Nkrumah

En parcourant d’autres quartiers, j’apprends que le Star Hotel, où j’avais passé plusieurs jours avant d’emménager à Cape Coast, a été démoli et remplacé par une vaste « gated community ». Le restaurant Piccolo Mondo, celui de notre repas de mariage avec la mélodie d’Adamo (« Tombe la neige » !!) a aussi disparu. L’hôtel Continental, où on avait pris un pot le jour de notre mariage, est devenu totalement méconnaissable en devenant le Golden Tulip ; l’Ambassade de France, lieu du mariage, a déménagé… Seule une belle virée sur le campus de Legon m’a évoqué quelques souvenirs.

Le lendemain, dimanche 30, après une halte à la cathédrale catholique d’Accra, cap sur Cape Coast, route que j’ai faite à plusieurs reprises avec ma Ford Cortina ou en bus. Première surprise, les souvenirs de vaste plaine sèche ne correspondent plus à ce que je vois : de la ville qui s’étend sur plusieurs dizaines de kilomètres, le long d’une 2 X 2 (ou 3) voies presque jusqu’au carrefour de Winneba, marqué par un souvenir cuisant, au sens propre du terme, celui de ma première brochette au pilipili, offerte par le collègue de St Augustine’s College, qui était venu me chercher au Star Hotel. Ensuite je retrouve des paysages plus familiers au fur et à mesure qu’on approche de Cape Coast ; des noms enfouis dans ma mémoire resurgissent au fil des kilomètres : Mankessim, Saltpond, Abandze, Anomabu, Biriwa… Pas beaucoup de souvenirs des deux très beaux forts qu’on visite dans le coin, fort Amsterdam d’abord, fort William ensuite. Mais un repas dans un restaurant récent au-dessus de la plage de Biriwa ne manque pas de me rappeler ce bel endroit où on allait parfois le dimanche et… où je me suis cassé un bras. Mais les cocotiers, autrefois très nombreux (je me souviens précisément d’une noix de coco qui, en tombant, avait défoncé un capot de voiture), sont beaucoup plus clairsemés, décimés par une maladie.

Arrivés à Cape Coast, cap sur « mon » ancienne maison, en tournant à gauche à Pedu Junction ; j’avais des souvenirs de paysage peu construits. Aujourd’hui, la ville est là, omniprésente : maisons, petits immeubles, boutiques, un bureau de poste etc. Je ne reconnais RIEN : impossible de retrouver trace de notre maison, malgré la ténacité de notre conducteur et guide Selasi… Un peu de déception, bien sûr, j’essaierai sur Google… Ainsi va la vie, et je me console en retrouvant, très facilement, St Augustine’s College, en bord de mer, coin qui, lui, a peu changé, si ce n’est que le littoral, envahi à cet endroit de cactus, semble avoir reculé. À St Augustine’s, brève discussion avec un vieux Brother of the Holy Cross, congrégation déjà présente il y a quarante ans. Pour le reste, à Cape Coast, l’université et le centre-ville ont relativement peu changé ; la première semble s’être agrandie, avec sa librairie, son hôpital, où j’avais brièvement séjourné pour mon plâtre ; quant aux alentours du château, qui, aujourd’hui abrite un petit musée historique et fait l’objet d’une intéressante visite guidée, ils sont comme avant, très décrépis, très vieillots, avec de rares bâtiments un peu plus modernes, et quelques menus changements (le Kingsway remplacé par un supermarché libanais, par exemple), et une seule évolution importante : le petit marché triangulaire de Kotokoraba, dont le plan figure dans ma thèse, est en train de faire l’objet d’importants travaux d’agrandissement.

CAPE-COAST-le-chateau

La montée au sommet du Fort William offre une vue époustouflante du centre-ville ; je mitraille, avec l’idée de comparer avec les photos qui figurent dans ma thèse. Une dame habite dans ce fort qui sert aussi de phare. Bref, Cape Coast, c’est une vieille ville toujours aussi décrépie et fourmillante (ah les filets de pêche réparés un peu partout dans la rue…), c’est aussi une périphérie en pleine mutation, phénomène que je n’avais pas du tout anticipé dans ma thèse. Mais le Ghana a tant changé en quarante ans…

Au-delà de Cape Coast, vers l’ouest, les points d’ancrage de ma mémoire se raréfient, la découverte l’emporte progressivement sur les souvenirs. Le premier, très proche de Cape Coast, est Elmina, dont le château saint Georges, inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, est le plus célèbre de cette côte… Depuis Cape Coast, la route droite établie sur le cordon littoral entre océan et lagune, qui passe devant St Augustine’s, est toujours bordée de cases de pêcheurs d’un côté, par la plage de l’autre : on y voit, comme avant, des pêcheurs tirer les filets des pirogues et du poisson sécher au soleil. La cocoteraie m’apparaît moins fournie que dans ma mémoire. Le paysage d’Elmina, structuré par les deux châteaux et le grouillant port de pêche abrité dans la lagune, n’a pas beaucoup changé sauf que, depuis assez longtemps semble-t-il, le pont traversant la lagune est cassé et en cours de reconstruction… par les Chinois ? La ville est donc coupée en deux, sauf pour les piétons. Quant à l’hôtel de bord de mer où on allait parfois boire un pot, il paraît avoir été remplacé par un énorme Beach Resort à l’architecture lourde, presque dépourvu des cocotiers qui faisaient le charme de cette portion de littoral.

ELMINA-chateau-et-port-de-pêche

Au-delà, en direction de Takoradi, retour à Shama, petite ville côtière, dont le fort domine un beau paysage de cordon littoral, lagune et port de pêche. En 1972, avec Annie, mon épouse, et Cécile, ma sœur, on était tombés sur des funérailles, ce qui ne m’avait pas empêché de prendre quelques diapos de ce paysage, que j’ai à plusieurs reprises utilisées dans des cours ou TD. Ce paysage de cordon littoral et de lagune semble avoir évolué… il sera intéressant de comparer les clichés d’hier et d’aujourd’hui. Puis, arrêt à Sekondi, dont les maisons de commerce très délabrées sont aujourd’hui englobées dans l’extension de l’agglomération Sekondi-Takoradi. Les alentours du fort nous permettent d’avoir une belle vue sur le nouveau port, qui témoigne de l’influence de l’exploitation pétrolière off shore toute proche, qui commence à bouleverser l’économie de la région. Les Chinois viennent de construire une nouvelle voie ferrée alors que la voie historique est envahie par les herbes folles.

Takoradi apparaît enfin. Nous ne pénétrons pas dans le centre-ville, où nous fréquentions autrefois un artisan qui fabriquait de beaux sacs en cuir. On se contente de retrouver le panorama d’où j’avais photographié le flottage des grumes, dont j’apprends qu’il est aujourd’hui interdit, pour des raisons que j’ignore.

Dire que le Ghana a beaucoup changé, c’est dire une banalité : le pays est incontestablement, au moins pour une partie de la population, entré dans l’ère de l’urbanisation et de la consommation. De plus, on y roule maintenant à droite…

Je préfère conclure en disant au contraire que tout n’a pas changé : d’abord la très grande gentillesse et disponibilité de tous ceux qu’on rencontre ; et puis, ce qui m’a beaucoup surpris : le paysage extraordinaire de ces innombrables petits pêcheurs sur leurs pirogues monoxyles très colorées est toujours là, comme il y a quarante ans. Il semblerait que, dans cette compétition entre grande pêche (étrangère) et petite pêche côtière, le gouvernement ghanéen soutienne les petits. Belle surprise dans une Afrique dont les ressources halieutiques suscitent tant de convoitises extérieures.

François Bart (rentré d’un voyage au Ghana le 5 décembre 2014), 20 décembre 2014


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *