Afrique du Sud, mars-avril 2015 : les statues meurent (et les immigrés aussi)

Ce texte a été rédigé à la suite d’un séjour de six semaines à Stellenbosch et dans le Western Cape. Il est basé sur un dépouillement de la presse disponible dans la région du Cap, complété de la consultation de quelques sites internet. Je tiens à remercier le Stellenbosch Institute of Advanced Studies qui a financé ce séjour (en soutien d’un autre projet de recherche).

            Le 9 mars 2015, Chumani Maxwele, étudiant en quatrième année de sciences politiques à l’Université du Cap (UCT) jeta des excréments humains sur la statue de John Cecil Rhodes qui trônait au cœur du campus. Son geste déclencha une large mobilisation estudiantine pour exiger l’enlèvement de ce monument. Des membres du Rhodes Must Fall Student Movement, soutenus par certains enseignants, occupèrent le bâtiment administratif, exercèrent toutes sortes de pression sur la direction de l’université; finalement, le 27 mars, le sénat de UCT se prononça en faveur du déplacement de la statue et celle-ci fut emportée hors du campus.Van Riebeeck-Heerengracht street Une statue contestéeStatue (contestée) de Jan Van Riebeeck, envoyé en 1652 pour établir au Cap une station de ravitaillement au profit des navires de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, située au début de Heerengracht Street, dans le centre du Cap.

Figure emblématique de l’impérialisme britannique, John Cecil Rhodes, Premier ministre de la colonie du Cap de 1890 à 1896, joua un rôle décisif dans la constitution de l’Afrique du Sud du 20ème siècle. Mais, incarnant l’affairisme, la violence coloniale, le racisme, son souvenir symbolise un passé avec lequel les étudiants entendent rompre radicalement. Sur sa statue, érigée parce qu’il « donna » le domaine sur lequel fut construite l’université du Cap, se focalisèrent subitement un mécontentement diffus, une insatisfaction rentrée depuis plusieurs années suscités par la lenteur des mesures de « transformation » prises à UCT. Mais, au-delà, le mouvement pour faire tomber Rhodes condensa spectaculairement les tensions qui trament aujourd’hui la société sud-africaine : permanence et aiguisement des inégalités, incapacité du gouvernement à combattre le chômage, poussées xénophobes récurrentes et autoritarisme croissant du président Jacob Zuma couplé à une dégradation de l’image du Congrès national africain (ANC). Les protestations des étudiants de UCT firent d’ailleurs tache d’huile et plusieurs statues de personnages du passé furent vandalisées ailleurs : celle de George V à l’université du KwaZulu-Natal, de Paul Kruger à Pretoria, de Louis Botha au Cap, le mémorial aux combattants britanniques de la guerre anglo-boer à Uitenhage, jusqu’au monument dédié aux chevaux tombés pendant ce conflit à Port Elizabeth et à une statue de Gandhi, considéré comme un raciste par ceux qui à Johannesburg la peignirent en blanc1. Des groupes militants se formèrent dans d’autres universités, notamment à Stellenbosch où furent mis en cause le faible nombre d’étudiants noirs2 (38 % du total) et l’utilisation persistante de l’afrikaans dans l’enseignement, même dans le cadre de classes bilingues avec traduction simultanée3.

Statues et changement social

     Les étudiants, tels Chumani Maxwele, justifièrent leurs actions par un sentiment de peine et d’outrage à ne pouvoir éviter la vue d’un personnage représentant une part odieuse de l’histoire sud-africaine alors que les changements supposés mettre un terme à ses effets tardent à être mis en œuvre ou à faire sentir leurs résultats. À UCT, seuls 4 % des professeurs sud-africains sont noirs, et à ce nombre ne figure aucune femme4. Le nombre d’étudiants noirs est passé de 51 % à 58% entre 2008 et 2013 : les étudiants blancs en représentent donc encore 42 %, alors que les blancs n’étaient en 20115 que 8,9 % dans la population sud-africaine totale et 15,7% dans le Western Cape. Enfin, les droits d’inscription demeurent élevés pour ceux qui viennent de milieux défavorisés et les aides publiques, déjà insuffisantes ont diminué ces dernières années6. Derrière la faible place des noirs sud-africains parmi les enseignants et les étudiants, se profile une cascade de problèmes : la médiocrité des écoles de township et de village qui provoque de mauvais résultats à l’examen de matric (bac) et entraîne la difficulté de beaucoup d’étudiants noirs à terminer leurs études, surtout s’ils viennent de familles pauvres ; le choix des diplômés de travailler dans l’administration ou le privé plutôt que d’enseigner dans le supérieur ; et, ce qui nourrit souvent ce choix, la persistance de ce qui est perçu comme une « culture institutionnelle hostile aux universitaires noirs »7. Il y a, considère Pumla Gobodo-Madikizela, de l’université du Free State, une “conspiration du silence”8 qui, précise Waheeda Amien, professeure associée à la faculté de Droit de UCT, masque « […] un préjugé d’excellence à l’endroit des blancs sud-africains et des étrangers et un préjugé d’incompétence en ce qui concerne les Sud-africains noirs. »9 Toutefois, pour plusieurs observateurs n’appartenant pas au monde universitaire, ce n’est pas le retrait de quelques statues qui fera disparaître ces problèmes comme par enchantement. Les monuments sont devenu l’obsession d’une élite, écrit l’ancien rédacteur en chef du Financial Mail, Barney Mthombothi, « que les statues restent ou partent ne fera aucune différence dans la vie des gens ordinaire ou dans l’évolution du pays. C’est un divertissement bienvenu pour les privilégiés et le petit nombre des enfants gâtés [pampered] qui ont réussi à entrer à l’université. »10 Si elle replace les statues dans la perspective d’un changement social global, cette prise de position provocatrice laisse de côté quelques interrogations essentielles touchant au lien consubstantiel entre l’université et la société. Certes, comme il fut écrit dans un éditorial de l’hebdomadaire Mail & Guardian, « nous pouvons abattre les statues. Nous pouvons changer les noms des rues et des places. Mais ces actes symboliques ne font que retarder le traitement de problèmes sociaux explosifs. Notre société est toujours en panne de transformation, inégale et socialement polarisée. »11 Il n’en reste pas moins que l’assaut lancé contre les symboles du passé résulte d’une accumulation de colères et de frustrations rentrées qui déborde largement les limites des campus.

Africanisation et créolisation

            Les jeunes qui ont lancé ce mouvement n’ont pas ou peu connu l’apartheid ; ils comprennent mal les conditions dans lesquelles ont été conclus les compromis de 1990-1994 et n’en ont pas grande cure quand ils ne pensent pas, comme le militant Sekoetlane Phamodi : « Nous portons le fardeau d’un projet de transformation qui a échoué et nous le ressentons comme un affront non seulement à notre dignité mais à notre âme [psyche]. »12 C’est face à ce qui est ressenti comme un outrage — non seulement par les « privilégiés » que seraient les étudiants mais par beaucoup de jeunes à qui ne sont proposés ni formation convenable ni emploi — qu’est avancée la revendication d’africanisation des enseignants et des programmes. Elle est posée comme pétition de principe qui n’entre pas dans le détail des difficultés soulevés par la formation des professeurs et par le sens donné à « africanisation ». Il s’agit, proclame Mario Wanza de l’organisation Wie is DJY (Qui es-tu ?), de « décolonisation » : « ce qui, pour nous, signifie remettre en cause tout ce qui n’est pas africain. Nous restaurons notre identité africaine sur ce continent. »(( Cape Times 7/04/2015, p. 4.)) Kealeboga Ramaru, du Forum des étudiants de gauche à UCT, en explique les implications à l’Université : « Pour moi, un programme africain doit donner la priorité au savoir africain, à l’épistémologie et à la production du savoir africains. »13 Il s’agit d’éliminer la « violence épistémique » qui gîte notamment dans les sciences sociales qui ont légitimé l’apartheid et servi les intérêts des dominants et des privilégiés.14 La difficulté est qu’en Afrique du Sud, encore plus que dans le reste du continent sans doute, il est quasiment impossible de démêler ce qui est « africain » de ce qui ne l’est pas, d’ôter de l’« africain » ce qui a été pris ailleurs, approprié et transformé. C’est ce que constate le chancelier de l’université du Witwatersrand, Adam Habib : « Après tout, les traditions occidentales font autant partie de notre héritage historique que les traditions plus indigènes. »15 D’où la nécessité d’adopter des approches complexes, comme l’« analyse contrapuntique » que Harry Garuba, professeur associé au Centre d’études africaines de UCT, originaire du Nigeria, emprunte à Edward Said. S’il faut bien évidemment reconnaître en tant que tels les savoirs des groupes qui ont été dévalorisés, il faut aussi prendre en compte l’intrication des histoires des colonisés et des colonisateurs, sans nécessairement chercher à les harmoniser. « Transformer les programmes implique une pensée contrapuntique à tous les niveaux ; cela demande une pédagogie contrapuntique qui fasse peser le savoir des marginalisés sur nos enseignements. »16 C’est tout l’intérêt de la réflexion sur la créolisation qui se développe en Afrique du Sud depuis quelques années mais qui peine encore à trouver sa place comme pôle d’organisation des enseignements.17People's Post_Phobes Must Fall© People’s Post

Une élite économique multiraciale

            L’adoption de telles démarches ne redressera pas les inégalités, qui n’ont fait que croître depuis 1994, mais pourrait contribuer à faire mieux comprendre la manière dont elles structurent aujourd’hui la société sud-africaine. Elles ne divisent plus noirs et blancs : 10 % des ménages les plus riches accaparent plus de la moitié du revenu des ménages mais, dans ces 10 %, 40 % sont noirs et 44 %, blancs ; la disproportion est encore grande par rapport à la répartition démographique de la population mais le nombre de noirs sud-africains millionnaires en dollar a doublé entre 2007 et 2014 et 31 % des plus riches des riches sont aujourd’hui noirs.18 La colère des jeunes noirs sud-africains est celle d’une génération qui aspire à l’ascension sociale et ne supporte plus le racisme d’une partie de la population blanche. Mondli Makhanya, ancien rédacteur en chef du Sunday Times, déplore que : “Jamais depuis l’avènement de la démocratie la colère contre l’Afrique du Sud blanche n’a été aussi palpable. Il est terrifiant que plus l’idée d’une Afrique du Sud non raciale, non sexiste et démocratique s’enracine, plus le fossé entre les noirs et les blancs s’élargit dans la vie réelle […] L’Afrique du Sud blanche ne veut pas jeter de pont par-dessus les gouffres, ni soigner les blessures […] Elle manifeste un refus déterminé à s’intégrer dans la société et compte que ce soit l’Afrique du Sud noire qui s’intègre dans l’Afrique du Sud blanche. »19 En dépit de ces failles, c’est pourtant la montée d’une élite économique multiraciale qui caractérise l’évolution de l’Afrique du Sud depuis 1994, une  « élite » qui ne se soucie guère du sort des plus défavorisés, que doivent apaiser d’importantes aides sociales20, ni de l’« africanisation » de l’enseignement dans les écoles huppées où se retrouvent ses enfants. Ce qui conduisait Moeletsi Mbeki, président de l’Institut sud-africain des affaires internationales (et frère cadet de l’ancien président Thabo Mbeki) à écrire : « Il n’y avait pas de blancs dans la structure de commandement qui a écrasé la grève des mineurs à Marikana en 2012. Elle incluait Cyril Ramaphosa à la direction de Lonmin ; le ministre de la Police Nathi Mthethwa ; le ministre des Mines, Susan Shabangu ; le commissaire national de la police, Riah Phiyega ; et les responsables de la police sur le site qui, le 16 août 2012, ont fait venir des fourgons mortuaires comme équipement essentiel de ‘contrôle des foules’. Ce que ceci nous dit est qu’il n’y a aucune contradiction inhérente entre Sud-africains blancs et noirs. La dynamique la plus importante en Afrique du Sud aujourd’hui est l’émergence et la croissance rapide de la différenciation sociale chez les noirs et l’incorporation de l’élite politique noire dans les échelons supérieurs du système économique et social hérité en 1994 […] les nantis représentent aujourd’hui le côté véritablement non racial, non sexiste et démocratique de l’Afrique du Sud. »21

Le « dinosaure tribaliste » et les « fourmis » étrangères

Zapiro_goodwill© 2012 Zapiro (All Rights Reserved)
Printed/Used with permission from www.zapiro.com

            Peu après que Cecil Rhodes a disparu de UCT, un nouvel épisode de violences xénophobes frappa le KwaZulu-Natal et le Gauteng22. L’hostilité aux étrangers, surtout aux Africains, est ancienne en Afrique du Sud et a donné lieu par le passé à plusieurs vagues d’attaques contre les immigrants, celle de 2008 ayant été particulièrement brutale, causant la mort de 62 personnes, sans compter des centaines de blessés23. Entre 2008 et le début de 2015, on estime à 357 le nombre d’étrangers ayant été tués en Afrique du Sud, pourtant un seul de leurs assassins a été condamné24. Cette sinistre statistique indique le degré d’inertie du gouvernement face à ce fléau. Sans doute, la situation socio-économique rend-elle apparemment convaincant l’argument fallacieux selon lequel les étrangers prendraient le travail des Sud-africains et ponctionneraient leurs maigres revenus dans leurs échoppes. Mais l’hostilité envers l’Autre est également encouragée par l’attitude de supériorité arrogante qu’adoptent volontiers les dirigeants sud-africains dans leurs rapports avec le reste du continent. Quand ce ne sont pas leurs discours qui attisent les flammes de la haine. Dès janvier 2015, des boutiques appartenant à des étrangers commencèrent d’être pillées à Soweto. Puis, le 20 mars, le roi zulu, Goodwill Zwelithini, déclara au cours d’un discours de « régénération morale »: « Nous demandons à ceux qui viennent d’ailleurs de bien vouloir repartir dans leur pays » ; au-delà de l’apparente courtoisie de cette formulation, ce sont des termes tels que « fourmis » et « poux » qu’utilisa le monarque pour désigner les étrangers25, suscitant immédiatement la comparaison avec les diatribes de la radio des Mille collines au Rwanda. Ce qui n’émut pas le ministre de la Police, Nathi Nhleko26, présent dans l’auditoire. En revanche, cette requête fut interprétée dans les townships de Durban puis du Gauteng comme un appel à chasser, voire à tuer, les étrangers. Le meurtre du Mozambicain Emmanuel Sithole, photographié à Alexandra le 18 avril, déclencha de nombreuses protestations, en Afrique du Sud et en dehors. Le gouvernement se trouva donc cette fois dans l’obligation de réagir. Goodwill Zwelithini, non sans expliquer qu’il avait été mal compris, mal traduit, dut lui-même se reprendre et affirmer que rien ne saurait justifier les attaques, les pillages et les assassinats perpétrés contre des étrangers27. Le 18 avril, Jacob Zuma annula un déplacement qu’il devait faire en Indonésie ; il condamna fermement ces violences et, le 21 avril, l’armée fut envoyée dans les quartiers où les tensions étaient particulièrement fortes pour pallier la mansuétude de la police envers les émeutiers28 ; mais il rejeta une large part de la responsabilité de ces événements sur les pays d’où sont originaires les migrants, suggérant que s’ils en partaient c’est qu’ils s’y sentaient menacés29.

L’aphonie de l’ANC et la nouvelle voix de la DA

                Le raidissement de Jacob Zuma, le recours à l’armée sont symptomatiques des difficultés politiques dans lesquelles se débat aujourd’hui l’ANC. Il est profondément divisé ; colonne vertébrale d’une triple alliance (avec la centrale syndicale COSATU et le Parti communiste) pratiquement disloquée, il n’a pas pu empêcher l’éclatement de la COSATU à la suite de l’expulsion de la très puissante fédération des travailleurs de la métallurgie (NUMSA) ni la percée des Economic Freedom Fighters, issus d’une scission de sa ligue de jeunesse, ou de nouveaux syndicats. En son sein même, les factions rivales fourbissent déjà leurs armes en vue de la désignation d’un candidat à la présidentielle de 2019. Pour le moment, il semble comme pétrifié et perdre sa voix dans les grands débats nationaux. Judith February, chercheuse à l’Institute of Security Studies de Pretoria, décline cette aphonie: l’ANC est resté silencieux sur la question des statues; il ne parvient plus à formuler d’idées pour dynamiser la transformation : « ce que nous entendons actuellement est un discours public disparate, divisé, qui montre peu de solidarité entre classes et entre races. Nous avons un mouvement ouvrier divisé, des étudiants à la turbulence croissante et une élite qui s’étiole à manœuvrer dans les coulisses et à manipuler les institutions étatiques sur un arrière-fond d’inégalités insoutenables. »30 La contrepartie de cette impéritie est le recours à l’autoritarisme : tentatives de contrôle de plus en plus pesantes de la police, de la justice, des moyens d’information et des organisations critiques31; attaques virulentes contre l’institution qui demeure indépendante du pouvoir politique, le Public Protector Thuli Madonsela.

            Dans cette situation, l’élection de Mmusi Maimane à la tête de l’Alliance démocratique (DA) le 10 mai 2015, en remplacement de Helen Zille, signifie un changement sensible dans le paysage politique sud-africain. La DA, principal parti d’opposition, a connu sous la houlette de Helen Zille, Première ministre du Western Cape, une évolution remarquable. De parti passablement conservateur, essentiellement blanc, elle est devenue une formation plutôt centriste, « libérale » (au sens anglais du terme) dans l’appareil duquel ont été promus très rapidement de jeunes noirs. Fortement soutenue par une partie de l’électorat coloured du Western Cape, son influence s’est aussi accrue chez les jeunes Africains en ascension sociale. Mmusi Maimane, dont le talent et l’habileté se sont déployés dans ses fonctions de leader de l’opposition à l’Assemblée nationale, représente bien ce groupe. Âgé de 35 ans, pasteur d’une Église charismatique, il possède un BA en psychologie, un MA en administration publique et un autre en théologie ; il est le premier dirigeant noir à être élu, avec près de 90 % des voix, par un congrès de la DA32. Défenseur des libertés individuelles, déterminé à lutter contre les inégalités, à combattre le chômage, notamment en soutenant les petites entreprises, il demeure fidèle au programme de la DA33. En matière économique et sociale, ce dernier ne se distingue pas radicalement de celui de l’ANC, sauf sur la question du rôle de l’État, jugé trop important au détriment des initiatives privées. Les arguments que met en avant la DA concernent surtout son honnêteté (par contraste avec la corruption qui caractérise le régime de l’ANC) et son efficacité gestionnaire, dont le gouvernement du Western Cape serait la démonstration. Il faudra attendre les résultats des élections locales de 2016 pour vérifier si l’élection d’un jeune noir africain apportera un élan nouveau à la dynamique électorale qu’a connue la DA depuis 2009. Il semble difficile qu’elle puisse à court terme supplanter l’ANC mais, dans la période de crise que vit aujourd’hui le pays, la présence d’un contrepoids puissant au parti qui gouverne depuis 1994 pourrait au moins entraver ses tendances autoritaires et prévaricatrices. Nombre d’anciens électeurs de l’ANC envisagent aujourd’hui de voter pour la DA, non parce qu’ils soutiennent ses orientations mais, précisément, pour qu’elle puisse jouer ce rôle de contrôleur de l’action gouvernementale. Quant à la solution de tous les problèmes qu’ils ont vu éclater au grand jour en mars et avril 2015, peu parviennent à en rêver…

  1. Sur l’ensemble de ces événements, voir : http://en.wikipedia.org/wiki/Rhodes_Must_Fall; consulté le 18/05/2015. []
  2. Au sens sud-africain agrégeant Africains, coloureds et Indiens. []
  3. Week End Argus 2/05/2015, p. 10. []
  4. http://www.iol.co.za/news/south-africa/western-cape/uct-lecturer-ostracised-after-column-1.1824551; http://www.uct.ac.za/dailynews/?id=8891; consultés le 18/05/2015. []
  5. Date du dernier recensement. []
  6. Le magazine en ligne Ground Up fournit une présentation très complète des problèmes qui se posent à UCT : http://groundup.org.za/article/uct-and-transformation-part-one_2820; http://groundup.org.za/article/uct-and-transformation-part-two-students_2845; http://groundup.org.za/article/uct-and-transformation-part-three-debate-over-what-taught_2868; http://groundup.org.za/article/uct-and-transformation-part-four-academic-staff_2904; http://groundup.org.za/article/uct-and-transformation-part-five-fees-and-finances_2937; consultés le 18/05/2015. []
  7. Vuyisile Msila, responsable de l’Institute for African Renaissance de l’Université d’Afrique du Sud (UNISA) à Pretoria, Mail & Guardian Getting Ahead 17/04/2015, p. 3. []
  8. Sunday Times 29/03/2015, p. 16. []
  9. Ibid. []
  10. Sunday Times 28/03/2015, p. 21 []
  11. Mail & Guardian 27/03/2015, p. 26. []
  12. City Press 12/04/2015, p. 13. []
  13. Mail & Guardian 2/04/2015, p. 8. []
  14. Shose Kessi, maître de conférences en psychologie sociale à UCT, Sunday Independent 12/04/2015, p. 17. []
  15. Sunday Times 12/04/2015, p. 21. []
  16. Mail & Guardian Getting Ahead 17/04/2015, p. 1. []
  17. Voir, par exemple : Zimitri Erasmus, “Creolization, colonial citizenship(s) and degeneracy: A critique of selected histories of Sierra Leone and South Africa”, Current Sociology 59 (5), 2011 : 635–654. []
  18. Sunday Independent World of Work 26/04/2015, p. 18; Business Report 2/04/2015, p. 14. []
  19. City press Voices 22/03/2015, p. 1. []
  20. Entre 830 et 1370 rands (62,5 € et 103,2 €) selon les cas; 16, 3 millions de Sud-africains bénéficiaient de ces aides en 2014, soit plus de 30 % de la population totale. “FACTSHEET: Social grants in South Africa – separating myth from reality”, Africa Check, http://africacheck.org/factsheets/separating-myth-from-reality-a-guide-to-social-grants-in-south-africa/; consulté le 19/05/2012. []
  21. City Press Voices and Careers 12/04/2015, p. 1. []
  22. Une quarantaine de membres du mouvement Rhodes Must Fall manifestèrent au Cap pour signifier leur opposition à ces violences. IOL News, http://www.iol.co.za/news/crime-courts/xenophobia-on-par-with-apartheid-tutu-1.1846607; consulté le 20/05/2014. []
  23. Voir : IDASA, The Perfect Storm : The realities of Xenophobia in Contemporary South Africa, Cape Town, IDASA, 2008. []
  24. Sunday Times 19/04/2015, p. 4. []
  25. The Citizen, http://citizen.co.za/349347/foreigners-must-go-home-king-zwelithini/; The Herald, http://www.herald.co.zw/zwelithini-likens-immigrants-to-lice-ants/; consultés le 18/05/2014. []
  26. Né à Kwambonambi, dans le KwaZulu-Natal. La « déférence de l’ANC » à l’endroit de ce « dinosaure tribaliste » qui représente « l’antithèse des valeurs sur lesquelles le parti fut fondé » fut violemment dénoncée dans un éditorial du Cape Times (17/04/2015, p. 8). []
  27. The Citizen, http://citizen.co.za/360606/zwelithini-calls-for-a-halt-on-xenophobic-attacks/; consulté le 13/04/2015. []
  28. Mail & Guardian 24/04/2015, p. 6. []
  29. IOL News, http://www.iol.co.za/news/politics/african-nations-to-blame-for-influx-zuma-1.1850812; consulté le 18/05/2014. []
  30. Mail & Guardian 10/04/2015, p. 22. []
  31. Voir le rapport de l’ONG Right2Know : Big Brother Exposed, Stories of South Africa’s intelligence structures monitoring and harassing activist movements, http://www.r2k.org.za/2015/04/28/publication-big-brother/; téléchargé le 30/04/2015. []
  32. Mail & Guardian on line, http://mg.co.za/article/2015-05-11-maimanes-clean-sweep-victory-takes-da-into-new-era; 11/05/2015; The Citizen, http://citizen.co.za/379745/maimane-took-88-9-of-votes-in-landslide-leadership-win/; 15/05/2015; consultés le 18/05/2014. []
  33. Voir : http://www.da.org.za/why-the-da/; consulté le 11/05/2015. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *