La sécurité au Sahara. Ambiguïtés d’un regain d’intérêt

Le Sahara est difficile à définir car ses représentations chargent ce vaste espace de nombreuses préconceptions. Il couvre a minima les régions du Sud maghrébin, du Maroc à la Libye, et les septentrions des États de la Mauritanie au Tchad. S’il renvoie à l’image d’une immensité de dunes de sable (erg), on oublie qu’il est avant tout composé d’espaces montagneux (reg). Il est perçu comme une terre vide et infranchissable, alors qu’y vivent plusieurs millions de personnes et qu’il est traversé en automobile depuis la Croisière noire de Citroën en 1923. L’imaginaire occidental le voit peuplé exclusivement de tamasheqs, ou touaregs, que l’exploration coloniale a mythifiés sous la figure des « hommes bleus », nomades fiers et libres issus d’une société matrilinéaire, et vivant de l’économie caravanière. Le Sahara est, pourtant, aussi habité par des Toubous en Libye et au Niger, des Maures (populations arabes ou arabo-berbères) en Mauritanie et au Mali, des Songhaïs et des Peuls au Mali ou encore des Sahraouis. Aujourd’hui, le Sahara renvoie avant tout aux prises d’otages occidentaux par des groupes terroristes islamistes, voire au trafic transatlantique de cocaïne… Le film Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, acclamé par la critique, ne fait que reprendre à son compte cette esthétique éminemment politique (Bourgeot, 2014).

            Car c’est bien par le biais de la guerre contre le terrorisme que le Sahara est revenu sur le devant de la scène médiatique et politique depuis le début des années 2000. Le reflux des groupes terroristes algériens vers le Sud après la guerre civile des années 1990 qui a transnationalisé leur champ d’action, leur internationalisation opportuniste suite aux conflits afghans et irakiens et le retour des combattants touaregs recrutés dans la Légion islamique du colonel Kadhafi déchu ont précipité l’effondrement du Nord-Mali, déjà perceptible dans l’application imparfaite des précédents Accords, dans la sanctuarisation de l’espace par des groupes terroristes et criminels et dans l’absence de résolution des revendications sociales et culturelles de la minorité touarègue. Discrètement encouragé par Paris1, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) a saisi une opportunité de relancer la lutte touarègue au Mali, quitte à s’allier un temps aux groupes islamistes. Or, il ne peut prétendre à l’hégémonie dans le Nord malien, peuplé de plusieurs autres communautés, et est lui-même le produit de dynamiques conflictuelles entre lignées tamasheqs ;  certains de ses proches, aussi, auraient été impliqués dans des violations des droits humains ou des activités criminelles (Bourgeot, 2012). Rapidement débordé par les groupes islamistes, il s’est ensuite rallié aux opérations Serval puis Barkhane, tout en gardant une forte influence dans la région de Kidal.

            C’est dès 2003 que le Sahara est entré dans la guerre contre le terrorisme, avec le rapt de 32 touristes européens, principalement allemands et autrichiens. La création de l’Africom en 2008 n’a fait que parachever une implication américaine croissante dans la politique africaine (Abramovici, 2004). Les recompositions du système international ont mondialisé le politique et la sécurité en Afrique, et particulièrement dans l’espace saharo-sahélien : elles ont aussi réussi à changer radicalement la perception du continent et à remodeler ses relations internationales (Abrahamsen, 2013). Les dynamiques internes à la région ont favorisé cette mutation avec des régimes politiques et des groupes sociaux en quête d’appui extérieur – pour survivre, se légitimer, s’enrichir –, des sociétés bloquées où les métiers des armes et de la contrebande sont des outils de recomposition des hiérarchies locales, les réinterprétations/réinvestissements des références religieuses et culturelles dans le cadre d’un épuisement des « grands récits » de la modernité. La concurrence internationale, relancée par la croissance des émergents, a également accéléré la course pour l’accès aux ressources naturelles tandis que les monarchies pétro-gazières moyen-orientale ont développé des stratégies complexes de projection de leur puissance.

            La rapidité des changements de paradigmes dans la représentation du Sahara est frappante (Bonnecase, Brachet, 2013). Celui-ci est passé d’une « région menacée » à une « région menace », de territoires où les populations souffraient des crises alimentaires et environnementales à des espaces instables foyers d’un amalgame de risques transnationaux (terrorisme, migrations irrégulières, trafics).

            Bref, la sécurité au Sahara n’est plus envisagée comme un enjeu de sécurité humaine : elle est réduite à son sens politico-militaire le plus étroit. Cela interroge aussi les programmes qui y sont mis en oeuvre, leur priorité relative et, plus largement, la relation entre développement et sécurité. Les prises d’otages constituent une menace réelle, mais sont aussi un moyen d’accumulation financière, politique et symbolique pour leurs petites mains, comme pour ceux qui négocient leur résolution en proximité avec les sphères commerciales et étatiques de la région. Surtout, les patrimoines locaux (historique, culturel et artisanal) sont occultés, voire menacés, des gravures rupestres et écritures libyco-berbères millénaires, aux manuscrits pluri-centenaires de l’islam médiéval détruits à Tombouctou par les djihadistes. Finalement, la complexité politique, sociale, économique et culturelle de la région se perd quand elle devrait être un outil de compréhension, et de sortie, des crises actuelles. Le regain d’intérêt pour le Sahara, depuis celui des premiers temps de la conquête coloniale puis des décolonisations avec l’OCRS, n’est pas, lui-même, exempt d’ambiguïtés dans l’implication d’acteurs extérieurs à la région, les stratégies des acteurs locaux et les enjeux de l’ordre international post-Guerre froide.

Références :

Abrahamsen Rita (ed) (2013), Conflict and security in Africa, James Currey/Boydell & Brewer Ltd., Woolbridge/Rochester.

Abramovici Pierre (2004), « Activisme militaire de Washington en Afrique », Le Monde diplomatique, juillet, p. 14-15.

Bonnecase Vincent, Brachet Julien (2013), « Les  »crises sahéliennes » entre perceptions locales et gestions internationales », Politique africaine, n°130, p. 5-22.

Bourgeot André (2014), « Le film Timbuktu : fiction documentée ? Conte pour occidentaux ? », entretien avec Françoise Wasservogel, décembre 2014.

Bourgeot André (2012), « La crise malienne : vers une recomposition géopolitique des espaces sahariens », in Antil Alain, Mokhefi Mansouria, Le Maghreb et son Sud : vers des liens renouvelés, Paris, CNRS Éditions/Ifri, p. 91-112.

  1. Entretien d’Hama Ag Mahmoud, ancien ministre de Moussa Traoré et ancien cadre du MNLA, dans Le Courrier du Sahara du 17 janvier 2014. Selon lui, Paris aurait ainsi cherché à affaiblir l’armée libyenne en encourageant la désertion des Touaregs et en l’empêchant de recruter au Mali et au Niger. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *