Élections générales 2015 en Tanzanie et à Zanzibar : fin d’hégémonie du CCM et tournant inédit pour une opposition rassemblée

Dr Maïlys Chauvin, géographe associée à LAM-CNRS, Sciences Po Bordeaux, France

La cartographie présentée ici est issue des résultats officiels affichés par le gouvernement tanzanien et la Commission électorale de Zanzibar. La production de ces statistiques étant fortement critiqué par la société civile et les médias – en particulier à Zanzibar -, les cartes doivent être interprétées avec prudence.

2015 est une année charnière en République Unie de Tanzanie, née de l’union, en 1964, de deux états indépendants, le Tanganyika (qualifié de mainland depuis) et l’archipel de Zanzibar. Les élections générales d’octobre 2015 constituent un enjeu important qui devrait confirmer la fin de l’hégémonie du Chama Cha Mapinduzi (Parti de la révolution), ancien parti unique toujours dominant depuis la mise en place du multipartisme en 1992, dans les deux entités. Elles seront en effet certainement influencées par les déceptions du processus de réforme constitutionnelle qui a mobilisé les citoyens et l’ensemble des acteurs tanzaniens pendant le quinquennat du président Jakaya Kikwete. La tentative de passage en force d’un texte ne restituant pas les vœux des Tanzaniens en faveur d’une Fédération à trois gouvernements pour le Tanganyika, Zanzibar et l’Union, s’est traduit il y a quelques semaines par le report du référendum de validation du texte prévu à l’origine pour le 30 avril dernier. Cette évolution jouera certainement en faveur de l’opposition et, plus particulièrement, du parti de Freeman Mbowe, le Chama Cha Demokrasia na Maendeleo (CHADEMA), Parti de la démocratie et du progrès , sur le mainland, et du Civic Union Front (CUF) de Seif Shariff Hamad, à Zanzibar. Empêchera-t-elle pour autant la domination électorale du CCM et l’amorce d’un véritable tournant dans l’évolution politique du pays ? Menace-t-elle la réconciliation inédite (Maridhiano, kisw.) qui avait donné naissance à un gouvernement d’unité nationale (GNU) à Zanzibar en 2010 ?

Réforme de l’Union  ou inertie constitutionnelle ?

En 2011, dans le cadre de son second mandat, le président de la République Unie de Tanzanie Jakaya Kikwete, issu du parti historique CCM et inscrit dans l’héritage de Julius Nyerere, a présenté un projet de réforme constitutionnelle et nommé une Commission de réforme constitutionnelle présidé par Joseph Warioba, ancien ministre et procureur général. Lors du second semestre 2012, une consultation populaire nationale conduite dans l’ensemble des régions et des départements du pays, a montré que les Tanzaniens tant sur le mainland qu’à Zanzibar, étaient favorables à un changement de structure de l’Union allant dans le sens d’une Union fédérale à trois gouvernements. La légitimité de la structure de l’État tanzanien, au départ temporaire, fondée sur un gouvernement et un parlement pour l’Union (Muungano, kiws.) contrôlant les pouvoirs régaliens sur l’ensemble du territoire, ainsi qu’un gouvernement et un parlement pour l’archipel autonome de Zanzibar, aménagée ensuite pour accueillir un système de parti unique commun aux deux entités1 a en effet toujours été contestée dans les îles mais aussi sur le mainland, où par réaction, plus récemment, on a assisté à la montée d’un nationalisme « tanganyikais ». Ce modèle temporaire devait en effet évoluer et avait été soumis dans ce sens, à une série de réformes, en particulier à partir de 1992 pendant la présidence d’Ali Hassan Mwinyi, sous l’autorité de Francis Nyalali et sous celle de Benjamin Mkapa, avec Robert Kisanga. Il n’a cependant abouti à aucune réforme de fond en faveur du projet fédéral à trois gouvernements. Les membres du CCM, majoritaires au parlement depuis les premières élections multipartisanes de 1995, se sont en effet employés à entretenir une inertie constitutionnelle garantissant la pérennité du système initial. Tout au long du quinquennat de Jakaya Kikwete, les citoyens et les acteurs tanzaniens se sont mobilisés autour d’un nouveau processus de réforme constitutionnelle qui laissait espérer chez certains une réelle évolution vers un système fédéral à trois entités. Mais depuis le travail de l’assemblée constituante en 2014, ces espoirs ont commencé à faiblir et l’histoire semble aujourd’hui se répéter alors que l’électorat et la culture politique, en rupture avec l’héritage nyerériste, évoluent rapidement. En effet, une première proposition de constitution a été présentée par la CRC en juin 2013 à partir des vœux exprimés lors de la consultation populaire de 2012. Elle prévoyait, dans le chapitre 6, une Union à trois gouvernements : un gouvernement et un parlement pour le Tanganyika, un gouvernement et un parlement pour Zanzibar (qui existent déjà dans l’archipel) et un parlement réduit pour l’Union. Cette première mouture a été débattue dans le cadre d’une assemblée constituante à partir de février 2014 pour soixante jours, à Dodoma, capitale de l’Union où siège le parlement. Elle était présidée par Samuel Sitta et constituée de 640 membres (357 députés de l’Union, 82 membres du parlement de Zanzibar et 201 membres de la société civile). La structure de l’Union s’est imposée comme pierre d’achoppement de l’examen de la première version de la constitution. Le CCM défendait le maintien du système en cours tandis que l’opposition soutenait la proposition de la CRC d’une fédération à trois gouvernements. Par ailleurs, les manœuvres partisanes et les irrégularités dans le fonctionnement de l’Assemblée constituante ont suscité les critiques de la société civile et des partis d’opposition. Deux mois plus tard, les membres des deux principaux partis d’opposition (CHADEMA, CUF) et de deux partis minoritaires (NCCR-Mageuzi, National Convention for Construction and Reform – Mageuzi ; et NLD, National League for Democracy) ainsi que des représentants des organisations la société civile ont décidé de se rassembler au sein de la coalition UKAWA (Umoja wa Katiba ya Wananchi ou Coalition des défenseurs de la constitution des citoyens) et de boycotter l’Assemblée constituante. Mais en septembre 2014, les manœuvres du CCM au sein de l’Assemblée constituante ont abouti à la validation d’un texte constitutionnel fortement différent de celui proposé par la CRC et au maintien de la structure actuelle.

Proposition de constitution contestée et référendum reporté

C’est donc la validation, par référendum, d’une constitution perçue comme partisane, ne respectant pas les résultats de la consultation populaire de 2012, non conforme à la première version proposée par Joseph Warioba et n’émanant d’aucun consensus, qui était attendue des Tanzaniens le 30 avril dernier. L’important mécontentement né de cette tentative de passage en force auquel s’ajoutent le dysfonctionnement de la mise en place de l’inscription biométrique, se sont traduits, il y a quelques semaines, par le report du référendum à une date encore indéterminée mais qui pourrait être proche de celle des élections générales.

Le rejet, par les membres du CCM, du projet fédéral à trois gouvernements et le maintien des pouvoirs du parti-État, s’étaient traduits, il y a quelques mois, par l’appel au boycott du référendum par les partis de la coalition UKAWA, et par un appel à voter « Non » lancé par plusieurs autorités religieuses au début de l’année. Par ailleurs, en février et mars derniers, la Commission électorale nationale (NEC) et plusieurs organisations de la société civile qui devaient s’engager dans une campagne d’information sur le contenu du nouveau texte et les enjeux du référendum dans le territoire, n’avaient cessé de mettre en avant le caractère précipité du processus et d’alerter le public sur leur incapacité à déployer leurs missions, appelant au report du référendum. Enfin, la mise en œuvre de l’inscription biométrique, projet soutenu par le PNUD et fortement controversé, décrit par la presse comme le BVR scandal (Biometric Vote Registration), était lui-même fort retardé. L’insuffisance de ressources humaines et de kits d’enregistrement pour couvrir les vingt-cinq régions continentales, suscite déjà des soupçons sur sa réelle fonction dans le processus du référendum et des élections, en référence à ce qui s’était passé au Kenya en 2013. Les problèmes techniques de mise en œuvre de la BVR avaient en effet été utilisés et invoqués, selon certains, dans une manœuvre frauduleuse dans le pays voisin. Alors que les citoyens constataient courant mars l’évidente impossibilité de leur inscription biométrique dans les délais, l’agression d’observateurs du processus d’inscription électorale dans la région de Njombe, première région concernée par la tenue des inscriptions biométriques , avait été rapportée.

Constitution impopulaire, inscription électorale chaotique, maintien obstiné de la date du référendum au 30 avril 2015 jusqu’à un changement de position de dernière minute … le processus de réforme constitutionnelle est aujourd’hui fortement discrédité et attise un mécontentement qui influencera les élections générales d’octobre prochain.

Une évolution favorable à une opposition rassemblée sur le mainland

La crise de confiance qui s’est installée en Tanzanie favorisera en effet certainement les partis d’opposition comme l’ont déjà montré les dernières élections locales de 2014, ce qui confirmerait la tendance amorcée lors des élections générales de 2010 sur lesquelles un retour s’impose si l’on veut étayer cette hypothèse.

Lors des dernières élections générales de 2010, Jakaya Kikwete a certes remporté l’élection présidentielle confirmant la domination du CCM au parlement avec plus de deux tiers des sièges. Néanmoins cette victoire ne peut cacher des scores en diminution par rapport aux élections précédentes. En effet, le candidat a gagné les élections présidentielles avec 62,8 % des suffrages contre 80,2 % en 2005. Au parlement le CCM obtenait 60,2 % des votes en 2010 contre 70 % en 2005. Face au CCM, l’opposition, CHADEMA et CUF réunis, a fait une progression inédite en gagnant 35,2 % des voix aux présidentielles soit le double des scores de 2005 (17,4 %), et près de 37 % des voix en ajoutant les points des partis d’opposition minoritaires (PPTM, TLP, NCCR-Mageuzi, UPDP). Pour les législatives, les deux principaux partis d’opposition rassemblaient 34,4 % des voix (contre 22, 3 % en 2005) et l’ensemble des partis d’opposition 39,5 %. Ce succès se caractérise par deux tendances recomposant le paysage du multipartisme en Tanzanie. Sur le mainland, il s’agit de la percée du CHADEMA aux présidentielles dont on peut dire qu’il assure le leadership de l’opposition – avec 27 % des suffrages soit cinq fois plus qu’en 2005 (5,8 %) – et au parlement – avec 23,8 % des sièges, soit près de trois fois plus qu’en 2005 (8,2 %). À Zanzibar, c’est la formation d’un Gouvernement d’union nationale, adoptée par référendum en juillet 2010, qui signale la reconnaissance de l’importance du CUF et marque une nouvelle étape dans la légitimation des revendications nationalistes zanzibaries post-unionistes.

Une analyse spatiale de la distribution du vote en 2010 permet de préciser la territorialisation de l’opposition qui risque fort de se confirmer et même se renforcer lors des prochaines élections générales d’octobre.

FIGURE1WEB_carte_opposition_regions-final3_sanscanFigure 1 : Carte de la répartition régionale de l’opposition en 2010

On distingue tout d’abord deux ensembles entre les régions favorables au CHADEMA dans l’espace continental et, celles soutenant le CUF, le long du littoral et dans les îles. Bien qu’il existe d’autres partis d’opposition fort minoritaires, on peut parler d’un bipartisme singulier dans chaque entité. Au sein du premier ensemble, le caractère urbain de la montée de l’opposition est évident. Le CHADEMA est en effet particulièrement influent dans les régions et villes du nord et des lacs Victoria et Tanganyika. Les habitants des principales villes qui structurent et polarisent le territoire continental et les régions, ont soutenu le CHADEMA qui a battu le CCM à Arusha, Moshi, Bukoba, Musoma, dans la circonscription urbaine d’Ilemela. Il a failli l’emporter dans celle de Nyamagna (45,3 % contre 47,3 % pour le CCM) formant avec la première la grande agglomération de Mwanza, et enfin à Mbeya, dans le Sud du pays. Il a en outre fait de très bons scores et parfois gagné les circonscriptions qui se déploient autour de ces capitales régionales, dans les centres urbains de Kasulu, Manyovu, Buyungu, Muhambwe près de la ville de Kigoma, par exemple. Il n’est cependant pas absent des campagnes où sa capacité d’action et d’influence est plus limitée et d’avantage concurrencée par l’ancrage historique et territorial serré du CCM qui tisse sa toile grâce au système du nyumba kumi encore fortement mobilisé dans les villages (un représentant du CCM pour dix maisons) et qui l’assure de milliers de représentants.

Le facteur démographique joue certainement assez fortement en faveur du CHADEMA en ville. Les jeunes constituent au-moins un tiers de la population totale (14,6 millions d’habitants ont entre 16 et 35 ans selon le recensement de 2012). Ils constituent une part importante de la population qui alimente la croissance urbaine par migration ou par naissance mais aussi une part grandissante de l’électorat (22,4 millions d’habitants ont plus de 18 ans, et 12,8 millions ont entre 18 et 35 ans). La jeunesse qui déploie des stratégies d’action dans les villes pour affronter la dureté de l’économie néolibérale, diversifie son espace d’information et d’action politique et s’impatiente des scandales de corruption. En outre, elle ne s’inscrit pas dans la tradition et l’héritage nyéréristes qui font encore écho parmi les plus âgés. L’électorat est donc de plus en plus jeune, de plus en plus urbain et de moins en moins influencé par les valeurs et les fictions nationalistes diffusées par le CCM par le biais, par exemple, du culte du Mwalimu entretenu par les plus conservateurs. Cette évolution démographique corollaire d’un changement d’époque idéologique, favoriserait le succès du CHADEMA perçu comme le parti des entrepreneurs et des commerçants, inscrit dans un discours capitaliste réaliste.

Dans le second ensemble allant du littoral du mainland à l’archipel de Zanzibar, le soutien au CUF s’inscrit dans une histoire et une culture communes des habitants qui partagent aussi la même religion, l’islam. Le CUF est le principal parti d’opposition dans les régions côtières continentales.

Les élections locales de 2014 montrent que la posture de rassemblement des partis d’opposition au sein de la coalition UKAWA a déjà porté ses fruits. Pendant ces élections, les Tanzaniens élisent les présidents de village dans les zones rurales, les représentants des rues en zone urbaine ainsi que les membres des comités exécutifs de chacun d’entre eux, dans 12 625 circonscriptions dont les trois quarts sont en zone rurale (9 501 à la campagne et 3 124 dans les villes et petits centres urbains). Le CHADEMA et le CUF ont en effet respectivement triplé et doublé leurs scores par rapport aux précédentes élections locales. Le CCM est certes resté, comme les années passées, le grand vainqueur et aurait obtenu selon la presse – les résultats officiels ne sont à ce jour affichés sur aucun site institutionnel – environ 74,5 % des votes. Néanmoins cette nette majorité ne saurait cacher le déclin évident du parti historique puisqu’en 2009 le CCM avait remporté 95 % des suffrages. CHADEMA et CUF rassemblent à eux deux 25,5 % du vote sur l’ensemble des circonscriptions, dont 15,8% pour le CHADEMA et 9,35 % pour le CUF, triplant et doublant leurs sièges par rapport à 2009. En 2009, CHADEMA avait en effet remporté 413 sièges contre 1248 en 2014, et le CUF 540 contre 946.

Opposition gagnante et nouveau challenge pour le Gouvernement d’ unité nationale à Zanzibar

A Zanzibar, l’opposition se distingue historiquement par l’importance et l’influence continues du CUF sur les deux îles. C’est en effet à Pemba et Unguja, où vivent au total au-moins 1,4 millions d’habitants (selon le recensement de 2012 qui, selon nous, sous-évalue la population de l’archipel) que le soutien au CUF est si important qu’il concurrence le CCM depuis 1995, avec des résultats électoraux fort proches de ceux du parti traditionnel à Unguja et très largement supérieurs à celui-ci à Pemba où il est majoritaire. À Unguja, le soutien au CUF est plus complexe et inégalement réparti dans les trois régions. Il se distribue dans l’ensemble de l’île mais plus fortement dans le nord et dans la capitale et les cantons péri-urbains, la région sud, plus rurale, restant un bastion du CCM.

FIGURE2WEBdiagramme_partis-pdt-1995_2010Figure 2 : Diagramme des résultats des élections par parti, 1995-2010

L’histoire de l’opposition et la compréhension de sa fonction au sein de l’État tanzanien et de l’archipel est singulière. Le CUF a en effet été un parti d’opposition puissant dès les premières élections générales de 1995 et jusqu’à celles de 2000 et 2005, ce qui le distingue de l’opposition continentale à l’histoire plus irrégulière. Son originalité et sa force se fondent sur un discours de justice et de droit au service de revendications souverainistes qui redonnerait à Zanzibar une place plus équilibrée au sein d’une Union réformée. Ses revendications vont donc dans le sens d’une fédération à trois entités telle que réclamée par les citoyens dans le cadre de la réforme constitutionnelle lors du quinquennat de Jakaya Kikwete. Le CUF a bénéficié des efforts engagés à vouloir négocier, respecter et défendre les processus démocratiques et légaux, de sa fermeté (il n’a pas reconnu à plusieurs reprises les résultats des élections) et de sa persévérance en dépit de la répression constante qu’ont subie ses membres et ses élus, en particulier à Pemba (emprisonnements, tortures, etc.). Pendant les élections, le déploiement des forces militaires de l’Union débarquant en bateau sur l’île d’Unguja, les manœuvres d’intimidation, des actes de violence physique (agressions, pillages, viols, etc.) par l’armée, les milices (janjaweed) et les groupes paramilitaires tanzaniens, constatés et rapportés par les observateurs, associations des droits de l’Homme et médias locaux et internationaux, ont contribué au développement d’un sentiment d’oppression de l’Union sur la société archipélagique, qui a accru le soutien à ce parti. Plusieurs accords de paix (Muafaka I et II) ont été signés dans l’archipel sans pour autant être réellement mis en œuvre et que la situation ne change à Zanzibar. L’État tanzanien et le parti CCM, indissociables dans les imaginaires zanzibaris, représentent donc pour beaucoup l’oppression mais plus généralement la privation de souveraineté des îles dénoncée par le CUF. Depuis sa création en avril 1964, la légitimité de l’Union a toujours été fortement contestée à Zanzibar. Perçue comme une neutralisation politique de l’archipel dans le contexte des enjeux de la guerre froide, par l’entremise de Julius Nyerere et des États-Unis, ce n’est pas tant la création de la République Unie de Tanzanie en elle-même qui a jusque-là posé problème mais sa structure politique à deux gouvernements ressentie comme un moyen de marginaliser et dominer Zanzibar politiquement et économiquement. Les années 2005-2010 ont connu par ailleurs une remise en circulation et en débat des souvenirs des expériences pré- et post-révolutionnaires qui réévaluent et contestent l’histoire officielle de la création de la République Unie de Tanzanie, sa légalité et sa légitimité. Ce traitement collectif du passé qui s’appuie notamment sur les récits des personnalités les plus progressistes de Zanzibar jusque là restées discrètes dans l’archipel et dans sa diaspora postrévolutionnaire et proches par exemple de l’ancien parti UMMA, est favorable à la fin d’hégémonie du CCM à Zanzibar et au succès croissant du CUF.

Le succès du CUF n’a jamais été reconnu à Zanzibar comme en témoignent les fraudes successives qui ont rendu impossible sa victoire à plusieurs reprises. Lors de la période électorale de 2010, la popularité du CUF et la crainte de l’exacerbation des tensions et du surgissement de nouvelles violences s’il n’était pas reconnu, ont conduit à un nouvel effort de paix allant dans le sens d’une réconciliation connue sous le nom de Maridhiano en kiswahili. Plébiscité après un vote favorable dans le cadre d’un référendum, il a permis la formation, dans l’archipel d’un Gouvernement d’unité nationale (GNU)2 Cette évolution inédite dans l’histoire post-coloniale de l’archipel, a permis à Seif Sharrif Hamad et à son équipe d’obtenir le poste de premier vice-président et plusieurs postes ministériels.

FIGURE3WEB_carte-presidentielle3_zbr_CUF_2010_sanscanFigure 3 : Carte des élections présidentielles 2010 à Zanzibar

Les années 2010-2015 à Zanzibar ont été caractérisée par la paix sociale, le dialogue et un débat beaucoup plus libre et contradictoire au sein du parlement, et entre parlement et gouvernement et par une plus grande unité en dépit de la virulence des forces conservatrices du CCM. Les revendications souverainistes jusqu’à présent portées par le CUF se sont ouvertement élargies à une partie des membres et sympathisants du CCM qui a par ailleurs connu des défections en 2014 et 2015, évolution originale qui signale la fragilisation historique de la domination du CCM à Zanzibar. Concernant le positionnement de Zanzibar sur les questions unionistes et la réforme constitutionnelle en particulier, Seif Sharrif Hamad continue d’appeler au boycott du référendum et à défendre l’idée d’une structure fédérale à trois gouvernements. Des membres récemment sanctionnés et expulsés du CCM, faits également inédits à Zanzibar, dont un des principaux auteurs de la réconciliation de 2010, Hassan Nassor Moyo, soutiennent aujourd’hui ouvertement la posture du CUF et se présentent même dans certaines circonscriptions urbaines où le CUF est de plus en plus populaire et a progressé entre 2005 et 2010.

Le ressentiment et les déceptions nés de l’échec d’une véritable réforme constitutionnelle allant dans le sens de la volonté populaire, confirmeront certainement la montée de l’opposition lors des prochaines élections de la fin du mois d’octobre 2015 en particulier si la coalition maintient la candidature unique annoncée lors la signature d’un accord à la fin du mois d’octobre 2014 à Jangwani (Dar es Salaam) et dont le candidat devrait être connu début août prochain. Pour mémoire, si l’on additionne les scores de trois des quatre partis candidats aux élections présidentielles de 2010 formant aujourd’hui la coalition, on obtient 7 régions à plus de 40 % et 16 régions à plus de 30 % pour une moyenne inter-régionale de 34,7 %.

FIGURE4WEB_carte_opposition_somme5_regions_sanscanFigure 4 : Carte du cumul des scores électoraux des trois partis d’opposition en 2010

A ces résultats de 2010, on peut ajouter quelques points hypothétiquement gagnés par le développement du mécontentement depuis deux ans. C’est en tout cas ce que laissent présager les résultats des élections locales de décembre dernier. Dans ce contexte, on peut dire qu’aujourd’hui l’opposition menace fortement le CCM. Pour autant, dans quelle mesure la fin de de la domination électorale du CCM est-elle véritablement envisageable sur le mainland ? A Zanzibar, le CCM encore plus fortement fragilisé que sur le mainland, est-il prêt aujourd’hui à davantage partager le pouvoir au sein du GNU ? Rien n’est moins sûr.

Dans le mainland, la finesse de l’emprise territoriale et institutionnelle du CCM, peu contesté en zone rurale, et sa capacité de manœuvre mobilisée efficacement dans le passé (manipulation de la BVR, intimidation de l’électorat favorable à l’opposition, arrestations répétées de ses dirigeants, fraude aux inscriptions, pendant le vote et le décompte des résultats, manipulation de l’information par les médias d’État, etc.), les moyens matériels et humains limités des partis d’opposition qui doivent, parallèlement à la campagne électorale, continuer d’agir contre la validation de la constitution, font supposer le maintien de la domination électorale du CCM. A Zanzibar, les scores du CUF dépasseront certainement ceux du CCM, ce qui représente un challenge élevé d’une part pour les observateurs des élections et la Commission Electorale de Zanzibar dont les manœuvres à la faveur du CCM ont été maintes fois constatées, d’autre part, pour les deux partis en présence. Le CUF devra parvenir à composer en continuant à défendre les idées qui ont jusque là fait son succès tout en négociant une place plus importante au sein du GNU et contenant l’escalade de la violence dont les premiers signes ont déjà surgi ces dernières semaines, en particulier si les manœuvres du CCM telles que celles connues en 1995, 2000 et 2005 reprenaient. Les discours et actions des membres et militants les plus conservateurs du CCM, ont en effet entraîné des tensions, des agressions physiques et des destructions matérielles sur les routes des rallies du CUF et dans ses bureaux en ville. Dans ce contexte, deux questions se posent : celle d’une part de l’avenir du GNU à Zanzibar et celle, d’autre part, de la capacité d’action et d’influence que pourra avoir le CHADEMA sur le mainland, à l’issue de ces élections.

Il y a quelques semaines, les représentants de la coalition UKAWA soulignaient, dans une conférence de presse, les retards accumulés par la NEC dans l’ensemble du processus électoral et exprimaient leurs soupçons sur un possible report des élections générales du mois d’octobre. Bien qu’il soit encore difficile de le caractériser, 2015 constituera, à bien des égards, un tournant dans l’histoire politique de la République Unie de Tanzanie. L’étude du rôle de la nouvelle inscription biométrique dans cette conjoncture et de l’évolution de la part de l’abstention pourraient être des éléments d’analyse complémentaires pertinents à l’issue des élections.

  1.      La fusion entre la Tanganyika African National Union (TANU) de Julius Nyerere, sur le continent, et l’Afro Shirazi Party (ASP) d’Abeid Karume, à Zanzibar, a permis la création du CCM, en 1977. []
  2.          Le terme concerne bel et bien l’archipel seul et non celui de la République Unie de Tanzanie. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *