La régionalisation paradoxale du Maghreb et du Sahel

            Une nouvelle région est-elle née ? Une ancienne région a-t-elle été ressuscitée ? La manière dont étaient envisagées, jusque-là, les aires du Maghreb et du Sahel1 a fortement évolué ces dix dernières années. Les circulations d’idées, de biens et de personnes traversant ces deux régions les ont finalement réunies après que l’économie politique et symbolique coloniale les ait longtemps séparées, voire opposées.

            Les circulations dans l’aire maghrébo-sahélienne oscillent entre légal et illégal, formel et informel, centres et périphéries. Trop souvent traitées sur le plan normatif du droit, elles mettent surtout en mouvement les groupes sociaux et les économies qu’elles relient, influençant au passage les dynamiques internes des États comme leurs relations extérieures. Le trafic de biens illicites n’est pas la contrebande, et les mouvements transfrontaliers n’échappent pas entièrement aux États ; la régionalisation des échanges entre Maghreb et Sahel se déroule, au contraire, à partir des opportunités créées par les frontières et l’absence de régionalisme renvoie aux stratégies de concentration des groupes dominant les appareils d’Etat (Bach, 2003). Car les capitaux recueillis, qu’ils soient politiques, économiques ou relationnels, s’échangent et se convertissent dans l’économie politique et symbolique des sociétés locales ; en reconfigurant les relations de pouvoir traditionnelles par l’émergence d’une nouvelle classe agro-commerciale au Maroc (Mouna, 2011), ou en refondant les référents tribaux et religieux dans leurs relations à l’État et aux marges (Scheele, 2009), ces circulations produisent surtout sens, richesses et changements sociopolitiques.

            Les migrations transsahariennes et trans-méditerranéennes ont joué un grand rôle dans le rapprochement du Maghreb et du Sahel (Bensaâd, 2009). Elles ont permis la reconversion de savoirs-circuler anciens dans une région en mutation, mais servent aussi la reformulation des communautés et des identités en confrontant le Maghreb à son africanité. Or, l’importation de politiques migratoires restrictives et sécuritaires, sous pressions européennes, affaiblit les acquis de ce cosmopolitisme émergent. De même, focaliser les regards sur le terrorisme ou le trafic de stupéfiants éclipse la mondialisation de ces enjeux : d’une part, la radicalisation supposée des sociétés de la région doit pouvoir être mise en relation avec l’intégration des étudiants sahariens ou subsahariens ayant séjourné au Moyen-Orient ou avec les dynamiques socio-historiques liées à la disparition du califat ottoman après la Première guerre mondiale, puis aux décolonisations ; d’autre part, dans la construction négociée des États postcoloniaux, la transnationalisation des marges et l’interrelation des centres et périphéries des sociétés et appareils d’Etats peuvent aider à expliquer comment les dynamiques locales dialoguent avec la mondialisation des économies et des cultures.

            Là encore, l’influence extérieure dans la construction d’un espace des menaces au Maghreb-Sahel n’est pas neutre, que l’on pense aux initiatives anti-terroristes américaines des années 2000, souvent qualifiées d’impérialistes, ou à un Processus de Nouakchott de l’Union africaine en quête d’autonomisation des acteurs européens. Les organisations régionales du Maghreb et du Sahel sont imparfaites parce qu’elles dépendent de logiques géopolitiques dépassées, d’Etats aux perceptions et intérêts divergents ou de stratégies hégémoniques : ainsi, par exemple, aucun État maghrébin n’est inclus dans le G5 Sahel ; l’Union du Maghreb Arabe est prisonnière du différend algéro-marocain ; la Cédéao ne couvre ni la Mauritanie, ni le Tchad. Pourtant, chacune de ces organisations argue du caractère partagé, et géographiquement élargi, des enjeux auxquels elle doit elle-même faire face.

            Les circulations d’idées, de biens et de personnes ont, semble-t-il, rendu obsolète la discontinuité géographique entre Afrique de l’Ouest, espace saharo-sahélien et Maghreb ; elles ont rapproché Dakar et Lagos de la Méditerranée, Tanger et Tripoli du fleuve Niger, Nouakchott et Gao de N’Djamena. Or, ces rapprochements pratiques se sont réalisés dans un contexte d’affaiblissement de la centralité de l’État, ou d’un émiettement de la souveraineté, et de l’influence et du réinvestissement de la région par des acteurs extérieurs. Les dynamiques de conflit et de négociation interne ont donc rapidement été internationalisées, dans une région déjà fortement transnationalisée. Dans la région, l’État n’est pas forcément faible, failli ou autoritaire parce qu’il doit se positionner face à différents éléments ou acteurs préexistants avec lesquels il doit négocier son autorité et sa légitimité ; son environnement, sa position de carrefour dans une mondialisation complexe, pèsent sur les modalités par lesquelles les dynamiques culturelles, politiques et économiques animent ces négociations. L’intérieur, en d’autres termes, serait aussi constitué par l’extérieur, par ce qui le traverse, ou encore la régionalisation serait extravertie.

            La régionalisation du Maghreb et du Sahel est née de l’absence du régionalisme, plus précisément de la fixité des frontières, et aucun régionalisme n’a émergé parce que les délimitations sociopolitiques des territoires et des groupes qui les habitent se sont heurtées aux mobilités des références et des pratiques qui les font vivre. Et inversement : l’absence de régionalisme n’a pas freiné la régionalisation, comme la mondialisation de cette dernière n’a pas fait émerger d’institutions communes. C’est pourquoi les circulations dans la région ont été autant porteuses de changements internes et de pressions externes, car elles constituent des ressources dont la direction, la signification et la portée sont conçues dialectiquement entre Maghreb, Sahel et reste du monde.

 Références :

 Bach Daniel (2003), « Régionalisme et régionalisation à travers le prisme de l’aire Sahara-Sahélienne », in Laurence Marfaing & Steffen Wippel (dir)., Les Relations transsahariennes à l’époque contemporaine: un espace en constante mutation , Paris, Karthala, p. 457-479.

Bensaâd Ali (2009), « Le Sahara et la transition migratoire entre Sahel, Maghreb et Europe », Outre-Terre, n° 23, p. 273-287.

Mouna Khalid (2011), « Les nouvelles figures du pouvoir dans le Rif central du Maroc », Anthropologie et sociétés, vol. 35, n°1-2, p. 229-246.

Scheele Judith (2009), « Tribus, États et fraude : la région frontalière algéro-malienne », Études rurales, n° 184, p. 79-94.

  1. Il sera question, ici, du Sahel car les circulations  évoquées excèdent l’espace saharien stricto-sensu. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *