La transition migratoire en Algérie : un enjeu social et politique

            Les évolutions concomitantes des régimes migratoires vers davantage de restrictions à la mobilité, et des routes migratoires qui se renouvellent et se ravivent à la fois, ont contribué à redéfinir le système migratoire eurafricain. À l’image de l’Italie et de l’Espagne à la fin du XXe siècle, le Maghreb réalise sa transition d’un espace d’émigration à un espace d’immigration. Le territoire algérien ne fait pas exception à ces recompositions.

            L’Algérie a longtemps été vue comme une terre d’émigration et, pour ses gouvernements successifs, celle-ci a été une ressource économique et politique (Haute-Ville, 1995). Cependant, d’une part, la limitation de l’immigration dans l’espace Schengen et, d’autre part, les investissements publics ont eu une double conséquence sur les mouvements migratoires vers et depuis l’Algérie : d’abord, les ressortissants des périphéries de l’Europe ont trouvé de nouveaux débouchés à leur circulation ; ensuite, les secteurs du bâtiment et travaux publics, mais aussi ceux du commerce et des services, ont absorbé des travailleurs étrangers. Associée à l’Union européenne depuis 2005, l’Algérie s’est alignée sur les politiques migratoires du Nord de la Méditerranée par le vote de deux lois en 2008 et 20091. La première durcit les conditions d’entrée et de séjour des étrangers en Algérie, criminalise l’immigration irrégulière et le soutien aux « clandestins » ; la seconde pénalise la sortie du territoire hors des points de passage officiels, criminalisant ainsi l’émigration irrégulière.

            Les statistiques de l’immigration en Algérie varient selon les sources. Le ministère du Travail a communiqué, en juin 2014, le chiffre global de 140 000 travailleurs étrangers enregistrés et provenant de 125 pays différents. Mohamed Saïb Musette et Hocine Labdelaoui (2013), chercheurs au CREAD, ont estimé, en compilant différentes sources, qu’il y aurait au moins 260 000 étrangers en Algérie, sans inclure les individus irréguliers et ceux pouvant entrer librement en Algérie pour 90 jours. Parmi eux, ils dénombrent 58 000 travailleurs et employeurs, près de 95 000 réfugiés sahraouis et 13 000 étudiants et enseignants étrangers. Pour sa part, Ali Bensaâd (2009) estimait à 75 000 les ressortissants subsahariens présents en Algérie, régulièrement ou non. Et, il y aurait entre 30 000 et 50 000 immigrés chinois, dont 3 600 commerçants (Le Pape, 2014).

            Au-delà de ces statistiques parcellaires, les mécanismes sociaux et politiques à l’oeuvre dans la transition migratoire algérienne révèlent la complexité des enjeux du développement. Les crises politiques, climatiques et alimentaires traversant les septentrions malien et nigérien depuis les années 1970, ont contribué à faire revivre les routes transsahariennes que la période coloniale avait déstabilisées et rendues moins attractives. En outre, de nombreux ressortissants de ces deux États sahariens entretiennent des liens tribaux ou familiaux par-delà les frontières héritées de la décolonisation ; alors, ces communautés transnationales peuvent servir de relais dans les mobilités humaines à destination du Nord algérien ou du Maroc, voire de l’Europe dans une moindre mesure, d’autant plus qu’elles exercent des activités commerciales informelles anciennes entre les deux rives du Sahara (Bensaâd, 2009). L’immigration chinoise en Algérie est plus récente. Elle repose, cependant, sur le même mode que les migrations transsahariennes : ce sont les grands chantiers publics et l’urbanisation qui ont servi de porte d’entrée à des populations dont une partie s’est installée plus durablement. Sur la noria de travailleurs chinois amenés par les grandes entreprises nationales de travaux publics (autoroute, logement) s’est greffée une petite immigration chinoise commerçante dans le textile, l’électronique ou l’électroménager. Parallèlement, la Chine a détrôné la  France comme premier fournisseur des importations algériennes…

            Deux grands enjeux dominent aujourd’hui la question de l’immigration en Algérie. En premier lieu, si les migrations transsahariennes ont permis de combler les déficits de main d’oeuvre dans le développement du Grand Sud, le recours aux entreprises et travailleurs étrangers dans les chantiers de relance du Nord n’a pas réussi à accroître la compétitivité des entreprises algériennes et à limiter le chômage des jeunes (Souiah, 2011). En second lieu, l’Algérie ne dispose pas encore d’une politique d’asile claire ; le Bureau algérien pour la protection des réfugiés et apatrides (Bapra), crée en 1963, ne gère que les camps de sahraouis avec l’appui du Haut Commissariat aux Réfugiés : il ne reconnaît pas les réfugiés subsahariens, et le HCR reste extrêmement parcimonieux dans l’octroi du statut de réfugié. Pourtant, suite aux révoltes arabes, 17 000 libyens, 15 000 syriens et 25 000 maliens seraient entrés en Algérie mais n’y disposeraient encore d’aucun statut (Musette, Labdelaoui, 2013). Des migrants nigériens, fuyant sécheresse et déstabilisation des zones frontalières méridionales, sont arrivés depuis 2013 : suite à une requête officielle de Niamey, 1 400 d’entre eux, en majorité des femmes et des enfants, ont été rapatriés en décembre 2014, et plus de 1 500 autres doivent l’être dans les semaines qui suivent. Il revient alors, en l’absence de cadre réglementaire et politique clair, au Croissant rouge algérien de prendre en charge ces réfugiés et déplacés en collaboration avec les services sociaux et de santé.

            La réforme de la politique d’immigration et d’asile de l’Algérie n’a pas porté ses fruits. Les lois de 2008 et 2009 ont avant tout répondu à des considérations politiques régionales, et le décret sur l’asile date encore de l’indépendance. La mise en cohérence de la politique migratoire et de la politique de développement reste à faire. De même, la législation pénale doit pouvoir prendre la mesure des actes et propos xénophobes et de la discrimination à l’encontre des étrangers, notamment subsahariens et chinois.

Références :

Bensaâd Ali (2009), « L’immigration en Algérie. Une réalité prégnante et son occultation », in Bensaâd Ali (dir.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala, p. 15-42.

D’Hauteville Laure (1995), « Algériens : feu la liberté de circulation », Plein droit, n°29-30.

Le Pape Loïc (2014), « L’immigration chinoise en Algérie. Premiers éléments de recherche », The Politics of religion, 12 mars.

Musette Mohamed Saïb, Labdelaoui Hocine (2013), Contribution à la connaissance des flux migratoires mixtes vers, à partir et à travers de l’Algérie, Vienne, ICPMD.

Souiah Farida (2011), « L’Algérie made by China », Méditerranée, n°116, p. 139-143.

  1. Le Maroc en 2003, puis la Tunisie et la Libye en 2004, l’avaient précédée dans l’externalisation de la politique d’immigration et d’asile de l’Union. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *