Impression pré-électorale. Burundi mars 2015

Cette note sur l’actualité politique au Burundi, au regard d’une mission effectuée du 9 au 13 mars à Bujumbura, est bien plus un ressenti qu’une analyse. Elle est un arrêt sur propos reprenant les analyses et hypothèses faites en octobre 2014 (cf. notes Observatoire des Grands Lacs en Afrique d’octobre 2014 et de 2012 : voir http://observatoire-grands-lacs.org ) ; elle est bien plus un arrêt sur image, tant l’actualité politique s’accélère ces derniers temps.

Le regard avec ses limites sera celui d’un historien avec ses deux obsessions : la mise en perspective, la pesanteur des durées sur l’actualité d’une part, le poids de la contingence et des ruptures d’autre part. Il se situe entre recherche des causalités et observation des nouvelles logiques en construction dans le présent. Il s’interroge sur les événements et leur portée éventuelle.

Rappelons qu’au cours de ces cinq dernières années, le Burundi a vécu une crise politique rentrée, sans crise de régime et sans remise en cause de sa stabilité géopolitique. Mais les travers qui se sont alors accumulés (violences politiques et autoritarisme, division des oppositions, contentieux et conflits), se cristallisent comme un boomerang sur la période pré-électorale et électorale : dans ces conditions, il est difficile de penser celle-ci hors de ces tensions et pressions. La dramatisation, de basse intensité, de la période préélectorale le confirme sous les traits de « bras de fer » (entre le pouvoir et les oppositions, puis au sein du parti au pouvoir…), et ce climat va se renforcer, confronté dans le court terme à des épreuves de force attendues (en particulier quelle réaction à la déclaration annoncée d’une troisième candidature de P. Nkurunziza, quelle mobilisation et contre-mobilisation des jeunesses des partis, le choix et la proclamation des candidatures, quels rapports de force au sein du parti présidentiel le CNDD FDD (Conseil national pour le défense de la démocratie, forces de défense de la démocratie) ; plus encore, en raison des inconnues de cette situation qui rappellent les contextes historiques des crises passées, un combat sans chefs ou avec des chefs délégitimés ou discriminés. En effet, la faiblesse du leadership politique, d’abord au sein de l’opposition parlementaire et non parlementaire, en partie provoquée par le pouvoir et sa « nuisance politique », ensuite au sein du parti au pouvoir – un vide peut être calculé avant l’annonce des candidatures et le dévoilement des stratégies partisanes – fait le lit des options radicales ; elle offre une marge d’actions aux partisans d’un usage de la violence, présents dans chaque camp, qui surestiment leurs capacités de mobilisation de la société urbaine, d’encadrement du monde rural, leurs relais médiatiques ou institutionnels, mais qui connaissent l’impact de la violence sur la bipolarisation de l’arène politique et sur la société burundaise.

Ces inconnues suscitent plusieurs scénarios interactifs. Un premier scénario vertueux et optimiste, rationnel et inclusif, dans lequel, primo, les partis respecteraient le jeu électoral, ce qui suppose une recomposition politique du CNDD FDD, un rééquilibrage des acteurs politiques et une stabilité politique des partis d’opposition et de leurs alliances, secundo les autorités morales, Eglises et société civile auraient une capacité à monter en puissance et à jouer leur rôle d’une façon autonome, tertio une indépendance des institutions vis-à-vis des pressions, de la CENI aux forces publiques. A l’opposé, un second scénario plus pessimiste et passionnel, durant lequel le recours à la violence et à la provocation s’imposerait, soit une stratégie de terreur qui, alimentant la peur et au final la crispation ethnique, fidéliserait les électorats paysans autour du Président et de son parti, soit une stratégie de rupture de la part de l’opposition, au travers d’une mobilisation urbaine qui, en rendant caduc le processus électoral, en appellerait en un gouvernement d’union nationale ou de transition avec un arbitrage international ou régional. Mais d’autres scénarios intermédiaires sont envisagés. Soit un scénario « négocié » avec des épreuves violentes de basse intensité canalisées, des mobilisations et contre mobilisations contrôlées : dans ce cas, les partis et alliances, conscients des risques, respecteraient une partie du calendrier électoral, tous les acteurs (du moins les principales composantes le CNDD-FDD, le MSD, le FNL alliés à des candidats indépendants issus de l’ UPRONA, pensant gagner, du moins engranger des rapports de force électoraux pour mieux négocier le deuxième tour électoral (aller ou non aux élections présidentielles et confirmer leur candidature). Soit un scénario arbitré, un coup d’Etat constitutionnel préventif, technocratique avançant des problèmes logistiques et des vices de forme démocratiques dans le processus électoral, ou un coup de force politique militaire réactif suite à des violences collectives, une instabilité chronique. Ces 5 hypothèses sont ouvertes, les scénarios peuvent s’affiner au fur et à mesure que les acteurs vont se dévoiler et en fonction des échéances électorales, les premières élections seront comme en 2010 décisives dans la poursuite ou non du processus.

A ce stade de l’analyse, l’usage de la comparaison est séduisant. On évoque un scénario burkinabè, moins le précédent malgache, parfois celle d’un printemps africain bien que la société burundaise, à l’exception de la jeunesse, un peu à l’image de la société algérienne qui est sortie d’une guerre civile, a acquis une expérience électorale. Mais cette retenue peut se briser en temps de crise ouverte ou d’escalade des violences, la dramatisation et la crispation ethnique allant de pair donneraient naissance à une grande peur qui emporterait cette réserve morale.

On ne choisira pas un scénario mais on s’arrêtera sur les faits nouveaux, des stratégies, du moins les dynamiques stratégiques en œuvre, à la recherche des fameux agendas cachés, se posant bien plus des questions qu’apportant des réponses.

Une présidence en voie de « dé-légitimation » : on en mesure les tendances longues, l’usure d’un cycle décennal, amplifiées par les limites des politiques publiques et par les échecs politiques successifs en 2014 ; on en observe les manifestations récentes, amplifiées par une disqualification médiatique et depuis peu par une mainmise-bunkerisation d’une équipe avec une option dure. Cette « dé-légitimation » a suivi des voies accumulatives mais symboliques fortes et en crescendo : l’échec de la révision constitutionnelle, les mobilisations victorieuses de la société civile, plus récemment le refus de l’Eglise catholique d’un troisième mandat du Président P. Nkurunziza (autorisé ou non par la Constitution et les Accords d’Arusha à l’origine du compromis burundais), l’isolement international et régional, enfin la fronde d’une partie du parti présidentiel. Néanmoins, le Président qui tarde à prendre position officiellement (une « candidature de son plein gré et à son insu ») et le groupe qui le soutient, peuvent aller en force aux élections, confiants dans l’interprétation « à la lettre » de la Constitution, dans la machinerie électorale du CNDD (déjà acquise), dans la programmation d’une redistribution de biens annoncée (une campagne café avant la lettre qui a commencé), le relais des groupes-milices de jeunesse du Parti, les Imbonerakure (« ceux qui voient de loin »), et le soutien d’une bourgeoisie d’affaires hutu promue qui lui est redevable : ceci passe par un raidissement, la reprise en main du CNDD, une offensive diplomatique régionale et une réinterprétation des positions politiques, en œuvre ces temps-ci. Mais cette ligne dure pourra-t-elle cautionner des épreuves de force, jouer sur les ressorts d’un chaos alors que la neutralité des institutions, des forces de police et de la FDN sont garantes de l’esprit d’Arusha. Si elle s’obstine, le risque d’une montée aux extrêmes devient bien réel.

L’histoire va vite et, pour cette ligne politique, la capacité de renverser la situation, de retourner sinon de fragiliser l’opinion publique urbaine, de redorer son image est faible à moins de trouver de nouvelles alliances politiques, régionales, internationales (non occidentale) ou de verrouiller l’armée, la FDN…des préalables pas évidents.

Cette évolution (cette dé-légitimation) apparait d’autant plus irréversible, si on l’analyse au regard d’un trait de psychologie collective et d’une culture politique monarchique sous-jacente. En réalité, le Président est piégé par la personnalisation du pouvoir, par une communication politique et un imaginaire politique qui l’a servi et qui le dessert aujourd’hui. Dans un premier temps, ceci lui a permis de récupérer les attributs et l’aura d’un Anti Roi-rebelle puis d’un Roi-président en exercice, populaire et présent sur le terrain, en accord avec et surfant sur un vieux fond d’une culture monarchique et de cours royales itinérantes, quitte à négliger Bujumbura. Mais en s’inscrivant dans cette histoire, il est piégé par celle-ci car il en hérite également la prédestination d’une déchéance cyclique annoncée, traditionnellement accélérée par des défauts-échecs (le Président comme le Roi, garant de la prospérité) et généralement orchestrée par la cour. Dans un passé récent, les régimes militaires de parti unique ont usé implicitement de ce ressort avec des dérives de personnalisation puis des révolutions de palais-coup d’Etat militaire qui destituaient le président et sa clientèle, la communauté internationale d’alors, en l’absence de justice internationale, ménageant des voix de sortie. Or P. Nkurunziza connait pareille disqualification, amplifiée par les médias et par la machine à rumeurs qu’est Internet. Fait intéressant mais pas étonnant en regard de l’analyse précédente (c’était le roi devenu bouc émissaire qui était visé, non la monarchie !), cette disqualification porte sur le président et le groupe qui le soutient, moins sur son parti le CNDD FDD qui pourrait amorcer une recomposition tout en ménageant les sortants : c’est déjà inscrit dans la Constitution et les pratiques pour le Président qui rejoindra le groupe des ex-présidents retraités au Sénat, une singularité burundaise.

En réponse à cette dé-légitimation, la fronde d’une partie du CNDD FDD mérite d’être suivie. Sera-t-elle un facteur de recomposition et d’équilibre de la vie politique ? Issue d’un mélange d’opportunisme politique, conscient que malgré la préparation de la campagne, le casting préalablement envisagé n’est plus le bon, et d’une ligne politique alternative présente depuis longtemps au sein du parti mais confiante jusqu’à une date récente dans l’arbitrage du Président entre les composantes internes, cette fronde a pris la décision d’ouvrir un débat public: celui-ci doit aboutir lors du Congrès à présenter un candidat consensuel et nouveau renouvelant l’image écornée du parti. Le procédé choisi courageux d’affichage politique, n’est pas fréquent dans la vie politique burundaise mais il veut tirer avantage de l’existence d’une opinion publique dans et hors du parti. Dans ce sens, il s’inscrit dans la nouvelle donne politique que la société civile a imposée.

Bien que ce soit une actualité émergente qui demande des précisions, le fait nouveau résiderait dans le dépassement des clivages internes entre les diverses strates du CNDD FDD (les historiques, les militaires, les civils, les technocrates, les ralliés), entre les cercles de la Présidence et les réseaux des éloignés, des écartés voire des exclus, les attractions régionalistes. En cela l’opération qui peut apparaitre comme un renouvellement contrôlé selon le modèle du CCM (Chama Cha Mapinduzi) tanzanien (qui connaît depuis la retraite de J. Nyerere un cycle de présidents à deux mandats) est porteuse d’une recomposition qui conserve des inconnues (dont la capacité de résister à l’épreuve de force interne et d’arriver au Congrès, ou aux divisions internes suscitées par les candidatures à la présidentielle) mais qui devra négocier avec les autres acteurs politiques.

Une société civile et une Eglise catholique devenues des acteurs potentiels mais dont on se demande si elles pourront ou voudront jouer un rôle et une partition autonomes.  A leur sujet, deux faits majeurs sont à souligner : l’apparition de la société civile et l’affirmation de l’Eglise catholique, comme des acteurs dans la vie politique, ce qui dans l’histoire burundaise sont deux faits nouveaux et majeurs. Certes l’Eglise catholique est une institution, un acteur du développement incontournable mais qui fut dans le passé, sauf à une seule occasion, un nain politique comme en 1993-94 en raison de ses divisions internes ethniques reproduisant des clivages hiérarchiques (entre haut et bas clergé…). Ces derniers aujourd’hui disparus ou amoindris, la hiérarchie catholique a pris l’initiative d’ouvrir le débat politique en donnant une caution morale à la contestation d’un troisième mandat de P. Nkurunziza.

L’Eglise catholique pourra-t-elle jouer ce nouveau rôle qu’elle s’est attribuée ; pourra-t-elle mobiliser les autres confessions dans une gestion certes pratique essentielle (les campagnes de sensibilisation aux élections) mais plus encore morale des élections, en sacralisant les démarches des candidats et leurs conduites morales (un peu à l’image de la situation kenyane) ? Le risque d’une relance des oppositions religieuses (catholique/protestants) est faible car la géographie religieuse brouille les cartes et rend périlleuse une instrumentalisation partisane de la question religieuse : les places fortes du catholicisme sont les terres électorales du CNDD-FDD et celles du protestantisme ou de l’islam plutôt celles du FNL ou de l’ Uprona ou de ses candidats indépendants, tandis que les Born-again, dont certains temples sont associés au régime,  ne sont présents que dans les villes.

Le défi est similaire pour la société civile : pourra-t-elle jouer le rôle autonome qui lui incombe, de garde fou et d’autorité morale ? Ses domaines d’activité la préparent à une telle fonction de pression positive mais son expérience de ces cinq dernières années l’a amenée à s’engager politiquement : elle a été, de facto et en raison de la faiblesse de l’opposition politique, poussée à jouer un rôle politique et a participé au renouvellement, à la promotion de nouveaux acteurs politiques, les frontières entre la société civile et les partis étant poreuses. Les risques d’une instrumentalisation partisane existent donc, mais la conscience de cette dérive est aussi présente comme en témoignent les recommandations d’une partie de la société civile aux partis d’opposition.

Restent les énigmes portées par l’alliance du FNL (Forces nationales de libération) et des indépendants de l’UPRONA (Union pour le progrès national), aile radicale et ex barons et par le MSD (Mouvement pour la solidarité et le développement). L’alliance, apparemment contrenature entre les ex-upronas, non agréés, et A. Rwasa, entre le leader de la dernière rébellion hutu et une aile dure de l’ UPRONA reste circonstanciée, calculatrice, plus tactique que stratégique : leurs oppositions historiques au CNDD-FDD, pour des raisons différentes, les réunissent d’autant plus que sur le plan électoral, ils ne sont pas concurrents : leurs forces respectives dans certaines territoires sont complémentaires, pouvant peser dans les résultats aux législatives. Par ailleurs, l’allure d’un ticket A Rwasa et B Buzokoza peut prendre une charge symbolique stratégique, Hutu-Tutsi, Hutu du Nord et Tutsi du Sud qui, en d’autres temps (la paix des braves entre les FAB et les FDD) et en d’autres lieux voisins (les alliances ethniques kenyanes), ont pu fonctionner. Mais ce projet politique, s’il a une tête voire deux, manque de corps : le choix et l’étape des candidatures seront décisifs pour en mesurer sa fiabilité, alors que l’éventualité d’un repositionnement du CNDD FDD ouvrirait de nouvelles annonces ou opportunités d’alliance.

Dans la fluidité du champ politique, du moins de ses acteurs attendus, seul le MSD semble suivre une stratégie de positionnement d’outsider, confiant dans ses relais locaux et dans la société civile, sa capacité médiatique, son aura internationale. De plus, et à la différence des autres partis, sa direction est sortie renforcée des tentatives de division. Enfin plus protestataire que politique, le parti ne parait pas pénalisé par de fréquentes positions politiques passionnées et ses excès de confiance passés. Pourra-t-il se démarquer de l’emprise générationnelle, urbaine et tutsi qu’il véhicule et qu’on lui prête ? Révélatrice sera alors son aptitude à présenter des candidats établis dans le monde rural, ce qui sera pour lui un test de notoriété.

C. Thibon 27/3/2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *