Victoire de l’opposition à l’élection présidentielle du Nigeria : quand la surprise défie les obsessions médiatiques

Décidemment, la surprise en politique reste difficile à intégrer à l’analyse. Ni les chercheurs ni les médias n’ont vu venir l’évènement le plus improbable de l’histoire politique récente du Nigeria : la victoire du principal parti d’opposition, le All Progressive Congress (APC) emmené par Muhammad Buhari, contre le président sortant Goodluck Jonathan et le parti présidentiel (le People’s Democratic Party, PDP) au pouvoir depuis 1999. L’APC l’a emporté avec 15,4 millions de voix (53,9% des voix) contre 12,8 millions de voix pour le PDP (44,9%). Au Nigeria, alors que les sondages des derniers mois donnaient les résultats les plus contradictoires, de nombreux commentaires affirmaient que Jonathan ne pouvait pas gagner les élections. Ayant suivi les élections présidentielles précédentes, j’avais quelques difficultés à accorder un peu de crédit à ce genre de déclarations qui prophétisent la victoire de l’opposition pour découvrir au lendemain des élections que le PDP tient toujours le pays. Si les analyses ex post vont bientôt fleurir, tentons ici de voir comment les effets de loupe médiatique grossissant à l’excès la focale sur ce qui constituerait l’essence du Nigeria – Boko Haram, une violence et une corruption endémique, la désorganisation administrative, l’opposition d’un nord islamique à un sud chrétien – ont escamoté des transformations sociales et politiques moins visibles mais plus durables du champ politique.

Les élections présidentielles de 2015 constituent peut être une énigme à trois questions. Comment un pays qui, au cours de l’année passée, a connu un conflit d’une ampleur considérable parvient à organiser une élection crédible ? Comment un pays connu pour son incapacité chronique à fournir des services de base parvient à organiser la plus grande élection par carte biométrique du monde ? Comment un ancien dictateur de 72 ans qui n’a jamais réussi à se faire élire en vient à incarner l’espoir d’une alternance démocratique ?

La première question d’ordre sécuritaire, en l’occurrence la lutte contre Boko Haram, est devenue la priorité du gouvernement fédéral depuis plusieurs mois. Les élections présidentielle et législatives ont été reportées du 14 février au 28 mars pour permettre la tenue d’élections dans un climat de sécurité relatif, notamment dans les trois Etats dans lesquels Boko Haram est solidement implanté (Borno, Gombe et Yobe). Alors que l’opposition criait à la manœuvre politicienne, beaucoup d’experts doutaient, sans doute avec raison, que l’armée fédérale qui avait fait la preuve de son incapacité à lutter efficacement contre Boko Haram depuis 2010 y parviendrait en un mois et demi. Ce fut la première surprise de cette élection : l’armée nigériane, aidée des armées tchadienne, nigérienne et camerounaise, a infligé plusieurs défaites consécutives aux militants de Boko Haram au point de reprendre toutes les localités importantes fin mars, d’autoriser la tenue d’élections dans ces trois Etats et de faire échouer le plan de Boko Haram appelant ses militants à saboter les élections. La première obsession médiatique – tendant à réduire le Nigeria à Boko Haram – joua cependant à plein : plutôt que de signaler que l’élection se passait dans un calme exemplaire dans les 153 000 bureaux de vote du pays, plusieurs journaux, en France notamment, préféraient titrer le jour de l’élection sur le chaos semé par les militants de Boko Haram dans deux bureaux de vote du nord-est. Un second danger guettait ces élections, le recours à la violence par les thugs (jeunes voyous) armés par les partis politiques pendant et après les élections, pratique qui s’inscrit dans une longue tradition électorale au Nigeria1. L’annonce des résultats en 2011 avait été suivie de violences de masses dans quelques Etats du nord principalement, perpétrées par des militants des partis de l’opposition contre les leaders du PDP. Or, non seulement les élections du samedi 28 mars se sont déroulées dans le calme pour des raisons qu’il reste à clarifier mais l’annonce des résultats n’a pas donné lieu à un bain de sang même s’il faut rester prudent en la matière, les élections des gouverneurs étant souvent l’objet de tensions (elles auront lieu le 14 avril). Le dépouillement du scrutin fut sans doute décisif : Attahiru Jega, le président de la Independent National Electoral Commission (INEC) joua le jeu de la transparence dans la proclamation des résultats de manière à rendre ces derniers incontestables : de lundi 30 mars à 17 heures jusque dans la nuit du mercredi du 31 mars au 1er avril, les responsables de l’INEC de chacun des 36 Etats ont présenté au fur et à mesure de leur arrivée à Abuja les résultats des votes dans leur Etat, laissant apparaître progressivement une victoire confortable de l’opposition.

La seconde surprise fut d’ordre organisationnel : la capacité de l’Etat fédéral et de l’INEC à organiser pour la première fois un scrutin à cartes biométriques. Il s’agit bien d’un exploit dans un pays de 69 millions d’électeurs qui furent dotés dans leur grande majorité au cours des dernières années d’une carte d’identité biométrique, sur laquelle figurent une puce et un code barre stockant les informations individuelles et les empreintes digitales de leur détenteur. Le jour du scrutin, les responsables des bureaux de vote ont ainsi pu vérifier l’identité des électeurs, évitant les trucages habituels des élections précédentes (électeurs votant plusieurs fois, électeurs morts, faux électeurs, non-inscrits). Le fichage des citoyens pose des questions d’ordre éthique et financier. Au Nigeria comme dans de nombreux autres pays d’Afrique, l’identification biométrique y progresse plus rapidement que dans nos démocraties occidentales2. Mais dans le contexte électoral actuel, l’enjeu était ailleurs : l’opposition, plus encore que le parti présidentiel, y a vu un rempart contre le trucage électoral. On ne peut évidemment pas pour l’instant le prouver et il faut un peu de recul pour voir si ce passage au biométrique a permis une avancée démocratique. Significatif cependant est le regard de la presse française et occidentale qui a pointé du doigt la « désorganisation du scrutin ». Le samedi, plusieurs journaux ont insisté sur le fait que la carte biométrique du Président n’avait pas été validée et que plusieurs centaines de bureaux de vote n’avaient pas fonctionné en raison de bugs informatiques, oubliant de mentionner que la vérification de ces cartes avait dysfonctionné dans moins de 0,2% des bureaux de vote3. Or, une autre contradiction intéressante émerge de ce scrutin. D’une part, des millions de citoyens ont fait la queue pendant plusieurs heures pour voter jusque tard dans la nuit, témoignant d’un réel engouement pour une élection présidentielle qui s’annonçait serrée. D’autre part, il faut noter le très faible taux de participation à cette élection (41%) par rapport aux élections précédentes (52% en 1999, 69% en 2003, 57% en 2007, 53% en 2011). Ce déclin apparent pour l’acte de vote ne revêt pourtant pas la même signification qu’en France : il n’est peut-être pas la manifestation d’un désaveu populaire croissant pour la classe politique. A regarder de plus près les résultats, le changement le plus notable par rapport aux élections précédentes réside dans le fait que le PDP a perdu en 2015 plus de 10 millions de voix par rapport aux élections de 2003 (22, 5 millions), de 2007 (24 millions), et de 2011 (24 millions). Il y a donc en 2015 une anomalie à analyser. La crise de popularité du président sortant est évidemment à prendre en compte mais d’autres pistes sont à explorer : l’essoufflement du système de redistribution clientéliste du PDP ou encore le vote à cartes biométriques et l’indépendance de fonctionnement de l’INEC limitant le gonflement exagéré des résultats en faveur du PDP. 2015 est aussi le résultat d’une recomposition inédite du paysage politique nigérian.

La troisième surprise – celle de la victoire du candidat Buhari – est relative, les médias ayant pendant plusieurs semaines affirmé que le scrutin serait très serré. Les raisons avancées dans la presse témoignent cependant d’une essentialisation de l’appartenance religieuse comme clé de lecture politique : la victoire de Buhari serait l’élection d’un musulman du Nord – supposément plus à même de combattre Boko Haram ? – contre Jonathan, un chrétien du Sud incapable de mener à bien cette bataille. Si Buhari a fait de la lutte contre Boko Haram un outil de propagande électorale, sa victoire ne peut être lue comme la revanche d’un nord musulman sur un sud chrétien. L’APC est de fait la fusion des deux principaux partis régionaux, le All Nigeria Peoples Party (ANPP), un parti conservateur enraciné dans certains Etats du Nord, dont Buhari est le principal leader et candidat malheureux aux élections présidentielles successives (2003, 2007, 2011)4 d’une part ; et l’Action Congress of Nigeria (l’ACN), un parti enraciné dans le sud-ouest, héritier des traditions politiques de cette région centrées sur le développement et l’éducation, d’autre part5. La victoire de Buhari est le produit de cette alliance hétéroclite inédite dans l’histoire électorale du Nigeria. De fait, si l’on prête une validité aux chiffres des élections, la victoire de l’opposition est moins la manifestation d’une croissance de son assise populaire (les 15 millions d’électeurs qui ont voté pour l’APC en 2015 est un chiffre à peu près équivalent aux voix cumulées des principaux partis d’opposition pour les élections présidentielles précédentes) que le fait que l’APC soit un parti national, condition indispensable pour remporter une élection présidentielle au Nigeria. En effet, conformément à la constitution, pour remporter l’élection il faut, en plus de la majorité relative, obtenir au moins 25 % des voix dans au moins 24 des 36 Etats, une disposition contraignante visant à éviter la prise du pouvoir par un parti régional. Les électeurs du nord comme du sud-ouest se sont portés massivement sur Buhari moins pour sa personnalité ou parce qu’il est musulman que parce qu’il est à la tête de cette coalition dont les principales composantes ont eu jusqu’à présent des intérêts et des objectifs politiques différents.

Le programme de l’APC est ambitieux. Appliqué demain, il marquerait un changement considérable du pays en restructurant les forces de sécurité pour mieux combattre les milices et la criminalité, en focalisant sur le développement économique et l’emploi via des politiques industrielles, agricoles et éducatives ambitieuses, en supprimant toute formes de discriminations légales, notamment celles reposant sur l’origine des citoyens6. Les défis sont considérables et les possibilités d’un changement réelles, qui soient en rupture avec les pratiques de prébende que le PDP a renforcées depuis 15 ans7. L’alliance au sein du gouvernement fédéral entre des élites militaires du Nord qui ont donné les meilleurs cadres à l’armée, et des élites économiques du sud-ouest, où se trouve le cœur du développement du pays marque peut être un tournant historique au Nigeria. A condition que les deux partis structurant l’APC parviennent à s’entendre sur la direction à faire prendre au pays.

  1. Laurent Fourchard, « Violence et ordre politique au Nigeria », Politique africaine, 106, 2006. []
  2. Keith Breckenridge, « Capitaliser sur les pauvres: les enjeux de l’adoption de services financiers biométriques au Nigeria » in A. Ceyhan and P. Piazza (eds), L’identification biométrique: champs, acteurs, enjeux et controverses, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2011. []
  3. Il s’agit de 300 sur 153 000 bureaux de vote. L’INEC a autorisé à prolonger exceptionnellement les élections dans ces bureaux de vote le lendemain. []
  4. En 2011, Buhari s’était porté candidat au nom du Congress of Progressive Change (CPC), principal parti héritier de l’ANPP. []
  5. Sur les filiations historiques entre le parti dominant du sud-ouest et le parti fondé par l’un des leaders de l’indépendance du Nigeria, Obafemi Awolowo, voir Nolte Insa and Hoffmann Leena, “The roots of neopatrimonialism: opposition politics and popular consent in Southwest Nigeria”, in W. Adebanwi and E. Obadare (eds.), Democracy and Prebendalism in Nigeria. Critical Interpretations, New York, Palgrave Macmillan, 2013. []
  6. Laurent Fourchard and Aurelia Segatti, « Of xenophobia and citizenship: the politics of exclusion and inclusion in Africa”, Africa, 85, 1, 2015 pp. 2-12. Laurent Fourchard, “Bureaucrats and indigenes: producing and bypassing certificates of origins in Nigeria”, Africa, 85, 1, 2015. pp. 36-57. []
  7. Adebanwi and Obadare (eds.), Democracy and Prebendalism in Nigeria, op. cit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *