Remarques sur le lancement de l’Idaf : Institut des Afriques ou musée de la colonisation ?

Une belle soirée au Rocher de Palmer1, un magnifique programme musical et chorégraphique illustrant la créativité des artistes des Afriques qui travaillent chez nous, à Bordeaux et en Aquitaine, un public réceptif, un soutien confirmé du président de la Région qui a été avec nous depuis le début, mais puis-je, sans vouloir gâcher la fête, exprimer une réserve ? Pascal Blanchard, emporté par sa verve, a semblé oublier qu’il était là pour lancer un institut des Afriques et pas un musée de la colonisation, dont il a déploré à juste titre l’absence en France. Il est bon de rendre conscients de ces absences ! Puis-je me permettre de noter que l’orateur a tout axé sur le la clarification des enjeux mémoriels, ce qui n’est qu’une partie de l’Institut : n’oublions pas que notre projet doit s’appuyer sur une base scientifique originale et reconnue pour pouvoir intervenir dans le champ culturel et politique. Il est bon que de tels débats entrent dans le grand public, dans la grande salle du Rocher, mais il faut les mener dans le respect des divers partenaires. L’Institut a une forte composante universitaire et scientifique, qui ne doit pas rester discrète et qui en est le socle : c’est justement pour ces échanges, ces projets en communs, ces débats avec la société  » civile » qu’il a été créé. Il doit construire une connaissance fiable sur l’Afrique, grâce au CNRS, et à une coopération internationale, européenne en particulier. L’Institut doit produire des travaux et des œuvres pour que nous puissions, ensuite, médiatiser ce travail ; tous ces points ne concernaient que peu l’orateur et je le déplore : il n’a même pas semblé entendre une question sur ce point. L’histoire de l’Afrique ne commence pas avec les entreprises coloniales françaises.

Cette réduction de l’intérêt de connaissance à notre place en Afrique est une erreur de perspective. En somme, il convient de pouvoir raconter l’histoire de l’Afrique depuis longtemps, et pas seulement l’histoire coloniale.

Les études sur l’Afrique, l’africanisme en somme, les voies qu’il a ouvertes, les impasses dans lesquelles il s’est engagé, la difficulté à trouver un langage pour faire partager ses questionnements sont aujourd’hui un terrain d’interrogations épistémologiques. Il nous faut une démarche de recherche qui n’hésite pas à prendre des risques, à dialoguer avec les sujets de ses investigations, à remettre en cause nombre de propositions qui fondèrent les épistémologies racistes. Le nouveau siècle offre un vaste champ à nos enquêtes et de nouveaux chercheurs proposent un nouveau regard sur les questions africaines ; certains sont parmi nous !

L’UNESCO a entrepris une histoire de l’Afrique et l’on sait les débats qui eurent lieu sur la place notamment de l’égyptologie dans ce domaine. Grâce à Cheikh Anta Diop l’égyptologie est redevenue une discipline de l’africanisme. Mais il y a bien plus et cette discipline, sinistrée en France, a repris des couleurs ces dernières années, en particulier sous l’influence d’un de nos amis néo bordelais, Jean Pierre Chrétien; une revue s’était même créée, Afrique et Histoire en 2003 ; elle a vécu quelques années mais assez pour promouvoir et rendre visible une nouvelle pratique scientifique de l’histoire. Il était utile de montrer la vitalité dans de nombreux domaines des études sur l’Afrique, celle des études africaines dans le monde. Mais il est utile pour nous de montrer à nouveaux frais l’importance d’un champ africaniste spécifique. Dans les études historiques cette nouvelle configuration a été brillamment illustrée par les travaux de Claude Rilly, de David Van Reybrook ou François Xavier-Fauvelle Aymar. Son dernier livre, le Rhinocéros d’or (2013) montre, dans sa construction même, pourquoi il ne nous est plus possible d’avoir un africanisme généralisateur, pourvoyeur d’idées simples sur les civilisations. Il faut ouvrir le champ méthodologique, accepter le côté fragmenté d’une histoire à écrire. L’historien des traces humaines dans les déserts ou les forêts est un archéologue, mais il doit pouvoir utiliser la tradition orale, tout comme les traces matérielles : les traces sont des archives qui deviennent des sources. La rareté des sites monumentaux, la fragilité des établissements humains, la pauvreté des documents écrits, demandent des efforts d’imagination.

Un discours magistral sur l’Afrique ancienne est difficile parce que les sources sont désespérément silencieuses sur des domaines entiers de la réalité. Certains ont perçu le problème et construit une œuvre en rupture avec les méthodes de leur discipline : comme Jan Vansina utilisant les sources orales, en 1964, pour l’histoire des empires kuba. Un siècle plus tôt, en 1865, D.-F Ellenberger, un historien amateur, pasteur au Lesotho, collectionnait les généalogies et montrait qu’elles remontaient au XIIème siècle alors que la doxa historico archéologique au début du siècle faisait arriver les Bantous au sud de l’Afrique après les Blancs, soit en 1643. Il était facile, pour les colons de l’époque, de discréditer D.-F Ellenberger, dont les recherches allaient contre toutes les idées reçues et contre toutes celles que l’on voulait imposer, mais c’est lui aussi avait raison et sa créativité méthodologique est aujourd’hui reconnue. Citons à cet égard François Xavier-Fauvelle Aymar : « La rareté de nos sources crée une obligation qui est sans aucun doute l’une des caractéristiques les plus fortes du métier d’historien de l’Afrique : celle de considérer chaque trace à l’égard d’un document… L’historien qui travaille sur des traces écrites du passé aime savoir ce qu’elles sont. Le travail qui le lui indique est celui qui transforme l’archive en source. Mais ce que l’on a désormais l’habitude d’appliquer aux textes a-t-on vraiment pris soin de le faire pour les autres traces issues du passé ? La question est essentielle lorsque les sources textuelles ne sont pas le support principal de la reconstitution historique et telle est bien notre situation. Les traces non textuelles ont elles eu leurs philologues ? (Fauvelle, 2013: 18)

On comprend mieux alors pourquoi, il y a plus d’un demi-siècle, dans notre pays, des esprits aventureux, poètes, cinéastes, photographes, comme Jean Rouch, Pierre Verger ou Michel Leiris ont été à l’avant-garde de l’étude de l’Afrique : ils avaient le sentiment d’avoir compris la logique de la transe, des religions, la cohérence des langages plastiques, la violence de l’esclavage et l’aventure de la migration, mais ils ne voulaient pas proposer une synthèse qui serait retombée dans les cadres anciens, les généralisations de pure rhétorique, comme savait si bien le faire le poète Senghor avec la négritude ! Il fallait accepter de se laisser interroger par ces trésors, ces tumulus, ces textes : il faut imaginer leurs relations et surtout ne les voir ni comme épiphénomènes, ni comme des mystères : faire l’effort de repenser les relations entre les disciplines et les techniques d’enquête. Construire de nouveaux paradigmes bien loin de la doxa de l’époque.

Ainsi, par des voies détournées, la richesse de ce monde revient et nous pouvons mettre en récit ces histoires de l’Afrique. Nous pouvons même écrire une « Histoire de l’honneur « en Afrique comme l’a fait John Iliffe (Honour in African History, 2005). L’Afrique n’était pas peuplée que de trafiquants d’esclaves.

La question qui émerge est celle d’un récit historique à construire, qui fait une place à l’action de sujets historiques, qui nous permet de nous raconter des histoires autres que celle de la Reine de Saba, des mines du roi Salomon.

Aveuglés par des préjugés, nous avons oublié de traiter la question de l’histoire de l’Afrique. Elle nous demandait des efforts méthodologiques importants : écouter les traditions orales pour reconstruire des généalogies, qui corroboraient des découvertes archéologiques et qui faisaient remonter la métallurgie du fer et l’occupation du sol au premier millénaire et non au second, comme les historiens sud-africains le voulaient, par exemple. Faire crédit aux sources arabes et chinoises, mettre en rapport ces sources et des trouvailles trop considérées comme isolées, comme des trésors mystérieux. Ainsi, en prenant le parti d’une histoire de l’action des sujets africains, peut-on arriver à écrire cette histoire de l’honneur. L’histoire est une bataille sur les récits que l’on peut raconter, une lutte entre une mémoire parfois disqualifiée, et la volonté de créer un discours officiel. Il faut dans ces questions une inventivité méthodologique appuyée sur un socle ferme de refus des préjugés raciaux qui ont empoisonné nos sciences jusqu’à très récemment.

Il est urgent alors de restituer l’épaisseur du corpus et d’en hiérarchiser les niveaux, d’en montrer les articulations. D’en faire surgir aussi de nouveaux éléments et de ne pas se contenter de ce qui est répété. Pratique herméneutique, lecture critique des textes, non pas en fonction de quelque corpus institué mais en instituant sa propre archive. Faisons retour un instant sur la question de Méroé et du déchiffrement : pourquoi ne pas s’intéresser aux langues parlées dans la région pour comprendre les inscriptions ? Ou dans un autre domaine : pourquoi n’accorder aucun crédit aux généalogies sotho ?

En somme, il nous faut penser de manière très différente et j’ai trouvé beaucoup d’aliments pour mon propos dans des livres récents et très différents de jeunes historiens et en particulier dans le livre d’Ivan Jablonka, L’Histoire est une littérature contemporaine, manifeste pour les sciences sociales (2014).

La mondialisation nous oblige à penser l’insertion de l’Afrique dans le système du monde et comme je l’ai dit à très nouveaux frais. Penser à la fois les pyramides de Meroé et d’Egypte, les tumulus et les enclos, les trésors et les manuscrits, les épopées et l’honneur de leur héros.

Ces perspectives sont originales et stimulantes. Elles dépassent la rupture coloniale et celle de la traite ; elles ne les effacent pas mais elles aident à comprendre pourquoi ces ruptures, amplifiées par le racisme et l’évolutionnisme ont abouti à une telle mise à l’écart. L’histoire est aussi une littérature contemporaine et les sciences sociales sont post-disciplinaires. L’enjeu est de confronter ces recherches à notre mémoire, pas de les y réduire !

 Alain Ricard

  1. Salle de spectacle situé à Cenon, près de Bordeaux. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *