A six mois des élections générales : où en est la Tanzanie ?

            Les élections présidentielles et législatives prévues en octobre prochain seront les cinquièmes depuis le retour au multipartisme en Tanzanie : si l’ancien parti unique CCM (Chama Cha Mapinduzi, le parti de la révolution), est de nouveau quasi assuré de garder la mainmise sur la présidence et le Bunge (l’Assemblée Nationale), elles seront sans aucun doute les plus disputées depuis la première édition de 1995. De nombreux acteurs internationaux, de l’opposition et de la société civile n’hésitent plus aujourd’hui à exprimer ouvertement leur inquiétude quant à la tenue d’un scrutin pacifique et sincère, à défaut d’être libre et équitable. La Commission Nationale Electorale (NEC) peine en effet à enregistrer les 24 millions d’électeurs potentiels et les atteintes aux libertés se sont multipliées depuis quelques mois. Après avoir rassemblé près de 40% des suffrages en 2010 – un niveau qu’elle n’avait pas atteint depuis les premières élections multi partisanes de 1995 – l’opposition a triplé son score aux élections locales de décembre 2014 en emportant 24% des suffrages. Cette dynamique est parallèle depuis 2010 à l’effritement de l’hégémonie électorale du CCM et une forme d’épuisement des mécanismes de mobilisation sociale traditionnellement utilisés par le parti pour se maintenir au pouvoir.

 Les récents évènements méritent d’être lus à la lumière des dynamiques et contradictions du régime politique tanzanien : la situation est aujourd’hui caractérisée par l’incertitude et il est pour l’instant difficile de savoir si l’année 2015 marquera une étape dans l’habituation à la compétition politique en Tanzanie ou sera au contraire l’occasion du raidissement d’un système de parti hégémonique.

  1. L’échec du processus constitutionnel & contrôle de l’environnement institutionnel

             Les 18 derniers mois ont été marqués en Tanzanie par les déboires du processus de réforme constitutionnelle : prenant son propre parti par surprise, le Président Kikwete avait annoncé début 2011 vouloir remplacer la Constitution de 1977, fondée sur le triptyque de la suprématie du parti, de la présidence « impériale » et d’une Union à deux gouvernements (Shivji, 2008 : 181). Les amendements constitutionnels du début des années 1990 n’ont pas fondamentalement remis en cause la fusion « de facto » entre l’Etat et le parti (Makulilo, 2008) et le contrôle du processus de transition par le CCM et son « gradualisme prudent » ont rendu possible une situation monopole politique en contexte multipartisan (Nyirabu, 2002 : 105).

La commission de réforme constitutionnelle Warioba (du nom de son président), après avoir recueilli les avis de près d’un million de citoyens, avait proposé des aménagements substantiels, dont l’adoption d’une structure fédérale à trois gouvernements (un pour la République Unie, un pour le Tanganyika et un pour Zanzibar). S’emportant contre cette solution qu’ils considèrent comme un danger à l’existence même de l’Union, le gouvernement et le parti au pouvoir sont restés fermement accrochés au statu quo à deux gouvernements, au nom de l’héritage du père de la Nation Julius Nyerere. L’Assemblée constituante, composée des membres du Bunge et de la chambre des représentants de Zanzibar ainsi que d’un tiers de membres de la société civile nommés par le Président, a adopté le 2 octobre 2014 une proposition de loi fondamentale : après un long et laborieux processus, elle a rejeté la quasi totalité des propositions de la commission Warioba et finalement conservé intacte la structure institutionnelle de la République et la répartition des pouvoirs en son sein.

            L’opposition n’a pas manqué de dénoncer les multiples irrégularités qui ont entaché ce processus de réforme constitutionnel, des modalités même de vote à l’Assemblée Constituante à l’organisation d’un référendum dans des délais non prévus par la loi. Après avoir assuré jusqu’à la mi-mars que ce dernier se tiendrait le 30 avril 2015, le gouvernement l’a finalement repoussé sin die, arguant de difficultés techniques et de l’incapacité de la NEC à organiser une consultation dans de tels délais. Si l’adoption d’une nouvelle Constitution avait semblé, pour un temps, être un enjeu fondamental pour le Président Kikwete qui voulait assurer son héritage politique avant la fin de son second mandat, il semble aujourd’hui que son parti soit tout entier tourné vers les élections générales d’octobre 2015.

2. Tensions & divisions au sein du CCM

            Le CCM, parti au pouvoir depuis l’indépendance du Tanganyika en 1961, est aujourd’hui confronté à des difficultés qui ont affaibli sa position dominante au sein du système politique et de la société tanzanienne. Les débats à l’Assemblée Constituante, très suivis à la télévision et la radio par les citoyens de toutes les catégories sociales, ont donné une image déplorable de nombreux parlementaires et mis en lumière l’utilisation de moyens plus ou moins légaux par le parti pour arriver à ses fins.

En outre, le CCM a récemment été frappé par un nouveau scandale massif de corruption : en mars 2014, le journal The Citizen (détenu par un groupe kenyan) a révélé que 122 millions de dollars auraient « disparus » d’un compte de la Banque de Tanzanie ouvert par la société nationale d’électricité Tanesco afin de racheter des centrales électriques à une obscure entreprise kenyane. Après le virulent débat au Parlement autour du rapport de l’Auditeur Général, marqué des péripéties dignes d’une série télévisée, plusieurs hauts fonctionnaires et ministres ont directement été mis en cause – dont ceux de la justice et de la terre et du logement, qui ont été forcés à la démission. En réaction à la timide réponse du gouvernement face à ce scandale, les bailleurs internationaux du gouvernement tanzanien se sont accordés pour geler 558 millions de dollars d’aide qui ont sérieusement entamé le budget national pour l’exercice 2014/2015.

Enfin, le CCM est aujourd’hui divisé par le conflit de succession au Président Kikwete, qui termine les deux mandats autorisés par la Constitution. Plusieurs fois ministre et premier ministre entre 2005 et 2008, Edward Lowassa semble aujourd’hui être le candidat le plus populaire et le favori du processus interne de nomination ; cependant, sa réputation a été ternie par un précédent scandale de corruption (impliquant déjà Tanesco) qui avait conduit à sa démission. Vieux routier de la politique, sa candidature à la primaire interne du CCM en 1995 (déjà) avait été sapée par Julius Nyerere lui-même, qui ne le tenait pas en haute estime. Son principal challenger est le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Bernard Membe, dont la campagne de lobbying depuis son entrée au gouvernement en 2007 semble porter ses fruits. Si les précédentes nominations avaient été plutôt aisées, l’absence cette fois-ci de candidat indiscutable (comme en 2005) et de figure tutélaire (telle Julius Nyerere en 1995) pourrait pousser le Comité National Exécutif a écarter des candidatures jugées trop clivantes et le Congrès du parti à finalement choisir un candidat plus consensuel, comme le Premier Ministre Mizengo Pinda ou le Président de Zanzibar Ali Mohamed Shein. Le CCM devra dans le même arbitrer entre ces personnalités en tenant compte de critères religieux (le président Kikwete étant musulman, son successeur devrait être chrétien selon la règle tacite d’alternance en vigueur depuis l’indépendance) mais aussi géographique (un seul des quatre présidents depuis 1961 provenait de Zanzibar), les deux étant difficilement réconciliables.

            La campagne, pour l’instant plutôt feutrée, se déroule largement en interne et peu d’informations fuitent à l’extérieur. Aucun calendrier n’a été communiqué, alors que les échéances électorales se profilent et que l’opposition se met en ordre de marche. S’il est difficilement envisageable que le CMM se fracture sur la nomination de son candidat présidentiel, il est compliqué d’évaluer le degré de cohésion interne du parti, qui pourrait souffrir de dissidences au niveau local. Cependant, sa capacité d’adaptation (Bakari & Whitehead, 2013), son encadrement de la société tanzanienne (Morse, 2014) et son contrôle des ressources de l’Etat (Makulilo, 2008) lui assurent presque certainement sa réélection, au moins pour ce mandat-ci.

 3. Ukawa & la montée en puissance de l’opposition

            L’échec du processus de réforme constitutionnelle a été pour l’opposition tanzanienne une fenêtre d’opportunité certaine : deux mois après le début des débats, plus d’une centaine de ses membres ont quitté l’Assemblée Constituante – dont les députés de trois de ses principaux partis : le Chama cha Demokrasia na Maendeleo (Chadema, Parti de la Démocratie et du Développement), le Civic United Front (CUF) et la National Convention for Construction and Reform (NCCR)-Mageuzi. Rassemblés sous la bannière d’Ukawa (Umoja wa Katiba ya Wananchi – coalition des défenseurs de la constitution des citoyens), ils ont appelés au boycott du référendum et dénoncé un processus qu’ils considèrent illégitime et frauduleux. Rejoint par la Ligue Nationale de la Démocratie, les partis ont signé un accord en octobre 2014, dans lequel ils s’engagent à présenter un front uni aux élections d’octobre. A ce jour, les candidatures dans l’ensemble des circonscriptions (sauf celles de Dar es Salaam), ont été attribués aux différents partis et il est fort probable que le Dr Wilbrod Slaa, secrétaire général du Chadema, soit le candidat de la coalition aux élections présidentielles. Ancien prêtre catholique et très populaire, il avait largement contribué au succès électoral de son parti en 2010, qui avait alors quintuplé son score et était devenu le principal parti d’opposition.

            Historiquement marquée par les divisions et dissidences, un faible substrat idéologique et des affiliations régionalistes et de clientèle (Whitehead, 2000), l’opposition compte sur l’unité pour amplifier la dynamique positive dans laquelle elle se trouve depuis 2010. Cependant, il n’est pas assuré que l’addition mathématique de ses voix suffisent à inquiéter le CCM  à la présidentielle : les candidats des partis d’Ukawa en 2010 totalisaient 34,9% des votes contre 61,2% pour Kikwete. Aux législatives, le système électoral tanzanien (scrutin uninominal majoritaire à un tour sur le modèle britannique) favorise très clairement le CCM et les partis de l’opposition ne sont d’ailleurs en compétition que dans quelques circonscriptions, les succès de Chadema se situant plutôt dans les régions du nord et les zones urbaines, et ceux du CUF à Zanzibar et sur la côte. En outre, des conflits ne sont pas à exclure au niveau local, où les clivages partisans peuvent être saillants et il est possible que les candidats malheureux aux primaires décident finalement de rejoindre des partis d’opposition non membres d’Ukawa. Récemment formé, l’ACT (Alliance pour le Changement et la Transparence) a d’ores et déjà annoncé qu’elle accueillerait avec plaisir tous ceux qui ne pourront concourir sous la bannière du CCM ou d’Ukawa. Emmené par le très populaire Zitto Kabwe, fraîchement expulsé de Chadema où il occupait le poste de secrétaire général adjoint, et promouvant un programme d’inspiration socialiste, le parti pourrait prendre autant des voix du côté du CCM que de l’opposition.

 4. Raidissement du système politique & menaces sur les libertés fondamentales

            Depuis plusieurs mois, de nombreux observateurs s’inquiètent d’un raidissement du parti au pouvoir et d’une fermeture du système politique tanzanien : d’aucuns ont exprimé leurs craintes quant à un contrôle accru de l’espace public et du processus électoral.

            Des menaces pèsent tout d’abord sur la société civile : le ministre de l’Intérieur a par exemple récemment menacé les organisations religieuses, de plus en plus investies en politique, d’être interdites si elles prenaient des positions trop fermes lors de la campagne électorale. La répression de figures de l’opposition se fait aussi sentir : le secrétaire général du CUF, Ibrahim Lipumba, est depuis janvier en liberté sous caution et poursuivi pour incitation à la violence après avoir participé à une marche à Dar es Salaam, qui avait été interdite, en commémoration des victimes de la répression policière après les élections de 2000 à Zanzibar.

L’agenda parlementaire a également été occupé depuis plusieurs semaines par quatre projets de lois que d’aucuns considèrent comme liberticides. La loi sur le cybercrime autorise par exemple les officiers de police, sans justification a priori et avec un faible contrôle, à saisir et rechercher le contenu même de tout ordinateur et d’obliger les fournisseurs d’accès et réseaux de téléphonie mobile à leur communiquer les messages échangés par leurs utilisateurs. La loi sur les statistiques prévoit de son côté de sévères sanctions (amendes au minimum de 2 500 euros et peine de prison au minimum de 12 mois) pour toute personne publiant des données ou statistiques qui ne proviendraient pas ou n’auraient pas été autorisées par le Bureau National des Statistiques, un organisme gouvernemental. Ces provisions font peser une claire menace sur les chercheur.e.s et institutions de recherche indépendants, donnant lieu à une mobilisation internationale. L’adoption de deux autres projets de loi est également prévue avant la suspension du Bunge en juin, concernant l’accès à l’information et les médias : leur contenu n’a été rendu public que quelques jours avant leur examen et soulève déjà les critiques des médias et des organisations de la société civile. En outre, le populaire hebdomadaire the East African, dont la liberté de ton agace de nombreux gouvernements de la région, a été subitement interdit de circuler en Tanzanie en janvier dernier, sous le curieux prétexte qu’il était mal enregistré auprès des autorités. Le porte-parole du gouvernement tanzanien a dans le même temps accusé le journal d’un agenda anti-gouvernemental et d’avoir fait du tort à l’image du Président Kikwete.

            Le durcissement de l’environnement institutionnel et l’augmentation de la répression à l’égard des voix dissidentes s’accompagnent de craintes sérieuses quant à la capacité des Commissions Electorales tanzanienne et zanzibari d’organiser les scrutins d’octobre dans des conditions acceptables. La situation à Zanzibar a, depuis 1995, été marquée par les fraudes électorales massives et la répression souvent très dure à l’encontre du CUF (voir Fouéré, 2010 et Bakari & Makulilo, 2012) : si le gouvernement d’unité nationale (qui oblige les deux partis arrivés en tête des élections, soit le CUF et le CCM, à gouverner ensemble) est aujourd’hui constitutionnellement garanti et a largement contribué à apaiser les tensions dans l’archipel, il n’est pas impossible que l’élection présidentielle, généralement entachée par les fraudes, soit l’occasion de nouveaux épisodes de violence.

Sur le continent, l’enjeu principal tient aux listes électorales dont la dernière mise à jour date de 2005 : jusqu’à 5 millions d’électeurs potentiels en seraient exclus, des jeunes qui ont depuis atteint leur majorité et des urbains qui ont changé de domicile – deux catégories qui sont réputées plutôt favorables à l’opposition. La création de nouvelles listes électorales et le réenregistrement de tous les électeurs devait au départ être terminée pour le référendum constitutionnel du 30 avril 2015 mais ces derniers sont aujourd’hui enregistrés au compte-goutte. Ces lenteurs sont provoquées par l’utilisation des technologies biométriques et le manque de kits d’enregistrement : la NEC n’est toujours pas en possession des 8 000 kits nécessaires et les fonds nécessaires à leur achat n’ont été débloqué que très récemment et sur intervention directe du Président après une passe d’arme avec les bailleurs de fonds. Ces difficultés, les irrégularités notées pendant les élections locales et le manque apparemment de volonté et/ou de compétence de la NEC et de l’administration pourraient sérieusement remettre en question la sincérité du scrutin d’octobre.

***

            Au regard des dynamiques de ces derniers mois, il semble que le système politique tanzanien soit à un tournant de son évolution : si les précédents scrutins avaient tous été marqués par une montée des tensions et une relative crispation, l’hégémonie du CCM est aujourd’hui – et peut être pour la première fois – fragilisée à défaut d’être véritablement menacée. Dans une dynamique positive, la coalition de l’opposition se prête à rêver de remporter les élections, en utilisant à son profit l’arme du système électoral majoritaire à un tour, qui a jusqu’à présent favorisé le parti au pouvoir. Dans le même temps, face à une telle situation, il est probable que le CCM resserre les rangs autour du candidat qui sera désigné et utilise son contrôle des ressources étatiques et économiques pour mobiliser les électeurs à son profit. Les Tanzaniens pourraient également faire le choix de la stabilité dans un environment régional troublé qu’ils observent avec appréhension. A six mois du scrutin, la situation reste aujourd’hui incertaine et nul doute que de nombreux rebondissements auront lieu d’ici octobre.

Cyrielle Maingraud-Martinaud, doctorante au LAM & teaching fellow à l’Université de Dar es Salaam, 22 avril 2015

Ce papier est issu d’un travail de terrain effectué dans le cadre de mon doctorat à Dar es Salaam entre mars et mai 2014 puis depuis octobre 2014.

Sources :

  • revue de la presse anglophone tanzanienne : www.thecitizen.co.tz, www.dailynews.co.tz/, guardian.co.tz

Bibliographie :

Bakari, Mohammed, and Alexander Makulilo. “Beyond Polarity in Zanzibar? The ‘silent’ Referendum and the Government of National Unity.” Journal of Contemporary African Studies 30, no. 2 (April 2012): 195–218.

Bakari, Mohammed, and Alexander Makulilo. “Between Confusion and Clarity: Rethinking the Union of Tanganyika and Zanzibar after 50 Years.” The African Review 41, no. 1 (2014): 1–34.

Bakari, Mohammed, and Richard Whitehead. “Tanzania: Nurturing Legacies of the Past.” In One-Party Dominance in African Democracies, edited by Renske Doorenspleet and Lia Nijzink, 93–116. Boulder, Colo: Lynne Rienner Publishers, Inc, 2013.

Fouéré, Marie-Aude. “Chronique des élections de 2010 à Zanzibar.” Politique africaine N° 121, no. 1 (April 1, 2011): 127–45.

Fouéré, Marie-Aude. “Tanzanie : la nation à l’épreuve du postsocialisme.” Politique africaine N° 121, no. 1 (April 1, 2011): 69–85.

Makulilo, Alexander. Tanzania: A de Facto One Party State?. Saarbrücken, Germany: Verlag Dr. Müller, 2008.

Morse, Yonatan L. “Party Matters: The Institutional Origins of Competitive Hegemony in Tanzania.” Democratization 21, no. 4 (2014): 655–77

Nyirabu, Mohabe. “The Multiparty Reform Process in Tanzania: The Dominance of the Ruling Party.” African Journal of Political Science 7, no. 2 (2002): 99–112

Shivji, Issa G. Pan-Africanism or Pragmatism? : Lessons of the Tanganyika-Zanzibar Union. Mkuki na Nyota Publishers. Dar es Salaam, 2008


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *